AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oh my.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Oh my.   Sam 19 Sep - 2:21

April poussa la portière de sa voiture avec un soupir agacé, la mine un peu sombre.

Mal dormi.

En même temps son père venait de mourir et elle avait été interrogée de une à trois heure du matin sur ses relations conflictuelles avec lui...sans compter le reste de la nuit dans un motel en périphérie, le long d'une route infernale et bruyante, dans un mauvais lit avec un sommier trop dur pour notre princesse au petit pois, et une odeur infecte de tabac froid imprégnée dans la moquette des murs et du sol...

Bref, ce fut une April d'un humeur massacrante qui pénétra dans la cour de la fac devant le bâtiments des langues.

9 heures du matin, quasiment rien avalé le déjeuner du motel étant une atroce mixture au prétendu goût orange et un pain au raisin suintant de gras et plus sucré qu'un sirop de fraise bon marché.

Beurk.

Bah, oui, c'est ça ma fille ! La vie de luxe on s'y habitue qu'on le veuille ou non !

* Vie de luxe, tu parles ! *

Toujours aussi joyeuse, elle empoigna son sac plus fermement sur son épaule et déboula comme une fusée dans le couloir des salles de langues.

- Hé ! O'Brien !

Elle ne se retourna même pas. La personne qui l'avait hélée pesta.

Certain ne se rendent pas compte de la chance qu'il ont.
Dans son état d'esprit actuel, April aurait pu lui dévisser la tête.

Elle entra dans la salle de langue. Cours d'italien.

Ca allait encore être génial, tiens !

Elle se laissa tomber rageusement à côté de Mitzrael en lui adressant un vague hochement de tête.

Oui, ça fait toujours très bizarre à celui qui n'a jamais vu April O'Brien levée du pied gauche.

Elle posa quand même sa main sur le bras du déchu pour lui montrer qu'elle ne l'oubliait pas malgré son humeur de chien.

Cela ne l'empêcha pas d'ouvrir sèchement son carnets de notes et de fixer l'extérieur par la fenêtre avec un regard morne.

- Bien maintenant je vais vous laisser un moment pour répondre à ce questionnaire sur le film que nous avons vus ensemble jeudi, que je ramasserais et noterais.
fit le prof au bout de dix minutes.

* Et m**** ! *

April et Mitzrael avaient séché cette heure là, préférant voler de leurs propres ailes si l'on pouvait dire...

Elle soupira et accueilli la feuille photocopiée avec un regard sceptique.

- Je vous laisse un quart d'heure.

Il alla programmer le vidéo projecteur, branché à un pc puis annonça :

- Ensuite nous commencerons le second film du même réalisateur pour notre objet d'étude.

Il sortit un instant. On le vit dehors, café à la main en train de discuter avec un collègue.

April grogna et froissa sa feuille pour la fourrer sans ménagement dans son sac.

Rien à foutre.

Elle venait de perdre son crétin de père, d'avoir une discussion éreintante avec Mitzrael, et la nuit suivante, de passer à l'interrogatoire plus que suspicieux des forces de l'ordre avant de subir le plus pourri des taudis à louer pour la nuit.

Alors les chefs d'oeuvre du cinéma italien clandestin sous Mussolini...

Elle croisa les bras et y cala sa tête, attendant que le temps passe.

Elle vit Trisha faire passer un mot à un garçon devant.

Sûrement une invitation très personelle à la Trisha Hayes...

Rien à foutre.

April, tête calée entre ses bras, suivit des yeux le type qui avait reçu le papier.

Il jeta un coup d'oeil autour pour s'assurer que le prof n'était pas là, puis, il alla brancher une clé USB au pc, traficota un instant sur le clavier.

* Mais qu'est-ce qu'il magouille...? *

Oh et puis...Rien à foutre.

Le type revint sagement à sa place.

Trisha chuchota un truc à l'oreille de sa voisine.

Ah bah, encore plus rien à foutre.

April se massa le crâne au niveau des tempes.

Ouais, ça devait quand même se voir qu'elle était crevée.

Elle ne s'intéressa pas à ce que faisait Mitzrael à côté.

Rien à...Non faut quand même pas exagérer. Juste pas très curieuse aujourd'hui...

Un quart d'heure. Leprif revint et ramassa les copies.

April ne rendit pas la sienne et haussa les épaules quand il tendit la main pour récupérer la sienne.

L'homme, grand brun, aux yeux sombres, la trentaine et plutôt bel homme, ne fit aucun commentaire.

Il avait entendu comme tous l'annonce de la mort de Ray. April était déjà bien courageuse de venir en cours dans cette dure période. Elle devait être terriblement peinée par la mort de son père.

Ben tiens ! Rien à foutre !

Le prof ramassa toutes les copies, les rangea dans son cartable et reprit :

- Bien, je vous rendrais ça vendredi. On va pouvoir commencer le film. Je vous laisse le visionner dans le calme, vous éteindrez bien le matériel à la fin de l'heure. Je vous dis à demain.

Il sortit.

Alors la video qui s'était lancé afficha une image colorée, vivante et rapide...comme filmée par un amateur

Tiens, un cinéaste intéressant qui avait révolutionné le 7ème art à son époque ?

* Non mais réveille toi, April ! Depuis quand ils avaient la couleur en 1940 ? *

En effet, très amateur ce film...

Une erreur ? Le prof c'était peu être trompé de fichier et...Non...le type à la clé...il avait du mettre autre chose...

Et quelle chose ! Une bonne cinquantaine d'adolescents
qui se déhanchaient en cadance sur une musique criade aux paroles répétitives.

Soudain la caméra se braqua sur deux formes mouvantes...April écarquilla les yeux, bouche bée.

Elle et Mitzrael.

Enfin, elle, complètement déchaînée, et l'hétérocrome pas forcément mieux, qui l'enroulait carrément contre lui par les bras, sans retenue...

Ils devaient être déjà bien ravagés...

Elle les revit s'embrasser sous l'eau...Euh oui...

Puis la suite la gêna bien plus...TOUS EN SOUS VETEMENTS ????

Elle se vit à travers la vidéo, éloigner Mitzrael et commencer à le caresser de façon...monstrueuse.

Comment voulait-elle ne pas passer pour une traînée après ça ?

Et ça ne faisait qu'empirer...Le pire, c'est que Mitzrael, complètement bourré lui aussi répondait franchement à ses gestes...

Oh my.

Elle se vit l'entraîner dans une chambre et finir sur le lit avec lui.

La classe qui regardait ça en même temps qu'elle émit des sifflements et des chuchotements aigus. Oh, ça les amusait beaucoup.

Trisha se tortillait de rire sur sa chaise et chuchotait des chose à ses amies en lançant des regards furtifs à April qui restait les yeux rivés sur l'écran blanc.

Etait-ce...ELLE qui embrassait ainsi les lèvres séraphiques ? SES mains qui jouaient ainsi sur le buste de l'ange déchu ?

Elle se vit couvrir de baiser son torse nu, clair impeccable comme le marbre neuf.

Elle sentait son pouls battre dans ses tempes et ses la chaleur de ses joues enflammées, rouges vif.

Elle nota qu'il répondait encore et tout aussi généreusement, elle vit les mains blanches parcourir son dos, sa taille, glisser le long de ses hanches, dans le creux de ses reins...et ses lèvres fraîches se perdre dans les mèches rousses pour les embrasser.

Elle se sentait partagée. Partagée entre l'envie de hurler, de fondre en larme, de disparaître, ou encore...bien pire...de sentir à nouveau ses mains sur sa taille et ses lèvres dans ses cheveux...de laisser encore ses lèvres courir sur sa peau savoureuse...

Arrête April, ça suffit le délire.

Elle resta immobile, le regard toujours vrillé à la vidéo.

Soudain Trisha fendit l'écran, habillée en robe rose corail et ferma les rideaux devant eux. Quelques protestations retentirent derrière l'appareil puis la vidéo s'arrêta.

April resta encore impavide un instant.

Puis elle revit mentalement Trisha envoyer un bout de papier au garçon et celui ci lui faire un signe positif...

Elle avait tout manigancé, cette...
Elle avait vraiment, mais alors, vraiment mal choisi son jour, celle là !!!

April se leva brusquement, faisant tomber sa chaise et cracha :

- J'ai tout fait pour la supporter, maintenant je vais la TUER !!!

Avant de foncer, d'un pas rapide, décidé et menaçant vers la Barbie qui couinait avec ses amies à l'autre bout de la classe.

( et la si tu la rattrape pas, elle lui casse la gueule xD)

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu
avatar
feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Dim 20 Sep - 19:52

Les chaussures habituelles de Mitzrael quittèrent la chaleur du bus pour aller à la rencontre du sol encore humide de la nuit précédente pluvieuse. Le ciel était -pour ne pas changer- d'un gris déprimmant et le visage des étudiants d'une gaïtée écoeurante, d'une traite, le vairon traversa la cour.

Une tornade brune interrompit sa traversée ans cette océan humain.

"Mitzrael! Ca va ?"

Anaïs. L'immortel l'ignora compieusement. Il continua sa route. Chacun son chemin, chacun son destin comme disait cette chanson désépérément joyeuse.

Mais la jeune fille ne l'entendait pas de cette oreille.

"Waw tu n'as jamais été aussi pâle. Tu es malade?"

Le déchu, blanc comme la mort lavée avec un détachant, hocha la tête.

"Ne t'inquiète pas. Juste seul."

Malgré ce bout de phrase haché, l'étudiante compris.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

April se laissa tomber à côté de l'hétérocrome, le visage miné par la pelle d'un croque-mort.
Elle hocha la tête.
Il hocha la tête.
La journée allait être longue.

"Bien maintenant je vais vous laisser un moment pour répondre à ce questionnaire sur le film que nous avons vus ensemble jeudi, que je ramasserais et noterais."

Est-ce-que le prof d'Italien parlait du fameux film que ni lui, ni l'humaine n'avait entre-vu ?

Après entre-vue des copies, c'était effectivement ça.


"Je vous laisse un quart d'heure."

C'est long pour contempler une feuille à laquelle personne ne touchera.

"Ensuite nous commencerons le second film du même réalisateur pour notre objet d'étude."

Café en main, le prof clotura l'affaire en se dirigeant vers la sortie.

D'un oeil lasse, Mitzrael observa April à côté de lui déchirrer sans
ménagement sa copie.


Ah. Elle était aussi joyeuse que lui apparamant.

"Psst"

Le duo de sombre-clair se vrilla vers Anaïs. La jeune fille rougie.

"Je voulais juste m'escuser."

Ah ? Bon si elle voulait.

Un quart d'heure plus tard, le professeur ouvrit la porte de la salle.
Mitzrael lui rendit un questionnaire vierge...April ne le rendit tout simplement pas.


"Bien, je vous rendrais ça vendredi. On va pouvoir commencer le film. Je vous laisse le visionner dans le calme, vous éteindrez bien le matériel à la fin de l'heure. Je vous dis à demain."

Il disparut à nouveau dans les couloirs

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Un fou-rire étouffé enveloppa les bouches de la plupart des élèves. Mitzrael laissa retomber sa tête contre ses bras étendus sur le bureau. Au moment où ils arrivèrent au passage dans la chambre...il jugea qu'il en avait trop vu.

Mon Dieu mais qu'est-ce-qu'il lui avait pris de boir autant ?
Le goût sucré des lèvres d'April chatouilla ses sens.

Il souleva sa tête pour la cogner une nouvelle fois contre la plate-forme.

Soudain, le bruit métallique d'une chaise s'écroullant sur le sol interrompit la cascade de rires.

"J'ai tout fait pour la supporter, maintenant je vais la TUER !!!"

La main glacée de l'immortel saisit l'humaine par l'épaule. Avec une force contrôlée, il la bloqua sur place. Il l'empècha de charger la barbie qui se mit à couinner de frailleur. Quand il fut sur que la dame rousse ne bougerait plus, il passa à côté d'elle d'un mouvement rapide. Il glissa le classeur volumineu à côté de sa tampe et PAN!

La farde contre le visage surpris de Trisha claqua férossement.

D'une main, l'immortel saisit fermemant la gorge de la frèle humaine au nez en sang. Il la décolla du sol.

Le regard encore plus froid que sa peau blanche, il regarda calmement sa proie étouffer.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Dim 20 Sep - 21:31

( alors toi aussi *-* ! )

April qui écumait quasiment de rage sentit la main impérieuse de l'hétérocrome lui serrer l'épaule, lui ordonnant silencieusement, mais fermement de ne plus faire un geste.

Elle s'arrêta aussitôt.

Ce fut lui qui envoya son épais classeur dans la figure, la faisant saigner du nez et entrepris ensuite de l'étouffer.

Des années qu'elle en rêvait, mais elle prit peur. Si Trisha était trop gravement blessée, ils auraient de sacré ennuis.

Hors de question de se salir pour une petite garce pareille.

Evidemment, tous autour braillaient d'assister à pareille scène de violence.

April bougea enfin et vint se caler entre le déchu et sa proie.

Elle tourna le dos à la peste blonde un rien abîmée, et lança son regard émeraude dans les iris sombres et paradoxalement angéliques.

Elle attrapa son bras entre ses doigts sans pour autant tirer dessus.

- Arrête. Laisse-tomber. On s'en moque. En fait, elle n'en vaut même pas la peine.

Son regard disait clairement qu'elle voulait qu'il la repose et la lâche.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu
avatar
feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Sam 26 Sep - 13:35

Nice to see you again:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"Arrête. Laisse-tomber. On s'en moque. En fait, elle n'en vaut même pas la peine."

Mitzrael souleva le menton sans détacher ses iris bigarés des yeux verts d'April. Il soutenu ce regard déterminé avec la maigre sensation perdue de l'observer de haut.

Trisha cherchait à enfuire ses doigts entre ceux si fermes du blond, espérant désserer cette emprise qui bloquait sa respiration.

Les paupières de l'immortel finirent par se fermer.

"Entendu."

Les sourcils blés se froncèrent. Les pupilles du déchu se déployèrent pour se figer sur sa propre main. Elle ceinturait toujours le cou de Hayes.
Mais pourquoi ne parvenait-il pas à lâcher prise ?

"Hey Mitzrael!"

Les bras râblés de Pitt l'encerclèrent. L'anglais le pressa contre lui, comme si il cherchait à le retenir, l'empècher de commetre une faute de jeu. Mais ça n'avait rien d'un jeu.

"Calme-toi."

Automatiquement, les épaules tendues et voutées vers le haut retombèrent.

"Allez" insista Denvers

Trisha s'écroula sur le sol quand le vairon lâcha prise. Les étudiants se précipitèrent vers elle, comme des mouches s'aglutineraient autour d'un déchet.

Les yeux bicolores glissèrent discrètement vers la grande porte de sortie. Une ombre s'esquivait à l'exterieur.

Mitzrael se tourna vers O'Brien et lui ordonna -non sans magie pour être sur-

"Ne cherche pas à me suivre. Je reviens."

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

"Ne bouge plus."

L'homme caché sous un pull à capuche s'arrêta. Le blond stoppa sa course également. D'un rapide coup d'oeil, il analysa le décore. Un long couloir bordé de casiers rouges mais surtout: vide. Hochement de la tête. Ce salaud avait bien choisit son chemin. Ca l'arrangeait également.

"Je vois que tu as tout de même conservé une faible partie de tes anciens pouvoirs. Mais je crains..."

Pivottement.

"Que ce sera loin d'être suffisant pour m'arrêter."

Il rabattit son capuchon d'un mouvement lèsse, laissant tomber le masque.
Les pupilles de l'immortel se réduirent en une simple fente.
Dane Cooper!

L'adolescant plongea ses mains dans ses poches, se proffilant le faux air arrogant que l'ange aurait préférer enterrer avec les cendres de ce visage.

"Comment ?"

Dane déploya le blanc de ses dents.

"Ah! C'est vrai tu étais bien trop occuper à allumer un feu d'artifisse pour moi que pour remarqué ce que je fabriquais."

D'un pas de traqueur, il s'avança vers l'hétérocrome.

"L'article du journal disait bien qu'il avait identiffié l'identitée de Cooper grace à la bague que l'un des cadavres fummant portait au doigt."

Mitzrael plissa les yeux. Il était plus facile de disparaître quand on était tennu pour mort. Il se trouvait face à un bon jeu de carte.

"Et quand je t'ai vu allongé sur le sol, je me suis dit: Oh my que c'est too easy. Te laisser en vie serait tellement plus..."

Il s'arreta à un pas du vairon.

"Amusant tu ne crois pas ?"

"Qu'est-ce-que tu veux ?"

"Jouer un peux."

L'immortel siffla entre ses dent serrées. Aggaçant.

"Tu veux encore rester chez les humains n'est-ce-pas ?"

Hochement de la tête.

"Ne me ment pas je l'ai lue dans ta tête."

Eclat de lumière.
Dane Cooper plaqua ses mains contre son visage. Il recula maladroitement, boulversé.

Le pied de Mitzrael effleura le sol avant de se poser en retrait. Sur les gardes, il s'attendait à tout...Sauf à ça.

"Où suis-je ?"

C'était quoi ce jeu ?

"Putain vairon mais qu'est-ce-que..."

Soudain, un écran de fummée noir opaque se projetta juste devant l'étudiant. La voix douce et envoutante d'Anauel retentit comme un chant de crystal.

"Dane Cooper. Tu te souviens de cette explosion. Qui l'a causée ?"

Le regard vide de l'adolescant retomba vers le sol.

"Do'Han"

"Oui Do'Han. C'est un monstre, un assassin qui ne vient pas de ce monde.."

"Arrête!" hurla Mitzrael.

"un meurtrier des cieux"

Le poignard chanta sinistrement quand l'ange le déguenna.

"Un déchu."

Mélodie métallique. Elle s'arrêta quand la main de Cooper se referma sur le poignet du blond.

L'âme retournée dans le corps esquissa un sourire entres ses lèvres humaines.

"J'ai encore besoin de ce jeune homme passiente encore."

L'hétérocome se dégagea de ces doigts opressants d'un mouvement sec.

"Oh je lis aussi que je pourrais t'arrêter d'un seul mot." continua Cooper.

Il s'esquiva d'un pas-chassé lent derrière sa proie.

"April."

Pivottement. D'un geste circulaire, l'ange tenta de perforrer cet adversaire. La lame bruyamant pourfandit l'air.

Il avait disparut.

La partie d'échec avait commencée.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le bouffon s'avance vers la reine.

Une vague d'étudiants sortait de la classe. Accoudé au mur, les yeux de Dane Cooper traquaient les humains sous sa capuche. Il esquissa un sourire quand il reconnu les cheveux de feu.

Elle était la dernière. Parfait.

"Hey O'Brien!"

Il avait capté son attention. D'une marche à reculon, il pénétra à nouveau dans la salle de cours.
Elle l'avait suivit.

"J'espaire que tu n'as pas peur des fantômes."

Il rabbatit le dessus de son pull.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Dernière édition par Mitzrael le Sam 26 Sep - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Sam 26 Sep - 16:57

April regardait toujours Mitzrael.

" Entendu."

Mais plus facile à dire qu'à faire visiblement. Il finit par lâcher l'idiote qui retomba pitoyablement avant que les autres ne se jettent sur elle, catastrophés.

Il l'enjoignit ensuite de rester là, magie à l'appui alors qu'il filait à l'extérieur de la salle. Jambes et pieds lourds comme deux chapes de plomb, April ne put que rester plantée sur ses deux jambes et croisa les bras assez rageusement.

Les étudiants présents posaient des questions à Trisha
" ça va ?" - question stupide par essence, c'est vrai, après tout, peut on aller mieux qu'à demie étouffée ? -
" Tu veux qu'on appelle les urgences ?", " Qu'on t'emmène à l'infirmerie ? ", " Qu'on contacte tes parents ? ".

Trisha, choquée, hochait négativement la tête à chaque question, ses grands yeux pleins de larmes en se massant le cou.

April s'appuya comme elle pouvait à une table, bras toujours croisés, observant d'un oeil morne la symphonie de pépiements en " Oh pauvre Trisha" mineur.

Elle rencontra le regard de la blonde.

- Ton Do'Han est un vrai cinglé !!!

April soupira.

- Etonnant comme remarque de la part d'une fille qui se met en quatre pour t'aider et te poignarde en riant la seconde d'après.

- Tu le soutiens, c'est ça ? T'es aussi dérangée que lui, O'Brien ! J'ai jamais étranglé les gens, moi !

- Non, c'est vrai. Tu préfères les filmer bourrés et les humilier devant près d'une quarantaine d'étudiants.
Je me demandes laquelle de nous deux est la pire...

- Arrête tes sarcasmes ! Je ne plaisante pas du tout, j'aurais pu mourir !

- Oh non, t'en fais pas pour ça ! Par expérience, les saletés comme toi sont tenaces.

- Saleté ? Mais j'ai rien fait de grave, moi ! Je voulais juste rigoler un peu, c'était pas dramatique !!!

- On ne te l'a jamais dit ? "Qui sème le vent, récolte la tempête ". Si tu ne connaissais pas, note bien ça dans un coin de ta tête, crois-moi ça pourrait te resservir.

- Arrête O'Brien ! Tu vois bien qu'elle va mal !

Barbie arborait effectivement de jolies traces violettes autour du cou et paraissait un rien pâle, son front moite brillait comme celui d'une poupée de cire.

- Hé bien, peut être que plutôt que de suivre nos passionnants échanges comme une partie de tennis, tu pourrais l'amener là où on saura la soigner...!

- Purée, April, y a des jours où t'es vraiment odieuse !

- Oh oui, excuse-moi j'ai oublié que je devais vous remercier pour ce brillant chef d'oeuvre cinématographique. Du grand art ! Vraiment !
Chère Trisha, qu'est-ce que je ferais sans toi ? fit-elle d'un air faussement ému.

- Allez, ça va, on emmène Trish à l'infirmière. Venez.

Ils sortirent tous. April attendit d'avoir retrouvé l'usage de ses deux jambes puis prit la sortie à l'instar du troupeau d'élèves avec la ferme intention de mettre la main sur ce fuyard de déchu.

- Hey O'Brien ! la hèla alors une voix masculine.

Elle fronça un sourcil, se demandant ce qu'on pouvait bien lui vouloir. Le timbre rocailleux venait d'une silhouette massive encapuchonnée.
L'inconnu retourna dans la salle de cours. Elle l'y rejoignit en fermant la lourde porte derrière elle pour éviter d'être dérangée par le brouhaha de la masse infernale vacant dans les larges couloirs.

- J'espère que tu n'as pas peur des fantômes. fit la voix avant d'abaisser le tissus qui lui couvrait le crâne et masquait son visage.

April ouvrit de grands yeux ronds.

- Coo...Cooper ?!! souffla-t-elle, interloquée.

D'instinct, elle recula, d'abord franchement apeurée.

- Non, attends ! Je t'ai vu mort, j'ai même été sur ta tombe et on avait indentifié ton cadavre !!!

Elle secoua la tête.

*Réfléchis April, réfléchis, tu dois avoir loupé quelque chose.*

Mais non, rien, tout était à sa palce dans sa mémoire et pas un seul infime petit détail ne la mettait sur la piste de ce qu'elle voyait là.

Fantôme ?
Elle entendit à nouveau les paroles du vieux concierge de Mitzrael résonner dans sa tête :
" Tu as toujours le numéro de Dane Cooper".
D'accord. Alors re-bonjour, Dane.

Après tout depuis quelque temps, elle n'avait eu d'autres choix de croire aux démons, aux anges, auc autres mondes et aux sorcières alors pourquoi pas les fantômes ?

- Vous allez tous me rendre complètement dingue...Je peux savoir ce que le Dane Cooper qui est mort et enterré depuis une semaine fait ici en sweat à capuche dans la salle de langues ?

A cette vitesse là, elle allait s'équiper d'ail, d'argent et de bombe lacrimogène en cas de momies aussi tiens !
Et tracer 4 cercles de sel autour de Kyle.

Elle s'assit sur une table, l'air complètement blasé, fatigué et même nonchalant.

- Tu m'expliques ou alors on attends les lutins morts-vivants pour prendre le thé tous ensemble ? lança-t-elle d'un ton caustique.

Cette histoire la dépassait et l'agaçait au plus haut point.
C'est vrai quoi, y avait des milliers d'humains sur cette foutue terre qui pourrissaient dans le sol et rêveraient de revenir à la vie. Alors...


Pourquoi forcément Dane Cooper ?!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu
avatar
feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Sam 26 Sep - 21:55

"Coo...Cooper ?!!"

Dane passa sa sa main dans le brin de ses cheveux. Ah et bien apparamant oui.

"Non, attends ! Je t'ai vu mort, j'ai même été sur ta tombe et on avait indentifié ton cadavre !!!"

Un sourire carnassier se profila sur le visage du mortel. Il se régallait de ces questions le vorace. Alors ? Mort ou vivant ? Ou peut-être les deux ?

"Vous allez tous me rendre complètement dingue."

Cooper se carressa le menton, une esquisse de satisfaction sur les lèvres.

"Je peux savoir ce que le Dane Cooper qui est mort et enterré depuis une semaine fait ici en sweat à capuche dans la salle de langues ?"

La dame rousse s'installa sur une table, les yeux corodants d'interpellations.

"Tu m'expliques ou alors on attends les lutins morts-vivants pour prendre le thé tous ensemble ?"

"Et bien pour commencer"

Petit bond. Il attérit les jambes et les bras écartés avec l'air théatrale d'un magicien.

"Je ne suis pas Dane Cooper."

Le temps d'un clignement d'oeil surpris, il diparut pour réaparaître juste devant O'Brien. Il lui déchocha un coup de poing assomant sur le visage.

Le corps à la fois fragile et adorable comme une poupée de cire de la petite humaine s'effondra sur le sol. L'âme chevaucha la marionette. Un pied de chaque côté du visage roux, il l'observa de haut, le même sourire étrange perché sur ses lèvres.

"Ca calme les hardeurs n'est-ce-pas collègue ?"

Lorsque les yeux verts réaparurent de derrière les paupières, le bourreau s'installa confortablement sur le ventre de la jeune fille, lui coupant le souffle sans ménagement.

"Ah c'est mieu comme ça n'est-ce-pas ? Alors, voyons ce qu'il y a là dedans." dit-il en tapottant son indexe sur le front de la mortelle.

Il la fixa intensément, comme si il l'a sondait. De ses pupilles brunes foncées, il scannait ses souvenirs.

Son rictus s'allongea un peu plus.

"Zephiro, tu devais vraiment l'aimer dis moi pour t'offrire à lui aussi vite. Vous formiez vraiment un beau couple: le chat et sa pelotte de laine. Domage qu'il s'est bien foutue de ta gueule au final. Il a mal joué sa partie le pauvre. Mais dis moi: pourquoi t'accrochais-tu autant à ce démon ?"

Avec toute la dose de magie qu'il conentrait dans son crâne, elle ne pouvait qu lui dire la véritée.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: n   Dim 27 Sep - 15:27

Et bien pour commencer"

"Je ne suis pas Dane Cooper."

April le vit alors s'évanouir puis reparaître face à elle.

Qu'est-ce que c'était encore que ce...VLAN. Elle prit de plein fouet le poing musclé de Cooper qui vint violemment percuter sa joue.

Elle perdit l'équilibre et s'assoma en tombant sur le sol dur de la salle.

Quelques minutes plus tard, ses paupières frémirent et elle ouvrit à nouveau les yeux. Sa joue lui lançait, elle qui marquait vite, elle allait avoir un bel hématome sur le haut de la joue et la pommette droite.

Elle leva les yeux. Il se tenait là, au dessus d'elle, coinçant sa tête entre ses deux baskets de marque.

Voyant qu'elle revenait à elle, il bougea et s'abaissa.

April eut soudain beaucoup plus de mal à respirer. Ce poids sur son estomac l'obligea à gonfler les poumons pour ne pas s'asphyxier.

"Ah c'est mieu comme ça n'est-ce-pas ? Alors, voyons ce qu'il y a là dedans."

Elle mourait d'envie d'attraper et de briser ce doigt qui jouait un rythme insupportable sur son crâne encore douloureux.

Elle n'aimait pas, mais alors pas du tout la façon dont il l'observait. Elle avait l'impression d'être une souris de laboratoire à laquelle on vient d'injecter une dose d'arsenic et dont on étudie attentivement les réactions.


Et ce foutu sourire qu'il affichait sans arrêt.

Merde, elle commençait à étouffer sérieusement !

"Zephiro, tu devais vraiment l'aimer dis moi pour t'offrire à lui aussi vite. Vous formiez vraiment un beau couple: le chat et sa pelotte de laine. Domage qu'il s'est bien foutue de ta gueule au final. Il a mal joué sa partie le pauvre. Mais dis moi: pourquoi t'accrochais-tu autant à ce démon ?"

Elle réunit ses forces pour pousser " Cooper" de son ventre et l'empêcher de la réduire en bouillie sous sa tonne et demie de muscles.

Elle roula sur le côté pour reprendre un peu son souffle.

Génial maintenant son estomac qui n'avait pas apprécié le traitement le lui faisait clairement savoir. Elle avait envie de vomir et des courbatures monstres dans les entrailles.

Elle rampa un peu sur le flanc pour ramener ses jambes à elle malgré le calvaire de son estomac et se releva en se dressant tant bien que mal sur ses jambes.

- QUI QUE TU SOIS, VA TE FAIRE SOIGNER !!!

Elle se laissa tomber assise sur une table en se massant le ventre qui protestait toujours aussi vigoureusement.

Elle se donna quelque secondes pour retrouver son calme et une respiration normale.

- Ok, je ne sais pas qui tu es, pourquoi tu t'éclates à me cogner, ni tu sais que j'ai rencontré Zephiro , ni même comment tu le connais lui d'ailleurs mais laisse moi te dire une chose :

Je n'ai JAMAIS aimé ce démon, et nous n'avons jamais "formé un couple", bon sang.

Penser et dire un truc pareil prouve que ton niveau d'intelligence frôle dangereusement le 0 voire le - 1.

Oui, il s'est foutu de moi, il a bien fait joujou, soit, si ça l'amuse ! Mais j'étais tout à fait consciente du fait que je ne me trouvais pas face à un enfant de coeur. Il m'a dit ce qu'il était et qu'il venait de violer Trisha - sous la forme de Dane Cooper, d'ailleurs, comme quoi tu ne fais pas tant dans l'original.

Pourtant je m'en fichais.
Je m'en moquais complètement. Pire, je crois que ça m'attirait. Oui, ça m'attirait.

J'y ai vu enfin quelque chose qui me sortirait de ce monde sans couleur et sans goût. Enfin quelque chose de nouveau, enfin quelque chose de coloré, enfin quelque chose de sapide.

J'aime les expériences. Je l'ai sans doute regretté au moment même où je me suis lancée mais me demander pourquoi je m'accrochais est stupide.

Aussi stupide que demander au junkie pourquoi il tient tant à sa drogue.

Elle sentait qu'elle déversait ses paroles sans retenue et sans hésitation. Ca n'était pas...normal.

- Mais d'ailleurs en quoi ça vous regarde ? Et pourquoi je vous raconte tout ça ????!!!

Le passage inconscient du tutoiement au vouvoiement trahissait toujours chez April un trouble assez palpable et une profonde déstabilisation.

Elle glissa sa main dans sa poche. Son téléphone.
Elle fit coulisser la partie supérieure, appuya sur le bouton droit, raccourci vers sa liste de contacts et appuya sur le bouton d'appel. Mitzrael était le premier numéro de la liste.

Elle ne dit rien mais laissa le téléphone sonner, espérant qu'il décrocherait vite.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu
avatar
feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Dim 27 Sep - 17:18

La petite poupée réunnit toute la force de ses bras de cires fragiles pour repousser son agrésseur. Dane hocha la tête comme un maître attendri par so
n annimal l'aurait fait. Il tendit ses jambe. La frêle humaine roula sur le côté. Le boureau croisa les bras, sourire subtile collé sur son visage.


"QUI QUE TU SOIS, VA TE FAIRE SOIGNER !!!"

Sa magnière polie de "little girl" bon chic bon genre de dire salement: va-te-faire foutre enfoiré. Ah les dames de la haute-cours de récréation...

La rouquine, une fois installée sur la table, qualifia Cooper de "débile". En effet -bien qu'ils partageaient le même lit- Zephiro et elle n'avait rien 'un couple. Ah mais c'est elle qui n'avait rien compris! Un cat et sa mouse, c'est aussi un couple en quelque sorte non ?

Elle expliqua ensuite que ce démon était la touche de couleur dans tout ce gris qui ponctuait sa vie. C'était donc pour ça qu'elle s'accrochait à cette gamme si attirante de couleur comme un insecte s'approcherait d'une fleure carnivore.

"Mais d'ailleurs en quoi ça vous regarde ? Et pourquoi je vous raconte tout ça ????!!!"

Dane baissa la tête. Son sourire s'élargit. Bientôt on put apercevoir le blanc impecable de ses dents. Il releva brusquement son visage, nez pointé vers le plafond, tendit qu'un rire sinistre explosa dans sa gorge.

"Tu es vraiment drôle tu sais! Très drôle!"

Comble de la farce, elle appelait ce chère Mitzrael sur son téléphone en espérant qu'il ne remarque rien. Il finit par étouffer son amusement entre sa langue et son palais. Il tapotta son indexe contre sa lèvre supérieur.

"Je ne sais pas si il pourra entendre son portable chéwi."

Soudainement, il tendit son bras vers la jeune fille. Il crispa ses doigts comme si il compressait l'atmosphère. O'Brien devait avoir l'impression qu'on la saisissait par la gorge.

De loin, il la souleva de son siège.

"Aller on termine notre partie de poker menteur collègue ? Mitzrael, ange déchu, c'était une autre gamme de couleur c'est ça ? Ow tu apprécies la peinture dis moi. Et lui ? pourquoi tu t'attaches tant à ça ?"

A la fin de ses mots, il expulsa son pantin contre le mur à gauche.
Il se frotta énergiquement les mains.

"Laisse moi deviner. La première personne à qui tu as put faire confiance aussi vite et blablablabla. BON !"

Il réapparut en face d'elle. Sa poigne solide agrippa le fin tissus de sa blouze féminine. Il la décola du sol.

Ses iris marron se plongèrent dans l'océan vert dont ils captèrent le sens du courrant. Les pupilles noires se dilatèrent quand il lança son sort de persuasion.

"Celui qui s'est joué de toi, celui qui t'a fait tant souffrire, le démon, c'est Mitzrael. Celui à qui tu fais confiance et à qui tu tiens est Zephiro."

L'humaine répetta chaqu'une de ces phrases. Il la relacha.

"Allez si tu veux aller lui dire bonjour: il est à l'infirmerie."

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Dim 27 Sep - 18:54

Il se mit à rire.

"Tu es vraiment drôle tu sais! Très drôle!"

"Je ne sais pas si il pourra entendre son portable chéwi."

April le vit lever la main et sentit sa gorge compressée. Il l'étranglait à l'aide de sa magie.
Elle se vit alors soulevée de la table où elle était perchée.

Et elle étouffait toujours. Merde. Merde. MERDE.

"Aller on termine notre partie de poker menteur collègue ? Mitzrael, ange déchu, c'était une autre gamme de couleur c'est ça ? Ow tu apprécies la peinture dis moi. Et lui ? pourquoi tu t'attaches tant à ça ?"

Elle sentit que toujours en suspension dans les airs, elle virait de bord et vit le mur se rapprocher à une vitesse effrayante sur sa gauche. Le choc contre le béton peint fut puissant, son épaule émit un "craac !" sonore, sa tête se fracassa contre la paroi et ses dents s'enfonçèrent dans sa lèvre inférieure sous la violence de l'impact.
Aïeuh. Ca fait mal.

Elle était déjà bien sonnée. Elle s'effondra au sol, chutant brusquement sur la moquette.

"Laisse moi deviner. La première personne à qui tu as put faire confiance aussi vite et blablablabla. BON !"

Revenant à la charge, il chopa le tissus de sa veste et l'arracha à nouveau au sol.

Légèrement dans le coton, elle plissait et papillonait des paupières, un peu perdue. Son regard vert rencontra celui de l'autre.Du sang coulait le long d'une plaie ouverte sur son front et vint lui piquer les yeux.


"Celui qui s'est joué de toi, celui qui t'a fait tant souffrire, le démon, c'est Mitzrael. Celui à qui tu fais confiance et à qui tu tiens est Zephiro."

" Celui qui s'est joué de moi, celui qui m'a fait tant souffir, le démon, c'est Mitzrael. Celui à qui je fais confiance et à qui je tiens c'est Zephiro."

"Allez si tu veux aller lui dire bonjour: il est à l'infirmerie."


" D'accord. J'y vais."

Elle se sentait tellement... bizarre tout à coup !

Mais ça lui paraissait évident, presque normal.

Oubliant presque la présence de "Cooper", elle sortit de la salle en titubant un peu et marcha jusqu'à l'infirmerie.

En route les autres étudiants la regardèrent avec effroi :

" Ca va O'Brien ?! " lui demanda un gars de la classe d'allemand.

Bah oui, tout ce sang sur son front et sa lèvre ouverte...

Mais April tourna la tête, elle se sentait étrangement bien.

- Ben, oui, pourquoi ?

- Flippante. chuchota le type à ses amis.

Elle fronça les sourcils.

Hein, mais qu'est-ce qu'il racontait ?

Si ça c'était pas être dans le coton...

Elle poussa la porte de l'infirmerie.

- Bonjour excusez-moi je viens voir...

- Oh là là, qu'est-ce qu'il vous est arrivé ??? Oui, attendez je me charge de vous tout de suite ! fit l'infirmière en collant un cachet dans les mains de l'étudiant avec lequel elle était occupée et qui regardait April avec des yeux ronds.

April resta coite un moment, un peu abrutie par les chocs.

Quand l'infirmière vint près d'elle avec une compresse, la rousse se dégagea.

- Non, en fait je voulais voir Mitzrael Do'Han. Moi je vais très bien !

L'infirmière l'observa un moment puis haussa les épaules.
Avec ces jeunes, on ne savait jamais.

- Comme vous voudrez. grommela-t-elle en indiquant le couloir qui menait aux salle de repos.

April s'y engagea.
En passant, elle vit Trisha sur un lit, entourée de toutes ses amies. Elle pressa le pas.
Bientôt elle parvint à la chambre où était étendu le déchu. Au fond du couloir, ah ça tombait bien. Très bien.

April y entra. Il était seul, les autres lits étaient vides.

Alors c'est toi la cause de tous les maux...J'espère que tu as bien ris parce que maintenant c'est mon tour.

Elle barra la porte derrière elle.

Elle se rapprocha du lit où était étendu, conscient, le déchu et s'y percha.

Bien, c'est parti. L'ennemi était au sol, c'était le moment ou jamais pour frapper.

Première phase : le mettre en confiance et lui faire croire qu'on mord toujours à son hameçon.

Elle s'inclina vers lui.

- Hey, Mitzrael, ça va aller ?

Elle caressa son visage de sa joue à son front, noyant ses doigts dans la chevelure blonde.

L'ordure. Il lui avait fait croire tant de choses ! Deux jours plus tôt, elle se lovait encore dans ses bras.

Elle résista à l'envie de lui décrocher la machoire ou de lui arracher un oeil.

- Tu m'as fait peur...

Elle poussa ses tennis du bout du pied pour se déchausser et remonta ses jambes jusqu'à elle pour s'allonger à côté de lui.

Sentant ses plaies saigner, elle attrapa une compresse et une lingette désinfectante sur la table de nuit à côté du lui et nettoya le sang de son front puis celui de sa lèvre. Elle grimaça. Le désinfectant n'a jamais eu un goût génial.

Roulant sur le flanc, elle continua de glisser ses doigts pâles dans les mèches dorées.

Elle se trouvait maintenant tout contre lui.

- Paraît que je suis blessée...Je m'en fiche, un peu.
Je n'ai pas mal. L'essentiel c'est que tu ailles bien.

Elle enroula autour de lui ses bras, en glissant un sous son cou, entre sa peau et l'oreiller où la tête blonde était affalée et l'autre dans le creux de sa clavicule.

Appuyant son front contre le sien, elle murmura :

- Tu sais que je tiens à toi...

Et elle pencha la tête pour venir joindre ses lèvres à celle du déchu. Elle attendit qu'il ferme les yeux sous la douceur de son baiser pour attraper son revolver et le poser sur la table à côté d'eux.

Un geste pas forcément alertant quand on savait combien April craignait cet engin là.
Bref, rien qui puisse paraître étrange.

Bon, allez maintenant, se montrer convaincante.

Elle continua d'embrasser l'ange. Ses lèvres à elle avaient un goût de sang, ce goût ferreux et âcre mais bon, mêlé au reste, ça ne trahissait pas sa saveur habituelle.

Ses bras noués autour de son cou d'immortel l'attirèrent à elle et le firent basculer au dessus d'elle, alors que ses lèvres gardaient toujours les prisonnières celle de l'hétérocrome.

Elle l'enlaça davantage, ses mains glissant dans son dos, sur son buste, sous sa chemise , caressant sa peau fraîche...

Bon sang, pourquoi ne ressemblait-il pas plus à Cooper ? La tâche aurait été 100 fois plus simple ! Pourquoi fallait-il que son pire ennemie soit aussi magnifique et angélique ? Si seulement son merveilleux démon était là !

Les lèvres de l'humaine étaient toujours scellées à leurs paires séraphiques. Ses mains couraient toujours, réchauffant de leur chaleur diffuse la peau froide de l'ange.

Soudain, alors qu'elle embrassait fiévreusement le déchu, ses yeux verts s'ouvrirent et glissèrent à l'instar de sa main gauche vers l'arme.

Tout se passa très vite. En un quart de seconde, elle avait pointé le canon sur le front de l'ange.

Elle attrapa sa chemise et le tira un peu plus contre elle, se cambra un peu pour que ses lèvres frôlent son oreille et murmura, tout bas :

- Echec au roi.

Le revolver glissa entre elle et lui pour venir nicher son canon brillant dans le ventre de l'immortel.
S'il ne mourrait pas, là au moins, il souffrirait. On dit qu'une balle dans le ventre est la balle la plus douloureuse qui existe.

La salle étant tout au fond, après même les salles de stockages des équipements médicaux et les murs se trouvant être très épais, on entendait rien là où il y avait du monde.Le bruit du coup de feu se répercuterait contre les murs blancs mais personne ne s'alarmerait.

Elle appuya sur la détente.

*Game over.*

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu
avatar
feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Mar 29 Sep - 13:50

Le tranchant glacé de la lame pourfendit l'air dans un sifflement macabre. Les pupilles chamarées ballayèrent la pièce. Personne.
Soudain: un bruissement. Comme un pantin soulevé par les ficelles du marionetiste, le corps de Mitzrael fut projetté en avant,
Saisit par les serres d'une douleur pesante, l'hétérocrome se recourba sur lui même. Fourageant la chevelure blonde, les doigts crispés compressèrent sa tête. Une sibilance insoutenable ronflait à l'interrieur de son esprit, comme si un parasite s'y était niché.

Son poitrail se souleva. Un souffle noir opaque émergea de son toraxe. Les genoux de l'immortel se fracassèrent contre le sol. Sonné, il bascula en avant.

Dane tappa du pied, une lippe démesurée déformant sa lèvre inferrieure.
Ca ne marchait pas, il n'y arrivait toujours pas.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une porte se fermait.
Les iris bigarées s'ouvrirent. Ils détaillèrent une pièce médicale. Le déchu était allongé sur un lit au drap d'un blanc impecable à en être repoussant. L'odeur envahissante du désinfectant lui monta à la gorge.
L'infirmerie.
Mais qu'est-ce-qu'il foutait là ?

Une crignère rousse se pavana, tachant de couleurs vives agressantes le plafond terne, devant les yeux mis-clos.

"Hey, Mitzrael, ça va aller ?"

April.
L'humaine étalla sa main fraiche sur la joue de l'ange. Ses doigts glissèrent jusqu'à son front.

"Tu m'as fait peur..."

Le vairon cligna légermant des yeux tout en hochant la tête, méfiant.
Ses pensées perdues se résumaient à des faibles "Mais...Enfin...qu'est-ce-que ?" et dérivés. Le pauvre n'y comprennait plus rien.

Et était-ce du sang qui perlait les lèvres et le front de la jeune fille ?

Celle-ci se hissa sur le lit médicale. Elle s'allongea auprès de l'immortel, happant une compresse au passage pour penser ses plaies.

Si ce Dane l'avait retrouvée, pourquoi était-elle là, salie par une lutte mais si ...normale à la fois ?

La main hypnotique de la dame rousse sombra dans les mèches dorées, drainant toutes pensées de l'hétérocrome.

"Paraît que je suis blessée...Je m'en fiche, un peu.
Je n'ai pas mal. L'essentiel c'est que tu ailles bien."


Mais elle ? Est-ce-qu'il fallait vraiment "s'en ficher" ?
Quelque chose clochait.

Cette fois, se furent les bras encerclant le visage angelique qui effaça toutes réflections.

"Tu sais que je tiens à toi..."

Le regard demandeur tomba sur les lèvres esquisses d'O'Brien aux yeux verts qu'elle lui offrit sans broncher.

Emporté par la douceur du moment, Mitzrael ferma les yeux. Mais ce baiser sali par le sang suintait le mensonge. Ses sourcils se fronçèrent quand il sentit une main vagabonde tirrer le révolver des lagnières qui le mintenaient prisonier.

Il l'oublia rapidement

A l'aide de ses bras féminins si captivants, April attira son double vers elle. Elle le fit basculer voluptueusement au dessus de son corps allongé.

Le vairon s'appuya sur ses coudes. Il absorba les lèvres si esquise de la mortelle entre les siennes

Les mains humaines rampaient sur son torce, charmant ses sens. L'immortel glissa ses doigts sous le pull de son fruit péché, flattant la peau lisse et nue de son bras.

Soudain, le canon de sa propre arme se posa contre son front. L'hétérocrome eut un mouvement de recul surpris.

Putain le con.

"Echec au roi"

Détonation. Mitzrael bascula sur le côté, arrachant de plein poumon malgrès lui un cri de douleur. Le sol dur l'acceuillit.
Un liquide rouge sang se déversa en étoile sur le sol impecable, le tachant de cette scène.
La douleur insuportable déchirrait ses boyaux, les contorsionnait, jouait à les entortiller. Les dents serrées, l'ange étouffa comme il le pouvait cette horreur qui le consumait.
Dans son esprit, ses pensées et réflections s'entre choquèrent dans un mouvement chaotique.
Il devait faire son choix.

Sa main se dressa vers April. Une essence de lumière pris nessencant du bout de ses doigts. Elle se déforma en un long fillet qui s'enroula autour de l'arme. D'un mouvement sec sur le côté, il l'arracha des paumes d'April. Second geste. Le revolver s'abattit violamant sur la tête de la jeune fille, l'assomant sur le coup.

Lentement, le déchu ramenna ses jambes vers lui. Il s'avança d'une démarche insertaine vers la dame rousse. Avec toute la délicatesse possible, il l'allongea sur le matellat. Il avait la nette impression de l'installer sur son lit de mort.

Un fin fillet de sang roulait sur le coin de sa lèvre.

Il déposa un baiser pudique sur la main d'April, s'enveloppa dans sa veste pour cacher toutes ces taches rouges et referma la porte sur tout ces souvenirs de cendres.

L'infermière l'interpella. Il l'ignora. Il n'avait pas le temps...Il allait bientôt mourir. Mourir pour mieu renaître une nouvelle fois.

Pitt fronça les sourcils quand son ami passa à côté de lui. Son regard brun dériva vers la pièce d'où il sortait.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les mains nerveuses de Mitzrael enfuirent négligeamant une chemise dans son sac. Elle se noya parmis tant d'autres vêtements.

Tout les dix ans, il revenait ici, dans cette maison ancienne. 10 ans, ça laissait largement le temps qu'on l'oublie, lui et son visage impérissable.

La tirette crissa. Il plaqua sa valise sur son dos.

"Wow je ne pensais pas que tu allais faire ça."

Le déchu se retourna. L'impassibilité de son visage fondit en une haine palpable. Encore lui.

Dane tappa dans ses mains.

"Bravo! Joli déplacement darling. Tu abandonnes ta reine pour mieu la préserver."

Il s'avança vers son adversaire d'un pas fourbe.

"Mais tu crois vraiment que ça la préservera."

Sourire

"Si tu ne veux pas prendre le risque de me perdre, je te déconseil de l'approcher."

Cooper croisa les bras. Tiens donc il passe aux menaces cachées ?

"Surtout si tu ne sais pas où elle est"

Froncement de sourcils.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La porte de la chambre médicale s'ouvrit. Anauel caché dans le corps de Pitt la referma derrière lui. Il s'approcha d'April, toujours inconciente.
Avec un attention paternelle, il la tirra sur son dos. Ses yeux vifs se rivèrent vers la porte quand elle se réouvrit.

Une étudiante, le regard vague pétillant de magie. Sans doute Mitzrael qui voulait s'assurer de la protection de l'humaine.

"Ne t'inquiète pas, je m'en occupe"

La jeune fille fit demie-tour.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les yeux verts s'étaient réouvert. Etendue sur un lit grinçant au matella à ressort peu confortable dans le centre d'une pièce mittoyenne et fissurée ayant pour seule décoration une armoire et un bureau démodé, O'Brien repris lentement connaissance.

Une musique d'Elvis Presley accompagnait son réveil dans le monde des concients.

"Je vous avais dit d'appeler Dane Cooper si il y avait un problème mais vous ne m'avez pas écouté."

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Mar 29 Sep - 20:04

April émergea peu à peu d'un sommeil sans fond.

Elle cligna un instant des paupières.

La première chose qu'elle vit était le plafond de la pièce, jauni et craquelé


- "Je vous avais dit d'appeler Dane Cooper si il y avait un problème mais vous ne m'avez pas écouté."

Cette voix lui disait quelque chose...Mais quoi ?

Elle tourna la tête, encore vaguement secouée.

Pitt Denvers ???

Mais ces paroles ne coincidaient pas avec son apparence.
Pitt parlait avec un fort accent anglais et ponctuait ses phrases de " the hell", " fucking" ou " you know".

Elle ferma les yeux et derrière ses paupières closes tenta de remettre dans l'ordre les pièces éparses du puzzle.

Elle se souvint de Mitzrael sur son lit d'infirmerie, de ses mains fraîches caressant sa peau, de ses lèvres froides brûlant les siennes - elle frissonna. Non vite, sauter ce passage là.

Elle se revit lui tirer dans le ventre, le contempler, étalé au sol, assise, l'air las sur le bout du matelas.

Elle se rappella la réplique lumineuse du déchu et sentit encore le manche de l'arme foncer sur sa tempe pour l'assomer.

Et maintenant, elle se réveillait. Là. Dans ces pièce et avec "Pitt".

Elle se redressa en réalisant...

Ses oreilles résonnaient encore du coup feu traître et de ses mots, affreux sussurés à l'oreille de celui qu'elle aimait... " échec au roi".


Bon sang, mais qu'est-ce qu'elle avait fait ???

Elle avait rompu sa promesse. Elle l'avait trahi.

Rien que cette pensée la détruisait de l'intérieur.

"We cant go on together
With suspicious minds
And we cant build our dreams
On suspicious minds"


En arrière fond, tournant sur le mange-disque, le King chantait un de ses tubes de sa voix suave
Les paroles de cette musique...Quelle ironie !

Elle rangea une mèche de cheveux qui tombait sur son visage. Elle ne savait plus bien si elle devait rire ou pleurer...

Elle remarqua alors la couleur rouge sombre qui avait taché sa manche bleue polaire.

Du sang...Pas le sien, elle n'avait pas saigné autant...

Son coeur se souleva et une boule vint bloquer sa gorge.

Celui de Mitzrael.

Elle avait du tomber dedans en s'effondrant au sol.
Il était sec maintenant et avait imbibé toutes les fines mailles.

Elle attrapa doucement et étira le tissus, enfouissant la moitié de son visage jusqu'aux yeux dedans,l'odeur métallique et salée du sang de l'ange l'envahit.

Pourquoi était-elle aussi faible ? Pourquoi l'autre avait-t-il su tirer les ficelles à merveille pour la mener à faire CA ?

Oh let our love survive
Or dry the tears from your eyes
Lets dont let a good thing die...


La boule dans sa gorge grossit et son coeur battait à vif.

Le cachemire sanglant toujours sur son visage, elle ferma les yeux, serrant les paupière aussi fort qu'elle pouvait.

- Pardonne-moi...! murmura-t-elle tout bas contre le tissus taché du sang de l'immortel.

Elle referma la main sur le tissus et l'enfouit en boule au creux de sa paume.

- Vous...Vous avez gagné. souffla-t-elle, d'une voix blanche.

Elle baissa et replia son bras contre son ventre, la manche toujours serrée dans sa main laissant juste dépasser quelques doigts qui tenaient le tissus comprimé.

- J'arrête de le suivre.

Elle fronça les sourcils avec un regard à la fois résigné et triste.

- J'ai juré que je ne le décevrais jamais...Mais si je dois vous servir d'arme contre lui, à vous tous autant que vous êtes, alors je préfère encore renoncer à le suivre et tourner la page.

Si je dois être l'épine dans son pied, son talon d'Achille, une faiblesse sur laquelle il vous sera facile de jouer, alors j'arrête tout pour ne plus jamais être cette faiblesse.

Elle pivota, toujours assise, vers " Pitt" qu'elle attrappa par le bras.

- Laissez-moi partir...souffla-t-elle avec un regard apeuré et perdu. Un regard d'agneau suppliant le loup.

- Je ne suis pas une de ces héroïnes de romans qui marchent coûte que coûte vers celui qu'elles aiment.
Je ne suis qu'une simple humaine, tout ce qu'il y a de plus bête.

Une simple humaine trop curieuse qui a ouvert une boîte de Pandorre, qui a connu démons, ange déchus et succubes ou je ne sais trop quoi... Lâchez-moi...
J'en ai trop vu de vos histoires d'immortels, de bien et de mal absolu. Tout ça me dépasse.

Elle tenait encore son bras mais son regard flottait, absent, dans le vide autour d'elle.

- Laissez-moi partir et je tournerai la page. Je ne pourrai jamais oublier mais je m'efforcerai de vivre avec tous ces souvenirs.
J'étudierais, je finirais par épouser- comme beaucoup de filles ici- le premier qui me dira "je t'aime", je me fiancerais, trouverai un boulot, me marierai, aurai des enfants, une famille, je vieillirai et un jour comme un autre, je cesserais de respirer et mourrai.
Après tout, c'est ce à quoi nous sommes destinés, nous autres humains, non ?

Les émeraudes tremblaient derrière un voile brumeux et flou.

- J'ai voulu voir le soleil de trop près et je me suis brûlé les yeux...Maintenant, je vous en prie, laissez-moi vivre ma vie d'aveugle.

Ses épaules marquèrent un léger soubresaut. Pourtant elle ne pleurait pas.

- Je ne chercherais pas à le retrouver. Pour lui, je n'essayerais pas.

J'emporterai avec moi mes souvenirs, les chérirai et les détesterai en même temps jusqu'à ma dernière heure. Mon regard fuira le ciel, je maudirais les nuages et haïrait les étoiles parce qu'elle me rappelleront sans cesse que grâce à deux ailes blanches j'ai pu, un jour, les toucher...

Mais au moins, il ira bien. Et vous ne pourrez plus lui faire tout ce mal...
Je ne dis pas qu'il sera heureux. Je ne crois pas que Mitzrael puisse l'être. Mais je ne serais plus une faiblesse pour lui. Il m'oubliera très vite...

Ses yeux étaient baignés de larmes douloureuses mais ne pleuraient pas.

Elle attrapa son téléphone portable, sélectionna le contact " Mitzrael", " rédiger un message".

Puis elle tapa sur ses touches :

Je suis désolée de la façon dont les choses ont tourné.
Il est temps pour nous de revenir à la raison.
Je ne serais jamais qu'une humaine et les humains n'ont pas à se mêler aux anges, même déchus.
Je ne dis pas et ne penserais jamais que c'était là une erreur.

Je ne pourrais sans doute pas t'oublier mais je me console en me disant que de cette façon, je ne serai pas cette faiblesse qu'il veulent que je sois pour toi. Oublie moi de ton côté, ça vaut mieux ainsi.

Je te demande pardon et te dis merci pour tout.

Je n'oublierais jamais chaque saveur, chaque odeur, chaque toucher, chaque mot, chaque souffle, chaque regard qui fait celui que tu es et à qui je tiens plus que tout.

Je t'embrasse.

April

Elle appuya sur la touche " envoyer".

Puis elle recliqua à nouveau sur "Mitzrael", "envoyer un message " et composa en un nouveau message ces quelque mots en signe d'adieu :


" Please ,treasure yourself as I would have done, dear angel of mine."

Je t'aime. Pour toujours, je t'aime.


Elle appuya sur "envoyer" et ferma l'appareil, le regard vide.

- Laissez-moi rentrer chez moi...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu
avatar
feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Mer 7 Oct - 16:33

Les yeux bicolores s'accrochaient inlassablement sur le paysage changeant à travers la vitre du train. Mitzrael aimait observer la vie à travers les fenêtres. Cela donnait la vision d'une réalité filtrée. Il avait presque envie de sortir s'enfoncer dans le lac au bord duquel la locomotive fillait. Mais les humains ne disent-ils pas que l'herbe est toujours plus verte de l'autre coté de la barrière ?

Son portable vibra. Les iris tranchèrent dans la direction de l'appreil qu'il attrappa. Il avait reçu un message. Un message d'April.


"Tu ne le lis pas ?"

Le déchu se tourna vers une silouhette famillière accoudée contre le cadrage de la porte coulissante. Son visage angelique se crispa en une grimasse haineuse. Dane Cooper.

L'humain hocha la tête, le regard insistant.


"Aller fais voir je suis currieux"

Les sourcils blonds se froncèrent. Le téléphone vibra une seconde fois.

"Oh ça a l'air important en plus de ça!"

L'hétérocrome tatonna les touches de la machine.
Option. Il se dirigeait vers suprimé quand le bourreau lui fonça dessus. Ils passèrent tout deux à travers la fenêtre dans un éclat de verres chantant. Le philtre d'un paradis imaginaire avait été rompu.


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

"Laissez-moi rentrer chez moi..."

Un soupire indécit s'évada des lèvres d'Anauel.

"Ce n'est pas aussi facile vous savez."

Il hésitait sur ses mots. Son esprit submergé par une réflexion palpable, il se plongea dans un mutisme intriguant.
Même Elvis garda le silence.

Enfin, les pupilles bleues océan roulèrent doucement vers April.


"Vous avez le droit de vouloir vivre normalement, mais honnêtement, après ce que vous avez vécu et selon votre vision de ce monde, vous ne pourrez vous empècher de vous tourner vers le fantastique même si vous vous résolvez à lui tourner le dos."

Le tourne disque répendit la voix mièleuse du King. Une nouvelle chanson, un peu plus rythmée cette fois.

"Votre univers est trop fade pour vous. Mais j'attenderais. L'immortalité vous dote d'une passience hors du commun vous savez."

Un fin sourire pur se crayonna sous son nez délicat.

"Je ne suis pas votre ennemi, comme je ne suis pas celui de Mitzrael. Je vais vous laissez rentrer chez vous, comme convennu. Seulement avant, j'ai besoin de votre aide. Même avec toute la passience du monde il y a un être que je ne peu me résoudre à ignorer plus longtemps."

D'un pas dansant, il s'avança vers la porte, au fond de la chambre. Elle s'ouvrit en grinçant -un peut comme celle du cliché de la maison délabrée-

"Au fait, je vous l'ai déjà dit mais, la vie n'est pas une fatalité. Son essence ce sont vos propres choix. Et le choix, nous l'avons toujours."

Il invita la dame rousse à passer dans la pièce à côté d'un geste acceuillant de la main.

Ils traversèrent rapidement dans sa largeur un couloir peint en blanc et débouchèrent immediattement dans une petite salle sombre. Murs négligés, ameublement modique, rideaux opaque fermés... Au centre de ce pittoyable tableau, un homme était allongé sur le divan. L'iris d'un vert incroyablement perçant perfora les nouveaux venus. Les pourfendeurs de son territoire...Les gêneurs quoi. Il portait un chapeau brun dans le genre cow-boy, plaquant ses long cheveux bruns contre son front. Une mèche épaisse cachait la totalité de son oeil droit. Que cela ne tienne...Son autre oeil était suffisamant captivant.


En face de lui, sur la table basse, les cadavres des bouteilles de bières s'empillaient. La tête reposé sur la plaque en bois, un chien-loup couleur fauve mélangé à un noir charbon gronda -plus une plainte qu'un avertissement- Le regard assomé de toute lueur vif propre aux canidés, l'animal se contenta de lècher rapidement ses babines tombantes, laissant entre-voir ses menaçantes canines.

Les lèvres d'Anauel se déformèrent en un rictus de dégoût.

"Tu as encore bu ?"

La voix rauque de l'homme mitrailla instentanémant.

"Non, le chien à bu, mais pas moi"

Il s'installa confortablement sur son siège, accompagnant son geste d'un "Ah! Ta princesse s'est réveillée!"

Il se massa le front à l'aide de ses doigts sveltes.

"Parfait. Maintenant pourriez-vous avoir l'hamabilité, comme convenu, de continuer votre compte de féé frou-frou hors de ma maison"

L'immortel hocha calmement la tête. Le bras de fer pouvait commencer.

"Botaro, j'aurais encore besoin de ton aide..."

"Oh diableresse!" Cette fois, le chapeauté tappa sa paume contre son front.

Anauel ne se laissa pas démembrer de sa conviction pour autant.

"J'ai besoin de tes talents de chasseur pour être plus précis."

Sourire crispé.

"C'est avec ce sourire ému et la joie bombant le coeur que je t'annonce catégoriquement -son esquisse fondit en un grimasse fermée- : N-O-N"

Il happa une bouteille.

"Tu devrais prendre de l'eau."
Ah ces "increuvables" et leur naïveté touchante...
"La bière est plus proche"
"Je croyais que tu ne buvais plus"
"Il y a beaucoups de choses auquelles tu devrais arrêter de croire. Comme le fait que, piqué par la mouche mélancolie, je reprenne les armes pour tes yeux doux. C'est fini tout ça!"

La voix de l'âme grimpa d'un ton.

"Et tu prèfères te laisser aller, bière en guise de glaive et le King comme chant de guerre. Ainsi armé contre la vie, tu te retournes la phrase "La vie n'est rien et rien ne vaut la vie" sur tes royaux coussins"

Le verre de la boutielle claqua contre la table.

"Le coussin de la décadence est bien confortable. Tu devrais l'essayer un de ces jours..."

Les paupières d'Anauel se plissèrent.

"J'ai du mal à te reconnaître."
"Un incompris mourrant et un philosophe mort...Ensemble on pourrait conquérir le monde!"
"Botaro tu me dois bien ce service, en mémoire du..."

Le chasseur se dressa sur ses bottes, imposant sa taille élancée.

"De quoi ? Du passé ? Désolé mais j'ai perdu le sens du devoir en même temps que mon oeil droit."

Il souleva sa mèche. Anauel détourna automatiquement son regard, les traits crispés. La cicratrisse zèbrant la paupière close était droite, précise, surmant causée par une lame. Le temps avait permis à l'homme d'adapté son image...ainsi que sa vision des choses. Ses cheveux brun retombèrent allègrement.

"Botaro..."
"Anauel! Arrête de commencer tes délires par mon prénom! Ca agasse le chien."

Grondement étouffé.

L'âme baissa la tête.

"Il sagit de Mitzrael."
"Oh! Voilà qui donne à réfléchire." Il attrappa son menton puis, lança immediatement un ""NON"-coup-de-couteau"

Les yeux bleus s'assombrirent. La lampe éclairant faiblement la pièce augmenta l'intencité de sa lumière. L'ampoule grisailla. Elle explosa.
Silence.
Botaro haussa les épaules.

"Alors gravons le point. Tu me demandes, de traquer pour protèger cette princesse rouge. Je devrais alors retourner dans un passer que je tiens à garder passer et non présent. Mais si je refuse, princesse mourra prématurément dans d'atrosse souffrance par une créature non identiffiée. Elle va sans doute lui arracher ses beaux yeux vert pour ses les servire dans une soupe aux cheveux d'ange et c'est pas peu dire. Parfait!"

Il se chemina vers April, la prennant en compte pour la première fois.

"Maintenant prouvez moi, princesse, que votre vie vaut vraiment la peine de se donner tant de mal"

L'immortel roula du regard.

"Là n'est pas la quest..."

La main droite du chapeauté lui coupa la parole.

"Désolé mais il te manque les nattes et la robes pour te prétendre demoiselle. Là en l'occurance je parle à dame"

Il hocha la tête, les yeux grinçant d'amabilité.

"Oh je ne veut pas entendre le discour adolescant du "Mon existance est un désastre personne ne m'aime et je n'aime personne, je suis bonne à rien et blablablablaBLA" Non! Je parle de votre vie pas de vos pensées. La seule chose que vous ne possèderez qu'une seule fois. Prouvez moi que vous êtes loin d'être un déchet périmé "direction la grande poubelle". Prouvez-moi que vous voulez réellement vivre. Prouvez-moi que vous savez perdre avec classe et gagner avec esprit!"

(Botaro ^^
Spoiler:
 
)

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Jeu 8 Oct - 13:40

( Oooouuué bug vaincu ><* ! )

La jeune fille rousse écouta l’argumentation de « Pitt ». Mais presque d’une seule oreille.
Elle n’était pas sûre d’avoir pensé un quart de ses mots tout à l’heure. Une fois dehors, elle chercherait à contacter Mitzrael par tous les moyens.

- Savoir que tout reviendra ne m’aidera pas à tourner la page.


Elle n’ajouta rien de plus et suivit son hôte jusqu’au salon. Là, ils tombèrent sur un homme des plus extravagants. Autant par son style que par ses paroles…

Cette acidité, ces sarcasmes, cette attitude sardonnique voire corrosive, ce flegmme insolent…

Sacré personnage que ce nouvel arrivant !

Bientôt, il s’adressa à elle avec une galanterie plutôt ironique...

April haussa un sourcil et en fronça un autre, dans une expression à la fois intriguée, conquise et amusée.

- Si je comprends bien vous me demandez d’estimer le prix de ma vie ? Bon….Alors commencez par me donner un barême. Je ne sais pas pour vous, mais ce monde ci n’a pas encore édité de tableau de valeur pour ses éléments…

Je me demande bien comment vous comptez …Enfin, puisque vous me le demandez si gentiment, je peux peut être essayer…

Tout dépend si vous désirez la réponse modeste ou la réponse telle que je la pense vraiment…

Modestement, je dirais que je suis une simple humaine…

Cependant honnêtement et plus narcissiquement, je répondrais que sans le vouloir, j’ai réussi à intéresser un démon au point qu’il me laisse son anneau chéri pour l’appeler si jamais je voulais à nouveau jouer, une enchanteresse a copié ma mémoire, mes capacités et mon apparence pour atteindre Mitzrael, cet ange déchu que j’ai d’abord fasciné puis séduit.

Au risque de paraître atrocement vaniteuse…Je ne dois pas être si inintéresssante, non ?

Bien-sûr elle se garda bien de préciser qu’elle-même était tombé irrévocablement amoureuse de ce même ange déchu…

Elle eut un petit sourire, le coin de la lèvre relevé.

- Mais peut être n’est-ce tout simplement pas la bonne question…C’est vrai vous désirez une estimation du prix de la vie et semblez trouver la mienne minable alors, peut être la meilleure interrogation serait :

Et en quoi mon existence vaudrait-elle moins que la vôtre ?

Elle aimait son genre, ce type lui plaisait c’était décidé et le défi qu’il lui avait lancé n’était pas pour lui déplaire…

Elle dévia le regard vers la table encombrée de cadavres de canettes et bouteilles à l’agonie puis le ramena de nouveau vers le fameux Botaro.

- Posez-vous la question…

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu
avatar
feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Sam 10 Oct - 23:18

"Si je comprends bien vous me demandez d’estimer le prix de ma vie ?"

Les lèvres de Botaro se retroussèrent dans un rictus désagréable.

Ne me force pas à te lobotomiser pour te forcer à te taire.

Ah sacré faceur ce Anauel ! Voyons ce que cette demoiselle rousse a d'interressant à annoncer dans ce cas.

"Bon….Alors commencez par me donner un barême. Je ne sais pas pour vous, mais ce monde ci n’a pas encore édité de tableau de valeur pour ses éléments…
Je me demande bien comment vous comptez …Enfin, puisque vous me le demandez si gentiment, je peux peut être essayer…"


Le cuire de la veste grinça quand le traqueur croisa les bras.
Bon après tout ce blabla d'introduction on pourrait peut-être passé à l'élément essenciel de la réponse non ?

"Tout dépend si vous désirez la réponse modeste ou la réponse telle que je la pense vraiment…
Modestement, je dirais que je suis une simple humaine…
Cependant honnêtement et plus narcissiquement, je répondrais que sans le vouloir, j’ai réussi à intéresser un démon au point qu’il me laisse son anneau chéri pour l’appeler si jamais je voulais à nouveau jouer, une enchanteresse a copié ma mémoire, mes capacités et mon apparence pour atteindre Mitzrael, cet ange déchu que j’ai d’abord fasciné puis séduit."


Les sourcils garnis de Pitt se froncèrent. Cette fois, ce fut lui qui croisa les bras, fermé.

"Au risque de paraître atrocement vaniteuse…Je ne dois pas être si inintéresssante, non ?"

Botaro redraissa le menton, ses yeux verts transperçant ceux de la jeune fille.

"Je te donnerais bien une médaille en chocolat mais je les ai toutes refillées au chien quand il a réussit à raporter le journal sans broyer la première page."

Désolé Anauel, chassé le naturel et il revient au galop mais là il fallait l'avouer, c'était plutôt à la charge.

April continua, imperturbable.

"Mais peut être n’est-ce tout simplement pas la bonne question…C’est vrai vous désirez une estimation du prix de la vie et semblez trouver la mienne minable alors, peut être la meilleure interrogation serait :

Et en quoi mon existence vaudrait-elle moins que la vôtre ?"


Le traqueur nota que les pupilles humaines glissèrent vers la table tapissée d'une couche de bouteilles avant de revenir à lui.

Mais quelle arrogance!
Interressant...

"Posez-vous la question…"

"Le vermissau tente de chatouiller les serres de l'aigle royale."

Il pris la pose théatrale de "l'élémentaire mon chère Watson"

"Ne pensez pas être la seule à avoir rencontrer ange et démon celà dépasserait l'ententement du narcissisme voir de la stupidité ici étant donné que même le chien à croisé plus de regards fantastiques que vous-même."

"Mais tout ça ne viendrait-il pas du passé que tu tiens à maintenir passé et non présent ?"

Les yeux verts se cognèrent contre l'océan bleu.

"Non c'est juste que j'ai opté pour le septicisme le jour où, assis dans une église entre un flic et une bonne soeur, j'ai constaté que mon porte-feuille avait disparu"

"Le coussin de la décadence à l'air moins confortable en un coup."

Le chasseur pris une grande inspiration.
Espèce de...
Expiration.
Il détestait perdre, surtout quand c'était ses propres mots qui, se retournaient contre lui, fracassant son bouclier.

D'un pas lourd, il s'avança vers une porte en bois, au fond de la pièce. Il dirigea ses doigts vers la ceinture autour de sa taille. La bobinette suivie de la chevillette furent remplacés par un cliquetti de clefs et un claquement métallique mais le résultat resta le même: "et la porte s'ouvrira"

Le chapeauté revint avec un modique collier auquel pendait une pierre bleutée.

Il brandit le misérable bijoux, l'air professionnel.

"Ceci, mademoiselle est une pierre d'âme. On raconte que les elfes auraient enfermé un esprit à l'interrieur qui réagirait au contacte de l'énergie magique de ses compères. Bien sur je n'en crois pas un mot. Ils ont juste balancé quelques sorts et ensuite ils se la pettent comme d'habitude avec leurs légendes. Faut pas croire, c'est pas modeste un elfe."

Il envoya le collier à Pitt. Celui-ci l'attrappa au vol. Alors, la perle s'enveloppa d'un éclat lumineux aveuglant qui se faufilla entre les doigts serrés.

"Ah Anauel je crois que tu es mort"

L'air siffla quand l'âme renvoya l'objet à son possèsseur.

"Quand un esprit possède le corps d'un être, elle laisse derrière elle une trasse, une essence en quelque sorte. Si une âme a pris possession de ton corps, nous le serons tout de suite"

Le traqueur tendit le bijou à April.

Au moment où elle entra en contacte avec la pierre...rien

Botaro se frotta les mains.

"Chouette! Tu n'as pas été possèdée! Celà veut dire que nous avons affaire à un ensorceleur."

"Impossible. Il a put prendre possession du corps d'un étudiant." contredit Pitt.

Botaro se tourna vers lui.

"La follie du dédoublement de la personnalité t'aurait-elle foudroyé ?"

Anauel hocha la tête, les yeux plissés.

"Pas de persuasion de mon côté"

"Très bien dans ce cas partons à l'aveuglette. Ah que j'aime le danger!"

Le chien-loup gronda. C'est dingue ce qu'ils étaient bruyant aujoud'hui!

"Mais nous n'avons aucune idée d'où peut se trouver cette créature."
"On cherchera au peigne"
"Il n'est pas forcément sur Anteria"
"Alors il nous faudra peigne extrèmemant fin"
"Range tes sarcasmes"
"Savais-tu que les indigènes ne regardent pas si il y a du poisson quand ils pêchent ?"

Silence.
Anauel passa sa main sur son front.

"Et pourquoi Botaro ?"

Le traqueur se pretta une joie enfantine à répondre.

"Ils cherchent en réalité le éron bleu. Si il y a du poisson, il y a volatile si il n'y a pas volatile il n'y a pas du poisson. Si on trouve Mitzrael il y aura son boureau."

Les pupilles écrasentes du chapeauté roulèrent vers l'humaine.

"Quoi tu es encore là ? Tu n'avais pas une vie à reconstruire toi ? Fais déjà le premier pas..."

Son index pointa la porte

"Vers la sortie"

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Sam 10 Oct - 23:59

April écouta la réponse de cet homme si intriguant, reçu la pierre sans piper mot, assista à l'échange entre Botaro et Anauel.

Ensuite ce cher chapeauté l'invita aimablement à prendre congé...

Elle plissa les yeux mais s'avança vers la porte.

De profil, elle se retourna.

Elle doutait encore, devait-elle tout lâcher ? Ou aider Mitzrael qui ne voulait pas de son aide. Et puis l'aider en quoi ? Avec ses moyens d'humaines ? La belle blague !

- D'accord, j'y vais. Je vais tenir ma parole. Mais si vous le retrouvez dites-lui que...Non, après tout, il sait. Il sait bien...

Mais cet autre, dans le corps de Cooper...A cause de lui j'ai vu la personne qui compte le plus à mes yeux étalée au sol, se vidant de son sang à cause d'une balle que j'AI tirée. Donc humaine ou pas, moyen dérisoire ou non, si on le retrouve, je lui ferais bouffer ses trippes même si je dois aller les chercher moi-même.

Je reviendrais si vous remettez la main dessus. En attendant...j'ai confiance en Mitzrael. Il sait ce qu'il fait. Il l'a toujours su.

Elle allait abaisser la clanche quand elle percuta tout à coup.

Cette fois, elle pivota vivement vers " Pitt".

- Attendez ?! Anauel ???? Vous...Vous êtes ce salaud qui a ordonné à Mitzrael de brûler Cooper ?! Celui qui lui a effacé la mémoire ?! Il a cru devenir dingue à cause de vous ! Et c'est bien à vous que j'ai eu à faire l'autre jour chez lui...Vous qui vouliez que " j'appelle Dane Cooper" !
Qui n'avez cessé de semer le trouble dès que vous pouviez !

Elle s'avança vers lui.

- Je ne sais pas qui vous êtes et pour être honnête, je n'en ai rien à foutre. Vous me donnez envie de vomir.
Si je dois revenir, je vous conseille de rester très loin de moi. Et je vous défends de m'adresser encore ne serait-ce qu'une fois la parole ! fit-elle, en se rapprochant de lui pour le fusiller du regard.

- Je préfère encore parler au chien.

Elle salua Botaro d'un hochement de tête.

- J'ai été ravie de vous rencontrer. Accordez-moi, juste une faveur : - elle désigna Anauel du menton avec mépris - faites lui vivre un enfer. Je compte sur vous pour lui pourrir l'existence. Et si vous ne le faites pas pour moi...faites le pour Mitzrael. Ou pour vous. A vous de voir.

Elle mitrailla encore Anauel du regard et passa la porte, la refermant derrière elle.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu
avatar
feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Sam 17 Oct - 1:49

La porte claqua contre le chambranle, insinuant un écho amère derrière elle.

Un sifflement pantois glissa entre les lèvres pincées de Botaro. Il flatta du pulpe de ses doigts sa fine barbe naissante taillée précieusement.

"Quoi qu'il en soit, celui qui a réalisé ça savait ce qu'il faisait..."

Ses yeux vert térébrants rampèrent sur le visage interdit d'Anauel.

"Ainsi que ceux qu'il impliquait"

Les doigts de l'âme se compressèrent contre la paume moite de sa main humaine pour tenter d'étouffer l'abîme journalier auquel il s'était abonné il y a de ça des années. Entant qu'habitué de cette marchandise, il ne sourcilla pas.

Le mutisme se tortilla telle une anguille pour s'insinuer dans cette pièce de théatre dramatique.

"Come"

Les oreilles couchées du chien se redressèrent vivement.

////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les bottes de vieu cuire frolèrent le sol. Les paupières se plissèrent. La cible n'était pas très loin. On pouvait encore distinguer ses contours colorés se dessiner contre la perspective terne du paysage débrayé.

La langue se colla modiquement contre le palais. Deux sifflement reptilliens saccadés.

L'animal bondit. Le cou et le dos tendu, il se profilla la forme d'un projectile pourfandant l'air jusqu'à sa proie. Ses griffes accrochèrent rageusement le sol, lui arrachant une nuée de particule de poussière. Chaque foulée était plus rapide, plus allongée, plus impressionnante que la précédente.

Botaro hocha la tête, l'air satisfait peint sur le visage, et s'avança d'un pas serrein.
April aurait beau courire, le chien l'aurait de toute façon ratrappée.

Il suffit d'un bond puissant pour écraser la jeune fille sous le poigt du canidé. Celui-ci la saisit immediatement avec une monothonie quotidienne la gorge si sensible de la mortelle. Le traqueur enjamba d'un geste souple le corps allongé. Il s'agenouilla, redressa d'un coup sec de l'index son chapeau retombant, puis se décida enfin à prendre la parole.

"Celà fait longtemps que Dieu ne s'interresse plus à moi et le Diable, quand à lui, à trop peur que pour se présenter. Mais Anauel, lui, n'a jamais eu peur. Je te déconseille de souiller sans réfléchir mes Grands."

Il se releva tout en balança un "laisse" acerbe. Le chien relacha la dame rousse comme il aurait abandonné un os en caoutchou usagé. Il tallonna son maître déjà en route pour la maison.

A son tour, le chasseur claque la porte derrière lui, laissant l'implication de ses mots autour d'April.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Sam 17 Oct - 12:05

* Appelle Mitzrael. Appelle Mitzrael. Appelle Mitzrael. Appelle...!*

April fut coupée de ses pensées en sentant un masse volumineuse s'abbattre sur elle et l'étaler sur le sol dur et rèche de bitume noir.

Le cow boy suivait, évidemment.

La geule du chien s'empara de son cou.

Oups.

Botaro s'agenouilla près d'elle, à présent à la merci des crocs mais elle ne savait pas bien lesquels, au final...

Et elle avait beau être une fille plutôt courageuse, elle ne pouvait se cacher de cet air apeuré, son grand regard verts brillant d'inquiétude.

"Celà fait longtemps que Dieu ne s'interresse plus à moi et le Diable, quand à lui, à trop peur que pour se présenter. Mais Anauel, lui, n'a jamais eu peur. Je te déconseille de souiller sans réfléchir mes Grands."

Toujours cette attitude nonchalante, ces airs baroudeurs et ce ton caustique...
Qui cette fois ne faisaient qu'augmenter la peur de la jeune rousse.

Soudain, l'homme ordonna à sa bête de la lâcher et fit demi tour , d'un pas tranquille, suivit par le chien qui trottinait derrière, joyeux et docile.

April se massa la gorge.

"Je te déconseille de souiller sans réfléchir mes Grands."

Elle revoyait mentalement Mitzrael se saisir la tête devant son récit de la mort de Cooper.

- Alors ne touchez pas aux miens...fit-elle d'une voix faible et tremblante .

Elle se hissa à nouveau sur ses jambes et reprit doucement sa route.

Elle sentit une chose gluante sur sa peau. Beurk de la bave de chien !

Mais ça n'était pas sa préoccupation première à ce moment...Elle aperçut son reflet dans une fenêtre bordant la rue.

Elle ne faisait plus la fière maintenant ! Et semblait plutôt blanche comme un linge...

* Allez quoi April tu déjà été mordue et vidée de ton sang par un démon, enterrée vivante par une sorcière et squatchée par un revenant entre les murs d'un amphi...C'est pas un taré et sa boule de poils - et de croc - qui vont t'effrayer à ce point ! Si ? *

Elle jeta un nouveau coup d'oeil à sa tête pâle dans la vitre.

Apparement si.

- Bon, bon, ressaisis-toi, O'Brien ! Tu n'as qu'à...prendre ton téléphone et appeller Mitzrael, tiens oui, c'est vrai ! Voilà, c'est ça, appelle-le.

Elle attrapa l'appareil mais il eut beau sonner, personne en décrocha. C'aurait été trop facile !

- Et MERDE !

Elle en avait brusquement franchement marre. Ras-le-bol total.

Elle réessaya. Pas plus de résultat.

- MERDE MERDE MERDE !!!

Demoiselle impulsive levez le doigt ? Elle envoya sans réfléchir d'un lancer puissant et rageur, son téléphone dans la fenêtre du salon du cow-boy.

L'appareil assez épais et solide, dessina une toile de fissures dans le verre en un joli impact sur la droite du panneau de verre, avant de retomber au sol et d'y attérir en une explosion de plastique, métaux et éléments électronique.

Laissant le cadavre démantelé, éventré, déchiqueté de son ex-fil à la patte, elle vit volte-face et s'engagea plus avant dans la ruelle pour rejoindre le centre ville.

Elle pouvait maintenant vivre sa vie comme elle l'entendait.

Mais jusqu'à quand...?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu
avatar
feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Oh my.   Dim 18 Oct - 11:40

"'Alors ne touchez pas aux miens' Ah!"

La porte claqua derrière le chien.

"Tu l'as trouvée dans une boîte en carton gratiffié d'un "prennez moi je suis gratuite" cette petite gamine ?"

Le trauqueur tomba sur le répondeur silencieux des immortels.
Les yeux bleus océan d'Anauel ne voguèrent dans sa direction.
Le chapeauté releva imperspectiblement le menton. Il se résigna à appuyer sur le téléphone rouge.

En parlant de téléphone...

Hurlement d'un impacte. Les iris verts transpercèrent la vitre dans un glissement sec.
Le chien, retrouvant ses origines animales d'éclaireur, abboya par réflèxe.

Les doigts raides de Botaro se refèrment sur le tissus granulleux des tentures. Il les ouvrit d'un écartement brutale des bras.

"Oh diableresse!!"

Les fissures zèbrées s'étallaient en étoiles autour du choque, cicatrisant un peu plus sa demeure.

"Laisse Botaro"

Comme le chien avait relaché son os, le traqueur ababandonna l'humaine.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Oh my.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oh my.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre les mondes :: Les Mondes :: Anteria :: ▌Chicago :: Centre ville :: ▌Université-