AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Écueil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vampire

Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Écueil   Sam 29 Jan - 19:36

Alaric Qamra - Azure | F0FFFF

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-------------------------------------------------------------------------------------------------
Deux iris dorés se levèrent en direction du large portail qui se tenait face à eux. La lumière que dégageaient les lampes éclairait faiblement le visage pâle d'un homme aux courts cheveux bruns. Son index s'appuya sur la sonnette. Il s'étira un court instant, bailla sans retenue et croisa finalement les bras. Des pas résonnaient dans le couloir. La clé tourna dans la serrure. La clanche s'actionna. La porte s'ouvrit, laissant place au minois d'une jeune femme rousse aux airs exténués. Les lèvres de l'inconnu s'étirèrent en un large sourire et il écarta les bras en guise de salut acceuillant.

- Mademoiselle O'Brien !

Il dévoilà ses dents éclatantes, toujours plus souriant.

- Je suis vraiment désolé de vous déranger en cette heure tardive ; je sais que ça ne se fait pas, surtout quand l'importun est un parfait inconnu, et je ne voudrais en aucun cas passer pour un homme qui manque de manières mais ...

Il haussa maigrement les épaules et esquissa une moue crispée.

- ... je n'ai vraiment pas eu le choix.

***
- Allô Stewart ? Ce serait sympas que tu daignes me répondre un de ces quatres ... C'est déjà le seizième message que je laisse sur ton répondeur et tu m'as toujours pas rappelé. Ca fait trois jours maintenant que j'essaye de te joindre, ça commence à faire long. Carpenter s'impatiente pour l'avancement de son dossier, et moi de même. Il serait peut-être temps que tu m'envoies les documents ou, au moins, que tu m'expliques quel est ton empêchement que je puisse m'oragniser. Merci d'avance.

Le pouce d'Owen Livingston, avocat réputé de Chicago, appuya nerveusement sur le bouton "raccrocher" de son iPhone.

***
- Enfin, avant tout explication, il serait peut-être plus poli que je me présente.

Le brun tendit galement la main en avant, invitant la jeune femme à la lui serrer.

- Alaric Qamra, au plaisir.

***
- Salut Stewart. Je t'envoie un dernier message pour te dire que je passe chez toi. Là je peux vraiment plus attendre. Carpenter a menacé d'annuler le contrat si les papiers n'étaient pas en sa possession après-demain au plus tard. T'as intérêt à être là et à me laisser entrer, je ne veux pas d'ennuis par ta faute. Bye.

***
- Oh, vous n'avez sans doute jamais entendu parler de moi. Certes, j'ai vécu ici autrefois, mais c'était il y a bien longtemps. J'étais alors ... beaucoup plus jeune. Soit, nous ne sommes pas ici pour causer de mon passé.

***
- Bon Stew', je suis devant chez toi, il y a une pile de journeaux empilés devant ta porte et tu ne réponds pas quand je sonne. Je te jure, je sais pas quel es ton problème mais si tu viens pas m'ouvrir dans les deux minutes, je défonce l'entrée.

***
- En fait, je suis ici pour vous parler d'un ami que nous avons en commun. Si je vous parle d'Owen Livingston, je présume que vous savez précisément de quel homme il s'agit. De toute manière, inutile de nier ; je vous ai vu ensemble.

Il sourit amicalement.

- Rassurez-vous, rien de grâve en ce qui vous concerne. En réalité, je voudrais simplement vous demander un service. Mais peut-être pourrions-nous en parler à l'intérieur. A vrai dire, je commence vraiment à avoir froid. Vous m'invitez à entrer ? Bien sûr, ce n'est pas comme si vous aviez le choix.

De sa poche, il sortit une petite carte qu'il lui tendit.

- Je suis inspecteur de police.

***
Trois minutes s'étaient écoulées. La main du vampire se referma sur la poignée de la porte délabrée. A peine s'y appuya-t-il que cette dernière s'ouvrit. Automatiquement, ses sourcils se froncèrent. Quelque chose n'allait pas. Un pas, deux pas. Il entra dans la pièce principale. Quelques papiers éparpillés, une tasse renversée, une boîte de biscuits étalée sur la table. Rien de tout cela ne jurait avec l'état habituel de l'appartement. Pourtant ...

Il prit une profonde inspiration.
Aussitôt, il se figea.

Du sang !

Il écarquilla les yeux, fonça dans le fond de la pièce. Rien dans le bureau adjoint. La chambre ? Toujours rien. Restait la salle de bain. La lumière était allumée. Le pied de l'homme repoussa doucement la porte qui dégagea la vue sur la pièce. Il crispa la mâchoire, serra les poings. Ses pupilles tétanisées se figèrent sur les tuyaux de canalisation.

- Merde ... mumura-t-il en plaquant sa manche devant son nez.

Pendu par le pied, le ventre tranché, le plus fidèle acolyte d'Owen n^'était visiblement plus. Des billets avaiaient été glissés sous sa peau et ressortaient de la plaie. D'autres étaient callés dans sa bouche et ses yeux avaient cedé leur place à deux pièces de monnaie.

***
A peine April eut-elle formulé son invitation et laissé le passage libre que les pieds d'Alaric franchirent l'entrée de sa maison. Son visage arbora un instant un sourire vainqueur. Désormais, elle ne pourrait plus rien contre lui.

- Pour tout vous dire, ce bon vieux Owen possède quelque chose qui m'a été volé il y a de nombreuses années. Un objet auquel je tiens particulièrement, et je souhait ardemment le récupèrer. Peut-être l'avez-vous déjà apperçu ? C'est une vieille chevalière. Un héritage ... Je suis très attaché aux valeurs familiales, et j'aimerais par conséquent que vous m'adiez à la récupèrer. expliqua-t-il tout en se rendant au salon.

Elle le pria de s'installer dans l'un des luxueux fauteuils de cuire. Il s'éxécuta, dévorant du regard les maintes décorations. Le chien, lui, s'était brusquement planqué dans un coin reculé de la pièce en gémissant.

- C'est très beau chez vous.

Un instant, il inspira profondément. Ses muscles se crispèrent imperceptiblement. Il secoua la tête.

- Et j'aime beaucoup votre parfum.

***
- Travail de qualité, n'est-ce pas ?

L'avocat se figea de plus belle. Très lentement, il tourna la tête en direction de la porte par laquelle il était entré. Dans son encadrement, une femme rousse appuyée sur un coude, la paume de sa main retennant fièrement sa tête. Elle esquissa un sourire râvi et se redressa habilement.

- J'ai tellement progressé en matière artistique depuis la dernière fois que l'on s'est vu !

- Judith ... Qu'est-ce que tu fais ici ?

- Voyons, l'ami ! Prends au moins le temps de me féliciter avant de poser ses questions embêtantes. Elles sont accessoires !

- Mais ... qu'est-ce que tu as fait ... ?

- Et bien, j'ai ajouté des billets dans le tableau, j'ai pensé que tu adorerais ça ! Sans parler de l'odeur alléchante du sang de ce vieil alcoolique qui, mêlée au théâtre visuel, ne fait qu'accentuer le ... -elle caressa ses lèvres du bout de la langue- délice.

- Te fous pas de moi. Tu as très bien compris ce que je voulais savoir.

- Oooh tu es toujours aussi rabat-joie ! La voilà ta réponse. ajouta-t-elle en désignant le vide par-dessus son épaule du bout de son pouce.

Les sourcils de l'homme se froncèrent davantage.

Sur le mur était écrit en lettres de sang :

Combien d'années, déjà, que tu ne considères plus les humains comme il le faut ?
Oh, depuis trop longtemps déjà. Mais ne t'en fais pas l'ami, nous allons te le rappeller.
Tour à tour, tes proches redescendront au rang de jouet qui leur convient,
Ainsi peut-être regretteras-tu de nous avoir lâché ?
Ton plus loyal ami, d'abord, maintenant ta belle rousse !
T'as perdu de l'expérience, alors qui sera le plus rapide ?


- Où est Alaric ?!

- Il s'amuse.

- Où est-il ! Réponds !!

- A ton avis ? T'as perdu ton sens des valeurs, me fais pas avaler qu'il te manque aussi celui de la vue !

- April ...

Immédiatement, Owen se rua vers la sortie. Judith lui bloqua instantanément le passage.

- Hin, hin, hin. Où est-ce que tu comptes te rendre comme ça ?

Ses bras s'enroulèrent autour de ses épaules et elle pencha la tête dans le creux de son cou. Là, elle murmura :

- Alors faux-frère, comme ça tu n'apprécies pas ma compagnie ? Allez, file retrouver ton humaine !

***
Se callant mieux dans son siège, Alaric étendit ses jambes devant lui et croisa les chevilles.

- Soit. Je prendrais bien un verre d'alcool ... histoire d'agrémenter un peu cette conversation, vous comprennez ?

Le gsm d'April vibra. Message.

- S'il-vous-plait, ça me ferait vraiment ... plaisir.

***
Stewart a été assassiné. Si un homme appelé Alaric se présente devant ta porte, ne l'invite en aucun cas à entrer. Reste enfermée chez toi jusqu'au soleil levant. Il est dangereux, mais il ne pourra rien te faire si tu prends soin de suivre mes instructions.
Quoi qu'il en soit, j'arrive de suite.


***
Lorsqu'April revint dans le salon, le brun était debout à contempler les photos de famille. Il se retourna vers elle avec un petit sourire crispé en désignant l'une d'elles. Clicher où Jake, Lisa et Aladiah siégeaient devant l'orphelinat.

- Cette fe ... cette enfant est votre soeur ?


Dernière édition par Owen Livingston le Dim 30 Jan - 17:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Dim 30 Jan - 14:12

Mais pourquoi ce pingouin la suivait-il partout ?!

Depuis qu'elle avait rempli son caddie de bâton d'esquimaux à la vanille nappé de chocolat et qu'elle avait vu débarquer aussitôt un volatile polaire habillé du grand T-shirt jaune des employés du supermarché, impossible de se débarasser de cet animal.

Elle tenta un pas plus rapide à travers le rayon. Mais c'est qu'il fonçait, le bougre !

Paniquée par cet ovidé obsessionel, elle lâcha le caddie qui partit enfoncer tout un étalage de produits de lessive, se répandant partout au sol.

Sol qui se mit tout à coup à mousser, mousser, mousser !

Perdue dans un océan de bulles blanches denses, April profita tout de même de ce répit pour chercher un endroit où se cacher de cet effrayante bête.

Bingo ! La chambre froide de la boucherie !

Détalant à toutes jambes - et évitant cette satanée mousse - elle se rua à l'intérieur et s'enferma.

De l'autre côté de la porte blindée et réfigérante, elle entendait les pas lourds et clapeux de son agresseur bicolore.

Soudain, l'animal semblait s'arrêter devant la porte.

WOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNNNNNNNNNN

Le cri odieux de l'animal fit sursauter April et se dresser dans son lit, afollée.

Elle mit plusieurs secondes à capter qu'il ne s'agissait pas d'un braillement de Pingu berseck mais de la sonnette d'entrée, au rez de chaussée.

- Saloperie de pingouin....marmonna-t-elle, endormie en se levant pour passer son grand gilet de laine douce et des chaussons.

Pas réveillée, elle s'enfonça dans les grand escaliers jusqu'au couloir d'entrée.

Décoiffée, les traits tirés par le sommeil , tignasse en véritable nid de corneille roux, la marque d'un pli de son oreiller imprimée sur la joue gauche, le regard endormi comme après un viloent coup de masse, si elle s'était regardée dans un miroir, elle aurait certainement pensé que même Godzilla s'il s'était roulé dans toute la boue de l'East River après s'être vomi trois fois dessus aurait été plus séduisant.

Mais, Dieu soit loué, elle était encore trop floue pour penser à vérifier son reflet dans la grande glace de l'entrée.

Les yeux mi-clos et un peu à tâtons, elle déverrouilla la porte et l'ouvirit.


- Oui...? demanda-t-elle un oeil à moitié fermé, à l'inconnu qui se tenait sur le seuil.

- Mademoiselle O'Brien !

Le cerveau d'April s'actionna pour essayer malgré son état engourdi pour essayer de replacer un nom sur le visage de ce type qui semblait la connaître.

Fac ? Escalade ? Autre chose ?

Ne trouvant pas franchement, la rousse se contenta de regarder le type avec une mine complètement amorphe.

- Je suis vraiment désolé de vous déranger en cette heure tardive ; je sais que ça ne se fait pas, surtout quand l'importun est un parfait inconnu, et je ne voudrais en aucun cas passer pour un homme qui manque de manières mais ...

... je n'ai vraiment pas eu le choix.

Enfin, avant tout explication, il serait peut-être plus poli que je me présente.


L'autre oeil de l'étudiante consentit à s'ouvrir peu à peu.

En effet, oui.

Elle attrappa la main du type, un peu comme une somnambule.


- Alaric Qamra, au plaisir

Encore trop somnolente pour parler, elle hocha la tête.

- Oh, vous n'avez sans doute jamais entendu parler de moi. Certes, j'ai vécu ici autrefois, mais c'était il y a bien longtemps. J'étais alors ... beaucoup plus jeune. Soit, nous ne sommes pas ici pour causer de mon passé.

En fait, je suis ici pour vous parler d'un ami que nous avons en commun. Si je vous parle d'Owen Livingston, je présume que vous savez précisément de quel homme il s'agit. De toute manière, inutile de nier ; je vous ai vu ensemble.


April eut la sensation qu'on appuyait sur le bouton "pause" dans un mécanusme de sa matière grise.

Minute. Owen ?

- Rassurez-vous, rien de grâve en ce qui vous concerne. En réalité, je voudrais simplement vous demander un service. Mais peut-être pourrions-nous en parler à l'intérieur. A vrai dire, je commence vraiment à avoir froid. Vous m'invitez à entrer ? Bien sûr, ce n'est pas comme si vous aviez le choix.

Je suis inspecteur de police.


Le regard ensomeillé de la jeune fille muta soudain en une paire d'yeux ronds.

Que venait foutre ici un memebre de la police ?

Putain, si c'était par rapport à une connerie de Gwëen genre s'ofrfir une livraison de kalachnikov parce qu'elle avait trouvé ça joli, elle allait lui faire la peau au Maître Olive...!

Remarque, il l'avait sauvée du pingouin enragé...


- Mmh mmh...C'est bon, allez-y, entrez.

Elle ressera son gilet autour d'elle en cache coeur tandis que le flic pénétrait dans le couloir d'entrée.

- Pour tout vous dire, ce bon vieux Owen possède quelque chose qui m'a été volé il y a de nombreuses années. Un objet auquel je tiens particulièrement, et je souhait ardemment le récupèrer. Peut-être l'avez-vous déjà apperçu ? C'est une vieille chevalière. Un héritage ... Je suis très attaché aux valeurs familiales, et j'aimerais par conséquent que vous m'aidiez à la récupèrer.

Quoi ? Et c'était quoi le lien avec la plaque de police ? On parlait bien d'une affaire personnelle là ? Quel genre d'inspecteur vous réveillait à trois heures du matin pour vous parler d'une bague de famille sous prétexte d'appartenir aux forces de l'ordre ?

C'était pas de l'abus de pouvoir ça ? Quoiqu'il en soit ce type était gonflé.

D'un geste de la main, elle l'invita à se poser dans un des fauteuils.

Tiens Tipi était resté au salon ? En tout cas, il avait tout sauf l'air rassuré.

Elle alla le chercher, s'assit sur le canapé, le chien près d'elle, lui caressant la têete et les flancs pour le calmer.

Il avait du faire encore un mauvais rêve. Il dormait mal ces temps-cis.

- C'est très beau chez vous.

- Merci.

- Et j'aime beaucoup votre parfum.

Parfum ? Elle aurait plutôt dit qu'elle sentait le lit et le fauve mêlé mais bon....

- Soit. Je prendrais bien un verre d'alcool ... histoire d'agrémenter un peu cette conversation, vous comprennez ?

Franchement gonflé, même.

Son téléphone posé dans l'entré se mit à râler.


- S'il-vous-plait, ça me ferait vraiment ... plaisir.

Elle hocha la tête et se leva pour trouver de quoi au bar.

La jeune fille se pressa de servir un whisky malt à ce fameux inspecteur et alla voir qui pouvait bien la déranger à une heure pareille.

Décidemment !

....

....

....


*Oh non. Merde.*

....

...

Bon, ne pas paniquer.

Retourner au salon et faire comme si de rien n'était.

Et en cas de grabuge....Elle régla le répertoire sur le numéro de Botaro et Anauel et fourra le black-berry dans la poche de son pyjama en pilou.

Elle alla deux minutes à la cuisine se servir un grand verre d'eau.

Dans le living, l'homme scrutait curieusement les photos de Noël et celle de l'adoption d'Aladiah.

- Cette fe ... cette enfant est votre soeur ?

April s'assit, l'air las (il fallait bien jouer la comédie ! )

- Mmmh...

Elle but une gorgée d'eau.

- Sinon, expliquez-moi ce que je peux faire pour vous. Je crois que je ne saisis pas vraiment ce que vous attendez de moi, inspecteur.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par April le Dim 30 Jan - 18:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire

Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Dim 30 Jan - 14:52

Ignorant dans un premier temps la question que venait de lui poser la rousse, Alaric porta encore une fois le verre d'alcool à ses lèvres. Le vidant d'une traite, il le posa d'un geste habile sur la table basse agencée entre les deux fauteuils et se rassit nonchalament. Entre ses doigts, il avait conservé la photo qu'il avait un peu plus tôt commentée.

- Whisky d'excellente qualité, mais maintenant que nous sommes dans les confidence, je dois vous avouer que je préfère le vin rouge.

Il esquissa un sourire étrange et se renfonça dans son siège, le regard derechef rivé sur le cadre.

- Oh, je comprends que vous ne saisissiez pas tout, mademoiselle. Pourtant, vous avez tous les éléments à disposition pour comprendre. La chevalière qui m'a été dérobée, c'est vous-même qui l'avez rachetée à la boutique d'antiquités de ce drôle d'énergumène appelé Seiji et c'est encore vous qui l'avez offerte à mon vieil ami pour des raisons que tout deux nous connaissons. C'est pourquoi vous serez également celle qui me la remettra ... Evidemment, inutile de me demander bêtement pourquoi un inspecteur de police vient vous déranger à minuit et demi pour de telles raisons, je sais pertinnement que vous savez ce que je suis réellement ; vous puez la peur à deux kilomètres à la ronde.

Brusquement, l'homme disparu pour se retrouver assis aux côtés de son hôte, un bras amicalement posé autour de son épaule.

- Mais ne t'en fais pas, je ne suis pas ici pour te faire du mal. Je suis sûr que nous deviendrons de très bons amis si tu te contentes de rester honnête avec moi.

Nouveau sourire.
Il capta le regard de la demoiselle.

- Cette fille, sur la photo.

Il désigna Aladiah du bout de l'index.

- Peux-tu me dire son nom et tout, vraiment tout ce que tu sais sur elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Mar 1 Fév - 13:10

Oh, je comprends que vous ne saisissiez pas tout, mademoiselle. Pourtant, vous avez tous les éléments à disposition pour comprendre. La chevalière qui m'a été dérobée, c'est vous-même qui l'avez rachetée à la boutique d'antiquités de ce drôle d'énergumène appelé Seiji et c'est encore vous qui l'avez offerte à mon vieil ami pour des raisons que tout deux nous connaissons. C'est pourquoi vous serez également celle qui me la remettra ... Evidemment, inutile de me demander bêtement pourquoi un inspecteur de police vient vous déranger à minuit et demi pour de telles raisons, je sais pertinnement que vous savez ce que je suis réellement ; vous puez la peur à deux kilomètres à la ronde.

Le rythme cardiaque de la rousse s'emalla dans ses veines tendues.

Elle resta immobile, à vrai dire franchement terrifiée quand Alaric se volatilisa et refit surface , main sur elle.

Il avait dit préférer le "vin rouge".....Purée...Un autre vampire ???

- Mais ne t'en fais pas, je ne suis pas ici pour te faire du mal. Je suis sûr que nous deviendrons de très bons amis si tu te contentes de rester honnête avec moi.

April déglutit péniblement. Comment connaissait-il ainsi sa vie ?

Elle sentit son estomac se transformer en une chape de plomb. Ces mythes de sucuers de sang capables de lire dans les pensées étaint-ils donc vrais ?!

- Cette fille, sur la photo.

Peux-tu me dire son nom et tout, vraiment tout ce que tu sais sur elle ?


- Aladiah, une ange dotée de pouvoir qui se fait passer pour une gamine auprès de tout le monde et pour une femme nommée Roxane en parallèle. Elle hait Anauel, est de mêche avec Nathaniel qui cherche à se venger de lui pour je ne sais quelle raison. Elle est actuellement loin d'ici, la dernière fois que je l'ai vue, elle mettait les voiles avec mon quasi demi-frère Jude Hawkins.

Elle avait débité ces informations à la vitesse d'un programme informatique, comme si on extrayait sans aucun problème les mots de sa bouche.

Choquée d'avoir tout vendu de la sorte, elle ouvrit un grand regard vert apeuré, bouche entrouverte, sans comprendre.

Pensant à ce que l'ange lui avait fait cette nuit où elle avait crue sa soeur agresée par Nate, elle serra les mâchoires.

Après tout qu'Aladiah se débrouille, c'était une ange non ?

- Bon, parlons franchement. Je n'ai, ni n'aurais jamais aucune forme d'estime pour cette personne, et je compte radier d'elle tout souvenir auprès de ma famille. Retrouvez-la s'il vous chante. Cette maison n'a plus rien à voir avec elle. J'attendais d'ailleurs demain pour détruire ces photos qui n'auront bientôt plus lieu d'être.

Si c'est elle votre but, la chercher ici est inutile.

Quant à la chevalière, j'ignorais qu'elle vous appartenait en l'offrant à Owen Livingston. J'imagine qu'il vous la rendra si vous la lui redemandez - même à travers moi puisque c'est ce que vous semblez vouloir- après s'en être pris à son associé....

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire

Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Mar 1 Fév - 21:00

Ce fût à une vitesse exceptionnelle qu'April répondit à la question du vampire. Exceptionnelle ? Pas tant que ça quand on savait qu'il était impossible d'esquiver l'une de ses questions. Pouvoir, à vrai dire, particulièrement utile dans ce genre de situation. Un sourire satisfait illumina son visage et il tapota amicalement sur l'épaule de la rousse. La raison pour laquelle cette demoiselle était au courant de tout cela demeurait un étrange mystère mais ça n'avait guère d'importance à ses yeux ; tant qu'il avait ce qu'il voulait, le reste l'importait peu. Hors, non seulement la bague serait bientôt à portée de main, mais en plus, il faisait d'une pierre deux coups.

Le regard pétillant du brun reluqua un court instant la jugulaire de son hôte.

Enfin, presque, puisqu'il ne savait où les retrouver.
Les merveilles du hasard avaient fait qu'il s'était retrouvé, sans aucun doute possible, dans une maison où Aladiah avait dieu seul sait comment mis les pieds. Anauel était dans les parages et ... Nathaniel en vie ? Il n'était pas censé être mort depuis un bail celui-là ? Soit, aucune importance, il n'avait que faire de ces Anges-là. Toutefois, il en manquait un dans la liste. Et c'était précisément celui qu'il manquait. Hors, si sa plus fidèle partisane était sur Anteria, il ne pouvait qu'y siéger, et il ne devait être autre que celui qu'elle avait appelé "Jude Hawkins".

- Bon, parlons franchement. Je n'ai, ni n'aurais jamais aucune forme d'estime pour cette personne, et je compte radier d'elle tout souvenir auprès de ma famille.

Le sourire déjà bien large d'Alaric s'élargit encore un peu et il serra amicalement la fille vers lui du bout de sa main toujours posée sur son épaule.
Elle enchaina, il la laissa terminer. Sur ses dernières paroles, il éclata d'un rire franc.

- Hahaha ! Ce bon vieux Stewart ! Oh crois-moi, ou ne me crois pas d'ailleurs, c'est comme tu veux, Judith -une vieille connaissance, tu ne connais pas, je te la présenterai un de ces quatre !- n'a pas écourté de beaucoup la vie de ce vieux bougre ; i avait un cancer. Qui plus est, elle l'a rendu bien plus esthétique que ce qu'il n'était ! Soit ... Et bien l'amie, je sens que nous allons très bien nous entendre !

Il applaudit deux trois fois et se laissa retomber dans le fond du fauteuil.

- Tes paroles sont très sages et je n'aurais pas dit mieux !

Du bout de l'index, il suivit tranquillement le tracé de l'artère qui traversait son cou.

- Seulement, si j'y adhère, cela signifie évidemment que je ne suis pas ici pour chercher cette petite emmerdeuse d'Aladiah et encore moins pour revoir le compagnon qui lui sert de livre de lois.

Il haussa les épaules.

- J'étais juste ... surpris, agréablement surpris de savoir qu'ils étaient déscendus de leur perchoir. Quant à la chevalière ... je vous assure que ce bon vieux Livingston ne sera pas aussi propice à me la rendre que ce que vous semblez suggerer.

Il se pencha à l'oreille d'April.

- On ne s'est pas quitté en de très bons termes, voyez-vous ...

Brusquement, il bondit sur ses pieds et se tint droit devant son interlocutrice.

- Alors voilà c'que je propose : en attendant que ton ami débarque, je me planque bien gentiement. Tu t'occupes de récupèrer ma bague -fais preuve d'imagination-, en niant totalement ma présence, tu le pries de rentrer chez lui, et tu me la donnes. Ensuite je m'en vais avec et je te laisse la vie sauve. Ainsi, c'est équitable, non ? Et s'il venait à refuser ... bah, je tâcherais de me charger de lui. Cependant, cela m'imposerait un régime particulier au préalable ...

Il sourit en coin.

- Hors j'aime toujours autant ton parfum.

Puis tendit la main vers elle :

- Marché conclu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Jeu 3 Fév - 12:25

April attrappa la main, résignée, et l'oeil noir.

- Est-ce que j'ai seulement le choix.... ? siffla-t-elle alos que l'autre allait se terrer tout gaiement quelque part dans le salon.

Elle jeta un regard tendu à la grande horloge de l'entrée.

Plus qu'à attendre Owen en se creusant la têete pour trouver une fichue excuse valable pour lui reprendre la bague.

Ou un stratagème...



_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire

Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Jeu 3 Fév - 17:58

Alaric sourit davantage au sarcasme de la petite rousse.

- Non, absolument pas ! Mais j'm'étais dit que la pillule passerait plus facilement si je flattait un tentinet ton ego en te donnant l'illusion que tu agissais de ton propre chef.

Sur ces mots, il s'en alla se planquer tel un gai luron dans une pièce avoisinnante.

***

- April !

A peine trois minutes s'étaient écoulées, et c'est un Owen affolé qui s'élança dans le salon des O'Brien. Il posa ses mains sur les épaules de la jeune femme et la dévisagea d'un drôle de regard.

- April ! Tu vas bien ?

Il secoua la tête.

- Dis-moi que tu as reçu mon message ... à temps ! Tu n'as bien laissé entrer personne, quelque soit le prétexte ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Jeu 3 Fév - 21:12

Anxieuse pour la suite, April vit Owen quasiment défoncer la porte d'entrée et foncer vers elle avec sa vitesse vampirique.

Elle cilla. Ce truc là lui ferait toujours bizarre...

Surprise aussi de voir l'avocat aussi inquiet pour elle.

Il débita ses mots à la vitesse d'un avion au vol, sans faire aucune pause.

Wow. Vachement surprise même.

Enfin, il venait de perdre Stewart aussi..

- Ow...Owen ?! fit-elle en feignant l'étonnement, Oui ! Oui, bien sûr, je l'air reçu ! Pauvre Stewart, mais qu'est-ce qu'il s'est passé ???

Elle vit le regard de son ami se poser sur le verre de whisky sur la table basse.

- Oh, ça ! Ne fais pas gaffe ! Je bois un peu quand je déprime...

Elle jaugea d'un oeil la bouteille qu'elle venait d'entamer qui trahissait le grand verre qu'elle avait servi. Et surprit l'attention d'Owen fixée sur le même détail...

Oups.
..

- Je déprime beaucoup en ce moment...! . fit-elle en attrapant le verre à moitié plein et en absorbant tout d'une traite pour prouver ses dires, offrant quelques instant l'image d'une April aux joues gonflées d'alcool et tête crispée sous le goût, assez atroce au réveil, qui avala péniblement le tout pour ensuite regarder son interlocuteur avec un faux sourire radieux.


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire

Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Sam 5 Fév - 16:09

Le regard d'Owen avait lentement biffurqué en direction du grand verre de whisky toujours en évidence sur la table basse. Aussi ne répondit-il pas immédiatement à la question que venait de lui poser la rousse. Au lieu de cela, il fronça les sourcils et le désigna du doigt, prèt à lui demander si elle s'était vraiment engouffré l'entierté de ce récipient franchement vaste pour de l'alcool fort. Toutefois, elle le devança, expliquant qu'elle buvait quand elle déprimait. Les sourcils tantôt froncés du vampire se haussèrent. Ah, parce qu'elle déprimait ? Et la bouteille vide, juste à côté, elle l'avait bue aussi ? Encore une fois, la rousse s'expliqua avant qu'il ne puisse prendre la parole : elle déprimait ... beaucoup. L'homme secoua la tête. Soit, ce n'était pas ses affaires après tout. Il ne put néanmoins s'empêcher de hausser un sourcil quand elle s'empressa de vider le reste du verre, lui adressant un sourire de hamster comblé. L'avocat croisa les bras et dévisagea un instant son interlocutrice, visiblement sceptique et suspicieux. Il ne savait pas si c'était le stress qui avait de pareil conséquence sur elle, quoi qu'il en soit, elle était dans un état franchement pitoyable.

Installé dans le fauteuil, à la place exacte qu'avait précédement occupée Alaric, le mahlien rerprit la parole.

- Pour répondre à ta question, il faut que je commence par t'expliquer deux ou trois détails, sans quoi tu ne pourrais comprendre intégralement la situation.

Il désigna d'un signe de tête la bouteille d'alcool.

- Tu me sers un verre aussi, s'il-te-plait. Enfin ... s'il t'en reste.

Il esquissa un sourire crispé.

- Alaric, l'homme dont je t'ai parlé dans mon message, est en fait mon Créateur (c'est ainsi que l'on désigne celui qui a fait de nous un vampire). Il ne m'en a pas laissé le choix. Si je l'avais eu, je pense que j'aurais refusé. Bref. A l'époque, déjà, il vivait avec Judith. Je pense que c'est elle qui l'a créé, mais je n'en ai jamais eu la confirmation. Quoi qu'il en soit, ils mènent tout deux un mode de vie moralement inacceptable, et j'ai vite fait de les abandonner. Ils ont pris ma fuite comme une trahison. Aujourd'hui, ils sont de retour sur Chicago. Je ne sais pas exactement ce qu'ils veulent, mais j'ai des raisons de croire qu'ils cherchent à se venger en tuant un à un mes proches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Lun 7 Fév - 16:27

April s'empressa d'obéir et d'aller lui verser un grand verre de whisky tout en l'écoutant, intérieurement morte de trouille.

Le pire était que l'autree planqué dans la maison pouvait lire toutes ses fichues pensées...

Elle revint vers Owen avec sa commande.


- Bon, tu peux souffler et te rassurer, personne n'a approché d'ici ! Je suis totalement seule depuis hier soir....

Tu sais quoi ? Maman et Jake sont partis chez une amie organisatrice de cérémonie nuptiale. Vu que je pars bientôt, que les relations vont mieux entre Jake et Jude, entre maman et Olympe et maman et moi et qu'ils vont avoir un bébé, ils ont décidé de refaire une cérémonie officielle de mariage - celui à vegas ne leur convient plus. Et tu es invité, ça va de soi !

Un mariage...! J'ai jamais assisté à aucun mariage, j'ai tellement hâte !


Elle avait déballé tout ce discours à une vitesse et avec un ensemble de gestes surexcités plutôt ahurissant.

- Dire qu'un jour ça sera mon tour !

Elle attrapa les épaules de l'avocat.

- Tu imagines, Mitzrael dans son costard noir ultra classe et moi dans une grande robe blanche, aussi rayonnants l'un que l'autre !

Sourire ultra-romantiique.

Elle bondit en se détachant de lui pour se mettre à danser, trotinnant autour en chantonnant vivement l'air de la marche nuptiale.

- ♪ TA TA TADA, TA TA TADAAAA ♫ !!!

Là, elle se rabattit devant lui, chopa sa main, en ôta l'anneau rapidment et continua toujours aussi électrique :

- Mlle O'Brien voulez vous prendre pour époux le magnifique, le fabuleux, le merveilleux Mitzrael Do'Han ? Je le veeeeuuuuux !!! fit-elle en s'enfilant la chevalière au bras.

Elle bondit ensuite sur le canapé et sauta comme un petit singe sur le dos de ce pauvre Owen.


- Madame April Do'Han. Ça sonne super classe, tu trouves pas ?! pépia-t-il en sautillant, main accroché aux épaules de Livingston, jambes nouées à sa taille.

- C'est trop cool...! déclara-t-elle avec un air comblé en se laissant tomber du haut du dos du vampire sur le gros canapé blanc moelleux.

Là, elle se pencha pour se resservir un verre d'alcool, histoire de bien souligner le cause de son "état".

Puis, brsuquement s'arrêta net.


- Mais, j'y pense ! Si moi je vais très bien, c'est peut être Gwëen qui est en danger en ce moment même !

Elle sauta sur ses pieds et le poussa vers l'entrée.

- Il faut que tu la sauves ! Cours, dépêche !!! Tu ne dois pas rester ici une seconde de plus ! Grouille !!!

En prononçant innocement ces mots, elle referma la porte d'entrée devant lui.

- Faites gaffe à vous !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire

Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Mar 8 Fév - 10:07

La suiute des enchainements d'ensuivit d'une manière assez exceptionnelle. April lui avait ramené sa commande, et Owen s'en saisit et l'amena pensivement à ses lèvres. Il y avait quelque chose d'étrange en la demoiselle. Quelque chose de très étrange. Peut-être était-ce le sourire ahuri qu'elle arborait alors que la situation était on ne peut plus grâve et critique ? Ou peut-être était-ce le ton sur lequel elle enchaina une série d'explications complètement tordues ? Ton et rapidité, d'ailleurs.

L'avocat secoua brièvement la tête. Qu'est-ce qu'elle avait à lui parler de mariage quand un tueur rôdait dans les parages ? Précautionneusement, il posa son verre sur la table basse et se massa brièvement le front du bout des doigts. Cette jeune femme était fatiguante. Vraiment fatiguante ! Et à peine son esprit eut-il formé cette pensée qu'elle l'attrapa par les épaules et commença à déblaterr ses envies d'histoire romantique. Pire encore : elle le contraint à se redresser et à valser. Mon dieu, qu'il regretait déjà d'être venu ... Aussitôt, elle grimpa sur son dos, décidemment complètement saoul. L'homme soupira. Quelle plaie !

Et c'est que cette idiote s'apprêtait à s'enfiler un autre verre d'alcool ! Si elle continuait ainsi, elle en serait bientôt à se rouler sur le sol et à vomir tout ce qu'elle avait dans le ventre. Enfin, apparemment, elle ne lui permettrait pas d'être présent pour admirer le spectacle puisqu'elle s'empressa de le mettre dehors. Sourcils froncés, Owen dévisagea April, tenta de protester et la porte claqua devant son nez. Cette gamine avait franchement un comportement louche.

Oh et puis zut.
Il secoua la tête.
Qu'elle se débrouille un peu, elle avvait été prévenue, et il n'avait pas envie de se retrouver avec la charge d'une adolescente en crise !

Il s'éloigna.

A ce moment précis, Alaric bondit de sa cachette pour se tenir face à sa proie, un sourire éclatant accroché au visage. Un instant, il applaudit à l'intention de l'actrice principale de la petite pièce qu'il venait d'observer.

- Je m'étonne que le théâtre nationnal ne t'ait pas déjà contactée avec pareil talent ! Bravo pour la petite mise en scène, c'était ... très convainquant ! Tu es très forte dans le rôle de la jeune alcoolique. Déhanché séducteur et maladroit à la fois, vraiment sexy. J'admire ! Est-ce l'expérience qui te permet de telles prouesses ?

Haussement de sourcil.

- Soit, une telle représentation mérite bien une beeeelle récompense pour le metteur en scène : moi !

Il tendit théâtralement la main à la rousse.

- Ma bague maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Mar 8 Fév - 21:14

- Je m'étonne que le théâtre nationnal ne t'ait pas déjà contactée avec pareil talent ! Bravo pour la petite mise en scène, c'était ... très convainquant ! Tu es très forte dans le rôle de la jeune alcoolique. Déhanché séducteur et maladroit à la fois, vraiment sexy. J'admire ! Est-ce l'expérience qui te permet de telles prouesses ?

April darda sur lui un regard noir.

- L'explication détaillée n'était pas inclue dans le contrat.

- Soit, une telle représentation mérite bien une beeeelle récompense pour le metteur en scène : moi !

Ma bague maintenant.


La rousse écarta la main comme si elle avait été brûlée.

- Qu'est-ce qui me garantit que vous partirez directemment en me laissant en vie quand je vous l'aurais remise ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire

Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Mer 9 Fév - 16:55

Instantanément, Alaric leva les yeux au ciel, adoptant une mine des plus agacées. L'air siffla entre ses lèvres tandis qu'il bascula la tête en arrière.

- Olalah, c'est qu'elle m'embête celle-là à la fin ...

Il redressa la tête. Un sourire amusé et chafouin remplaça soudainement ses airs précédent. Enfin, il daigna répondre à sa question :

- Rien du tout !

Sur ces mots, sa main se referma autour du frêle poignet et, à l'aide de ses doigts, il contraint la rousse à ouvrir les siens.

- AHA !!!

Sans attendre, il se saisit du petit objet argenté et se mit à sautiller avec dans tous les sens, comme un véritable gamin auquel on aurait offert le plus beau des cadeaux.

- AHAHA !!! !!!

Il se mit à embrasser la chevalière.

- Oh mon dieu ! Oh le soleil !! Le soleil !! LE SOLEIL !!!

Il la glissa autour de son majeur et attrapa brusquement le visage d'April entre ses mains.

- Je vais ENFIN revoir le soleil !! Après huit-cent ans d'ombre, je vais enfin revoir mon astre !! Mon soleil !!! !!!

Il baisa vivement chacune de ses joues.

- Oh merci, merci, merci, merci, MERCI !!!

Pour l'embrasser vraiment sur son dernier remerciement. Puis il glissa un bras autour de ses épaules et tendit son autre main, celle qui portait l'anneau, devant eux. Ainsi, ils pouvaient la contempler.

- N'est-elle pas magnifique ?

Il sourit.

- Bien sûr que si !

Là-dessus, il se pencha à la hauteur de l'oreille d'April et y murmura :

- J'aurais encore un dernier petit service à te demander. Mais pour cela ... que dirais-tu d'un voyage à Kaliningrad ? L'océan, les poissons, les belles russes (et les beaux russes pour toi), la verdure, les vestiges, le patrimoine. Et le soleil, bien sûr ! Ca ferait de magnifiques vacances, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Jeu 10 Fév - 17:25

- Hey !!! protesta la rousse quand le vampire lui ôta l'anneau du doigt.

Alors qu'elle se massait la main, elle fronçait les sourcil d'un air mécontent en regardant Alaric bondir partout.

- Oh mon dieu ! Oh le soleil !! Le soleil !! LE SOLEIL !!!

Je vais ENFIN revoir le soleil !! Après huit-cent ans d'ombre, je vais enfin revoir mon astre !! Mon soleil !!! !!!

Oh merci, merci, merci, merci.


- HO ! Mais qu'est-ce que tu fous ?! s'exclama-t-elle quand elle vit les mains de l'immortel saisir ses joues et se mettre à lui coller des bises.

- MERCI !!!

À ce moment précis, elle fit la bouche du vampire fondre sur la sienne comme un rapace sur sa proie et sentit ses lèvres gelées s'emparer vivement des siennes.

D'abord choquée par son audace, elle ouvrit de grand yeux puis après avoir agité les mains, désemparée, comme un oisillon qui tenterait de s'envoler, elle se mit à pousser avec ses paumes le visages offenseur de ce fichu trublion.

- Mais ça va bien, oui ?!!!

L'autre ne l'écoutait même pas, et l'attrapa près de lui en enroulant son bras autour d'elle pour lui faire admirer son bijou.

- N'est-elle pas magnifique ?

April soupira, la mine tueuse.

- Bien sûr que si !

-Oui, ravissante. Maintenant lâche-moi.

Mais non. L'énergumène multi centenaire préféra faire la conversation à son oreille, d'un souffle suave.

- J'aurais encore un dernier petit service à te demander. Mais pour cela ... que dirais-tu d'un voyage à Kaliningrad ? L'océan, les poissons, les belles russes (et les beaux russes pour toi), la verdure, les vestiges, le patrimoine. Et le soleil, bien sûr ! Ca ferait de magnifiques vacances, n'est-ce pas ?

Nouveau soupir de la rousse.

- Non. Owen est parti, tu as la bague que tu voulais. Je suggère donc que TU fasses tes valises pour la Russie pendant que JE retourne me coucher.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire

Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Écueil   Jeu 10 Fév - 20:51

Alaric esquissa subitement une moue tristounette.

- Tu me déçois. Je suis de si mauvaise compagnie que ça ?

Il leva les yeux au ciel.

- Mais tu ne sauras certainement pas la première, et encore moins la dernière à tenter de te débarasser de moi. Malheureusement pour toi...

Il sourit.

- Ce n'était pas une question ; tu vas venir avec moi à Kalinlingrad ! Aussi, tiens-toi prête. Je s'rai là dans deux jours. Pense à t'acheter des vêtements chauds ! Oh ... et n'essaye surtout pas de fuir.

Haussement de sourcil.

- Comme qui dirait que j'ai un fameux odorat. Au revoir chérie !

Sur ces mots, il fila.

Suite : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Écueil   

Revenir en haut Aller en bas
 

Écueil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre les mondes :: Les Mondes :: Anteria :: ▌Chicago :: Banlieue :: ▌Quartiers riches-