AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Adieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ange Majeur
avatar
feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Adieu   Dim 26 Déc - 22:21

Précédemment : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Athos n'avait tardé à répliquer aux menaces de Nathaniel. Ses paroles tombèrent telles une annonce mortuaire, lourdes de sens. D'un geste vif, Roxane tourna la tête en sa direction, sourcils froncés et regard particulièrement méfiant. Dans un premier temps, elle se contenta de le dévisager, distante et analytique. Ainsi, elle semblait peser le poid de ses paroles. Néanmoins, lorsqu'elle réalisa ce que ses avances signifiaient vraiment, elle s'immobilisa brusquement, muscles raides et tendus. Armes de lumière. Il avait dit 'armes de lumière'. Donc cet homme possédait des armes de lumière ?! Elle serra les dents. Bon sang cela signifiait qu'il en savait bien plus qu'elle ne l'avait supposé, et, par conséquent, qu'il était bien plus dangereux que ce qu'il ne paraissait. Mais comment diable avait-il pu se procurer une quantité si vaste de balles d'une rareté extrême (et qui n'étaient de surcroît plus fabriquées) sans connaître aucun des Passages ? C'était inouï, complètement inouï. cependant, elle n'avait pas le temps de s'éterniser sur la question.

Jude dans ses bras, elle se redressa, alerte. Déjà, elle entendait le vombrissement des hélicoptères. De concert, le leadeur de la Rosa Aeternam leur indiqua la direction à suivre s'ils souhaitaient regagner Chicago. L'Ange pencha la tête sur le côté, dubitative. Son livre, sa mémoire était chez les O'Brien. Grâce à lui, elle pouvait s'y rendre instictivement. Par conséquent, elle n'avait cure des précisions de l'humains. Ses prunelles anxieuses se figèrent sur le dos son frère.

- On se retrouve plus tard.

Elle savait qu'il se débrouillerait aisément ...

Sur ces mots, la fille et le garçon disparurent aux yeux des mortels.
Elle s'envola et se fondit dans la forêt. Ainsi, même si leurs engins volants avaient des caméras, ils auraient bien du mal à les repèrer et plus encore à les atteindre. Surtout que le ciel était actuellement recouvert d'un épais voile noir.

***

Il devait être approximativement vingt heures du soir, et, comme chaque soir à cette heure, Melvill Street était plongée dans une appaisante ambiance nocturne. Des nombreuses demeures se détachait celle des O'Brien, impériale et imposante. Chaque lampe, chaque fleur, chaque brique contribuait à sa splendeur et traduisait avec prétention la valeur du porte-feuille de ses habitants. Sur le toit, trois fenêtres. L'une d'entre elle était éclairée -celle qui donnait sur la chambre d'April, assurément. Les deux autre se fondaient dans le décors. Pas un bruit aux alentours, pas un murmure. Tout se fondait dans l'harmonie ce modeste et serein tableaux. Ou presque ...

BLANG !

Une vitre éclata.
Les débrits de verre se répendirent dans la chambre d'amis. Deux ombres silencieuses se glissèrent dans la paisible maison. L'une d'elle fouilla dans ce qui devait être des armoires et lança vivement une série de vêtements à la secondes.

Quelques murmures s'échappèrent.

- Enfile ça, vite. On n'a pas le temps de trainer. Je remonte dans dix secondes, je dois juste récupèrer deux trois bricoles.

La main de Roxane, tremblante sous l'effet de l'angoisse, se posa sur la poignet de la porte, elle l'ouvrit, s'apprêta à sortir, se tourna une dernière fois vers le garçon.

- Jude, je suis ...

Elle se ravisa, détourna le regard.
Non, ils n'avaient pas de temps à perdre !
Elle sortit.

Mais elle n'eut pas le temps de faire deux pas qu'une douleur perforante lui déchira la tempe. Elle laissa s'échapper un cri d'effroi. Sonnée et surprise à la fois, elle ne parvint à réagir et se retrouva aussitôt plaquée au sol, ventre à terre. Son rythme cardiaque s'accéléra. Quelqu'un se plaqua sur son dos pour la maintenir en place, innerte. Elle cessa de respirer. Elle sentit le canon d'un flingue lui caresser les cheveux. Putain non ! Ces connards les avaient devancés ! Ils étaient foutus ! Morts, complètement morts ! Elle ferma les yeux, se mordit la lèvre. Merde, merde !!

Clic.

Oh si cette chose était bel et bien une arme de lumière, elle était finnie. Elle allait crever là, dans cette baraque qui, paradoxalement, avait été son refuge. Elle allait tout perdre maintenant, là où elle avait esperé reconstruire. Finalement, c'était sa mémoire, celle qui ressassait le pourquoi elle était en vie, qui l'aurait tuée ... Et tuée comment ? Par un salaud d'humain et ce pour des fins idiotes. Et bien, elle avait osé esperer mieux ... Mais il n'était pas de son ressort de choisir. Elle serra les dents, ferma les yeux. le coup allait partir ...

- Une orangeade ?

Ses muscles se raidirent.
Elle articula d'une voix si calme qu'elle trahissait son angoisse :

- Putain O'Brien, déconne pas !!

Alors cette pute était vraiment de mèche avec Athos ?!
Fais chier !!

- T'es complètement malade ? Lâche cette arme, vraiment, tu vaux plus que ça ...

Peut-être pas, mais il était bon d'espèrer.
Et surtout il fallait qu'elle se calme, allez ! Persuasion, persuasion, persuasion !! ALLEZ CONCENTRE-TOI !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Dim 26 Déc - 22:50

Un dernier cockail Molotov s'abattit contre le mur de la baraque. Deux ennemis en moins.

John Marston se retrouva encerclé par trois nouveaux hommes. Vite une arme !

Sniper ? Ca roule ! Pan ! Un homme à terre. Du sang...qui gicle...Encore une balle, histoire d'être sûrs.


*- T'ES FOUTU DO'HAN ! T'ES MORT !!!*

Merde. Non pas ça ! Ranger le sniper. Coup de poing à l'autre type. Plaqué à terre, bon plus qu'à le rouer de coups.

* - Arrêtes. Ca ne sert à rien de continuer. Tu l'as déjà tué.*

Tir de Borchardt C-93 bien senti. Merde un autre ennemi derrière !

Vas-y chope-le !


*- Jolie démonstration masculine Ethan !*

...Mais putain, pourquoi tu ralentis !!! Bouge toi et bute-le !

* - Di...Dites-moi que vous le sauverez !*

- MERDE !!! !!!

La manette vola et percuta violemment l'écran plat où défilaient les images rapides de Red Dead Redemption alors qu'April O'Brien se prennait la tête dans les mains, furieuse.

Ethan Cole transpercé. Ethan Cole qui pisse le sang. Ethan Cole qui serre sa balle de tennis...

PUTAIN MAIS SORT DE MA TETE !!!

Une douche.

Besoin d'une douche.

Calme toi, bordel. Respire. Tu n'as pas vu tout ça. Nate ne l'a pas embroché. Ton meilleur pote ne t'as pas claqué sous le nez.

PUTAIN DOUCHE !!!

Elle débrancha rageusement la console et balança la prise sur le sol de moquette claire avant de sortir la mine blême et le regard sombre.


Son trajet aurait été un aller direct vers la salle de bains toute indiquée pour ses émotions mais un bruits de bris de verre se fit entendre. April sursauta. Puis, le coeur battant à tout rompre, tendit l'oreille. Ca venait de la chambre de Jude.

Silence. Justes des sons de mouvements feutrés. Enfin c'était tout ce que l'isolation phonique des chambres laissait à entendre en tout cas.

De toute façon, elle avait sa petite idée sur l'identité de son visiteur.

Avec cette fenêtre cassée, - car il n'y avait dans la chambre du garçon de verre que la grande vitre - c'est comme s'il avait signé en grandes lettres d'or.

April plissa les yeux.


* Zephiro...*

Doucement, sans faire de bruit...A pas de loups, elle regagna sa propre chambre et déplia une étoffe posée sur la coiffeuse, découvrant une arme.

Un pistolet d'arçon à silex plus précisément. Offert par Olympe et ce brave Seiji en cadeau de Noël.

Parfait.

Elle attrapa l'arme à feu dans une main et repassa, sur la pointe des pieds dans le couloir baigné d'osbcurité.

Là, elle se posta dans un recoin contre la porte de la chambre de Jude. Se répétant silencieusement les conseils de Botaro, elle n'avait plus qu'à attendre qu'il sorte...

La rousse entendit les pas se rapprocher du panneau de bois blanc verni.

Parée...

Une forme noire, mouvante et indistincte sortit dans la pénombre du couloir.

Go !

April fondit sur la cible et d'un bon crochet du droit l'envoya au sol.

Sa victime s'effondra sur le flanc contre le sol du couloir dans un bruit étouffé.

Aussitôt, elle plaqua ce connard de démon contre la moquette, lui calant sa jambe pliée dans le creux du dos, genoux appuyant sur sa colonne vertébrale.

Elle approcha le pistolet de la masse chevelue qui devait être l'arrière de son crâne. Clic. Releva la gachette et lui colla l'embout de l'arme contre l'os occipital.

- Une orangeade ? demanda-t-elle d'un ton narquois.

- Putain O'Brien, déconne pas !!

HEIN ???!!! Mais...mais c'était la voix de la petite amie de Jude !

- T'es complètement malade ? Lâche cette arme, vraiment, tu vaux plus que ça ...

...Mais....mais....WHAT ?!!!

April bondit quasiment.

- Roxanne ??? !!!

Ouh la la ! O'Brien rappelle toi les leçons de Botaro et Anauel ! Reste méfiante !

Réfléchissons...Zephiro a quoi comme pouvoir ...?

Elle regarda ce qui semblait être la jeune fille au sol. Semblait....Ouais. Dans le mille.

Il savait se transformer en qui il voulait.

Bon tentez quelque chose en restant sur ses gardes.


- Qui étaient les autres invités hormis toi au réveillon de Noël ?! Quel était le menu ? Donne moi la liste complète, je ne te relâcherais que si j'ai toutes les informations !

Bon d'accord les invités et le menu c'était très con. Ridicule même. Mais seule la vraie Roxanne pouvait s'en souvenir...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur
avatar
feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Dim 26 Déc - 23:11

Roxane, Roxane ! Bin oui Roxane ! Elle s'attendait peut-être à voir le pape débarquer cette allumée ? Note ça avait un côté positif : cela signifiait que son but premier n'était donc pas de la livrer à Athos ... Enfin, il ne fallait pas penser trop vite parce qu'en attendant elle ne l'avait toujours pas relâch ...

HEIN ?

La brune fronça aussitôt les sourcils. La liste des invités de Noël ? La composition exacte du repas ? Une orangeade ? Qu'une seule solution à cette série incohérente de blablatage aprilien : la fille des O'Brien, cette salope de traitre s'était enfilé une cinquantaine de coktails. Elle délirait, aucun doute possible. Ses propos n'avaient strictement aucun sens !

- Putain mais faut t'faire soigner ! T'es complètement givrée ma parole !

Mais si ça pouvait lui permettre d'être libre ...
Connasse ! Comme si elle n'avait que ça à faire, d'énumèrer des petits fours ( Wink ) alors qu'une bande de malades étaient à ses trousses !

- Dans les invités, il y avait Jude et moi, ton père, ta mère et toi. Ta grand-mère et son pote antiquitaire ... euh ... Seiji je crois. La barmaid du soir où on s'est rencontrée, j'sais plus son nom, Gwëen et Owen, puis encore ce ...

Ce salaud d'Anauel, son clebs et le clebs de son clebs.
Elle ravala l'insulte.

- Puis Anauel, Botaro et leur chien. Et on a bouffé ...

Rho mais elle en avait des questions celle-là !

- Euh des pilons de poulet en entrée, j'me rappele plus trop du reste. Pour le repas principal on a eu droit au champagne qu'Owen a ramené avec de la pintade, des pommes à la cannelle caramelisées, de la purrée de marron et des pommes-de-terre. Du moins c'est ce que j'ai mangé, avec comme dessert de la buche, des macarons et des marrons glacés.

Elle tira un coup bref sur son bras tiré en arrière. Allez bouge-toi emmerdeuse !

- C'est bon là ? T'as fini d'te prendre pour un flic ?! Tu m'lâches ?

Pétasse.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Dim 26 Déc - 23:31

April écarta l'arme de la tête de la jeune fille qui était visiblement la bonne Roxanne et se poussa pour la laisser se relever.

Se redressant sur ses jambes puis se levant, elle recula.


- Désolée je t'ai prise pour...aucune importance. C'était quoi ce boucan ? J'ai entendu du verre cassé...

Elle s'approcha de la porte en continuant :

- Jude est avec toi ?

Sa main empoigna la clanche et elle ouvrit la porte.

Les éclats épars de fenêtre éventrée gisaient ça et là sur la moquette bleue de la chambre de Jude.

Jude qui se tenait prostré dans le lit, éclairé par la seule lumière du clair de lune et de l'éclairage du quartier, pas forcément très vêtu, la mine terreuse et regard vide.

- Wow,.. Jude...? ...Mais qu'est-ce que vous avez foutu ?!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur
avatar
feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Lun 27 Déc - 0:02

Désolée ? Désolée ?! C'est tout ce qu'elle trouvait à dire ? Et bah putain, qu'elle était mal éduquée cette gamine. A son tour, l'immortelle bondit sur ses pieds. Le boucan ? Rho, qu'elle se mêle un peu de ce qui la regardait cette empêcheuse de tourner en rond.

- Hein ? Du verre cassé ? Euh non, t'as du rêver. s'expliqua l'Ange, l'air de rien, tout en se dirigeant vers les escaliers qui menaient à l'étage inférieur.

Jude ? Bin évidemment qu'il était avec elle sinon qu'est-ce qu'elle fouterait là ?

- Oui ...

Hey ! Non ! Elle faisait quoi là ? Elle rentrait ?
Hey mais qu'elle déconne pas là !

- ...iIi, mais non ! Et surtout... !

Quatre à quatre, Roxane grimpa les marches qu'elle avait déjà franchies et remonta à toute vitesse à la hauteur de la rousse. Trop tard ... cette conne venait d'ouvrir la porte. L'Ange serra les dents et marmonna la phrase qu'elle n'avait pu achever avec agacement.

- ... n'entre pas ...

Les doigts de la femme se refermèrent avec force dans le dos du pyjamas de l'étudiante outrée. Elle la contraignit à reculer, un peu rustrement, et referma la porte à l'aide de son pied. Sans délicatesse aucune, elle l'envoya valser contre un mur.

- Ta mère t'as jamais appris à pas te mêler des affaires des autres ? rétorqua-t-elle, cinglante.

Salope de traitresse. Si elle avait d'avantage de temps, elle lui aurait d'ailleurs volontier foutu une belle râclée, histoire qu'elle paie.

Mais plus le temps d'être retardée maintenant.

La brune dévala à toute vitesse les marches en chêne et fila droit dans la chambre de la fille adoptive des O'Brien. A savoir, dans sa chambre. Elle alluma la lampe et lança un regard panoramique à la pièce. Puis, vivement, elle se mit au travail.

Précipitée, elle attrapa son livre dans le fond d'un tiroir et le balança sur le lit. Elle réserva le même sort à deux robes et à une cape. Sur le sommet de l'armoire, elle chopa un sac-à-dos et le remplit hâtivement avec le tout. Elle passa une lannière sur son épaule et fusa vers l'entrée ... bloquée par April. Putain ! Elle aurait du s'en douter. Elle fronça les sourcils, le regard peu amène.

- Tu nous as déjà mis dans une assez grosse merde comme ça, salope, alors bouge ton cul d'là si tu veux pas que j't'assome !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Lun 27 Déc - 15:17

- Ta mère t'as jamais appris à pas te mêler des affaires des autres ?

April fronça les sourcils, assez vexée.

- Hmmm, laisse moi réfléchir....je crois bien que cette règle n'est plus effective quand on casse ses fenêtres !

Mais c'est qu'elle filait en bas en plus de ça !

- Hey ! Te gène surtout pas !

Elle suivit la brune, dévala les escaliers quatre à quatre et la vit entrer dans la chambre de sa soeur.

- Et tu parles de politesse ?! Ben, sacrément gonflée, ma fille !

Le plus fort c'est qu'elle semblait savoir exactement où aller et quoi prendre...Merde, est-ce qu'elle avait déjà fouillé l'endroit ???

La rousse vit alors Roxanne enfourner sans ménagement dans son sac les robes de...de sa petite soeur. Du dix ans à tout casser...


- Mais c'est à Aladiah ça ! Qu'est-ce que tu fous avec des robes de gamine ?

Elle assista à l'ancrage du sac sur l'épaule de la brune en mode " partons à l'aventure".

Ouais mais avec un pauvre bouquin et des petites jupettes en vichy bleu et jaune.

Mais c'était quoi le délire ???

- Tu nous as déjà mis dans une assez grosse merde comme ça, salope, alors bouge ton cul d'là si tu veux pas que j't'assome !

April cilla bêtement. C'était trop con et trop barré pour être vrai comme blague.

- Ok : c''est moi ou t'es complètement siphonnée ? demanda-t-elle tout en s'écartant malgré elle, sous la surprise et la vitesse de celle qui lui avait foncé dessus.

Tu veux pas ses uniformes non plus ? Où tu vas comme ça avec les fringues de MA SOEUR ?!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur
avatar
feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Lun 27 Déc - 19:54

Quoi ? Elle ? Siphonnée ? Bah tiens, elle était bien bonne celle-là ! Elle lui avait foutu une claque dans la gueule, elle l'avait plaquée au sol, elle avait pointé un flingue sur sa tronche et elle avait finalement agrémenté le tout en lui proposant une orangeade et en la contraignant à réciter une série de noms et de plats idiots, après quoi elle osait la traiter de folle ? L’immortelle secoua la tête. Les humains ne cesseraient jamais de l'étonner ...

Quatre à quatre, elle grimpa les escaliers, toujours pistée par la rousse en furie qui avait malgré tout eu la décence de s'écarter de son chemin –dans le cas contraire elle l’aurait poussée de toute manière. Elles arrivèrent à l’étage.

- Tu veux pas ses uniformes non plus ? Où tu vas comme ça avec les fringues de MA SOEUR ?!

La « voleuse » haussa un sourcil avec dédain.

- Quoi ça s'voit pas ? J’m’exile avec ton demi-frère et ... les fringues de ta sœur.

Les pupilles de l’Ange se rétractèrent et elle ralentit doucement la cadence, comme si elle venait de saisir quelque chose qui, un peu plus tôt, lui échappait.
Alors comme ça, elle n'avait toujours pas compris ?

- Oh putain j'y crois pas … Ne me dis pas que ... ? Et moi qui croyais que l’autre demeuré avait eu la sagesse de se fier à une gamine un tant soit peu perspicace ... j'ai du me tromper. Finalement, je constate qu'en huit-cent-cinquante ans, il n’a absolument pas changé. Qu’est-ce que j’espérais dans un sens ? Comme qui dirait que l’histoire se répète. Aaah, ce bon vieux Wewel … toujours pareil à lui-même … il en a toujours trop attendu de ses pauvres petits humains. Et maintenant qu’on est dans les confidences, toutes les deux, je peux même préciser que c'est ce qui l'a mené à sa perte, et c'est ce qui pour l’éternité le contraindra à creuser plus profond le trou d’sa tombe. Ma foi ça c’est son problème tu vas me dire, et j’suis bien d’accord avec toi sur ce point, et c’qu’il fait de sa vie j’en ai absolument rien à foutre. Du moins seulement quand ça ne va pas en travers de mon chemin et de mes choix, et surtout quand ça ne nuit pas à mes proches ! Oh mais attend, peut-être qu'il faut que je t'explique ? Parce que c’était plus fort que toi de te mêler de ces histoires, hein ? Ta petite vie misérable, ta routine monotone, t’en pouvait plus et t’es tombée sur la bonne opportunité, alors t’as pas hésité à la saisir. Et là tu captes plus rien à ta vie et tu vois absolument pas ce que cette chieuse de Roxane, la petite prétentieuse qui se tape ton demi-frère, la salope qui t’a craché au visage, la pute qui t’a envoyé son poing dans la gueule parce que t’as sciemment embrassé son copain, vient faire là-dedans ? Oh … navrée … j’ai beaucoup de mémoire pour ces choses-là, faudra t’y faire, puis faut dire que t’avais tellement l’air de prendre ton pied que ... Soit. Cette question que tu ne me poses pas mais qu’on va supposer que tu me poses, t’as parfaitement raison de te la poser ! T’inquiète, tu vas comprendre. Hmm, les affaires perso’s de quelques immortels sont teeeellement plus intéressantes que les ragots de l’unif, n’est-ce pas ? C’est si … excitant quand on y pense ! Mais pas d’bol, t’es pas immortelle, et tu le s’ras jamais, alors ton cerveau de petite merdeuse a besoin qu'on le prenne par la main afin qu’il puisse comprendre quelque chose à sa vie, pas vrai ? La bonne aubaine, j’suis là ! T’en fais pas, j’vais régler ça, surtout ne me remercie pas, c’est moi qui te remercie.

Elle se figea pour de bon devant la porte de la chambre de Jude.

- Oh je sais très bien ce qu'il a pu baragouiner comme bobards pour t’avoir dans la poche ; il a toujours été excellent manipulateur ! « Surtout méfie-toi de cette petite fille, Aladiah. C’est une usurpatrice, une amie de Nathaniel, et tu sais comme Nathaniel est mauvais. Il a manipulé Mitzrael, il l’a fait basculer du mauvais côté. Il ne faut surtout pas lui faire confiance, elle ment comme elle respire, elle va tôt ou tard essayer de me mettre des bâtons dans les roues ! Elle est une amie d'un ennemi. Elle est donc une ennemie et il faut abattre les ennemis si on ne veut pas que les ennemis nous abattent. » Et toi, pigeonne comme tu es, tu l’as écouté et tu t’es évidemment fait pigeonner. Oooh putain mais t’es vraiment trop conne … ! Nathaniel l'ordure. Nathaniel le salaud. Bah oui bien sûr, c'est tellement facile de se vêtir du plus beau rôle. Plus facile, et plus agréable, surtout. Enfin …

Elle haussa les épaules et se retourna lentement, un drôle de sourire collé aux lèvres.

- J'espère au moins qu'il t'a raconté toute l'histoire avant de faire ce que tu as fait, car maintenant c’est trop tard, tu ne peux plus reculer. J’voudrais savoir, t'as quoi comme problème O'Brien ? Déjà tu te mêles par des moyens pas très catholiques (haha non, pardon l’inquisition tout ça tout ça, j’avais zappé que c’était de votre patrimoine, je retire ce que j’ai dit), bref que tu te mêles de trucs comment dire … un peu beaucoup ultra personnels et genre qui ne regardent pas une simple petite humaine qui ne pourra de toute façon jamais rien y changer. Mais en plus Mitzrael, Anauel. C'est bien, tu les collectionnes à ce que je vois ! Le prochain ce sera qui ? Ganondorf ? Non mais franchement, tu t’es jamais fait la réflexion que si ces types étaient déchus, contrairement à Nate et moi, c’est qu’il y avait là-derrière une excellente raison ?!

Elle laissa s’échapper un rire sarcastique et secoua derechef la tête.

- Evidemment que non, t’es trop bête pour ça ! Mais maintenant c’est trop tard … T’as choisi ton camp ? T’as opté pour les Démons ? T’as misé sur la destruction d’Anteria ? Très bien, mais tu viendras pas pleurer chez nous quand tes parents et toi vous ferez torturer puis bouffer par ces connards ! Oh ... justement ! En parlant de torture ! Je tenais vraiment à te remercier pour la merveilleuse, la fabuleuse soirée que tu nous as offerte, à Jude et moi. Vraiment, il faudra que t'essayes une de ces quatre, c'était ... fort en émotions, merci. Entre filles, j’dois dire que j’te le recommande, parce que je dois avouer que j'ai été assez ... surprise. Oui ... c'est bien le mot. Surprise. Et il faut de toute évidence que je t'en félicite. Il faut bien reconnaitre que ce n'est pas tous les jours qu'une misérable humaine de vingt ans tout au plus a le mérite de surprendre un être qui ira d'ici peu sur ses sept milliards.

Elle fronça les sourcils.

- Ouch ça fait mal. Sept milliards, c'est avant la création de la Terre si je ne m'abuse. Ca remonte à loin, n'est-ce pas ? Oh mais t'en fais pas, tu t'en remettras. C'est pas moi que t'as sauté que j'sache alors où est ... Oups. Désolée. On a le même âge avec ce bon vieux Mitzou, autant pour moi.

Roxane leva les yeux au ciel.

- Par contre je me demandais (pas que je voudrais me mêler de vos affaires familiales mais bon …). T’as pas l’air surprise de la subite disparition de ta sœur adoptive … Elle n’est pourtant pas rentrée de l’école et ça fait un bon moment qu’elle devrait être là. Aaah, bah ouais, j’suis bête ! C’est normal pourtant. T’as obéi aux ordres du demeuré et t’as essayé de t’en débarrasser, comme il le voulait. Pour ça, l’idée de la balancer à la Rosa Aeternam –ce nom ne t’es pas inconnu je présume, t’as semblée judicieuse. Et c’est bien, bravo, tu as réussi ! Elle s’est fait arrêter, ce pourquoi elle n’est toujours pas là. Super, t’auras une promotion !

Peu à peu, ses sourcils se froncèrent.

- Note, j’crois que dans l’contrat, Anauel a oublié de mentionner un détail important, genre ...

Brusquement, les doigts ensanglantés se refermèrent durement autour du coup d’April. Menaçante, glaciale, son assaillante planta son regard dans le sien. Là, elle partit sur une imitation parodique du ton et des airs du non-mort.

- Tu sais, la fille qui était là à Noël, euh … Roxane. Oui, tu vois ? La copine de Jude. Regarde-la bien, parce que c’est le vrai visage de ta sœur adoptive. Aladiah, Ange Majeur, une … vieille amie.

Puis de ceux de la rousse.

- Aaaah merde, c’est assez embêtant ça. Mais pourquoi c’est embêtant au juste ?

Cette dernière se retrouva vivement écrasée contre un mur, le visage de sa rivale, bien plus sérieux désormais, à quelques centimètres du sien. Elle acquiesça lourdement.

- Et bien très chère c’est emmerdant parce que les mecs à qui tu m’as dénoncée voulaient le nom des Passages, et comme je refusais de cracher le morceau, qui crois-tu qu’ils ont été chercher, histoire de me faire chanter, hein ? A ton avis pauvre conne, quel moyen de pression ont-ils employé sur moi puisque la souffrance physique ne faisait pas effet ?!!

Trois secondes, lourdes en silence, s’écoulèrent, puis la sentence tomba.

- Bingo, t’as compris salope : Jude !

La main, qui gardait encore quelques séquelles de sa précédente fracture, referma son étau sur la mâchoire de la fille des O’Brien. Ses ongles s’enfoncèrent sous sa peau tant la pression était forte.

-Putain mais qu’est-ce qui t’es passé par la tête ?!! Tu as vu ce que tu as fait ?!!! !!! J’ai été contrainte d’employer des pouvoirs de lumière par ta faute, sale pute, et ça, ça veut dire que des Démons vont débarquer sur Anteria !! J’suis bonne pour l’exil, et Jude avec si j’veux pas que ce taré d’Athos lui retombe dessus !! Putain tu peux te féliciter parce que là, on peut dire qu’en deux mots t’as ruiné sa vie !! Et la mienne aussi d’ailleurs. J’devrais te tuer pour ça, et même déjà rien que parce que tu en sais trop sur les Mondes, est-ce que tu t’en rends seulement compte ? Mais j’le f’rais pas. Oooh non ... J’vais laisser ce loisir à ceux que tu crois être tes alliés parce si j’étais toi, j’me méfierais quand même un peu de ces gars. La famille précédente de ce bon vieux Anauel avait elle aussi foi en lui. A vrai dire, c’est à peine si elle ne lui vouait pas un culte. Un homme si bon, pourquoi le soupçonner ? Pourtant …

Elle pencha la tête sur le côté et afficha un sourire sinistre.

- De sang froid, il les a tous livrés à Nectos. En somme, une seule destinée pour toutes ces vies : la mort.

Ses doigts s’ouvrirent, et la demoiselle retomba lourdement sur le plancher.

- N’oublie jamais qu’une vie humaine n’a aucune valeur à mes yeux. Alors je n’hésiterais pas une seule seconde à te faire payer si je ne te recroise ne serait-ce jamais qu’une seule fois ou si tu adresses encore la parole à Jude dans un de tes escales prochaines. Ne t’avise plus à te faire remarquer, ne t’avise plus à te mettre en travers de mon chemin. Ni dans celui de Nate d’ailleurs … ah, pardon. C’est juste tu as raison, c’est le même. En tous cas, j’espère que je suis bien claire : garde tes distances !

Sur cette dernière révélation, elle lui tendit la main et l’aida à se redresser (sans véritablement lui laisser le choix). Elle lui sourit. Un sourire presque amical. Presque annonciateur d’une paix nouvelle. Elle s’éloigna vers la porte à pas lents et tandis que ses doigts se posaient sur la clinche, elle ajouta :

- Signale bien à ton pote que d'ici quelques jours, il aura de la visite. J'ai disons ... quelques comptes à rendre, tu saisis ? Oh ... et histoire qu’il n’y ait pas de méprise, explique-lui bien que si Jude ou Nate venaient à crever par votre faute, il n'y aurait cette fois-ci pas de main chaleureuse pour retenir mon geste.

Pour de bon, elle s’effaça dans la pièce sombre. Ou du moins …

- Oups, j’oubliais le plus important.

La brune fila à la hauteur de la rousse et lui envoya sans retenue un coup de poing dans la figure. April s’évanouit.

Sans attendre, l’immortelle entra dans la chambre et fouilla une petite commode d’où elle sortit, comme prévu, un trousseau de clefs. Elle les garda en main et regagna Jude qui avait, comme elle l’avait demandé, pris soin de se vêtir. Là, sans même un regard, elle rouvrit son sac à dos et y glissa en vitesse quelques fringues qu’elle tira des vastes armoires. L’affaire achevée, ses doigts se refermèrent autour de la main de Jude. Aussitôt, elle l’entraina au rez-de-chaussée. Jake et Lisa ne les verraient pas, ne les entendraient pas, qui plus est, ils étaient au salon : ils ne risquaient rien.

Arrivée à la cuisine, la fille attrapa au hasard deux ou trois paquets de biscuits et une bonne bouteille d’eau. Eux aussi trouvèrent immédiatement leur place dans la valise de fortune. Maintenant, direction la banlieue pauvre de Chicago, et adieu au chic d’Anteria. Pour la dernière fois, Jude et Roxane franchirent le seuil de l’entrée de la demeure des O’Brien. La porte claqua. Le froid mordant de janvier les accueillit.

D’un geste vif, l’Ange appuya sur l’une des clés qu’elle avait volées à April. Les phares de sa voiture étincelèrent un instant.

***
- Je te conseille de mettre ta ceinture.

Aladiah, mine concentrée, était installée au volant du magnifique cabriolet Lexus argent de sa sœur adoptive. Elle mit le contact et ses deux mains attrapèrent fermement le volant.

- Parce que je serais pas plus douée avec ça qu’avec un hélico’.

Elle les yeux et prit une profonde inspiration.

- April va me buter …

Et appuya au hasard sur l’une des pédales.
Rien ne se produisit.

- Ah … ça doit être le frein.

Celle à côté alors ? Toujours rien.
Hey mais c’était quoi cette bagnole de merde ? Pourquoi lui foutre deux freins ? Bref, inutile de chercher à comprendre. C’était comme les boutons de l’hélicoptère : un mystère. De toute manière, l’accélérateur ne pouvait être que la dernière pédale.
Son pied s’écrasa dessus.

La voiture s’élança à toute vitesse dans l’allée. Instantanément, l’immortelle surprise lâcha tout.

- Putain !!

***
- Hum …

Pleine de dignité, Roxane s’extrait de la Lexus argent, se saisit de son sac et referma la portière. Elle invita Jude à en faire de même et le rattrapa par la main. Oh, ils n’avaient pas terminé leur course mais à en juger par l’état de la voiture, elle n’irait pas beaucoup plus loin. En effet, elle était en cet instant empalée dans un fichu poteau qui leur avait coupé le chemin et un vaste nuage de fumée s’échappait du capot.

Sans regret, ils abandonnèrent le cadavre et se remirent à courir.

***
- Là !

Elle avait presque hurlé, mais il faut dire que les raisons ne manquaient pas. L’index de la main libre de la brune pointait … le vide. Enfin, un vide qui n’était pas si vide que ça, parce qu’il renfermait à lui seul un Monde entier …

Agrippée à Jude, elle sauta.

Mais plutôt que d’atterrir une trentaine de centimètres plus loin, ils retombèrent aux pieds d’une fontaine, elle-même entourée de vastes et splendides jardins et d’un majestueux palais. Aussitôt, la femme lança un regard panoramique autour d’elle. La belle Naudiz n'avait pas changée. Et il n'y avait personne. Elle reprit sa course.

***
Les rues étaient désertes à cette heure du soir, et ce notamment dans les quartiers pauvres ; les paysans devraient se lever bien assez tôt afin de travailler aux champs. Le bruit des pas des deux fuyards n’était presque pas audible sur le chemin de terre. C’est pourquoi la femme entendait derrière elle la respiration de l’adolescent qui se faisait de plus en plus haletante. Elle sentait également qu’il lui fallait le tirer d’avantage au fur et à mesure de leur parcours. De toute évidence, il fatiguait. C’est pourquoi elle finit par ralentir. A la marche, d’abord, pour qu’ils puissent reprendre leur souffle. Puis elle s’arrêta définitivement.

Elle leva la tête vers le ciel étoilé et prit une profonde inspiration, yeux clos. La température printanière était bien plus agréable ici qu’à Anteria, où le froid mordant de l'hiver règnait encore. L’air était aussi infiniment plus pur. Plus étheré. Et surtout, ils étaient saufs. Enfin, elle pouvait le dire, ils étaient éloignés de toute forme de danger. Ou du moins, de danger extrême. Ils étaient saufs.
Les vêtements du garçon prirent une apparence un tant soit peu plus … médiévale. Mieux valait ne pas attirer l’attention maintenant.

Le sac tomba lourdement au sol. Les yeux de Roxane se rivèrent dessus et ne s’en détachèrent plus. Lentement, elle se retourna et fit ainsi face à Jude -ou presque puisqu’elle ne releva pas la tête. De toute évidence, elle n'était qu'à moitié présente. Absente, distante ou soucieuse. Un peu des trois, peut-être ?
D'une caresse, sa main effleura un instant le visage du garçon, comme pour s'assurer par le toucher qu'il n'avait pas disparu. Ses doigts glissèrent de sa tempe à son cou, suivirent la courbe de ses épaules puis la pente de ses bras (en même temps qu'elle s'abaissait à la hauteur de la petite valise) et se refermèrent finalement sur son poignet. De sa main libre, elle défit le cordage et dévoila aux vues de tous les boîtes de biscuits, l’eau et les vêtements.

- Tu n’en as peut-être pas envie, et je le comprendrais parfaitement, mais il faut que tu manges et que tu boives maintenant.

Elle avait employé un ton inhabituel, en parfait contraste avec sa véhémence quotidienne. Un ton presque semblable à celui, flegmatique et détaché, qu'elle empruntait lorsqu'elle devait jouer le rôle de la petite ukrainienne adoptée par les O'Brien. Presque parce qu'il était d'avantage plat, et bien moins cordial. Oh, pas qu'il soit agressif, ni même crispé ou évoquateur de reproches, loin de là. Non, il était simplement vide. Vide, lointain et passif. Distrait ?

D'ailleurs, elle n'ajouta pas un mot de plus que nécéssaire. Seuls ses gestes succédairent. C'est avec eux qu'elle parlerait, avec eux qu'elle s'excuserait, avec eux qu'elle tenterait de le réconforter. Cette fois-ci, elle respecterait et se contenterait de ce silence qui avait toujours joué un rôle important dans leur relation. Dans cet acte, elle lui offrait celui du Rédempteur, parce qu'elle l'avait bien compris, une partie d'elle-même apréhendait maladivement l'échange qui ensuivrait ce qu'il s'était passé. Elle avait peur. Oui, c'était ça le mot. Peur.
Peur que Jude lui en veuille. Peur que Jude s'en veuille. Peur qu'il ne comprenne pas. Peur des Mots. Et, secrètement, elle espérait que, comme toujours, le garçon n'engage pas la conversation si elle-même ne s'en chargeait pas.

Enfin, dans un sens ... qu'est-ce qu'ils pourraient bien se dire ?
Rien. Elle ne voyait rien. Juste le néant.

Du bout des doigts, elle tira le poignet d'une pression délicate, invitant ainsi l'humain à s’assoir et, plus précisément, à exécuter son ordre. De toute manière, il devait se douter qu’elle ne lui laisserait pas le choix. Les soins de lumières guérissaient les plaies, les fractures, les coups et toutes ces choses qui déformaient un corps, mais ils n'étaient en mesure de combler les carences. Ils accéléraient les processus mais ils ne créaient pas de matière inexistante.
Et, malheureusement, ils n'étaient pas non plus à même de soigner les blessures morales. Pourtant, elle en était certaine, dans le cas de Jude, il s'agissait des plus profondes.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Dim 2 Jan - 14:25

- Quoi ça s'voit pas ? J’m’exile avec ton demi-frère et ... les fringues de ta sœur.

Oh putain j'y crois pas … Ne me dis pas que ... ? Et moi qui croyais que l’autre demeuré avait eu la sagesse de se fier à une gamine un tant soit peu perspicace ... j'ai du me tromper. Finalement, je constate qu'en huit-cent-cinquante ans, il n’a absolument pas changé. Qu’est-ce que j’espérais dans un sens ? Comme qui dirait que l’histoire se répète. Aaah, ce bon vieux Wewel … toujours pareil à lui-même … il en a toujours trop attendu de ses pauvres petits humains. Et maintenant qu’on est dans les confidences, toutes les deux, je peux même préciser que c'est ce qui l'a mené à sa perte, et c'est ce qui pour l’éternité le contraindra à creuser plus profond le trou d’sa tombe. Ma foi ça c’est son problème tu vas me dire, et j’suis bien d’accord avec toi sur ce point, et c’qu’il fait de sa vie j’en ai absolument rien à foutre. Du moins seulement quand ça ne va pas en travers de mon chemin et de mes choix, et surtout quand ça ne nuit pas à mes proches ! Oh mais attend, peut-être qu'il faut que je t'explique ? Parce que c’était plus fort que toi de te mêler de ces histoires, hein ? Ta petite vie misérable, ta routine monotone, t’en pouvait plus et t’es tombée sur la bonne opportunité, alors t’as pas hésité à la saisir. Et là tu captes plus rien à ta vie et tu vois absolument pas ce que cette chieuse de Roxane, la petite prétentieuse qui se tape ton demi-frère, la salope qui t’a craché au visage, la pute qui t’a envoyé son poing dans la gueule parce que t’as sciemment embrassé son copain, vient faire là-dedans ? Oh … navrée … j’ai beaucoup de mémoire pour ces choses-là, faudra t’y faire, puis faut dire que t’avais tellement l’air de prendre ton pied que ...


Les sourcils qu'April fronçait déjà, l'air grave et les traits tendus, se fléchirent encore davantage. Elle se haïssait pour ces actes profondément débiles et immoraux dont elle avait pu faire montre quelques temps auparavant. Certes. Mais LA question était : Comment Roxane pouvait être au courant de toute l'histoire ? Du fantastique. Surprenant, ça l'était mais à vrai dire, April ne s'en affollait pas autant qu'elle l'aurait cru. Ces derniers temps, elle s'était faite à l'idée de s'attendre toujours à tout. C'était donc un fait. Roxane aussi entrait dans le lot des trucs impossibles et déments qui allaient et venaient dans sa vie d'humaine sacrément pas normale. Encore une carte en plus dans un jeu qu'elle comprennait de moins en moins...Un jeu ? Non. C'était VRAI. Et c'était ça, le pire.

- Soit. Cette question que tu ne me poses pas mais qu’on va supposer que tu me poses, t’as parfaitement raison de te la poser ! T’inquiète, tu vas comprendre. Hmm, les affaires perso’s de quelques immortels sont teeeellement plus intéressantes que les ragots de l’unif, n’est-ce pas ? C’est si … excitant quand on y pense !


Oui. Dire que c'était juste ça et bêtement ça au départ. Jusqu'à ce qu'elle en perde Mitzrael...C'est là qu'on regrette que le "bon Dieu" n'ait pas été suffisament geek pour vous créer un bouton "review".

- Mais pas d’bol, t’es pas immortelle, et tu le s’ras jamais, alors ton cerveau de petite merdeuse a besoin qu'on le prenne par la main afin qu’il puisse comprendre quelque chose à sa vie, pas vrai ? La bonne aubaine, j’suis là ! T’en fais pas, j’vais régler ça, surtout ne me remercie pas, c’est moi qui te remercie.

Oh je sais très bien ce qu'il a pu baragouiner comme bobards pour t’avoir dans la poche ; il a toujours été excellent manipulateur ! « Surtout méfie-toi de cette petite fille, Aladiah. C’est une usurpatrice, une amie de Nathaniel, et tu sais comme Nathaniel est mauvais. Il a manipulé Mitzrael, il l’a fait basculer du mauvais côté. Il ne faut surtout pas lui faire confiance, elle ment comme elle respire, elle va tôt ou tard essayer de me mettre des bâtons dans les roues ! Elle est une amie d'un ennemi. Elle est donc une ennemie et il faut abattre les ennemis si on ne veut pas que les ennemis nous abattent. » Et toi, pigeonne comme tu es, tu l’as écouté et tu t’es évidemment fait pigeonner.


La rousse garda le silence. Roxane lui faisait trop peur, elle devait l'avouer, pour qu'elle ose l'ouvrir. Et puis bizzarement fréquenter Anauel et Botaro lui avait appris la prudence et le sang froid.- Enfin...autant que faire se pouvait..

- Oooh putain mais t’es vraiment trop conne … ! Nathaniel l'ordure. Nathaniel le salaud. Bah oui bien sûr, c'est tellement facile de se vêtir du plus beau rôle. Plus facile, et plus agréable, surtout. Enfin …

J'espère au moins qu'il t'a raconté toute l'histoire avant de faire ce que tu as fait, car maintenant c’est trop tard, tu ne peux plus reculer. J’voudrais savoir, t'as quoi comme problème O'Brien ? Déjà tu te mêles par des moyens pas très catholiques (haha non, pardon l’inquisition tout ça tout ça, j’avais zappé que c’était de votre patrimoine, je retire ce que j’ai dit), bref que tu te mêles de trucs comment dire … un peu beaucoup ultra personnels et genre qui ne regardent pas une simple petite humaine qui ne pourra de toute façon jamais rien y changer. Mais en plus Mitzrael, Anauel. C'est bien, tu les collectionnes à ce que je vois !


April sentit ses doigts se contracter dans sa paume. Mais c'étaient des reproches on ne peut plus légitimes. Attendre la suite, donc...

-Le prochain ce sera qui ? Ganondorf ?

Le maître de Kyle ? Quoi, elle le connaissait aussi ??? Mais bon sang, qui était elle ???!!!

- Non mais franchement, tu t’es jamais fait la réflexion que si ces types étaient déchus, contrairement à Nate et moi, c’est qu’il y avait là-derrière une excellente raison ?!

En tout cas, ce rire là ne disait rien qui vaille...

- Evidemment que non, t’es trop bête pour ça ! Mais maintenant c’est trop tard … T’as choisi ton camp ? T’as opté pour les Démons ?

Il aurait été superflu de tenter de restituer les pensées qui traversaient l'esprit d'April alors qu'elle écoutait la brune puisqu'elles auraient simplement résidé en une série de " ???????????????????????????????????? "...Mais ce dernier élément la fit sacrément tiquer....


....Pardon ?

- T’as misé sur la destruction d’Anteria ?

What ???

-Très bien, mais tu viendras pas pleurer chez nous quand tes parents et toi vous ferez torturer puis bouffer par ces connards !

HEIN ???!!!

L'image de Lisa tourmentée par Zephiro & Cie s'imposa à son imagination. Non. Oh non. Jamais elle ne voudrait une chose pareille...!!!

- Oh ... justement ! En parlant de torture ! Je tenais vraiment à te remercier pour la merveilleuse, la fabuleuse soirée que tu nous as offerte, à Jude et moi.

...Quoi ?

- Vraiment, il faudra que t'essayes une de ces quatre, c'était ... fort en émotions, merci.

Mais de quoi elle parlait...?

- Entre filles, j’dois dire que j’te le recommande, parce que je dois avouer que j'ai été assez ... surprise. Oui ... c'est bien le mot. Surprise. Et il faut de toute évidence que je t'en félicite. Il faut bien reconnaitre que ce n'est pas tous les jours qu'une misérable humaine de vingt ans tout au plus a le mérite de surprendre un être qui ira d'ici peu sur ses sept milliards.

Su..surprendre ...??? Sept milliards ?

Ok, ok donc Roxane = immortelle. Ca, ça rentrait. Et ça expliquait qu'elle connaisse Mitzrael, Anauel et Nathaniel le Cruel. Mais c'était quoi cette histoire de torture ???

- Ouch ça fait mal. Sept milliards, c'est avant la création de la Terre si je ne m'abuse. Ca remonte à loin, n'est-ce pas ? Oh mais t'en fais pas, tu t'en remettras. C'est pas moi que t'as sauté que j'sache alors où est ... Oups. Désolée. On a le même âge avec ce bon vieux Mitzou, autant pour moi.

Ah...si vieux ? Bon d'accord. Ange déchu après tout. Mais c'était quoi l'autre délire ? Pourquoi l'avoir "remerciée" ?

- Par contre je me demandais (pas que je voudrais me mêler de vos affaires familiales mais bon …). T’as pas l’air surprise de la subite disparition de ta sœur adoptive … Elle n’est pourtant pas rentrée de l’école et ça fait un bon moment qu’elle devrait être là.

Aladiah ?

Alad' n'était pas sa vraie demie soeur. C'était une image. Une autre manipulatrice de première. Un fake, en gros. Même si c'était assez sympa d'oublier la vérité et de jouer avec cette gamine en se laissant consciemment bercer par l'illusion, elle devait avouer qu'elle se contrefichait de ce que cette tricheuse faisait de son temps libre...

- Aaah, bah ouais, j’suis bête ! C’est normal pourtant. T’as obéi aux ordres du demeuré et t’as essayé de t’en débarrasser, comme il le voulait.

Anauel ? Hum. Non pas vraiment.

- Pour ça, l’idée de la balancer à la Rosa Aeternam –ce nom ne t’es pas inconnu je présume, t’as semblée judicieuse.

Hein ? Rosa Ae quoi ? BALANCER ??? Mais bon sang qu'est-ce qu'elle bavait encore ?

- Et c’est bien, bravo, tu as réussi ! Elle s’est fait arrêter, ce pourquoi elle n’est toujours pas là. Super, t’auras une promotion !

Promo....hein ???!!! Minute, minute, tentons de recoller les bouts. Donc elle aurait dénoncer Aladiah sur ordre d'Anauel à une certaine "Rosa Chose".

April hésitait entre poser toutes ces questions à Roxane ou lui demander quelle herbe elle avait utilisée pour son dernier spliff.

Elle prit simplement parti de la boucler et de laisser l'autre parler pour connaître le fin mot de l'histoire.


- Note, j’crois que dans l’contrat, Anauel a oublié de mentionner un détail important, genre ...

La rouquine sursauta. Mais c'est qu'elle essayait de l'étrangler !!! Et ces yeux gris si froids...

- Tu sais, la fille qui était là à Noël, euh … Roxane. Oui, tu vois ? La copine de Jude.

Imitation du patriarche...imitation flippante. Garder son calme.

- Regarde-la bien, parce que c’est le vrai visage de ta sœur adoptive.

QUOI ???!!! ???

- Aladiah, Ange Majeur, une … vieille amie.

OH MERDE !!!!

EVIDEMMENT ! Mais EVIDEMMENT !!!

C'était on ne peut plus logique ! Aladiah était Roxane ! Oh MERDE !!! Pourquoi ne l'avait -elle pas capté plus tôt ???!!!!

- Aaaah merde, c’est assez embêtant ça. Mais pourquoi c’est embêtant au juste ?

April lâcha un gémissment douloureux quand elle sentit le béton dur de la cloison contre ses omoplates crispées. Elle vit le visage de cellle qu'elle appellait "Roxane" fondre vers le sien comme le bec d'une buse sur sa proie.

- Et bien très chère c’est emmerdant parce que les mecs à qui tu m’as dénoncée voulaient le nom des Passages, et comme je refusais de cracher le morceau, qui crois-tu qu’ils ont été chercher, histoire de me faire chanter, hein ?

Attends, attends..."dénoncée" ???

- A ton avis pauvre conne, quel moyen de pression ont-ils employé sur moi puisque la souffrance physique ne faisait pas effet ?!!

Alors ça et cette histoire de torture....Souffrance physique...Réfléchis. Alad= Roxane. Roxane= petite amie de...

Les yeux verts s'écarquillèrent.

Jude.


- Bingo, t’as compris salope !

Elle sentit alors, toujours aussi abrutie, les ongles d'Aladiah, puisqu'Aladiah c'était, serrer sa jugulaire à en entamer la peau blanche.

April couina.


-Putain mais qu’est-ce qui t’es passé par la tête ?!! Tu as vu ce que tu as fait ?!!! !!! J’ai été contrainte d’employer des pouvoirs de lumière par ta faute, sale pute, et ça, ça veut dire que des Démons vont débarquer sur Anteria !! J’suis bonne pour l’exil, et Jude avec si j’veux pas que ce taré d’Athos lui retombe dessus !! Putain tu peux te féliciter parce que là, on peut dire qu’en deux mots t’as ruiné sa vie !! Et la mienne aussi d’ailleurs. J’devrais te tuer pour ça, et même déjà rien que parce que tu en sais trop sur les Mondes, est-ce que tu t’en rends seulement compte ?

Elle avait envie de lui hurler une bonne fois pour toutes qu'elle ne comprennait rien à son histoire ! Qu'elle n'avait livrée personne à qui que ce soit ! Qu'elle était même incapable de lui dire qui était ce " Athos" dont elle parlait !

Il était arrivé quelque chose à Jude ! Elle aurait voulu savoir quoi !!!

Mais elle ne pouvait que se débattre et suffoquer sous des bruits gutturaux, pincée de toutes parts par la douleur des plaies que creusaient les ongles de l'immortelle dans son cou, en tentant
d'écarter ses mains angéliques et paradoxalement infernales de sa gorge humaine.


- Mais j’le f’rais pas. Oooh non ... J’vais laisser ce loisir à ceux que tu crois être tes alliés parce si j’étais toi, j’me méfierais quand même un peu de ces gars. La famille précédente de ce bon vieux Anauel avait elle aussi foi en lui. A vrai dire, c’est à peine si elle ne lui vouait pas un culte. Un homme si bon, pourquoi le soupçonner ? Pourtant …

Oh non. Pas ça. Elle ne voulait pas savoir ! Ses doigts crochetèrent encore plus celles d' Aladiah dans l'espoir urgent de s'extirper de la là pour pouvoir fuir et ne rien apprendre de plus. Elle ne voulait pas entendre !!!

- De sang froid,

Les mains d'April lâchèrent celles de son bourreau et se jettèrent sur ses oreilles pour les boucher autant qu'elle pouvait.

- Il les a tous

Merde ! Elle percevait quand même parfaitement sa voix !

- livrés

Non...non NON !!!

- à Nectos. En somme, une seule destinée pour toutes ces vies : la mort.

Des larmes emplirent les yeux d'April et coulèrent sur ses joues.

Non...

Elle n'aurait jamais voulu connaître ce qu'ellle venait d'apprendre. Elle se sentait à la fois trahie et sale elle même de détenir un secret pareil.

Trahie d'avoir cru à la totale bonté - illusoire mais tellement plus belle - de celui qu'elle voulait respecter parmi tous. Sale de savoir quelque chose qu'elle ne méritait pas de connaître.

Parce qu'IL ne l'avait pas décidé de lui même. Et parce qu'elle savait qu'elle ne pourrait jamais oublier ce qu'elle venait d'entendre. Ni même faire abstraction.

Elle savait que les secrets et le passé d'Anauel étaient lourds. Mais en avoir à présent la certitude et la cause...C'était atrocement humiliant pour lui comme pour elle.

Elle venait de le trahir à cause de ses sales sens humains. Parce qu'elle n'avait pas le moyen de résister physiquement aux mots.

Aladiah la laissa lamentablement s'effondrer au sol.

Elle serra les dents, les yeux flous. Elle se détestait. Elle détestait le monde. Elle détestait Anauel.

Non. Pas Anauel. Elle....Aladiah.

- N’oublie jamais qu’une vie humaine n’a aucune valeur à mes yeux. Alors je n’hésiterais pas une seule seconde à te faire payer si je ne te recroise ne serait-ce jamais qu’une seule fois ou si tu adresses encore la parole à Jude dans un de tes escales prochaines.

Mais elle n'avait RIEN FAIT ! RIEN FAIT A JUDE, BORDEL !!! !!!

Incapable de parler, elle tint sa gorge blessée en aspirant bruyamment des bouffées d'un air qui lui avait manqué.


- Ne t’avise plus à te faire remarquer, ne t’avise plus à te mettre en travers de mon chemin. Ni dans celui de Nate d’ailleurs … ah, pardon. C’est juste tu as raison, c’est le même. En tous cas, j’espère que je suis bien claire : garde tes distances !

April ne savait plus trop si elle respirait ou si elle sanglotait silencieusement. Elle prit craintivement la main de la brune et se releva sans broncher, trop secouée.

Elle fronça les sourcils, assez destabilisée quand l'autre lui sourit bizarrement.


- Signale bien à ton pote que d'ici quelques jours, il aura de la visite. J'ai disons ... quelques comptes à rendre, tu saisis ? Oh ... et histoire qu’il n’y ait pas de méprise, explique-lui bien que si Jude ou Nate venaient à crever par votre faute, il n'y aurait cette fois-ci pas de main chaleureuse pour retenir mon geste.

Mais...mais...mais PUTAIN elle n'y comprenait plus RIEN ! Qu'avait fait Anauel dans cette histoire ?!

Elle resta debout bien qu'assommée par les évènements et regarda Aladiah sortir, sans rien pouvoir dire, massant encore sa gorge douloureuse.

- Oups, j’oubliais le plus important.

April fronça les sourcils, dans un brouillard total, comme après un réveil d'un sommeil très lourd.

...

La dernière chose qu'elle put voir fut les formes sombres de l'ange et de son propre corps se découpant comme des ombres chinoises à la clarté d'une lune affligée.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 94

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: -
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Sam 22 Jan - 14:20

Toutes ces ombres...
Jude nageait en plein cauchemard. Un cauchemard emprunt de vérité.
Plus que tout, il souhaitait en finir.

//////////////////////////////////////

L'air frais lui fit reprendre conscience de ce que l'entourait. Les arbres défilaient autour de lui à une vitesse folle. Son corps tremblait. Il avait froid.
Contre lui, la chaleur d'un être cher.
Où étaient-ils ?
Bientôt la ville, lumineuse, se profila à l'horizon.

L'Ange s'approcha de la maison des O'Brien, elle fila vers...
Que...?!
Le garçon se recroquevilla alors que la vitre éclatait devant eux dans un fracas sinistre. Tous ces morceaux tranchants recouvrant le sol, brillant à la lueur de la lune d'un éclat mortel, Jude ne savait en détacher le regard. Quelque chose en cette vision le terrifiait. Une douleur poignante.
Aladiah le posa à terre avant de se diriger vers l'armoir. Lui se laissa tomber sur le lit, le regard absent. Elle lui envoya de quoi se vêtir, visiblement pressée et soucieuse.
L'estomac noué, la gorge serrée, le jeune humain obéit en silence alors que la femme disparaissait derrière la porte, le laissant seul. Seul face à ses peurs.
Sentant les larmes monter aux yeux, il se recroquevilla sur le lit, fixant le mur d'un regard paradoxalement vide et empli de terreur, d'incompréhension d'un esprit ressassant ses tourments. Un enfant ne parvenant pas à retrouver le sommeil après un cauchemard.
Qu'est ce qui s'était passé ?

Le sifflement du fouet fendant l'air...

Des voix dans le couloirs parvenaient à lui sans qu'il ne sache en distinguer les mots. Des paroles suintant de rage. Un cri.

Des cris...
Faites que tout ça cesse...

Roxane revint dans la chambre. Elle mit des habits dans un sac. Il se leva, pâle. Elle lui saisit le poignet et l'entraina en bas. Là, dans la cuisine, elle s'empara de boîtes et d'une bouteille qu'elle glissa également dans le sac.
Et elle repartit, l'entrainant dehors, à la voiture d'April.
Ceintures bouclées, elle démarra, ou plutôt essaya. Devant ces essais sans grands succès, Jude blémit.
La Lexus connu un trajet très sinueux, aléatoire. Le garçon était cramponé au siège. Ils allaient se crasher ! Putain mais elle pouvait pas faire gaffe ? Il était tendu au possible. Il détestait les voitures.
L'inévitable se produisit, le véhicule percuta un poteau, secouant ses passagers. Heureusement il y avait plus de peur que de mal, il s'extirpa de la carcasse fumante, nerveux.
Mais la course était loin d'être finie, Roxane venait de lui reprendre la main et le traina une fois de plus derrière elle. Au bout de plusieurs minutes, elle indiqua le bitume en contre bas, dans une petite ruelle. Ils se trouvaient à quelques mètres du sol...
Elle le prit contre elle et.... sauta. Mais qu'est ce qu'elle avait dans le crâne ?!

Jude ferma les yeux.

Il les rouvrit en sentant le sol sous ses pieds et l'air, étrangement doux, lui caresser le visage. Les bâtiments avaient disparu, laissant place à des plantes exotiques, un jardin splendide... Derrière eux, une fontaine agrémentée de paisibles jets d'eau, quelques nénuphars et des poissons aux couleurs fantastiques.
Où étaient-ils ?
Jude regarda autour de lui, un peu perdu. Son seul point d'attache étant la femm toujours à ses côtés.

Le ciel arborait des teintes orangées. Ne faisait-il pas nuit quelques instants auparavant ?

S'étaient-ils écrasés par terre ? Peut-être était-il inconscient et rêvait-il afin de s'évader de cette cruelle réalité qui le poursuivait ?
Mais n'avait-elle pas dit "là !" avant de se jeter dans le vide...?

De nouveau, Roxane reprit sa course. Jude fut forcé de la suivre, sans en savoir plus...
Les rues et ruelles s'enchainaient, inlassablements, plus étroites, tordues et étranges les unes que les autres. Tout paraissait si décallé... Non, c'était lui qui était décallé.
Plusieurs fois, il trébucha sur les pavés inégaux et bien vite sa condition de pauvre petit humain limité repris le dessus. L'épuisement lui tomba dessus d'un coup. Cela faisait combien de temps qu'il n'avait pas mangé ? Et pas bu ? Et... avec ce qui s'était passé...
Bien qu'elles eurent disparu, Jude ressentis les brûlures dans son dos comme si elles étaient toujours présentes. L'ôdeur de chair brûlée, le sang qui bouillait... Il avait la nausée, des haut le coeur.
Ces hurlements qui lui emplissaient les oreilles.
... pourquoi...?

La fatigue se fit alors accablante, ses jambes refusaient d'avancer d'avantage. Tout son corps suppliait afin que cela cesse.
Aladiah dû le sentir car elle ralentit, puis s'arrêta.
Le coeur au bord des lèvres, le garçon détourna le regard, observant nerveusement ce qui l'entourait. Une fenêtre lui renvoya le reflet d'un garçon pâle vêtu de vêtements médievaux.
Ce garçon... c'était lui. Il mit quelques secondes avant de se reconnaitre. Sa main passa sur son visage, sur ses joues creusées, ses cernes, ses lèvres abimées... et ce regard.
C'était pas possible. Ca ne pouvait pas être lui. Il ne pouvait pas être à ce point...

Une autre main vint lui frôler le visage jusqu'à descendre à son épaule, son bras, puis finalement lui saisir le poignet. Jude tourna la tête vers l'Ange. Elle était en train d'ouvrir le sac posé au sol.
Lui se sentait captif. Pourquoi le tenait-elle ainsi ?

Et où était-il ?
Pourquoi l'avait-elle amené là ?

- Tu n’en as peut-être pas envie, et je le comprendrais parfaitement, mais il faut que tu manges et que tu boives maintenant.

Une boule se forma instantannement dans son estomac. Il ne voulait rien. Il n'avait pas faim.
Doucement, elle l'incita à s'assoir. Il obéit. Avait-il seulement le choix ?
Ses bras encerclèrent ses jambes ramenées contre lui.

Pourquoi est ce qu'il était là ?

Les images tournaient dans sa tête à lui en donner le vertige. Il resserra imperceptiblement son étreinte.
Tout son être était sous pression.
Et brusquement, il céda.
Porté par le peu d'énergie qu'il lui restait, il s'élança aveuglement dans les rues vides. Les larmes ruisselaient sur ces joues comme le sang sur sa peau. Tout ce sang...

Il avait mal, terriblement mal.
Le fouet claqua sur sa peau. Des cris.
Cette chair qui le brûlait. Il aurait voulu l'arracher.
Il ne valait rien, plus rien du tout. L'autre avait raison.
... Il n'avait jamais rien valu.

Et ces cris qui lui faisaient exploser la tête.


////////////


Sa course le mena dans les hauteurs de la ville.


////////////


Ses cris.


////////////


Sur une terrasse surplombant les rues.


/////////////


Ca ne pouvait pas être vrai.
C'était vrai.


//////////////


Il s'arrêta, épuisé, tomba à genoux.


//////////////


Il voulait mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur
avatar
feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Sam 22 Jan - 18:28

Dans des gestes semblables à ceux d'un spectre, d'un ectoplasme, Jude s'assit sur la terre sèche comme l'Ange le lui avait ordonné. Ses bras encerclèrent machinalement ses jambes et son menton reposa contre ses genoux. Ainsi prostré, il s'immobilisa. De toute évidence, il n'était pas prèt de boire ou de manger. La mâchoire serrée, elle effleura du bout de son pouce la peau tantôt meurtrie du poignet qu'elle encerclait toujours d'une étreinte légère. Un profond soupir s'échappa d'entre ses lèvres tandis que son autre main abandonnait le sac de nourriture. De concert, elle ferma les yeux. Elle n'avait d'autre choix que de le reconnaître désormais ; le cours des évenements l'avait dépassée. Complètement dépassée. Les fils des pantins de la vie avaient glissés de ses mains et elle se retrouvait flânant entre les rues désertées, telle une âme en perdition. Elle était perdue, et elle ne savait plus quoi faire. Quels actes pour appaiser ses peurs ? Quels mots pour appaiser ses douleurs ? Elle n'en avait pas la moindre idée.

Et le plus dur, dans tout ça, c'était très certainement de s'avouer qu'elle était seule coupable. De s'avouer que l'avenir la confrontait encore à un passé déjà vécu.
De se dire que, par sa faute ...

D'un bond, l'adolescent se redressa.

... elle était ...

Il s'élança en avant et, lentement, les doigts de Roxane glissaient le long de sa main glacée.

... à nouveau ....

Ils se refermèrent dans le vide.

... en train de perdre un être cher.

Les yeux mercures s'ouvrirent derechef au monde. Monde qui semblait étonnament lointain, comme innaccessible. Livides, blafards, ils se fixèrent sur la silhouette du garçon qui fuyait vers l'aube. Elle aurait voulu se lever, courir à sa suite. Le rattraper, le réconforter, tout réparer. Mais elle ne cilla pas. Elle resta innerte. Pas d'actes, pas de mots. Rien. Elle n'oserait plus rien lui donner. Plus jamais, car rien ne pourrait jamais reconstruire ce qu'elle avait brisé.

Loin devant elle, l'humain tomba à genoux au sol.

Finalement, en se dressant contre le Destin que la fatalité avait dessiné pour Jude, elle n'avait qu'aggravé le prix qu'il avait à payer pour être né.

Les épaules basculées en avant, elle croisa les bras devant son ventre, serrant comme si elle tentait de retenir quelque chose qui déjà s'était envolé. Ses ongles s'agrippèrent désesperément à la chair de ses coudes. Elle ne valait rien. Elle serra plus encore les dents. Elle n'avait jamais rien valu. Les larmes se mirent à créer des sillon à la naissance de ses yeux. Elle n'était bonne qu'à abattre ce qu'elle désirait ardemment sauver.

Mais merde, qu'est-ce qu'elle avait fait ?!
Qu'est-ce qu'il avait fait !!
Elle détestait les Hommes !!!
Tout était toujours de leur faute ! Elle les haïssait, eux et leurs valeurs corrompues !!! !!!

Ses doigts tremblants se refermèrent autour des lanières de son sac, et elle se redressa sur ses jambes chancelantes, regagnant le garçon à la marche. A sa hauteur, elle relâcha son bien et tomba à genoux derrière lui, sans un mot.

Il pleurait. Elle le savait. Elle l'entendait.
Lui aussi devait l'entendre, parce que les larmes rongeaient également son visage.

Un bras par dessus son épaule gauche, l'autre l'agrippant par la taille, elle serra l'adolescent contre elle, tête ensevelie dans le creux de son cou. C'est ainsi qu'au cimetière elle avait signé l'espoir d'un jour le retrouver. C'est ainsi que, malgré elle, elle signait la désagrégation de tout ce qu'il avait été.

Elle avait envie de mourir.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 94

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: -
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Lun 24 Jan - 15:12

Tout son corps était détruit. Souillé. Son âme, son corps, souillés, détruits. Détruits. Morts.
Ca le brûlait, le dévorait de l'intérieur. Il avait mal à s'en frapper la tête contre les murs. Ces cris qui lui brisaient les tympans...

Sa main aggrippa les pavés sur le sol, tirant dessus à s'en arracher la peau.

Tout ce sang...

Jamais. Jamais il n'avait tant désiré ne pas être né.

Il ne valait rien. Rien. Rien. Rien. Rien.
Rien.

Pourquoi est ce qu'il avait survécu à cet accident ? Il aurait voulu crever.

Les larmes qui noyaient son visage si pâle...

Puisqu'il serait amené à mourir bientôt...

Un bras encercla son épaule, l'autre sa taille.

... pourquoi pas maintenant ?

Il sentit Roxane dans son dos, elle posa sa tête au niveau de son cou.

Il ne pourrait supporter cette "vie" plus longtemps.

La nuque du garçon bascula en avant. Tout son corps tremblait.

C'est ainsi que, secoué de soubresauts, la voix rauque, presque éteinte...

- Tues-moi.

... Jude Hawkins acceptait...

- Je t'en prie, tues-moi...

... ce qu'il avait toujours redouté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur
avatar
feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Lun 24 Jan - 17:55

- Tues-moi.

L'Ange rouvrit brusquement les yeux, un instant désemparée. Elle entrouvrit la bouche. Aucun son n'en sortit. Elle cessa de respirer, déglutit, serra la mâchoire et les poings.

Elle secoua la tête. Très doucement, d'abord, puis plus vivement au fur et à mesure que ses sanglots doublaient d'intensité.

- Arrête ... souffla-t-elle d'une voix à peine audible.

Elle ressera son étreinte, noyant de plus belle ses larmes dans la chevelure immaculée de sang.

- Je t'en prie, tues-moi...

Deux mots. Il avait pronnoncé deux mots. Seulement deux mots. Deux simples mots.
Oui, mais deux mots bien plus dévastateurs que toutes les menaces, toutes les terreurs des Mondes.

- Arrête, je t'en supplie ...

Toujours un murmure.

Pourtant c'était elle qui l'avait mené là, qui l'avait mené à sa perte. Il était légitime que ce soit à elle et à elle seule qu'il demande la dernière sentence. Tout était de sa faute. Uniquement de sa faute.

Derechef, elle ferma les yeux.

Non ! Ce n'est pas ce qu'elle avait voulu ! Jamais elle n'avait désiré en arriver là ! Son seul désire n'avait jamais été que de rendre sa vie meilleure !

- J'peux pas.

Vraiment ? Dans ce cas là pourquoi l'avoir gardé auprès d'elle ? Elle savait pertinement que cela pourrait lui porter préjudice. Elle savait pertinement qu'un jour ou l'autre elle lui attirerait des dangers. Elle avait couru le risque en pleine connaissance de cause. Elle n'avait pris presqu'aucune précautions. Jusqu'au bout, elle était fautive. Ce n'était pas pour le voir bien qu'elle l'avait sans cesse gardé près de lui.

Elle secoua la tête, plus volontairement encore.

- J'peux pas faire ça.

Non. Si elle l'avait gardé à ses côtés malgré tous les risques que cela encouraient, c'est parce qu'elle savait que trop tôt elle le perdrait. Parce qu'elle ne voulait pas perdre de ces précieuses secondes qui lui étaient offertes. Tout ce qu'elle avait fait, c'était pour ne pas le perdre. Pour son bonheur personnel. Pour elle. Juste pour elle.

Ses doigts s'agripèrent aux morceaux de tissus qui constituaient son vêtements.

- 'Me demande pas ça, je ...

C'est ce qu'on appellait de l'égoïsme. Elle était égoïste.

Non ! C'était des mensonges, rien que des mensonges ! Des affabulations. Tout était exageré !

Et BON DIEU pourquoi Anauel et Mitzrael parvennaient-ils à garder intact des humains à leurs côtés ? C'était injuste, complètement injustes !!

D'un geste vif, ses mains vinrent recouvrir ses oreilles.

- Arrêtez ça !!

L'immortelle se laissa basculer en avant. Son front percuta le milieu du dos de l'adolescent.

Trois minutes s'écoulèrent. Peut-être cinq, peut-être dix.
Enfin, elle reprit.

- Et toi, tu me tuerais si je te le demandais ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 94

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: -
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Lun 24 Jan - 20:19

Un murmure.

Elle refusa, s'opposant dans un premier temps faiblement, une plainte, une prière... puis plus violemment, avec force.

Jude, lui, regardait le sol maculé de tâches foncées. Ses larmes s'y étaient écrasées, formant de petites constellations, des minis étoiles... comme des gouttes de sang.

Dans un dernier cri, le front de l'Ange vint percuter son dos. L'humain ne broncha pas.
Les secondes s'écoulères, puis les minutes.
Les larmes s'étaient tarries. Les yeux du garçon étaient mi-clos, son regard absent, vide. De cet étrange tableau de deux âmes perdues dans les rues ressortaient deux choses. L'épuisement, mais surtout l'abattement, et l'abandon. Car chacun était perdu.

Mais il y avait des choses qu'on ne pouvait changer...

- Et toi, tu me tuerais si je te le demandais ?

Le regard de l'enfant sembla reprendre une once de vie au son de cette question. Ses yeux se rouvrirent dans une frayeur pétrifiée. Il resta ainsi pendant quelques instants, crispé, tendu.
Pourquoi demandait-elle ça ? Pour lui montrer qu'elle ne pouvait se résoudre à le tuer ?
Le garçon ramena ses bras contre lui, serrés contre lui, maintenant ses coudes. Il pinça les lèvres, ferma les yeux. C'était tellement différent...

La voix cassée, il répondit finalement.

- Je pourrais pas...

... car...

- Un jour tu m'as dit... que tu ne pouvais pas choper cette saloperie qui me tue. Que toi, tu ne peux pas...

... un gouffre les séparait.

- ... mourir.

Et ça, il l'avait sentit dès qu'il l'avait "rencontré", cette femme si différente... Celle qui savait l'apaiser comme personne n'avait su le faire. Celle qui soignait juste par sa présence des maux des plus douloureux. Celle qui lui avait redonné un peu de courage, un peu de confiance. Celle qui lui avait donné envie de tourner la page...
Page qu'il ne pourrait plus jamais tourner.

Il frissonna.

Pourtant il aurait voulu réussir... Même s'il était encore faible, encore un enfant insencé qui se barrait sur des coups de tête, qui mettait sa vie en danger pour se prouver qu'il avait encore et toujours le choix...
Le choix... il aurait voulu changer.

Et ce choix qu'il avait maintenant ? Quel cruel dilemne entre vivre ou plutôt survivre en mourrant un peu plus chaque jour, et en étant déja mort à l'intérieur, ou alors tout abandonner pour de bon.
Etait-ce un manque de courage de vouloir tout lâcher ? Ou était-ce lâche de fuir la mort alors qu'elle se dissimule dans sa propre ombre et suit chacun de ses pas ?

Les larmes lui montèrent aux yeux, sous ses paupières closes.

Il aurait voulu enfin saisir cette 2ème chance... mais c'était trop tard.

Plus jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur
avatar
feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Lun 24 Jan - 21:50

Le garçon se recroquevilla davantage sur lui-même. Roxane, elle, se laissa emporter un peu plus en avant sans sourciller, comme s'il n'avait esquissé l'ombre d'un mouvement. Elle avait toujours les yeux clos et les mains écrasées sur ses oreilles. Geste plus systématique qu'autre chose, d'ailleurs, parce qu'elle entendait tout aussi bien ainsi prostrée. Le vent qui soufflait entre les petites maisons du village. L'écoulement de l'eau soumise aux rapides du ruisseau. Le chant des oiseaux levés avant l'aube. Sa voix.

Elle releva presque imperceptiblement la tête, rouvrant les yeux.

Il ne pourrait pas ...

D'accord. Mais s'il admettait ne pas pouvoir le faire, alors pourquoi le lui demandait-il, à elle ? C'était injuste dans un sens, parce que cette supplication faisait mal. Atrocement mal. Certes, elle se doutait qu'il y songeait, néanmoins, dans le silence, elle pouvait encore l'ignorer. Faire comme si elle ne savait pas. Se berner avec ses propres illusions, comme elle avait toujours fait. Mais ces mots, ces mots-là l'obligeaient à se confronter à une réalité qu'elle préférait de loin oublier, étouffer, et si la douleur de sa culpabilité était déjà incendiante, la ressentir ainsi jusque dans le timbre de la voix de Jude, c'était redoubler l'intensité des flammes.

- Un jour tu m'as dit...

L'immortelle prit une profonde inspiration, comme pour tenter d'évacuer les sanglots qui lui nouaient la gorge.

- Que tu ne pouvais pas choper cette saloperie qui me tue.

Dans un geste mécanique et mesuré, ses mains abandonnèrent son visage et retombèrent sur ses genoux.

- Que toi, tu ne peux pas...

Instantanément, ses sourcils se froncèrent. Elle pencha très légèrement la tête sur le côté, le regard fixe, comme si elle apréhendait les mots qui n'allaient tarder à venir.

- ... mourir.

Un instant durant, elle avait écarquillé les yeux. Aussitôt, elle prit soin de les refermer, s'y appliquant de toutes ses forces, mâchoire serrée à nouveau. L'air s'infiltra d'un coup dans ses narines. Ses dents s'écrasèrent sur sa lèvre inférieure. Derechef, elle contracta ses poings et secoua très légèrement la tête.

- Détrompe-toi, Jude ... articula-t-elle au bout d'un temps.

Ses doigts s'enroulèrent autour du tissus de sa robe et, à nouveau, elle prit une profonde inspiration.

C'était faux. Complètement faux.
Raziel était mort. Son père était mort. Son frère était mort. Anauel était mort. Sa mère était morte. Et lui, lui aussi allait mourir, alors ...

Son front se réappuya dans le dos de l'humain.
Elle plissa le nez, força plus encore ses paupières à rester closes dans l'espoir de retenir une nouvelle montée de larmes.

- Je suis déjà morte.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 94

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: -
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Mer 26 Jan - 17:18

Un silence lourd avait suivit ses propos. Les pensées du garçon étaient brouillées, comme si la fatigue et les pleurs avaient jeté un voile sombre, une brume épaisse sur son âme. Il avait l'impression de fonctionner au ralentis et que la moindre de ses réflexions prenait des lustres. Si bien que quand Roxane répondit, il ne su combien de temps s'était écoulé.

- Détrompe-toi, Jude ...

Le garçon ouvrit silencieusement les paupières. Ses yeux étaient rougis par les larmes et l'épuisement. Il attendit la suite qui tardait à venir, le faisant appréhender encore d'avantage, mal à l'aise. Il sentit le front de l'Ange revenir se placer, plus doucement cette fois, contre son dos.

- Je suis déjà morte.

Jude ne broncha pas. Son regard détaillait les alentours, comme pour se soustraire aux événements.
Qu'aurait-il fait normalement ? Quelle heure était-il ? Peut-être serait-il en train de vagabonder dans les rues ? De se battre ? De voler ?
Ses sourcils se froncèrent. Mais quelle vie de merde il menait... ou plutôt il avait mené.
Lentement, il relâcha ses coudes et posa ses mains sur ses genoux.
D'une voix calme, monocorde, que l'on pourrait qualifiée de "sans vie" venant de lui qui était souvent explosif, il lâcha alors :

- Dans ce cas pourquoi tu m'as amené là ? Pour suivre un fantôme ?

Il secoua la tête. Ses poings se serrèrent, et il reprit, une pointe d'ironie très nette accompagnant ses mots.

- Mais si j'en finis, ça sera plus simple pour nous deux, non ?

Son regard s'était fait plus vif et mauvais, et un sourire moqueur s'était dessiné sur ses lèvres. Cette attitude complétement décallée avait pour seul but de cacher l'immense mal-être qui l'entourait, de se convaincre que ça irait, que tout était simple et tracé, qu'il n'avait qu'à aller tout droit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur
avatar
feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Mer 26 Jan - 19:59

Alors comme ça elle avait encore fauté ? Une erreur de plus s'ajoutait à sa liste -liste qui, soit dit en passant, commençait véritablement à se faire longue-. L'immortelle rouvrit les yeux. Tout deux se rivèrent sur les larges pierres grises qui pavaient le chemin. Encore des mots qui s'étaient averés plus meurtriers que réconfortants. En souhaitant lui offrir sa confiance et une once de réconfort, elle lui avait cedé plus encore de solitude et de désespoir. Plutôt que de renforcer leurs liens, elle l'avait encore éloigné de cette réalité déjà difficile à avaler. L'avait, sans doute, conforté dans l'idée qu'il n'était rien -car sans doute s'était-il senti plus simple, plus petit, plus ... humain encore en comprennant ce qu'elle était vraiment. Quoi qu'il en soit, il semblait qu'il lui en tenait rancoeur. Volontairement ou non. Consciement ou pas.

Une erreur de plus. Encore un faux pas. Cette différence ferait d'eux d'éternels opposés. Incompatibles.

Si elle le suivait, elle demeurerait entourée d'êtres qu'elle haïssait par dessus tout. Dans l'ennui, et peut-être aussi dans la mélancolie de ce qu'elle devrait oublier. Mais, surtout, dans le regret de trahir son engagement et d'omettre ses devoirs. D'omettre qui elle était. De se perdre un peu plus.

S'il la suivait, il demeurerait rongé par l'image de ce qu'il ne serait jamais. Consumé par la dévorante envie de vivre. Désir qui ne lui était accordé à lui alors qu'elle l'avait entre les mains depuis des millénaires. A ses yeux, la chose devait tout de même paraitre injuste. Certainement l'était-elle. Du moins, telles étaient ses suppositions.

Alors quoi ?
Elle soupira.
Alors rien.

- Dans ce cas pourquoi tu m'as amené là ?

L'Ange se redressa alors, sourcils froncés.

- Pour suivre un fantôme ?

Sa mâchoire se contracta. Elle serra les dents.
Ca, ça n'allait pas le fai ...

- Mais si j'en finis, ça sera plus simple pour nous deux, non ?

Son ton s'était fait irronique. Moqueur. Irrespectueux ?
Brusquement, Roxane bondit sur ses pieds et se planta face à Jude, réprobatrice. Méprisente.

- Ouais, t'as raison, comme ça tu m'fouteras la paix. Dans un élan de pitié j'me suis dit qu'éventuellement ce serait peut-être bien d'épargner ta pittoyable et misérable vie d'humain pour allonger encore un peu tes souffrances mais, visiblement, j'me suis encore plantée sur toute la ligne ! Décidémment, j'fais que ça ces temps-ci !

Elle secoua la tête, leva sa main tremblante au ciel, ne trouva pas les mots qu'elle cherchait.

- Putain mais démerde-toi !!

Sa main retomba.
Elle sourit, imitation parodique de l'air qu'il avait tantôt adopté.

- Avec un peu de chance, tu t'fras bouffer par un vampire dans moins d'cinq heures. On s'retrouve en Enfer !

Et, là-dessus, s'éloigna pour de bon, le pas vif et excedé.

***

Ok, d'accord.
Là, elle avait vraiment pas assuré. C'était vraiment, vraiment, vraiment pas la chose la plus intelligente qu'elle ait faite de toute son existence. Mais putain, il l'avait mérité sur le coup ! Il croyait quoi ? Que c'était le moment de déconner et de chercher la merde ?!
Franchement, qu'est-ce qu'il pouvait la saoûler !!!
Non. Allez ! Ce n'était vraiment pas responsable de le laisser là ! Et si quelqu'un tombait dessus ? Admettons que ce soit un Démon et ... Il fallait qu'elle fasse demi-tour !
Demi-tou pour quoi ? Pour qu'il l'insulte un peu plus ? Il y en avait marre des injures !!
Enfin, il fallait le comprendre, aussi, avec tout ce qu'il s'était passé, il n'était certainement pas bien ...
Dans un sens, c'était peut-être vraiment mieux pour elle s'il se tuait. Finies les faiblesses, finis les responsabilités, bonjour la liberté !
Non ! Elle ne pouvait pas penser ça !
Et lui, il se gênait pas.
Ouais mais lui, c'était qu'un humain.
Un simple humain d'acord, mais un humain qui n'aurait certainement aucun scrupule à la trahir. Après tout, ils étaient tous comme ça, alors pourquoi par lui.
Parce que c'était Jude ?
Mauvaise excuse. Il était comme tous les autres, alors ...

Elle se figea.

Alors il ne fallait surtout pas qu'il garde en mémoire ses souvenirs.

***

- Ok, j'ai compris. déclara sèchement une voix dans le dos de l'adolescent.

Cela faisait quinze minutes que l'Ange était partie. Une demi seconde qu'elle était derrière lui.

- J'aurais mieux fait d'fermer mon clapet, depuis le début. Je n'aurais jamais du t'en parler. T'avais pas à savoir, j'sais pas pourquoi j'ai dérogé à la règle, mais c'que je sais c'est que t'étais peut-être le dernier humain parmi les autres à qui j'aurais du raconter tout ça. Tu sais pas avaler c'que j't'ai raconté, hein ? Je suis une pauvre conne qui a fait la plus grosse connerie de sa vie en faisait confiance à un stupide humain. Finalement, j'savais que j'aurais pas du m'éloigner de mes véritables valeurs, ça m'réussit vraiment pas. Ouais mais t'en fais pas hein. J'comprends qu'tu m'en veuilles, j'crois qu'je s'rais pareille à ta place ! J'ai un tas de chose que tu n'auras jamais. La presque immortalité, la culture, la liberté ! La force, l'immunité, le respect. J'peux rester éveillée quarante-huit heure sans ressentir une once de fatigue, j'peux voler, j'peux faire de suuuupers tours de magie, oh ! Et j'peux coucher avec quelqu'un de mon espèce sans lui assurer un allé simple pour le cimetière ! Si c'est pas génial, ça ?! Note, on a quand même un point commun : aucun de nous deux ne peut rentrer chez lui. A moins que tu ne veuilles que je te livres aux connards de la tantôt, car si tel est ton désire j'te retiens surtout pas, file ! Va t'amuser !

Elle secoua la tête. Sur son visage, une seule expression : l'écoeurement.
Putain mais comment avait-elle pu croire qu'il était différent des autres ? Elle était conne ou quoi ?! Comme tous, il était envieur, menteur, égoïste, trompeur, ...

- Maintenant soit tu te flingues, soit tu te lèves que j'efface tout ça de ta cervelle, mais éxécute-toi !

Comme tous elle le haïssait.

- J'crois que j'ai déjà perdu assez de temps avec toi.

En réalité, Roxane avait surtout besoin d'évacuer, à sa manière, la pression emagasinée.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 94

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: -
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Sam 29 Jan - 22:54

L'Ange n'avait pas apprécié ses mots. Elle avait bondis pour se planter face à lui, furieuse. A ses mots, Jude fronça les soucils. C'était elle qui avait commencé, il ne faisait que lui renvoyer à la face ce qu'elle lui disait.
Désabusée, elle devint également aggressive.

- Avec un peu de chance, tu t'fras bouffer par un vampire dans moins d'cinq heures. On s'retrouve en Enfer !

Elle s'éloigna à grands pas.
Jude ferma les yeux, expira bruyament. Ses épaules tremblaient alors qu'il tentait de retenir une nouvelle fois ses larmes. C'était trop.
Pourquoi est ce qu'elle l'avait amené ici ?! Si au moins il était resté à Chicago, peut-être que...
Peut-être que quoi ? Que ça aurait été plus simple ? Il se serait retrouvé face à April, à Lisa, à Jake, sans savoir ni quoi dire ni quoi faire avec mourir pour seule envie. Ou alors dans les griffes de ces types dont il ne savait rien.
Sa gorge se noua. Il se sentait mal, affreusement mal.
Ses yeux se baissèrent sur ses mains, crispées sur ses genoux.
Pourquoi avaient-ils fait ça ?
C'était injuste. Totalement injuste.

Cette vie... c'était déja un enfer. Plus rien ne pouvait être pire, à présent il en était certain.

Torturé, violé, sans famille ni amis, loin de tout ce qu'il connait, perdu... et en train de perdre la seule chose qu'il lui restait.

Il n'avait même plus assez de force pour la rattrapper. De toute façon l'aurait-il fait ? Pourquoi la suivre encore ? Pour aller où ? Pour devenir quoi ? Pour SUBIR quoi ?!

Le garçon prit une profonde inspiration. La tête lui tournait. Il avait envie de vomir.

La voix d'Aladiah le fit alors sursauter. Elle était sêche, et plus tranchante qu'une lame de rasoir.
Elle lâcha alors ce qu'elle avait sur le coeur. Une coulée de lave ardente et destructrice. Jude se figea, glacé par les mots. Ces paroles... c'était comme un coup de poignard.
Ces mots qui résonnaient dans sa tête... à lui donner des vertiges.

- Maintenant soit tu te flingues, soit tu te lèves que j'efface tout ça de ta cervelle, mais éxécute-toi ! J'crois que j'ai déjà perdu assez de temps avec toi.

Si le garçon eut la force de bondir sur ses jambes, ce fut plus par réflexe de défense que pour obéir à une demande quelconque. Il avait l'impression d'avoir des membres en cotons, mais s'éloigna de quelques pas de la femme en reculant, jusqu'à arriver à un mur auquel il s'appuya.
Son regard fièvreux rencontra celui haineux de la femme. Un instant empli d'incompréhension et de frayeur, il devint brûlant. Il la fusilla.

- Ouais t'as raison, j'suis qu'un misérable humain ! Un cafard qu'on écrase ! T'inquiètes pas, j'ai l'habitude après tout... j'aurais dû me douter que même toi t'en viendrais là un jour !

Il secoua la tête, écoeuré.

- Et l'humain il en peut plus. C'est pas toi, la grande immortelle qui te sent crever un peu plus chaque jour, hein ? Un passé à vomir et un avenir inexistant, tu veux que je crois en quoi ?!! Ah ouais bin sûr "marche face au soleil sans craindre la brûlure du bonheur et laisse ton ombre lutter contre les ténèbres dans ton dos"... mais il est où ce putain de soleil ?! En quelques heures mes pires cauchemards se sont réalisés, alors t'espères quoi ? Que je continue à sourire bêtement et à te suivre sans poser de questions ?! Tiens en parlant de questions... pourquoi est ce que ça s'est passé tout ça ?! C'était pas des "Démons" à ce que je sache !

Les larmes aux yeux, il lui tourna le dos et appuya son bras sur le mur, au dessus de sa tête.

- Un humain avec toutes ses faiblesses d'humain...

Il soupira. Il fallait absolument qu'il se calme. Sa vue se brouillait.

- Dès le jour où j't'ai rencontré, j'ai su que rien ne s'rait plus jamais comme avant... mais j'étais loin d'imaginer à quel point. J'ai passé des moments extraordinaires avec toi, t'as toujours été là quand j'en avais besoin... J't'ai suivi sans jamais poser de questions. Mais là c'est trop... j'peux plus...

Les larmes roulèrent sur ses joues.

- Un jour... Tu m'as dit que tes peurs étaient la mort, la déception et l'oubli...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur
avatar
feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Dim 30 Jan - 12:16

Impossible de dire où Jude avait déniché l'énergie pour bondir sur ses pieds. Quoi qu'il en soit, il était désormais face à elle, perché sur ses jambes tremblantes. Il recula de quelques pas, jusqu'à percuter un mur de bois. Là, il redressa la tête et la dévisagea de son regard scabreux, bouillonnant. En comparaison, celui de l'immortelle paraissait plus glacial encore.

Il parla.
Ah parce qu'il se doutait qu'elle aussi en arriverait tôt ou tard à la conclusion qu'il venait d'énoncer ?
Elle croisa nerveusement les bras.
Difficile à croire. Difficile à concevoir, même. Il ne la connaissait pas suffisamment pour émettre ce type d'hypothèse. Il n'avait jamais cherché à la connaître, alors il ne pouvait pas savoir. Non. S'il avait cherché à comprendre, il aurait su quels étaient les mots à ne pas employer. A moins que son but n'avait été de sciemment la blesser ? Stupide, pour quelle raison aurait-il fait ça ? De toute manière, il se trompait. S'il n'avait pas été ainsi, l'idée ne lui aurait jamais effleuré l'esprit. Oui mais justement, il était comme ça, et lui-même se connaissait mieux que quiconque. Alors peut-être n'était-il pas dans le tord et se complaisait-il tant dans la place au bas de la hiérarchie que lui avait laissé la vie qu'il n’avait pas envie d'en changer. Non. Ridicule.
Mais les humains n'étaient-ils pas tous ridicules ?

L’adolescent enchaîna, hurlant à son tour ce qu’il avait à répondre dans un flot de paroles incessant. Si l’Ange était restée jusque là dans une attitude semblable à celle du départ, ce sont ses derniers mots qui la contraignirent à se figer. Il était dos à elle, recroquevillé sur le mur de la petite maison paysanne. Elle ne bougeait plus, rongée par la désagréable sensation d’un sceau d’eau glacé balancé à la figure.

Sa mâchoire se contracta un peu plus. Ses poings se serrèrent.

- Ouais. T’es fort. Ce sont bien mes mots ... A vrai dire, un instant j’ai cru que t’avais agi comme tu l’as fait parce que tu les avais oubliés. Finalement, j’aurais peut-être préféré cette option là.

Elle fronça les sourcils, la mine désabusée et dégoutée. Désenchantée. Sa main se referma avec force sur l’épaule du garçon. Elle l’obligea à se retourner et à lui faire face.

- Résumé de la situation : tu m’demandes de te tuer alors que tu sais pertinemment que ce sont des mots qui vont me blesser ? Et en plus de ça t’as le culot de me l’avouer ?!

Elle secoua vivement la tête.

- Mais putain qu’est-ce que tu veux que j’te réponde ?! Que c’était vraiment balèze comme coup ? Et bien voilà, j’te le dis : bravo, t’as réussi ! Ou tu préfères entendre que tu m'as déçue à tel point que je crève d’envier de t'oublier et de t’effacer de ma vie ?! Non mais t’es vraiment con ou tu le fais exprès pour te foutre un peu plus de ma gueule ?!!

Son regard, poignant et menaçant, agrippa celui de son interlocuteur. Son autre main, tremblante, passa anxieusement dans ses cheveux.

- J’suis peut-être pas celle qui est en train de crever ici, ni celle qui ait du subir ce qu’il s’est passé à la base, mais dans les deux cas, j’suis celle qui observe les scènes comme une pauvre conne totalement impuissante ! Celle qui se tue en vain à chercher des solutions et qui désespère en te regardant réduire un peu plus chaque jour le temps déjà court qui t’es imparti ! Et ça, tu vois, le fait que j'puisse souffrir pour toi, comme la compassion est un sentiment qui t'es étranger, ta petite cervelle elle arrive pas à le concevoir, et c’est encore plus affligeant !! Tu crois peut-être que tout ça, ça me fait pas mal ?! Que t’es le seul à souffrir ? Que ça ne m’a pas détruit de voir ces gens te faire les pires atrocités à cause de ce que je suis sans pouvoir rien faire de plus qu’hurler ?!!! Tu crois que ça m’procure du plaisir de voir tout ce que je chéris sans cesse s’écrouler ?!! Que j’suis heureuse de systématiquement perdre tout ce que j’aime ?! Mais putain Jude, j’suis quoi à tes yeux exactement ? Quelqu’un complètement dénoué de sentiments ?!! Mais MERDE !! Quand est-ce que tu vas comprendre qu’être immortel n’inclut pas être au-dessus de tout !!! Moi aussi je peux pleurer, moi aussi je peux crier, moi aussi je peux souffrir, moi aussi je peux haïr, moi aussi j'ai une part d'humanité !!

Brusquement, elle fit volte face, tournant à son tour le dos. Elle ajouta, plus froidement :

- Putain … et puis crois ce que tu veux, ça n’a plus d’importance de toute manière. J’vois même pas pourquoi je cherche encore à me défendre devant toi. Ne crois plus en rien, lamente-toi sur ton sort, crache-moi au visage, retourne sur Anteria dans les bras de ces connards ou aux pieds de cette salope d'O'Brien dés que je t’aurais effacé la mémoire, ça m'est égal de toute façon. C'est ta vie, pas la mienne, et tu ne te souviendras bientôt plus qu'un jour j'ai fait l'erreur d'y entrer.

Derechef, elle se retourna et, d’un geste mécanique, sa main se posa contre la joue de Jude.

- Désolée pour tout ce que tu as subi.

Ses iris argentées captèrent les siens.

- Adieu.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 94

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: -
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Dim 30 Jan - 21:28

Les paroles de l'Ange furent plus grincées que dites. Elle l'attrappa par l'épaule et le retourna brusquement. Ces mots étaient durs, cinglants. Et dire qu'il avait lui même essayé -pour une fois- de calmer le jeu. Elle lui déversait sa colère, lui renvoyant à la face toutes les erreurs qu'il avait pu faire et à lui de se répéter sans cesse : "je sais".
Oui, il savait déja tout ça. Il savait qu'il avait fait des conneries, dit des choses qu'il n'aurait pas dû dire ni même penser.
Et il savait également que quoiqu'il fasse, quoiqu'il dise, tout était perdu d'avance. C'était fini. Cette pensée, dure à concevoir mais pourtant criante de vérité lui brûlait ce qu'il lui restait de coeur.
Non, il n'avait jamais pensé qu'il était le seul à souffrir, non il n'avait jamais imaginé qu'elle puisse être dénuée de sentiments...
Ses yeux ne reflétaient plus qu'une chose : l'anéantissement.

A présent, elle lui tournait le dos.

- Putain … et puis crois ce que tu veux, ça n’a plus d’importance de toute manière. J’vois même pas pourquoi je cherche encore à me défendre devant toi. Ne crois plus en rien, lamente-toi sur ton sort, crache-moi au visage, retourne sur Anteria dans les bras de ces connards ou aux pieds de cette salope d'O'Brien dés que je t’aurais effacé la mémoire, ça m'est égal de toute façon. C'est ta vie, pas la mienne, et tu ne te souviendras bientôt plus qu'un jour j'ai fait l'erreur d'y entrer.

Il se figea.
Non, pas ça... Par pitié surtout pas ça. Le garçon voulu reculer d'un pas mais rencontra le panneau de bois. Il ne voulait pas l'oublier, pas elle...
Elle qui avait soigné des blessures les plus profondes... Comment est ce qu'il pourrait faire ? Il ne pouvait pas se résoudre à l'effacer de sa mémoire...

- Non, je t'en prie... je..., fit-il d'une voix à peine audible.

Roxane s'était tournée vers lui. Sa main glacée vint se poser contre sa joue. Jamais il n'aurait pu imaginer un contact aussi mortel de sa part. Il avait l'impression d'être face à une image, une statue... un souvenir.

- Désolée pour tout ce que tu as subi.

Jude leva les yeux vers elle, le regard implorant. Elle était en train de l'achever.
Sa vue se brouilla, ses mains tremblaient.
Il ne voulait pas oublier. Même si les yeux qu'il avait face à lui étaient de marbre, même si elle lui avait fait du mal...
Ses caresses, sa présence...
Même si tout n'avait été qu'un rêve, un magnifique et horrible rêve...

Et son regard...

- Adieu.

Ce simple mot, à lui seul, était synonyme de mort. Le glas aurait pu sonner, annonçant son enterrement. La fin de moments clés de son existence. Elle n'aurait plus aucun sens, il en était certain.
Mais plus que tout, ce qui le brisait, c'était cette image qui s'effaçait devait lui. Sa vue faiblissait et tout devenait noir. Les images defilaient dans sa tête sans qu'il ne puisse mettre un nom dessus, cris, claquements, douleurs, explosions, anges et démons, magie, odeur, sourire, chaleur, paroles... nom.
Et même les sentim-
Alors que ses yeux se fermaient pour ne plus voir ce qu'il ne leur serait plus donné de voir, alors que ses jambes se dérobaient sous lui, alors qu'il sombrait dans l'oubli, le garçon parvint à murmurer quelques mots. Des mots à peine audibles, des mots qui s'évanouir sur ses lèvres. Des mots qu'il ne dirait plus jamais.

- Je t'aime...

... pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur
avatar
feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Adieu   Lun 31 Jan - 17:49

Juste parce que cette musique est splendide : Consequence and loss

L'éclatante lueur qui animait le regard de l'adolescent s'étaignait au fur et à mesure que se désagrégeaient ses souvenirs. Ses mains se mirent à trembler. Le reste de son corps ne tarda à en faire de même. Ses yeux se refermaient doucement alors que ceux de l'immortelle s'embrumaient. Adieu, pour toute ma vie. Et la Matière seule savait combien cette dernière était longue. Les doigts glacés se refermèrent davantage sur la peau parsemée de sang. Mais elle n'avait pas d'autre choix. Elle ne pouvait plus se permettre de le garder à ses côtés. Dans un premier temps parce que c'était égoïste de sa part d'imposer pareil style de vie à un mortel qui ne demandait rien de mieux que de vivre une vie banale. Dans un second parce que depius le début, il n'avait fait que l'éloigner de son but initial. Par conséquent, son Devoir lui imposait d'y renoncer. Oui, le Devoir avant tout. Toutefois, était-elle contrainte de lui faire oublier jusqu'à son propre visage ? Elle secoua la tête. Oui, bien entendu. Il fallait qu'elle se concentre, il ne fallait pas qu'elle pense à cela. Elle n'avait pas le choix, aucune alternative. Non seulement il était risqué qu'il garde en mémoire Mondes et magie, Anges et Démons, dangereux pour lui, mais aussi pour elle. Mais, surtout, ce ne serait que pur orgueil que de le condamner à conserver le souvenir de son nom, à vivre dans l'absence d'un être qu'il ne serait plus jamais amené à revoir. A quoi bon associer son souvenir à des remords et des regrets ? A ce prix, elle préférait qu'il l'oublie. Qu'il l'efface. Qu'il se libère des chaînes qu'elle avait lentement forgées autour de son cou. Au diable les conséquences que pourrait avoir le sort.

Roxane ferma enfin les yeux. C'était la dernière fois que leurs regards seraient amenés à se croiser. Plus de haine, plus de colère, plus de guerres froides, plus de ressentiment. Plus de complicité non plus. Plus de sourires, plus de rires, plus de plaisirs. Plus rien. Le sort arriverait bientôt à son terme. Elle le sentit perdre tout appui au sol, se prépara à l'accompagner dans sa chute. Surtout, ne pas briser le contact. Pas maintenant.

Une plainte à peine audible s'échappa des lèvres du garçon. Deux mots. Deux simples mots. Un coup de poignard et une caresse à la fois. La plus douce des mélodies chantée sur son propre requiem. L'Ange, immobile, statufiée, ramena mécaniquement ses deux mains en poing devant sa bouche, serra la mâchoire, les doigts et les yeux.

- Pourquoi ?

Juste un murmure.

Le contact s'était rompu.
Il s'était écroulé.

Brusquement, l'Ange tomba à genoux aux pieds de l'humain.

- Pourquoi, Jude ?

Ses doigts s'aggripèrent à sa chemise, sa tête se blôti contre son torse. Les épaules secouées de sanglots, elle serrait davantage son étreinte pour limiter les tremblements. Son front s'appuya dans le creux de son épaule.

- Pourquoi nous ?!

Oui, pourquoi ?
Pourquoi eux ? Pourquoi fallait-il que le destin leur impose ça ? Pourquoi des hommes comme Athos et des femmes comme April existaient ? Pourquoi cette maladie l'avait-il choisi lui, et pas un autre ? Pourquoi n'était-il pas lui aussi immortel ? Pourquoi fallait-il qu'il soit humain ? Pourquoi avait-il qu'elle le perde aussi tôt ? Pourquoi était-elle comme ça ? Pourquoi n'avaient-ils pas droit à une vie normale, une vie banale ? Pourquoi fallait-il qu'elle l'ait connu ?
Pourquoi ?
Pourquoi lui avoir dit ça maintenant, seulement maintenant ?

Parce que la vie était injuste.

***

Roxane était agenouillée aux pieds du lit de la chambre d'ami des O'Brien. Etendu sur les draps, la peau plus ou moins lavée de son sang, dormait Jude Hawkins. Les doigts fins s'attardèrent un instant dans les boucles blondes avant de glisser jusqu'au bras de l'adolescent et de se refermer un instant autour de l'étrange pendentif qui ornait son bracelet*. Plus tard, ce fut autour de ses mains.
Les lèvres glacées déposèrent un dernier baiser sur sa bouche close.

- Moi aussi je t'aime et ça, s'il-te-plait, ne l'oublie pas.

Sur ces mots, l'immortelle s'envola pour ne plus jamais se retourner.

*Cadeau de Noël

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Adieu   

Revenir en haut Aller en bas
 

Adieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre les mondes :: Les Mondes :: Anteria :: ▌Chicago :: Banlieue :: ▌Quartiers riches-