AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Never too late...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Never too late...   Lun 30 Aoû - 13:59

- April ! Aaapriiil !

...

- Mais enfin, April !

Lisa traversa le couloir du dernier étage et poussa nerveusement la porte blanche qui donnait sur la chambre de sa fille.

L'intéressée leva les yeux de son livre. Encore plongée dans l'histoire de ce vieux classique allemand qu'elle avait à lire pour ses études.

- Qu'est-ce qui t'arrive ?

Lisa soupira en attrapant le téléphone portable de la jeune rousse, étalé quelque part sur son bureau en vrac.

Elle le lança près de l'étudiante.

5 appels en abscence.


- Ta grand mère est en bas. Elle t'attend.

April fronça un sourcil. Voilà qui expliquait l'attitude tendue de sa mère.

Elle jeta, vers son grand miroir en pied, un oeil au vieux pyjama qu'elle portait et à tête pas coiffée.

Ravissant...


- Elle vient de m'appeller, elle est dans sa voiture. Dépêche-toi, je ne veux pas qu'elle rentre !

- A par ça, tu l'as invitée à Noël...

Lisa se raidit de plus belle.

- Noël est un moment spécial. C'est normal de faire des concessions ce jour là.

April haussa les deux sourcils avec un air morne et pas convaincu.

- C'est ridicule.

La femme esquissa un sourire agacé. Le style " ma chérie, tu ne sais pas de quoi tu parles, tais-donc s'il te plaît et magne-toi, sale gamine insolente".

Sauf que pour une fois, la fille avait raison.
..

///////////////////////////////

Tac.

April referma la pression de sa manche en cuir en regardant Olympe.

- Désolée, je lisais, j'ai rien entendu.

La vieille ne se départit pas de son petit sourire mystérieux.

- Je connais ça. Monte. J'ai quelqu'un à te présenter...

Curieuse et obéissante, la rouquine grimpa dans l'auto.

////////////////////////////////

- Un anticaire ?

Les yeux verts jaugaient l'enseigne de bois délavée, suspicieux et dubitatifs.

- Tais-toi donc et entre. déclara Olympe toujours aussi directe et énigmatique à la fois.

La jeune fille s'exécuta. Un petit mobile de ferraille tinta d'un son argentin quand elle ouvrit et referma la porte de la vieille boutique.

A l'intérieur, toute sortes de vieilleries de valeur entassées, lisses, fraîchement lustrées, créaient une sorte de labyrinthe constitué de meubles, statues, tableaux, lampes à pied, et autres antiquités datant d'avant guerre.

Soudain, elle sursauta. Une silhouette était apparue au fond de cette pièce.

Cette dernière avança alors vers elles.

April eut pour premier réflexe de reculer, un sourcils fortement dressé.

Mais quelle était cette chose ???

Devant elle, une sorte d'épouvantail androgyne, aux traits racés rapellant les contours asiatiques, aux cheveux bruns coiffés - enfin c'est ce qui lui semblait - d'une manière complètement indescriptible, lisse devant ses yeux, en pagaille monstreusement agencée sur un seul côté de son crâne, raide et longs jusqu"à l'épaule sur l'autre , à moitié retenus par un catogan au ruban argenté sur son épaule.
L'être dont on n'aurait pu dire s'il s'agissait d'un homme ou d'une femme portait une sorte de veste de l'ancien régime. D'un profond bleu nuit rebrodées de motifs or blanc et argent, au poitrail recouvert d'une pièce de justaucorps boutonné, au col discipliné et replié, au cou orné d'un jabot de dentelle grise surmonté d'une large rose bleue entourée de plumes du même ton. Au bout de ses manches de soie lacées, sous les galons argents de ses manchettes boutonnées avec soin et fastueusement pourvues d'une dentelle grise pareille à celle de son jabot, dépassaient ses mains claires au ongles vernis qui d'or, qui d'argent ou... d'orange fluo.

A ses jambes, un jean étriqué recouvert jusqu'à mi jambes de longues converses blanches à imprimés étoilés argentés et à lacets bleu marine.

Ses yeux, quant à eux étaient maquillés d'un trait argenté sombre sous l'oeil et sa paupière gauche était colorée à l'extrémité de sorte à ce qu'un croissant de lune se dessine si il ou elle fermait l'oeil.

Un personnage sacrément étrange...

Il approcha sa grand mère avec un large sourire.


- Olyyymmmpe ! Ma toute belle !

A sa voix caractéristique, April put en déduire qu'il s'agissait d'un homme.

Eh ben !

L'énergumène s'inclina galammment et embrassa respectueusement la main de vieille femme.

Olie répondit d'un sourire doux et réservé.

Puis elle se détacha de lui et se tourna vers sa petite fille dont la mâchoire allait bientôt toucher le sol...

- Pas si gâteuse, l'ancienne ! April, je te présente Seiji. Mon cher, voici ma petite fille. annonça-t-elle fièrement.

Le dénommé Seiji vint à la rencontre de la jeune fille, intrigué.

Il examina les yeux verts et les cheveux roux, avec un air d'extase. Ce qui permit à la demoiselle de détailler ses yeux d'un noir quasi total.


- Charmante petite fille...souffla-t-il en embrassant la main d'April à son tour. Comme sa grand-mère ! gloussa-t-il en se retournant vers Olympe.

April sourcilla à nouveau. Un vrai phénomène ce type...


- Ah, Olie, ma belle, ce qu'on s'ennuie ici sans toi ! Je ne vends que des antiquités ces derniers temps. Les jours paraissent bien longs. Même ce craquant vieux chasseur borgne à chapeau et son grand toutou ne viennent plus inspecter les nouveautés depuis quelques semaines !

April se sentit comme secouée d'une décharge électrique.

Waaa ? Elle ne connaissait qu'une personne répondant à cette description...

Mais par tous les dieux, que pouvait bien foutre Botaro dans cet endroit ??? Et surtout en compagnie de ce...ce...cette chose ?

- Bon, assez discuté, mes amours ! Je sais ce que vous voulez, sui-vez-moi. lâcha Seiji en abaissant la main d'un geste efféminé.

*Gay donc.* Nota mentalement April en marchant à la suite d'Olympe et Seiji vers ce qui semblait être une arrière boutique.

M'enfin quand même quoi...Botaro ??!!

Elle mit fin à ses pensées désordonnées en voyant Seiji ouvrir un rideaux de perles en bois de toutes sortes qui faisait office de porte pour passer dans une seconde partie de la boutique

Là, April écarquilla grand les yeux, subjuguée.

Des centaines et des centaines, de pierres, d'armes incroyables, d'objets inconnus et parfois animés comme habités par des lueurs colorées et tournoyantes. Le long d'un grande étagère des milliers de flaçons et de fioles contenant des substances différentes et diverses, tout plus acidulées et folles les unes que les autres.

Le genre d'endroit où un personnage disney bizzaroïde vous entame une chanson fanstasque et entraînante dans les dessins animés.

La caverne d'Ali Baba. Le pays des merveilles. L'île imaginaire....

Un truc de malade. Le genre de truc que raconter vous coûterait un séjour direct en centre spécialisé avec câlin à la camisole à vie.

- Le rêve n'est jamais que ce dont la raison préfère nier l'existence...Te voilà chez toi, chérie. glissa Seiji derrière elle en posant ses mains sur ses épaules recouvertes de cuir brun pour lui parler près de l'oreille.

Olympe, bras croisés, affichait un sourire tranquille et un regard vainqueur.


- Seiji était l'un de nos meilleurs amis à Shenkhar et moi sur Naudiz. Pour moi, il l'est toujours.

- Oh, tu me flattes, vilaine ! s'émoustilla faussement l'original.

- Et malgré son grand âge, il reste toujours fidèle à lui-même...

April ne dit rien mais fronça les sourcils. Grand âge ? Cet homme - puisqu'homme il était - devait avoir vingt sept ans à tout casser !

- Je viens de fêter mes 128 ans ! confia tout sourire le fameux Seiji.

April ouvrit grand les yeux.

Que ? Quoi ???


- Un immortel ? demanda-t-elle tout haut.

- Oh ! Si seulement ! Dire que j'en aurais aussi la beauté ! fit-il en se passant le dos de la main sur le front d'un air tragique.
Mais non, je reste un simple mortel ! Hélas ! déclama-t-il, comédien.

- Mais alors, comment...?

- Je ne t'ai donc pas parlé de la règle des mondes sur l'âge ?

April, sourcils froncés d'incompréhension,secoua la tête négativement.

- Bien alors voilà : la règle physique des mondes veut quand tu quittes celui dont tu es originaire, tu arrêtes de vieillir et garde l'apparence fixe de l'âge que tu avais en le quittant. Si tu y retournes par la suite, tu reprends ton vieillisement normal. C'est comme ça que Seiji en vivant un peu partout est aujoud'hui centenaire. Et que j'arrive à ma 146 ème année.

April resta pantoise un moment.

Bien sûr pourquoi n'y avait-elle pas réfléchi plus tôt ? 146 ans ! Quel choc quand même !

Elle hocha la tête, assimilant l'information avec toutes les autres qu'elle tenait sur le fantastique.


- Tu peux te balader et regarder. Mais attention, avec les yeux ! Certaines choses ne sont bonnes qu'entre certaines mains...Et ne donne surtout pas ta main à manger au Mifrolls qui traînent dans les cages !

Heeeuuu...d'accord...oui...

Elle hocha à nouveau la tête et commença, puisqu'elle y était autorisée et alors que Seiji et Olympe s'étaient mis à bavarder à propos de leurs amis communs, à se promener entre les rayonnages pour admirer les curiosités qui s'y tenaient.

Elle inspecta des sortes de compas déformés, des épées longues ou courtes ornées de toutes sortes de motifs qu'elle n'aurait jamais même imaginés. Elle prit bien soin de ranger ses mains dans ses poches en passant devant des cages remplies de bestioles ressemblant à des rats mutants d'une taille approximative à ceux qu'on possédait sur anteria, dotés d'une corne comme celle des rhinocéros sur le haut du crâne qui se jettèrent contre les grilles de fer à son approche pour s'aggriper de leurs longues griffes aux barreaux et en tenter d'arracher les tiges de fer par une pression de leurs membres inférieurs et supérieurs et tortion de l'échine en arrière, coinçant les grillages entre leurs longues canines et leurs petites dents accérées d'un air féroce.

Elle grimaça en lisant " Mifrolls du Seer-Ethmen " gravé sur une plaquette de fer vers le mileux de la cage.

Sûr qu'elle avait envie de câliner ces trucs fou furieux...

Seiji avait arrêté de papoter avec sa grand mère qui lisait à présent un journal aux caractères étranges dans un coin de la boutique. Il s'approcha d'April en voyant qu'elle arrivait au rayon des objets les plus curieux. Les objets magiques.


- Aaaah, nous y voilà...Tu aimes cette ambiance, n'est-ce pas ?

April se retourna pour le regarder. Elle ne savait pas trop quoi répondre, à vrai dire.

- Aucune honte, pumpkin* ! Tout le monde aime le grenier de Seiji !

* citrouille ( xD)

La rousse lui lança un regard interrogateur, un peu surpris.

- Oh, n'y voit rien de moqueur ! J'adore ta couleur de cheveux ! La même qu'Olie, a-do-ra-ble !
Tu crois qu'elle m'irait ?
l'interrogea-t-il en relevant une des mèches cuivrées de la rouquine pour l'approcher de son propre visage avec une moue indécise.

April ne put réprimer un sourire amusé.


-Ah! Premier signe ! Dans deux semaines, tu verras, tu m'auras dans la peau ! Tout le monde aime Seiji aussi ! Mais Seiji préfère tes jolis yeux.. lança-t-il avec un clin d'oeil charmeur.

Elle fronça légèrement les sourcils et secoua un peu la tête en souriant. Puis revint à la contemplation des objets.

Ses iris verts brillèrent. Un socle à hologrammes magiques, un miroir montrant une grande place en activité dans un village qu'elle présumait appartenir à un autres monde vu les oiseaux impossibles qui y planaient.

Puis, un large tube de verre fermé et travaillé rempli d'une eau faiblement rosée. Se demandant bien à quoi il pouvait servir, April s'arrête devant pour le scruter plus longuement.

- Mmmh ? Cette jauge t'intéresse ? Ne bouge pas.

Il tendit la main pour attraper l'objet. Qui prit une couleur un peu plus groseillée.

Il le déposa dans les mains d'April en expliquant :


- Ceci vient de chez nos amies les sacillices. Ces femmes qui vous envoûtent et vous attrapent pour ne plus jamais vous rendre la raison ! C'est un indicateur de luxure...Un jeu entre elles, il faut croire ! Plus il se rapproche du noir, plus tu caches une véritable croqueuse d'hommes ! gloussa-t-il.

April baissa un regard horrifié sur l'objet. Il était devenu pourpre.


- Oooouuuh !

Elle sentit ses joues s'enflammer alors que Seiji passait devant elle pour voir le résultat.

- Nous, on a fait des bétises ! s'égaya-t-il avec un regard complice à April en poussant légèrement le bout du nez clair avec la pulpe de son index.

Sourire qui se fit tendre et compatissant en voyant la mine déconfite et le regard lourd de la jeune fille.

Il reposa l'objet à sa place.


- Oooowww, ne regrette pas tes erreurs, chérie. Elles sont ton passé, ton présent et ton futur. Sans elle, tu ne serais pas toi-même. souffla-t-il, en relevant son menton.

April esquissa un pavre sourire confus. Mais ça ne semblait pas suffire. Son regard était toujours aussi douloureux.

Seiji l'entoura d'un bras.


- Si elles te pèsent à ce point, je crois que j'ai ce qu'il te faut...

- Non, ça va, je-

- Ttttt ! J'ai dit !

Il la dirigea vers le rayonnage des breuvages dans leurs alambics épars.

-Elle est...

Il se haussa sur ses pieds pour fouiller l'étalage.

- Là !

Il brandissait une petite fiole à peine plus grande qu'une paume de main. Elle était remplie d'un liquide en tout semblable à l'eau quoi qu'un tout petit peu moins fluide.

- Un elixir elfique. Les elfes sont les meilleurs question mixtures et poisons. Redoutables parmi tous les alchimistes.

Il tendit la fiasque à April.

- Ceci te rendra ta pureté... murmura-t-il pour elle seule.

Les jeunes pupilles se rétrécirent. Le regard vert s'ouvrait soudain dans le vide, lointain, captivé, déjà perdu dans le rêve d'une autre chance.


- Mais attention ! Tu devras, pour permettre à l'enchantement de se réaliser correctment, suivre le rituel qu'indiquent les écrits elfiques ! Attends une seconde, j'ai traduit ça quelque part...

Il extirpa une caisse du dessous de la haute étagère et en sortit un vieux manuscrit. Il consulta un moment la table des matières puis se rendit à la page indiquée.

Il détacha une page d'un geste soigneux.


- Voilà pour toi. Fais bien attention ! Il faut boire la totalité de l'elixir ou tu passeras une nuit atroce ! N'hésite pas à relire autant de fois les instructions qu'il faudra !

April hocha la tête, le regard à la fois perdu et reconnaissant.

///////////////////////////////////////

- J'étais sûre que Seiji et toi alliez vous entendre...déclara Olympe avec son sourire...Olympien en se garant devant la maison O'Brien.

- Merci, Olie. sourit à son tour April en déposant un baiser sur la vieille joue parcheminée.

- Allez, va ! Avant que ta mère ne nous fasse une crise d'hystérie...!

Avec un petit rire, la jeune fille ouvrit la portière et descendit du véhicule en agitant les doigts en signe d'aurevoir pour filer chez elle, histoire d'être à l'heure pour le repas.

Dans ses poches, vingt grammes d'espoir.


/////////////////////////////////////

- Tu es sûre que ça va aller ?

- Mais oui, Seiji ! April est une grande fille, non d'un chien !

- Et puis pourquoi ça n'irait pas ? On a pleine lune, le bain grâce à toi - oh et merci pour l'eau chaude - la nuit et la fiole. Tout y est non ?

- Tu as encore tes vêtements...!

- Sei ! rit silencieusement Olympe.


L'intéressé posa une main sur sa bouche pour rire en cachette. Cette nuit là, il arborait fièrement un haut de forme blanc à galon noir sur une coupe lissée et colorée d'une kyrielle de mèches blanches, bleues et argent, des ongles violets et or, un court veston blanc passé sur une longue chemise noire, un pantalon en cuir de la même couleur et des docs marteens blanches à oursons mauves.

- T'en fais pas. Pour ça, je me débrouillerais !

- Allez, je suis bonne âme. Je vais plutôt aller pêcher quelque beaux éphèbes en discothèque.
Oh, juste une chose, chérie. Tu ne le fais pas pour une personne en particulier, hein ...?


April eut un regard perplexe.

- Eh bien...pas entièrement, non...

Seiji eut une moue à la " mouais j'te crois ! " et croisa les bras.

- Il est mignon au moins ?

April leva les yeux au ciel.

- Non c'est pas...Oui, il l'est...Mais -

- Ttt ! Motus !... Photo... ?

A April de croiser les bras avec un sourcil haussé et un sourire qui signifiait " c'eeesst ça ! "

Olympe ne put s'empêcher d'ajouter son grain de sel :


- Tu m'as pas dit que tu avais encore sa photo dans ton portefeuille ?

April tourna vers elle un regard offusqué en riant. La traîtresse !!!

- Bon...j'ai compris !

Elle ouvrit sa besace pour y attraper le cliché de Mitzrael à la gare pris par ce crétin de Pavlov.

- Le voilà. Content ? soupira-t-elle en le tendant à Olympe qui affichait son sourire triomphant tout juste masqué.

Bien entendu, Seiji ne se gêna pas pour lorgner au dessus de la vieille épaule.


- Ooooouuuuuuuuwwwwwhhh ! Un immortel ? Comme je te comprends, pumpkin !

Olympe se tourna vers son ami avec un sourire entendu. Sa petite fille n'avait quand même pas de trop mauvais goûts...Et ce Mitzrael avait bien une tête d'ex-ange...

- Aaaaah la jeunesse ! pépia gaiement Seiji. Viens donc, chère Olympe, laissons les secrets de filles tranquilles avec notre vieil âge !

Olympe rit imperciptiblement et offrit sa main à l'original pour rejoindre la voiture.

- A demain...
-...chérie !

Et l'engin à roues démarra pour laisser la jeune fille seule dans la clairière.

April soupira et commença à se dévêtir. Qu'est qu'il ne fallait pas faire pour se laver de ses erreurs !

Enfin...Il n'était jamais trop tard...

Bientôt seulement habillée de la lumière pâle de la lune pleine et ronde comme le ventre d'une femme enceinte, elle entra dans l'eau du grand bac de bois.

C'était ce que voulait le rituel. Boire l'elixir dans sa totalité, complètement nue dans un bac d'eau à la pleine lune.

Complètement givrés ces elfes quand on y pensait...

Bref, s'il fallait ça pour gommer les traces hideuses, elle marchait.

Elle se détendit un peu dans la masse d'eau chaude qui l'enveloppait puis tendit le bras vers le sol pour y attraper la fiole.

Allez, c'était maintenant ou jamais.

Elle déboucha précautionneusement la bouteille de verre.

Trois, deux....MMMMPPHHHH !

Elle avala ce qu'elle put, mais recracha compulsivement une partie, écoeurée par le goût.

On aurait dit qu'elle venait d'ingurgiter un jus de piles.

Amer, acide, âcre à la fois. Tout simplement dégueulasse.

Elle secoua la tête en frissonnant sous le goût immonde de la boisson.

Brusquement, elle sentit une chaleur l'envahir de toute part à l'intérieur d'elle-même et un flot d'énergie gagner tous ses membres.

C'était tellement ....étrange !

Puis, sans prévenir, une douleur lui saisit le ventre et les entrailles. Elle s'attrapa le buste, étonnée.

Et regarda la fiole qui flottait à la surface de l'eau.

Elle...elle avait recraché !!! Triple conne !!! !!!

April n'eut pas le loisir de s'insulter mentalement davantage car elle sentit une deuxième vague de douleur lui déchirer les tripes.

Elle se retourna sur le flanc, le souffle court sous le choc.

De l'air, il lui fallait de l'air !

Elle tenta de se redresser tant bien que mal pour inspirer une grande bouffée d'oxygène quand tout à coup, son estomac prit feu d'un coup et sans pouvoir le prévoir, elle se retrouva à cracher du sang en toussant.

Un sang au goût acre et ferreux à l'excès.

Une nouvelle douleur lui saisit le ventre. Plus forte cette fois.
Elle gémit en serrant les dents.

Mais elle crachait, non vomissait toujours ce liquide rouge et brûlant qui dessinait maintenant des sillons sur son menton et sa mâchoire.

Trop occupée à tenter de maîtriser son mal pour se nettoyer le visage, elle sentait le sang coaguler en une traînée rouge gluante au coin de sa lèvre.

Une autre douleur. Pire encore. Elle ne put retenir un exclamation.

L'autre la suivit de près. Cette fois lui arrachant un cri.

Ce fut ensuite une avalanche de déchirures intérieures comme si on lui labourait les organes.

Les cris devinrent des hurlements. Pour ne plus cesser.

Elle se contorsionnait, impuissante, incapable de bouger hors du bac, agitée de spasme violents et inexplicables comme si la douleur même venait la posséder.

Au bout d'un moment, le front fiévreux, le regard au supplice, elle n'eut plus assez de cordes vocales pour laisser la douleur quitter sa gorge et perdit conscience, sombrant dans un sommeil sans fond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur
avatar
Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Never too late...   Mer 19 Jan - 22:29

Soran - Tomato | FF6347



Espèce : inconnue
Apparence : garçon de 14 ans, cheveux chatains tirant sur le roux, oeil gauche vert (droit couvert d'une bande de tissu), oreilles pointues dissimulées par ses cheveux, pieds nus et vêtements composés de quelques morceaux de tissus et feuilles.
(images dans sujet "escapade nocturne")


----------------------------------------------------------



"poison à morts
lunes pleines limurel sableux sous rocher dans arbre anterien,
hestarod
kareliop
busdiaq
froiseds je trouse"

L'air désabusé, Soran leva les yeux vers la ciel. La lune, plus ronde qu'un oeil de merlan semblait l'observer moqueusement, brillant d'une belle lueur bleutée. Oui, c'était la pleine lune... et c'était quoi un limurel ?!
Le regard émeuraude retomba sur le parchemin dérobé à un mage Naudizien. En plus ces runes étaient bourrées de fautes d'orthographes ! "Hestarod" ça s'écrivait sans "H" et avec un "E" à la fin... Quand aux autres ingrédients, il ne savait pas vraiment de quoi il s'agissait... mais il les trouverait sûrement sur Anteria puisque la liste ne faisait référence qu'à ce Monde !

Bon, dans un premier temps trouver un rocher dans un arbre.
...
Rien que ça lui paraissait bougrement stupide. Mais peut-être que le limurel montait des rochers pour se faire un abris dans les arbres ?
Donc un limurel sable sous un rocher dans un arbre anterien, une nuit de pleine lune... Les mages étaient faineants, l'arbre en question ne devait pas se trouver à des milles de passage, quelques kilomètres pour trouver une forêt et le tour était joué !

Le garçon se promena donc, le nez en l'air, à la recherche de potentielles caillasses dans les arbres... Une bonne heure passa sans qu'il ne vit le moindre minéral à hauteur peu commune, il avait mal au cou et un hoquet qui durait depuis une dixaine de minutes à lui en faire mal à l'abdomen. C'est également au bout de cette heure de recherche que son regard s'illumina. Au dessus de lui se trouvait quelque chose de gris, renvoyant les éclats bleutés de la lune. Revigoré par une telle découverte, il sauta sans plus attendre pour se saisir d'une branche et commencer son ascension. Celle-ci ne dura que quelques secondes et il se trouva très rapidement face à la chose convointée... une moue peu convaincue dessinée sur ses lèvres. La chose grise s'agitait sous la légère brise et paraissait bien fragile et souple. Soran l'attrappa et serra ses doigts dessus. Elle émit un bruit de froissement désagréable. Il hoqueta. C'était quoi ça ?!
Agacé, il sortit le parchemin de sa proche... quand un horrible cri retentit. Surpris, il sursauta et perdit l'équilibre, lâchant le parchemin. Crash ! Il brisa quelques branches dans sa chute et attérit rudement, dos contre le sol gelé.

- Ouch !

Son oeil se rouvrit paresseusement, observant le parchemin tomber lentement sur sa tête. Alors qu'il allait lui dissimuler la vue, Soran écarquilla les yeux de stupeur.
Il se redressa vivement, se saisissant de cette saloperie lui reconvrant le visage. Nerveusement, les gestes saccadés, il retourna le parchemin.

"Course à faire"...

...

- QUOIIII ?!

Il retourna une nouvelle fois la feuille.

"Poison à morts"

La mâchoire serrée, il se mit à lire ce qu'il avait prit pour une recette de poison, une vulgaire liste de courses...

"liste de courses
fraises
haricots
epinards
poissons cuits avec beurre sans oublier poulets vivants merci
bisou a douram"

...
Voila des ingrédients qu'il connaissait, et recette pour le moins faisable. Dommage, ce Douram n'aurait pas de bisou.

Contrarié, Soran se remit sur ses pieds. Voila qu'il était venu à Anteria pour rien... Il allait devoir retrouver son chemin en plus maintenant !
Il se massa le bas du dos tout en se demandant pourquoi ces foutues runes ne comprenaient pas de majuscules, cela lui aurait évité ce détour inutile et cette vilaine chute. Pourquoi est ce qu'il était tombé d'ailleurs ?
Un nouveau cri déchira la nuit. Le garçon haussa les sourcils. Cela venait de derrière lui et pas très loin. Une jeune femme qui se faisait aggresser ?
Les hurlements reprirent avec plus d'intensité, attisant la curiosité de l'enfant. Il s'avança finalement en silence, prenant garde à ne pas se faire repérer, et ce jusqu'à une petite clairière. Au milieu de celle-ci se trouvait un bac en bois et quelqu'un à l'interieur. De cris il n'y avait plus.
La forme nue ne bougeait plus, elle lui tournait le dos.
Prudent mais curieux, Soran s'avança d'avantage.

Il fut un peu surpris de découvrir une jeune demoiselle nue inerte baignant dans de l'eau... et du sang. Son unique oeil glissa le long du visage de la rousse, puis de sa gorge blanche... jusqu'à ses formes de femme. Là, il rencontra également une petit fiole de verre -ou cristal ?
Poison ?

Oh... est ce qu'elle était morte déja ?
Le garçon fit une moue gênée avant de s'approcher et attrapper le visage de l'humaine d'une main. Il lui leva le menton et son autre main lui tatta la jugulaire -n'osant pas trop aller vérifier si son coeur battait. Il y avait du pouls.
Alors il allait falloir la réveiller !

L'enfant ne se posa alors pas trop de questions et n'y alla guère par 4 chemins, il lui envoya une magistrale giffle. Le claquement sec résonna entre les arbres.

...

Il y avait peut-être été un peu fort...!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Never too late...   Jeu 20 Jan - 11:44

- ♪ Wake me up, before you go go ! ♫

* Criiiii -coups de klaxons furieux desautomobilistes Chicagoans* .

- ... ♪ Na na na na na na na na naaa ! ♫

- Seiji ! Bon sang, un demi tour en pleine avenue , mais qu'est-ce qui te prends ?!

- Mauvais pressentiment. On y retourne.

Olympe fixa son ami, un peu interdite.

- Allons-y.

La voiture du jeune excentrique s'engouffra à pleine vitesse sur la première voie d'insertion pour filer sur l'autoroute.

//////////////////////////////////


Ravalée du néant totalement noir, April cligna des yeux.

Elle sentait comme une brûlure sur la joue...

Son ventre reprit sa fanfare et elle se tordit d'un coup de douleur.

En soufflant, elle tourna la tête vers l'endroit où elle apercevait une forme humaine.

Son regard se plissa pour lui permettre de mieux voir parmi les larmes qui se remettaient à incendier ses yeux.

Un enfant ?

Elle lâcha un nouveau cri.


- Qui..qui êtes-vous ?!-huuuuuummmph !!! elle convulsa encore en s'agrripant le ventre et se pencha brusquement pour cracher un filet de sang âcre.

- A.....- elle haleta - Attrapez mon téléphone et appe- nouveau crachat de sang - -llez Seiji !!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur
avatar
Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Never too late...   Ven 21 Jan - 1:06

L'avantage d'un coup violent, c'était qu'il se révélait généralement efficace. Ce fut le cas de celui-ci, la jeune humaine se mit à cligner des yeux... puis à se tordre de douleur, s'aggrippant le ventre.
Soran fronça les sourcils. Il aurait peut-être dû la laisser dans son état d'inconscience finalement...
Son regard se porta sur l'eau du bassin légèrement rougie, puis sur les bras blancs encerclant le ventre. C'était ses règles qui la mettait dans un tel état ?
Elle cria de nouveau. L'enfant grimaça.

Le visage venait de tourner vers lui, et le regard implorant, elle lui demanda... son identité. Soran haussa un sourcil alors qu'elle crachait du sang. Ah non, ce n'était pas ses règles. Il en revint à sa première hypothèse : poison.

- A..... Attrapez mon téléphone et appe...llez Seiji !!! fit la pauvre demoiselle en crachant une fois du plus le liquide ferreux.

Pendant une demi seconde, le garçon resta dubitatif. Attraper son... quoi ?? Téléphone ?
Il regarda rapidement autour de lui, n'apercevant que quelques vêtements sur une branche basse. Peut-être que le "téléphone" s'y trouvait également ?
Il alla soulever la veste, trouvant en dessous une sorte de tunique courte, puis un pantalon... un mini corset, des bas et des chaussures. Que des trucs qu'il connaissait -même si ça restait très différent en soi...- et donc pas de "télétruc" en vue. Un peu résigné, il décida de passer cette étape de l'incantation et d'appeler directement le Seiji en question. Il mit ses mains autours de sa bouche -passant outre les cris de la fille, prenant une grande inspiration.

- SEIIIIIJIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!!!!!!!!!!!

Ceci fait, il revint vers le bac et jeta un regard à son contenu. La jeune femme était blème, tremblante, les lèvres couvertes d'un sang poisseux. Comme si ce n'était que le cadet de ses soucis, il s'empara alors de la petite fiole qu'il examina à la lueur de la lune d'un oeil connaisseur. Il passa son doigt à l'interieur afin de recueillir un maximum de ce qui restait de liquide -qui n'avait pas été lavé par l'eau- ce qu'il pu extraire était légèrement épais et avec une mauvaise odeur. Il mit son doigt dans sa bouche, grimaça. Mauvais goût également !
Il se mit alors a fouiller consciensieusement dans sa besace, remuant les fioles et divers ingrédients qu'elle contenait. Finalement il sortit un petit tube dont le contenu jaunâtre dansait au rythme de ses mouvements. Il ôta le bouchon d'une pression de son pouce et se tourna vers la rousse -qui avait cessé de piailler.

- Ca devrait calmer un p-...

Rousse qui était de nouveau dans les pommes.
Soupir.
Si il essayait de lui faire avaler alors qu'elle était inconsciente elle allait s'étouffer avec. Il allait encore devoir la réveiller...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Never too late...   Ven 21 Jan - 21:53

La voiture blanche crissa sur le chemin de gravier et pila.

Seiji bondit de la voiture. Il aurait juré avoir entendu une voix crier son nom.


- PUMPKIN ??? appella-t-il.

Olympe le suivait de près.


- Quelqu'un ! Là ! Près du bac !!! montra-t-elle dans l'obscurité.

Les deux se ruèrent vers l'importun et le plaquèrent au sol. Olympe le laissa à Seiji alors qu'elle se penchait vers sa petite fille.

- April ? Mon Dieu, APRIL REPOND !!!

Elle secoua énergiquement le bras de la jeune rousse sans succès.

- Qu'est-ce que vous lui avez fait ?!

Les yeux verts remuèrent sous les paupières frémissantes et la tête cuivrée bougea.

- Olie ? Olie c'est toi ?

Dans cette nuit noire, on n'y voyait rien...

- April ! Ça va ma chérie ?

- Je....Oui je crois...On dirait que c'est fini...

- Quoi, ma chérie ? Qu'est ce qu'il a osé te faire ?

- Hein ?

Seiji avait atttrapé une des nombreuses chaînes - magiques ! - qui pendaient à sa ceinture pour en lier les bras et les pieds du garçon.

Olympe aida sa petite fille à se hisser hors du bacquet et à se rhabiller.

April tenant difficilement sur ses jambes un peu flageolantes, s'appuya à un arbre et s'assit au sol pour récuper ses esprits.

- Je reviens ! Surveille-le ! ordonna Seiji à la vieille femme en lui collant le prisonnier dans les mains pour foncer à toute berzingue vers sa voiture pour l'approcher, elle, ainsi que la lumière artificielle.

Il sauta du véhicule laissant la clé sur le moteur pour garder un éclairage plein phrares.

- Seigneur, April, mais tu saignes !

- Que faisais-tu à cette jeune fille ? gronda Seiji en attrapant le garçon ficelé et en le jetant au sol.

- Réponds !

Seiji ôta une grande plume de son haut de forme garni et se pencha vers le malheureux pour attraper ses pieds nus, se baissant pour branditr la plume devant ses yeux.

- Parle. l'invita-t-il presque calmement...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur
avatar
Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Never too late...   Ven 21 Jan - 22:31

Alors qu'il s'approchait davantage du bac pour en réveiller le contenu, une créature munie de 4 bras et autant de jambes, 2 têtes affreuses au regard cruel, lui sauta dessus, le planquant au sol.
De surprise, Soran lâcha sa fiole qui roula dans les herbes avant de heurter durement le sol.

- AH !

Mais il avait déja mal au dos, bordel ! Etait-ce la peine d'en rajouter une couche ?! Une couche ? Non, deux ! Car le monstre en question qui le planquait au sol n'était en fait que 2 humains (dont une humaine). La femme se releva s'approchant de la rousse évanouit avec un air alarmé, laissant Soran aux griffes d'un être aussi étrange qu'effrayant.
Trop surpris pour réagir, Soran ne se rendit guère compte que son adversaire était en train de l'attacher. Ce fut deux secondes trop tard qu'il s'en aperçut.
L'homme le souleva l'air de rien -il faut dire que Soran n'était pas bien lourd- et le colla entre les mains noueuses de la vieille femme. Il partit en courant.

L'enfant observa autour de lui, un peu sonné.
La fille était réveillée.

Un piège ? Ces humains avaient-ils tenté -et réussi- de le capturer ?
Un grondement se fit entendre. Soran chercha a défaire les liens lui enserant les poignets, en vain.
Le grondement se faisait plus important. C'était quoi cette fois ? Un dragon ? Une lumière intense accompagnait les déplacements de la bête entre les arbres. Le garçon frémit. Les deux femmes ne semblaient pas du tout s'alarmer. C'était cette chose que leur compagnon était allé chercher ?

Elle arriva face à lui, puissante et terrifiante, dardant ses grands yeux dorés sur lui. Soran pâlit. Qu'est ce que ça pouvait bien être ??
L'homme réapparu alors à ses côtés, s'avança vers lui et le jeta au sol sans ménagement.

- Que faisais-tu à cette jeune fille ?

L'oeil du garçon était figé dans ceux de la bête, aveuglé, la pupille rétrécie à cause du la lumière. Il revint à l'homme en détectant un mouvement de celui-ci. Tout était flou et c'est en clignant des yeux qu'il le vit se saisir d'une plume, menaçant et calme à la fois.

- Parle.

Effrayé, le garçon avala difficilement sa salive. Il sentait que les liens étaient magiques et qu'ils inhibaient en partie ses pouvoirs. L'homme lui avait attrapé les pieds. Son regard alla de nouveau au monstre qui semblait attendre la suite des évènements.
Qu'est ce qu'ils lui voulaient ?!
Incapable de se défendre et ne sachant pas du tout à quoi il avait à faire, Soran se sentait perdu.

- J'ai rien fait !! Pitié, me livrez pas à la créature !!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Never too late...   Sam 22 Jan - 16:04

Contre tout attente, Seiji se figea.

Il connaisait cette voix flûtée... !!!


///////////////////////////////

- ♪ Aurevoir et adieu, aux belles de Maalkhâr -et
aurevoir et adieu aux chéries d'Abrakhân ! ♫


-Pour nous, nous sillonnons la mer vers d'aaauutreeees terres ! ♪

- Mais toujours brille en notre âââme, l'espoir de vooouus reeeeeevoooiiiiir !!! ♫

Attablés devant une dizaine de chopes vides, bras dessus-bras dessous avec quelques gars d'un équipage rencontré l'après-midi même, Deverry et Seiji, ronds comme des billes, beuglaient joyeusement un vieux chant de marins qu'ils avaient appris dans les soirées arrosées sur le port, tout en balançant leurs deux pintes en rythme.

- Tavernier ! Sers donc encore un peu de taffia à ces braves gars ! C'est ma tournée ! brailla Deverry tout en aggripant la taille corsetée d'une serveuse tout à fait à son goût.

- ♪ Hey, toi , cap'taine fais briller tes galons, et reste bien au chaud , quand on gèle sur le pont ! ♫

-♪ Nous c'est not' peine qui nous coule sur le front ! Alors tiens bien la barre,, tu connais la chanson :

- DU RHUM, DES FEMMES ET D'LA BIERE, NON DE DIEU ! ♪

UN GRAND LIT ET TA BLONDE POUR VALSER TANT QU'ON VEUT ! ♫

DU RHUM, DES FEMMES, C'EST ÇA QUI REND HEUREUX ! ET QU'LA MORT NOUS EMPORTE SI ON A RIEN TROUVÉ D'MIEUX ! ♫


Et tout en chantant, ils s'était levés, Dev' balançant une bourse pleine au maître des lieux et volant un baiser à la belle serveuse, pour sortir, bouteille en main, gueuler leur refrain dans les rues de Maalkhâr.

Bientôt, à grand renfots d'aurevoir chaleureux - et surtout très alcoolisés - Seiji et son ami quittèrent l'équipage dont il ne se rapellaient même plus le nom pour s'engouffrer dans les ruelles mal fâmées.


- Tu veux finir la soirée, en beauté, l'étalon ? l'alpaga une fille de joie au détour d'une venelle crasseuse.

- Ça dépend si "Beauté" c'est ton nom, rit Deverry en arborant un sourire tombeur, fier de son jeu de mot paillard.

- Dev' ! T'as mieux à foutre que de choper la vérole ou tout ce qu'elle traîne ! Allez viens ! le rappela Seiji à l'ordre en attrrapant le tissus de son manteau et en le tirant avec lui pour reprendre leur route.

- Tchao la ribaude ! Va donc te consoler en te trouvant un bon soldat ! salua Dev' en lui balançant une pleine poignée de pièce d'or avant de tourner les talons avec son ami l'excentrique, de nouveau, bras desous-bras dessous, complètement bringue-zingues

- Hey ! Dev' ! Tu vois ce que je vois, là bas ?

- Avance, morveux ! Dire qu'un crétin paiera cher pour t'avoir à son service...! Vivement qu'on me'débarrase de toi, tir-au-flanc !

Deverry plissa les yeus pour mieux voir. Un homme râblé et corpulent trainait derrière lui, apparement enchaîné, un jeune garçon dans la pénombre d'un carrefour.

- Ouaip ! Sus au gros plein de soupe ?

- Suce toi même ! railla Seiji alors que Deverry exploesait de rire. (Oooww my..XD... hé ben ils sont beaux ,tiens, quand il sont bourrés ceux-là ! xD )

Aussitôt tous deux foncèrent vers le type en question et le plquèrent contre le mur.

- Je m'en charge, mon coeur, occupe-toi du gosse ! fit Deverry à son ami en sortant une lame qu'il colla sous la gorge du gars.

Je crois que mon ouïe me joue des tours, j'ai cru entendre que tu comptais vendre ce gamin....Nous sommes d'accord que ça ne peut éviiiidemment pas être ça, n'est-ce pas ?

- Chaînes magiques ? Intéressant ! Attends petit, j'ai ce qu'il te faut. souffla Seiji en sortant un petit canif elfique qui coupa net la finechaîne - vive la magie des elfes !

- Deviiiine qui va offrir gentiment sa bourse au gamin ? chantonna quasiment Deverry en narguant le marchand d'esclaves , agitant sa propre fortune devant ses yeux pour la jeter au môme enfin délivré.
Ouh ça c'est un gentil gros bonhomme ! se moqua l'ex-employé la marine en appuyant du pouce et de l'index sur les joues rebondies de l'homme pour l'humilier.

Un très gentil gros chien-chien à son papa...Nonos ?

CHBLAM ! Deverry fracassa alors gaiemenune bouteille de whisky sur le crâne du type qui s'effondra au sol.

- Il faut toujours que tu trouvs le moyen de prendre ton pied, hein ! Alleez venez, on file !

Il attrapa la main du gosse et ils se mirent à courir vers une rue un peu plus tranquille.

Seiji profita de la lumière d'un réverbère pour détailler le garçon.

- Ces fringues...Tu es de la Forêt, je me trompe ?

Deverry, lui, les regardait , l'oeil un peu torve, tentant tant bien que mal de garder son équilibre sous les litres de rhum qu'il avait ingurgités ce soir là.

///////////////////////////////////////////////////

- Une chance quand même que ta forêt soit sur ma route ! Et que Dev' soit assez fou pour menacer un marchand d'esclave ! déclara joyeusement Seiji, perché sur un alezan brulé encore vigoureux pour son âge.

Grâce à la bourse d l'homme, ils avaient pu louer cette bête pour le voyage. Enfin surtout pour Seiji parce que le gosse, qui apparment avait plus d'un tour dans son sac, voletait tranquillement à côté de l'asiatique.

Au bout de longues journées de trajet, ils arrivèrent à un entrecroisement des routes.


- C'est là que nos chemins se séparent, chaton...Puisse tu retrouver ceux que tu aimes et ne plus jamais croiser la route d'un de ces balourds de marchands d'esclaves !

C'est avec un léger pincement au coeur qu'il regarda le garçon remercier, saluer et s'éloigner vers les siens.

Ah, Naudiz ....!


//////////////////////////////////

L'androgyne restait complètement immobile, l'air interloqué.

- Cha..chaton ?!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur
avatar
Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Never too late...   Sam 22 Jan - 16:49

Soran aurait juré avoir entendu la bête grogner de plus bel. Son adversaire, quant à lui, s'était figé...
Il fallait qu'il sorte de là et très vite !
L'enfant s'apprêtait à tirer son pied pour l'envoyer dans la figure de l'homme quand se dernier reprit parole. Et ses mots furent pour le moins surprenant, au point de stopper le garçon dans son geste.

- Cha..chaton ?!

...?

Soran aurait bien profité de cet instant pour se dégager mais il n'osa broncher, de peur de faire réagir la créature.
Néanmoins, il avait déja entendu ce nom quelque part. Il dévisagea nerveusement l'homme face à lui, sourcils froncés.
Cette gueule d'amour un peu bizarre lui rappelait quelqu'un -et visiblement c'était réciproque.

La tête de l'enfant se pencha sur le côté, il cligna des yeux.

- Boubouille ??

Il n'en revenait pas.

- Qu'est ce que t'as fait à tes cheveux...?! fit-il autant pour lui même que Seiji.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Never too late...   Mar 1 Fév - 20:16

- Chaton !!!

Seiji s'empressa de délivrer cette pauvre bête et de bondir sur lui pour lui faire une grande accolade et lui ébourrifer les cheveux sur le crâne.

- Mais...mais...Mais qu'est-ce que tu fous là, mon minou ???!!!!!

Passé d'un calme inquiétant au mode pile électrique, l'excentrique bondissait en tous sens comme monté sur un ressort.

- Oliiiiie ! C'est mon chaton !!!! C'est luiii !

Olympe, elle, affichait un air un peu hébété en observant les deux énergumènes alors qu'April se penchait brusquement pour vomir le restant de cette saloperie de philtre odieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Never too late...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Never too late...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre les mondes :: Les Mondes :: Anteria :: ▌Chicago :: Amérique & Nature :: ▌Forêts-