AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qui paie mes dettes m'enrichit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Admin / Ange Majeur

Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Ven 27 Aoû - 11:43

- Tu sais Devan… Maintenant que je vois ce qu’il s’est passé, je suis d’autant plus heureuse d’avoir abandonné tout ça. Parce que ça me dégoute.

Le tatoué tourna légèrement la tête vers la blonde. Elle était comme impassible, distante, ailleur.

- Et tu tues aussi pour « régler tes problèmes » et te « débarrasser de personne importunes » ?

Devan fronça les sourcils et laissa échapper un soupir agacé. Son regard s'arrêta sur la porte entrouverte.

- T'es vraiment obligée de poser toutes ces questions maintenant ?!

Le marginal se redressa pour mieux s'installer, retenant une plainte étouffée.

- Ecoutes... Je tue pas pour le plaisir de tuer si c'est ça que tu veux savoir. Ce que je fais c'est pour ma sécurité ou celle de mes potes... Genre dans ce cas là ou... avec des témoins parfois si c'est nécessaire.

Mais ce n'était pas toujours le cas et c'était pour ça qu'il s'était fait condamner à 3 ans de prison... pour avoir laissé un témoin en vie.
Devan fit un geste de la main puis s'arrêta. Il l'observa un instant avec d'arriver à la conclusion suivante qu'il grommela :

- J'sens plus mes doigts.

Quoi de plus normal avec un garrot après tout ? Mais c'était tout de même chiant au possible.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)

Messages : 223

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Ven 27 Aoû - 16:10

A coup sûr, Devan n'avait pas beaucoup apprécié la question. Il rétorqua sèchement (sans oublier de soupirer au préalable). Trisha, elle, se contenta d'aquiescer simplement, toujours aussi groggy.

Un moment, il leva la main, l'arrêta. Elle la suivit du regard, lui aussi.

- J'sens plus mes doigts.

L'étudiante attrapa doucement la main du tatoué et la ramena près d'elle. Là, elle entreprit de lui masser le bout des doigts. En grosse partie pour décompresser d'ailleurs.

D'un signe de tête, elle désigna la ceinture toujours accrochée au bras blessé.

- Tu devrais enlever cette merde.

Elle soupira.

- Tu sauras me ramener chez moi ? J'ai pas spécialement envie de vivre ça une deuxième fois si tu vois ce que je veux dire. Et vu l'état de ma bagnole ...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 18

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Sam 28 Aoû - 10:27

Il était environ 18h et le soleil était déjà couché. Tandis que les artères principales de Chicago étaint illuminées par la lueur des lampadaires, des phares de voitures et des enseignes des magasins, les ruelles sombraient dans le noir. Lyne pressa le pas. Même si elle disait que ça ne lui faisait pas peur de trainer dans les venelles le soir, ce n'était pas non plus ce qu'elle préfèrait. Enfin bon, en zone Carter, rien ne pouvait lui arriver.

*Puis j'arrive dans 10 minutes, va rien s'passer* se persuada la gamine.

Lyne décida de passer au bar miteux sur sa droite pour aller voir son propriètaire, 'Tonio. 'Tonio qui...sortait avec un flingue !? La fillette fronça les sourcils. Qu'est-ce qui se passait pour que 'Tonio, qui n'aimait pas vraiment la baston, sorte ainsi armé ?

- Hé 'Tonio, attends ! lança-t-elle. Le Mexicain se retourna. Qu'est-ce qui se passe ?

- Lyne ? Tu devrais pas trainer là en ce moment... répondit l'homme. Il jeta un regard autour d'eux, comme s'il avait peur de quelque chose. Les types de Rob ont lancé un raid chez Devan et je...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase, son interlocutrice étant à ces mots partit comme une flèche vers la vieille usine. Si elle se souvenait bien, Roberson et Devan n'entretenaient pas de très bonnes relations.

*En même temps, ils s'entendent jamais bien entre gangs...*

La fillette arriva en vue du bâtiment. Ce qui dû être une sublime bagnole était garé devant, mais ce qui restait ne servirait plus à grand chose au propriètaire. Cela n'était pas pour rassurer Lyne qui se faisait déjà un avant-goût des dégâts.

*Si ça se trouve il est... Non, pas Devan, pas possible !*

Des corps troués de balles gisaient devant l'entrée ainsi que dans le bâtiment, signe que la bataille avait également eu lieu à l'intérieur. Arrivée dans l'usine, la gamine eut un haut-le-coeur. Ces cadavres partout, l'odeur du sang...berk ! Elle s'efforça de ne pas regarder le sol, jusqu'à qu'elle trébuche dans un type mort et tombe par terre. Relevant la tête, elle vit un magnifique ventre sanguinolant profondément entaillé par un couteau à quelques centimètres d'elle. C'en était trop, elle dû s'arrêter pour vomir. Arrivée dans la salle où étaient les blessés, on lui dit que Devan était à l'étage. La gamine se dirigea donc vers la salle personnelle du chef de gang. Et il était là, dans son canapé, visiblement mal en point mais vivant !

- Devan, c'est... commença Lyne.

Elle ne finit pas sa phrase, car elle venait de voir un élément nouveau au décor : une jeune et belle femme blonde, assise à côté du tatoué et qui lui massait les doigts. La gamine s'arrêta juste àprès avoir franchi la porte défoncée.

-C'est qui celle-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur

Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Sam 28 Aoû - 14:41

Suite à ses mots, l'étudiante attrappa sa main avec douceur. Devan leva les yeux vers elle. Se montrerait-elle moins distante ? La demoiselle entreprit de lui frictionner les doigts afin de faciliter le passage du sang.

- Tu devrais enlever cette merde.

Le garrot ? Pour se vider de son sang ? Nan... il en perdait déja suffisament comme ça.
La blonde soupira, l'air désabusé.

- Tu sauras me ramener chez moi ? J'ai pas spécialement envie de vivre ça une deuxième fois si tu vois ce que je veux dire. Et vu l'état de ma bagnole ...

L'homme acquiesça légèrement du chef. Sa voiture a lui était plus loin, derrière le batiment. Elle n'avait sûrement pas trop souffert de l'attaque.

- Ouais j'te ramenerais... Mais va falloir que tu patientes un peu à moins de vouloir finir ta vie dans un mur.

Pour sa part, il n'y comptait pas trop.
Ses doigts engourdis se refermèrent imperceptiblement sur la main de Trisha.
A ce moment là, des bruits de pas dans le couloir se firent entendre. Devan releva légèrement la tête.

- Devan, c'est...

Une enfant venait de faire irruption dans la pièce. Elle s'arrêta soudain en voyant que l'homme n'était pas seul.

-C'est qui celle-là ?

Le marginal se redressa comme il pu, réprimant une grimace. Il dévisagea la gamine plutôt palotte.

- C'est mon ex, répondit-il simplement.

Devan secoua légèrement la tête puis invita la gamine à s'approcher.

- Qu'est ce que tu fous là, Lyne ? C'est un peu tard pour venir, non ?

Ils se voyaient plutôt le week end et dans la journée. Le tatoué avait insisté sur le fait qu'ils n'étaient pas toujours présent, lui et ses potes, le soir. Il haussa un sourcil.

- Y'a un problème peut-être ?

Cette gamine, ça faisait 2 ans qu'il la connaissait. Ils se voyaient régulièrement... c'était un peu comme sa petite soeur au final.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)

Messages : 223

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Sam 28 Aoû - 15:58

- Ouais j'te ramenerais... Mais va falloir que tu patientes un peu à moins de vouloir finir ta vie dans un mur.

Trisha acquiesça pensivement.

Evidemment. S'ils avaient miraculeusement évité la mort, ce n'était certainement pas pour sauter aussi idiotement dans ses bras cinq minutes plus tard. Bon, et bien il n'y avait plus qu'à attendre qu'il se remette un p...

Des bruits de pas résonnèrent dans le hall. L'étudiante -toujours un peu alarmée, se retourna vivement pour découvrir une gamine de douze-treize ans tout au plus dans l'encadrement de la porte. Elle fronça les sourcils (à ce jour, elle ne savait plus vraiment de qui se méfier).

- Devan, c'est...

Elle s'arrêta.

- C'est qui celle-là ?

Haussement de sourcils.

Mouais ... Vive l'éducation. Il y avait des manières bien plus polies pour le demander. Une enfant des bas quartiers, sans doute.

Tandis que Devan répondait à la question et invitait la petite à s'approcher, la blonde relâcha la main engourdie et s'enquit de croiser aussitôt les bras, se redressant un peu.

- Qu'est ce que tu fous là, Lyne ? C'est un peu tard pour venir, non ? Y'a un problème peut-être ?

Au moins, elle n'était pas arrivée trop tôt.

- Ta nouvelle copine ? suggéra Trisha.

Elle tourna la tête vers le marginal et esquissa un léger sourire railleur.

Sans rancune.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 18

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Sam 28 Aoû - 21:27

- C'est mon ex, répondit le marginal.

Et bien il tappait pas dans les filles trop mal fichues, le Devan. Ce dernier invita la gamine à s'approcher, ce qu'elle fit. La blonde, elle se redressa et croisa les bras. Apparement, elle aurait préfèré rester seule avec le chef de gang. Auraient-ils été interrompus en pleine réconciliation ? Lyne n'eut pas le temps de s'interroger davantage sur la question, Devan voulant connaître les raisons de sa visite :

- Qu'est ce que tu fous là, Lyne ? C'est un peu tard pour venir, non ? Y'a un problème peut-être ?

Pourquoi voulait-il qu'il y ai un problème ? Elle pouvait plus venir comme ça, juste pour le voir ? Avant que la fillette ne puisse s'exprimer, la blonde dit à son homme, un sourire narquois collé aux lèvres :

- Ta nouvelle copine ?

Lyne équarquilla les yeux, l'air à la fois surprise et choquée. Ca tournait pas rond, dans sa tête, à la blondasse ? Nan mais elle avait vu la différence d'âge ?

- Mais...commença la gamine. Bug. Mais quoi ? Mais va te faire voir !

Elle se prenait pour qui, cette fille, avec ses airs supérieurs ? C'était quoi son problème ? De s'être fait déranger en plein dans son petit massage ?

- D'ailleurs, reprit la gamine avec le même sourire moqueur que la blonde, quitte à aller te faire voir, t'as qu'à aller en bas. Y'a plein de mecs qui seraient ravis d'avoir eux aussi un petit dorlotage ou plus, histoire de se changer les idées. T'y trouveras bien ton compte, et eux aussi. Je suis sûre qu'ils aimeraient un peu de cette tendresse que tu offre ou que t'as dû offrir à leur chef. Lui, il est pas trop en état pour le moment.

C'est sûr que pour ne pas être en état... Flanc et bras troués, y'avait mieux comme situation. Heureusement que 'Tonio arrvivait... Il allait avoir du pain sur la planche, celui-là, avec tout les autres blessés en bas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur

Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Sam 28 Aoû - 22:14

Aux mots de Trisha, Devan haussa un sourcils à la fois surpris et dubitatif. La petite, elle, le prit plutôt mal. Elle répondit vulgairement. Non, Lynement.
Un sourire moqueur n'annonçant rien de bon se dessina sur les lèvres de la gamine. Elle préparait un sale coup, le marginal en était persuadé. La suite lui donna raison.

- D'ailleurs, quitte à aller te faire voir, t'as qu'à aller en bas. Y'a plein de mecs qui seraient ravis d'avoir eux aussi un petit dorlotage ou plus, histoire de se changer les idées. T'y trouveras bien ton compte, et eux aussi. Je suis sûre qu'ils aimeraient un peu de cette tendresse que tu offre ou que t'as dû offrir à leur chef. Lui, il est pas trop en état pour le moment.

Le tatoué fronça les sourcils, le regard noir. Là elle allait loin, trop loin. C'était quoi son problème d'ailleur ?
Le voila bien entouré...

- Lyne si c'est pour dire ça c'était pas la peine de venir, fit-il d'un ton lourd de reproches.

Il pressa d'avantage sa main sur son flan blessé, grimaçant.
Dans d'autres circonstances peut-être que la remarque de la mioche l'aurait fait rire... Mais là ce n'était pas le cas. D'une part il n'était pas dans son assiette... D'autre part il n'avait pas envie de se prendre la tête avec ces deux là.
Relachant la pression sur son torse, il entreprit de remettre sa chemise sur ses épaules, puis son manteau. Il commençait à avoir froid.

Oh et puis tant pis... Qu'elles se crèpent le chignon si elles le souhaitaient, il ne s'en occuperait pas.
Le marginal soupira. Il s'appuya sur l'accoudoir pour se relever.

- Bon vous arrêtez deux minutes ? Le temps de descendre ? Aides-moi.

Les derniers mots s'adressaient à Trisha. Descendre les deux étages n'allait certainement pas être une partie de plaisir... Et elle ne le fut pas ! Le pas plutôt mal assuré, Devan eut du mal à passer les corps entassés dans les escaliers. Le dernier, celui de Tommy Roberson, semblait leur lancer un regard accusateur.
Le tatoué essaya de ne pas y prêter attention. Ils arrivèrent à la salle où étaient ses compagnons.
Devan s'appuya sur l'encadrement de la porte. Antonio s'affairait à soigner les blessés, graves ou légers. Il restait une petite moitié de vivants seulement... Mais en même temps, seuls trois de la bande à Rob s'en étaient rééchappés.
Quand ses amis le virent, ceux qui étaient en état l'acclamèrent.
Le chef leva légèrement la main, réclamant le silence.

- C'est bien les gars, vous avez assuré.

Stanley s'approcha.

- Tu ferais mieux de t'assoir.

Devan hocha de la tête et s'assit sur une caisse. Tonio vint l'examiner, l'homme retira sa chemise et son manteau. Le mexicain s'empressa de désinfecter les plaies et les bander le mieux qu'il pu. Pendant ce temps, le marginal parcourait l'assemblée du regard. Les hommes avaient l'air à la fois exténués et victorieux. Ils avaient vaincu la bande à Rob et abattu son chef.

- Oh fait, vous avez eu Matt ? demanda-t-il l'air de rien.

Les gars se regardèrent.

- Moi j'lai pas vu.

- Pareil... On pensait qu'il était avec son frère, renchérit un autre.

Devan fronça les sourcils.

- Non... Il était pas...

Ses yeux s'écarquillèrent soudainement et il perdit ses couleurs. Au même instant, plusieurs de ses compagnons se regardèrent, l'air effarés.

- Oh putain..., lâcha finalement Devan.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)

Messages : 223

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Dim 29 Aoû - 1:12

- Mais...

Le regard de Trisha glissa vers l'enfant qui vennait de prendre la parole (ou du moins de pronnoncer un mot ...). Enfant qui, soit dit en passant, tirait une bien drôle de tête. Yeux écarquillés et mine des plus choquées, elle semblait avoir avalé de travers sa remarque.

- Mais va te faire voir !

La blonde leva les yeux au ciel.

Ooook, l'humour ne poussait plus dans les neurones des jeunes générations ! Apparemment, la petite avait tout pris au pied de la lettre. Ou bien elle ne trouvait pas ça drôle ? Non, elle ne ce serait alors pas fatiguée à répliquer. C'est ce que le bon sens demandait en tous cas.

Enfin, pas de soucis puisque ça ne lui était pas adressé.

Du moins c'est ce que supposait l'étudiante. Son interlocutrice, par contre, ne semblait pas fixée sur la même longueur d'ondes. Si bien qu'elle enchaîna, sourire moqueur aux lèvres :

- D'ailleurs quitte à aller te faire voir, t'as qu'à aller en bas. Y'a plein de mecs qui seraient ravis d'avoir eux aussi un petit dorlotage ou plus, histoire de se changer les idées. T'y trouveras bien ton compte, et eux aussi. Je suis sûre qu'ils aimeraient un peu de cette tendresse que tu offre ou que t'as dû offrir à leur chef. Lui, il est pas trop en état pour le moment.

Hein ? Mais de quoi est-ce qu'elle se mêlait cette môme ? Et puis, c'était quoi son problème exactement ?

Trisha haussa les sourcils et secoua légèrement la tête avec dédain. Vraiment, la race humaine était vouée à l'échec avec de pareilles progénitures.

Elle n'avait dragué personne, et quand bien même elle l'aurait fait ... bon dieu mais en quoi est-ce que ça la concernait ? La vie privée de Devan n'était pas sienne pardi.

- Lyne si c'est pour dire ça c'était pas la peine de venir.

- Laisse Dev', si ça lui fait plaisir de se faire des films ...

Mépris, rien de plus.

Se prendre la tête pour la futilité même était loin de demeurer dans ses habitudes.

Le tatoué -qui s'était tant bien que mal relevé, pesta et convia la jeune femme à lui venir en aide histoire de descendre les deux étages. Elle ferma un moment les yeux, visiblement réticente à l'idée de se retrouver en tête à tête avec des morts, mais acquiesça malgré tout. Elle s'approcha, offrant ses épaules comme appui au morginal.

- Evite juste de trop t'appuyer. Je ne suis pas une référence musculaire et je suis aussi limitée. fit-elle remarquer en désignant sa jambe.

Sur ces mots, ils entreprient l'ascension. Dure ascension soit dit en passant puisqu'il fallait tenir debout, voir où ils mettaient les pieds ... mais pas trop non plus pour éviter d'observer avec trop d'insistance ces sinistres cadavres et retenir tant bien que mal les hauts le coeur qu'infligeaient vue, souvenirs et odeurs.

Heureusement, ils finirent par sortir de cet enfer et entrèrent dans une salle où patientaient une série d'hommes (pour la plupart blessés). Ils accalmèrent à juste titre leur meneur avant que celui-ci ne demande le silence. Il s'assit suite aux recommandations d'un inconnu et reçu ainsi ses soins bien mérités. L'étudiante de son côté prit sa place dans l'encadrement de la porte. De là, elle observait la pièce et ses occupants sans forcément se faire remarquer. Ils échangèrent d'abbord quelques mots, l'air de rien puis ...

- Non... Il était pas...

Froncement de sourcils.

Atmosphère palpablement plus tendue.

A vrai dire, voir Devan pâlir ainsi n'était pas ce qu'il y avait de plus rassurant. Et la tête effrayée de ses accolytes n'étaient pas là pour peser sur la balance. La jeune femme perdit à son tour ses couleurs. Elle se redressa et croisa derechef les bras, brusquement plus tendue avant de pousser un profond soupir destiné à réguler son rythme cardiaque qui chantait la chamade.

Matt ... Matt, c'était qui ce mec là ?

- Oh putain...

Vu leurs têtes, surement pas un mec bien.

- Donnez-moi la clé de l'une de vos bagnoles. Tenez, je vous donne les miennes en contre-partie. Parce que là ... commença Trisha sur un ton strict mais poli, balançant son trousseau au milieu de la pièce.

- Avec toute la bonne volonté du monde, je ne pourrais jamais faire sortir autre chose de ma bouche que : "je ne veux pas passer une seconde de plus ici". Si un autre malade doit se ramener, je ...

Et si, comme l'avait suggeré plus tôt le marginal, cet homme était déjà en route et qu'elle le croisait en chemin ? Et s'il arrivait là maintenant tout de suite ? Et si, et si, et si ?

Et si elle se faisait flinguer ?

Elle secoua la tête, visiblement anxieuse et stressée.

- Sans moi.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 18

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Dim 29 Aoû - 10:21

La remarque de la gamine fut mal accueuillie par toute l'assemblée. La blonde décida de ne rien répondre et prit unair dédaigneux et méprisant au possible. Quant à Devan, il remit Lyne à sa place :

- Lyne si c'est pour dire ça c'était pas la peine de venir.

- Mais c'est elle ! répliqua la concernée.

- Laisse Dev', si ça lui fait plaisir de se faire des films ...

Puis, avant que la polémique ne reprennent, le tatoué se releva en grimaçant, et demanda de l'aide à la femme pour descendre. Lyne leur emboîta le pas. Quand il arriva dans la salle où étaient réunis les autres gangsters, Devan fut acclamé. Il demanda d'un geste de la main le silence, puis tel Napoléon auprès de ses grognards après la victoire d'Austrelitz, lança, l'air triomphal et victorieux :

- C'est bien les gars, vous avez assuré.

Bah... C'était tout ? Pas un petit mot de plus ? Mais c'était vrai que le chef était grièvement blessé. D'ailleurs, on l'invita à s'assoir et Antonio s'occupa immédiatement de son cas avec les moyens du bord.

- Oh fait, vous avez eu Matt ? demanda le tatoué.

Matt ? L'était pas répertorié celui-là... Il y eu un silence, puis l'on commença à répondre à la question.

- Moi j'lai pas vu.

- Pareil... On pensait qu'il était avec son frère.


- Non... Il était pas...

Les gangsters commencèrent à pâlir et à se regardaient entre eux. Qui que ce soit, ce type devait pas être un ange. En même temps, dans ce milieu...


- Oh putain...

A ces mots, la blondasse, restée dans l'encadrement de la porte, se dégonfla totalement, demandant immédiatemnt une bagnole afin de filer loin d'ici. Peuh ! Trouillarde ! Néanmoins cette trouille devait être justifiée vu les têtes que tiraient tout les autres.

- Oh putain, on est morts... lâcha un mec.

-Ouais bah moi, j'me barre tout de suite ! Pas envie de croiser ce taré !

Divers autres commentaires du même genre se firent entendre.

- Tu comptes faire quoi, Devan ? demanda 'Tonio, l'air grave, à son patient.

- T'as pas vraiment l'choix, faut qu'tu t'barres loin d'ici, lâcha Stanley.

- Mais... C'est qui ce Matt ? demanda finalement Lyne, à côté d'Antonio.

En tout cas, ça n'avait pas l'air d'être un rigolo, ce type, pour que tous tirent des tête de condamnés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur

Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Dim 29 Aoû - 15:04

Trisha commençait elle aussi à perdre son sang froid pour le peu qu'elle l'ai récupéré. Elle lança son trousseau de clé au milieu de la pièce, demandant une autre voiture.
Les hommes n'y prêtèrent pas réellement attention. Tous savaient que sa bagnole n'était même plus en était de démarrer.

Devan appuya ses coudes sur ses genous et se prit la tête entre les mains, soucieux.

Les voix commençaient à s'élever autour de lui. Ces paroles avaient toutes au moins un point commun : la peur qui en émanait.

- Tu comptes faire quoi, Devan ? demanda Tonio, nerveux.

Pour le moment réfléchir et se calmer... réfléchir, réfléchir... Et surtout ne pas paniquer.

- T'as pas vraiment l'choix, faut qu'tu t'barres loin d'ici, renchérit Stan.

Et il avait raison.
Le marginal soupira et releva la tête, tendu.

- Mais... C'est qui ce Matt ?

Il tourna la tête vers la petite. Aucune des deux ne savaient ce qu'était Matt.

- Matthew Roberson, le frère de Tommy. C'est... Il est pire que lui. Si on pouvait considérer Rob' comme un homme, lui est un monstre. Il est inhumain.

Le tatoué fit un geste de la main, nerveux. Il s'adressa aux autres.

- Matt n'aurait pas raté une occasion de nous faire la peau. S'il n'est pas là c'est qu'il est sur une autre affaire, ça nous laisse un peu de répis. On a trois jours, tout au plus.

Peut-être apprendrait-il la mort de son frère dans la soirée ? Le lendemain ? Dans tous les cas il fallait faire vite.

- Faut dégager les lieux de toute façon, les filcs rappliqueront bien un jour. On emporte armes, alcool... drogues et tout ce qui vous semble important. Restez pas chez vous non plus, on sait jamais.

Il se tourna vers le mexicain.

- Tonio, va falloir que tu fermes ton bar un certain temps, il doit connaitre l'endroit.

- Mais..., commença l'autre.

- Tu veux te faire descendre ou torturer ? C'est une chasse à l'homme là... Il va plus me lâcher. Les gars, si vous le voyez buttez-le.

Le ton était lourd, grave. L'heure n'était plus du tout à la rigolade. Chacun commençait à vraiment réaliser de quoi il retournait.
Stan hocha de la tête et partit avec deux autres rassembler ce qui devait être emmené.
Stanley avait toujours était proche de Devan, ils se connaissaient depuis leur enfance. Il était vif d'esprit, autonome... C'était un chouette type.

Le chef de gang s'était tourné vers la gamine, l'air préoccupé.

- Lynette... Surtout ne traine pas sur leur terrain, on sait jamais. Evite de trop sortir même.

Il hésita.

- Parle-en à ton frère.

Même s'ils ne s'entendaient pas trop, Bobby comprendrait le problème. Il ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose par sa faute.
Le second du chef qui revenait prit la parole.

- Tu vas aller où ?

Les yeux gris du marginal se levèrent vers Trisha. Jamais il ne penserait à aller le chercher là bas.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)

Messages : 223

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Dim 29 Aoû - 15:49

Remarque en l’air. Evidemment, elle aurait du s’en douter. Trisha leva les yeux au ciel et glissa sa main dans la poche de sa veste pour vivement attraper son i-Phone dernier cri. Elle le mit en marche et fila dans le répertoire.

…, Dominique, Dorian, Eléonore, Emeline, Emeric, Emilie, Estebann, aaah ! Ethan.

Appel. Sonneries. Pas de réponse. Répondeur.

- Salut Ethan, c’est Trisha. Tu pourrais rappeler dés que tu reçois ce message s’il-te-plait, c’est urgent ? Merci.

L’étudiante soupira, raccrocha et rappela tout en écoutant à moitié les quelques mots que s’échangeaient les hommes. Eux aussi voulaient déguerpir apparemment. Enfin, voulaient. Ils n’avaient pas le choix aux vues de la description du Matt en question. Véritable psychopathe de ce qu’ils en disaient. Ou psychotique … Raison de plus pour ne pas se retrouver nez à nez avec lui !

Elle répéta cinq ou six fois l’opération (sans laisser de message bien entendu), en vain. Pas de réponse de la part de Cole. Putain mais qu’est-ce qu’il foutait celui-là ?! Jamais là quand on avait besoin de lui.

A la treizième tentative, la blonde abandonna l’affaire et fourra l’engin dans son sac, contrariée. Tant pis, elle ferait du stop. Elle s’apprêta donc à fausser compagnie au groupe mais …

- Tu vas aller où ?

Le regard du tatoué bifurqua sur elle. Dans un premier temps, elle fronça les sourcils, puis les haussa, adoptant l’attitude parfaitement représentative du « tu peux toujours courir ». Elle leva une main devant elle.

- Non.

Et secoua la tête avec de plus en plus d’insistance, catégorique.

- Non, non et non Devan. Il en est tout bonnement hors de question ! Vous l’avez dit vous-même : ce mec est un malade. Et il est à tes trousses ! S’il te cherche, il finira bien par te trouver. Pas sûre qu’il s’arrête avant de crever de toute manière. S’il apprend où tu es et qu’il débarque chez moi, il n’hésitera pas à nous faire la peau, à toi, à mes parents et à moi. Hors je ne mettrais jamais aussi volontairement ma vie ou celle de mes proches en danger. Qu’on soit bien clairs là-dessus ! Je refuse de prendre cette responsabilité. C’est beaucoup trop dangereux.

Elle haussa les épaules.

- De toute manière mon père ne te laisserait même pas franchir le seuil de la porte d’entrée.

Croisa les bras.

- Va chez ta fille, ta sœur ou je sais pas trop qui elle est, planque-toi sous les ponts, paye-toi l’hôtel. Fais comme tu veux, mais pas chez moi. Sur ce …

Et s’écarta pour se rendre vers la sortie.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 18

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Dim 29 Aoû - 16:31

Devan se retourna vers Lyne pour répondre à sa question, décrivant en gros le caractère du Matt en question :

- Matthew Roberson, le frère de Tommy. C'est... Il est pire que lui. Si on pouvait considérer Rob' comme un homme, lui est un monstre. Il est inhumain.

Ah...Mais déjà, à partir que quel genre de type le chef de gang fixait la limite entre humain et inhumain ? Sûrement plus loin que la gamine, en tout cas...

- Matt n'aurait pas raté une occasion de nous faire la peau. S'il n'est pas là c'est qu'il est sur une autre affaire, ça nous laisse un peu de répis. On a trois jours, tout au plus. reprit le marginal en s'addressant à ses potes. Faut dégager les lieux de toute façon, les filcs rappliqueront bien un jour. On emporte armes, alcool... drogues et tout ce qui vous semble important. Restez pas chez vous non plus, on sait jamais.

Le cas Matthew devait vraiment être grave pour en arriver à de telles extrémités ! Mais le tatoué n'avait pas encore fiit ses recommandations :

- Tonio, va falloir que tu fermes ton bar un certain temps, il doit connaitre l'endroit.

- Mais...

- Tu veux te faire descendre ou torturer ? C'est une chasse à l'homme là... Il va plus me lâcher. Les gars, si vous le voyez buttez-le.

Lyne pensait rêver. Ce genre de type, ça n'existait que dans les films, non ? Devan la tira de ses reflections :

- Lynette... Surtout ne traine pas sur leur terrain, on sait jamais. Evite de trop sortir même. Il eut un moment d'arrêt. Parle-en à ton frère.

Mais ils exagéraient pas un peu, tous, là ? C'était quand même pas le fin du monde ! Y'avait qu'à lancer illico une opération commando avec les types valides et le flinguer, ce mec !

*De toutes manières, ça f'ra pas grand chose en plus que Bobby soit au courant... Juste qu'il m'lachera plus ! Et qu'il pêtera un câble en disant que si j'étais pas avec Dev' ça n'arriverait pas... Pourraient pas avooir des idées plus constructives !?*

Et Devan, d'ailleurs, dans tout ça ? Il irait où ? Pas chez la blonde en tout cas, elle venait d'exprimer son refus catégorique sur la question.C'était pas non plus Bobby qui accepterait... Surtout si c'était pour qu'un malade mental lui tombe dessus.

* Purée mais ils éxagèrent ! Il peut pas être vraiment comme ça ! Chuis sûre que Devan en fait tout un plat pour que j'sorte pas !*

Et puis ne pas sortir... Y'avais rien à foutre, à la maison ! Juste regarder la télé et encore... Et la conversation qui n'arrêtait pas de tourner autour de ce Matt... A croire qu'il était omniprésent ! Entre ceux qui se demandait où ils iraient et ceux qui parlaient du type en question... C'était gonflant !

- Moi, j'vais partir ce soir à New York, j'ai des potes là-bas qui pourront m'héberger.

- Ouais, j'pense que j'irais chez ma mère à San Fransisco...

- Dis, j'pourrais v'nir avec toi ? J'sais vraiment pas où aller...

- T'inquiètes, vieux, y'a pas d'problèmes.

Et patati, et patata... Tout ça pour UN SEUL type ! Il dirigeait pas une armée, non plus, il allait pas les traquer un par un dans tout le pays !

- J'peux p'têtre en ramener un ou deux chez ma famille au Mexique... Dites, vous croyez qu'il pourrait me défoncer l'bistrot ? dit Antonio à Devan et Stanley.

- Mais il est pas si terrible que ça, vot' mec, vous éxagèrez ! lança Lyne, décidée à remettre les idées de tout le monde en place.

- Oh si, et terrible, c'est peu dire... fit Stanley en se retournant vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur

Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Dim 29 Aoû - 17:03

La blonde lui lança un regard exprimant là son refus catégorique. De toute façon il s'y était attendu. Il allait devoir être très trèèès convaincant.
Elle secoua la tête.

- Non, non et non Devan. Il en est tout bonnement hors de question ! Vous l’avez dit vous-même : ce mec est un malade. Et il est à tes trousses ! S’il te cherche, il finira bien par te trouver. Pas sûre qu’il s’arrête avant de crever de toute manière. S’il apprend où tu es et qu’il débarque chez moi, il n’hésitera pas à nous faire la peau, à toi, à mes parents et à moi. Hors je ne mettrais jamais aussi volontairement ma vie ou celle de mes proches en danger. Qu’on soit bien clairs là-dessus ! Je refuse de prendre cette responsabilité. C’est beaucoup trop dangereux.

Oui, c'était dangereux, c'était certain. Mais il n'avait pas le choix !

- De toute manière mon père ne te laisserait même pas franchir le seuil de la porte d’entrée. Va chez ta fille, ta sœur ou je sais pas trop qui elle est, planque-toi sous les ponts, paye-toi l’hôtel. Fais comme tu veux, mais pas chez moi. Sur ce …

Elle se dirigea vers la sortie. Illico, Devan se leva. Il la rattrapa dans le couloir, lui prit le bras. Il avait fait l'effort de se lever pour elle, il fallait au moins qu'elle écoute ce qu'il avait à dire.

- Tu crois que je te demanderais ça si je n'avais pas une meilleur solution ?

Il la força doucement mais fermement à se retourner pour le regarder.

- Et tu crois vraiment que je serais assez con pour mettre ta vie en danger ? Matt ne pensera jamais à aller me chercher dans les quartiers chics, je n'y ai pas de famille et pour lui je n'y connais personne. Comment pourrait-il penser que je connais la fille de Hayes ?

Du couloir on entendait les hommes qui discutaient de leurs futurs destinations. Devan s'arrêta un instant, écoutant pensivemment ce qu'ils disaient. S'ils partaient tous aussi loin ça serait à lui de faire tout le boulot... Néanmoins il était certain que tous ne quitteraient pas Chicago.
Il allait devoir ne raconter qu'une partie de la vérité pour convaincre la blonde.
Le marginal s'adossa au mur en soupirant, dévisageant la demoiselle.

- Tu sais, s'ils partent tous ainsi c'est surtout pour nous éviter des ennuis. Qui pourrait dire à Matt que je suis chez toi ?

Il leva les yeux au ciel.

- Et vois ça comme une façon de te venger de ton père. Je ne sortirais pas si c'est ça le problème... Ainsi on ne me vera pas.

Dans la pièce d'à côté, les discussions continuaient également.

Lyne semblait croire qu'on lui racontait une histoire de grand méchant loup. Stan répondit, l'air grave. Il rangea des armes dans une caisse avant de reprendre.

- Une fois un type a eu le malheur d'écraser son chien en voiture. Un passant... enfin passant... bref, quelqu'un l'a vu et a relevé la plaque d'immatriculation. Matt a voulu venger son cabot et a apprit à qui appartenait la bagnole. Le type en question était pas chez lui, il bossait selon les dires. Matt s'en ai prit à sa femme et sa fille, il a fait venir le mec dans un terrain vague et là... Il a écrasé le mec avec sa voiture tellement de fois que la police a mit plusieurs jours avant de l'identifier.

Il haussa les épaules, l'air désabusé.

- Sa femme est morte à l'hopital, quant à la fille... elle est handicapée à ce qui parait.

Entendant des brides du récits, Devan fronça les sourcils. Il allait falloir se débarasser de la voiture de Trisha, c'était un fait avéré. Toute piste était bonne à prendre pour Matthew Roberson, ça se savait.

Ne laissant pas à Trisha le temps de protester si elle avait également entendu Stanley, il reprit.

- J'ai pas le choix de toute façon. Seul j'irais pas loin dans cet état et je peux certainement pas aller chez des personnes qu'il sait que je connais.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)

Messages : 223

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Dim 29 Aoû - 18:06

Brusquement, une main se referma autour du bras de Trisha. Elle n’avait pas eu le temps de traverser le petit couloir qu’elle se faisait déjà arrêter. Elle soupira et tira de plus belle sur son bras pour regagner sa liberté.

- Lâche-moi. souffla-t-elle froidement.

Elle n’avait plus rien à dire, et encore moins à entendre.

- Tu crois que je te demanderais ça si je n'avais pas une meilleure solution ?

La blonde haussa imperceptiblement les sourcils. Oh ça, elle en était même persuadée !

Sur ces mots, Devan la contraignit à se retourner, ce qu’elle fit malgré elle (ce n’était pas comme s’il lui avait laissé le choix après tout). Ses yeux se plantèrent dans les siens, peu amènes. Cinglants mais muets reproches en quelque sorte.

- Et tu crois vraiment que je serais assez con pour mettre ta vie en danger ?

Oui, oui, oui. L’humain était égoïste de nature après tout. Comme tous, s’il avait une chance de sauver sa peau, il sauterait dessus en fermant les yeux sur les dommages collatéraux.

- Matt ne pensera jamais à aller me chercher dans les quartiers chics, je n'y ai pas de famille et pour lui je n'y connais personne. Comment pourrait-il penser que je connais la fille de Hayes ?

Comment ? Mais quelle bête question ! Il suffisait que l’un de ses hommes crache ce qu’il savait sous la torture et le tour était joué ! Et si ça ne suffisait pas, il pouvait promettre belle récompense à quiconque aurait croisé le tatoué et collaborerait.

- Tu sais, s'ils partent tous ainsi c'est surtout pour nous éviter des ennuis. Qui pourrait dire à Matt que je suis chez toi ?

Et bien, ces fameux collaborateurs …

Elle arracha son bras de l’emprise de l’homme pour derechef le croiser avec le second. L’autre leva les yeux au ciel.

- Et vois ça comme une façon de te venger de ton père. Je ne sortirais pas si c'est ça le problème... Ainsi on ne me verra pas.

La jeune femme soupira profondément et baissa les yeux, indécise. Ca baissait en effet le pourcentage de risques mais ceux-ci ne tombaient toujours pas assez bas.

- Une fois un type a eu le malheur d'écraser son chien en voiture.

Elle releva la tête, attentive, et écouta patiemment ce qu’avait à conter l’inconnu. Toutes les informations étaient bonnes à prendre pour trancher.



- Sa femme est morte à l'hopital, quant à la fille... elle est handicapée à ce qui parait.

Mais pas bonnes pour Devan !

La demoiselle écarquilla les yeux et s’apprêta à donner son verdict (négatif bien sûr) au concerné. Celui-ci la devança néanmoins.

- J'ai pas le choix de toute façon. Seul j'irais pas loin dans cet état et je peux certainement pas aller chez des personnes qu'il sait que je connais.

Elle s’écarta nerveusement tout en passant une main dans ses cheveux. Bon dieu mais pourquoi est-ce qu’elle n’était pas assez folle pour laisser de sang froid un vieil ami mourir ?

Elle se retourna vivement et dévisagea sèchement son interlocuteur.

- Un seul problème, un seul ! Et tu dégages illico de chez moi. finit-elle par déclarer.

- Magne-toi. Parce que moi je m’en vais.

Là-dessus, elle regagna ce qui fut un jour sa voiture et arracha tant bien que mal (aidée par un morceau de ferraille trouvé un peu plus loin) ses plaques d’immatriculation. L’affaire terminée, elle ouvrit la portière et attrapa le sac qu’elle avait laissé là, y glissant ses biens. Elle vida les vide-poches, le coffre et chaque recoin où elle aurait pu abandonner quelque chose lui étant cher ou pourtant son nom.

Ceci étant fait, elle referma le tout et s’appuya contre un mur de l’usine, attendant qu’ils puissent démarrer.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 18

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Dim 29 Aoû - 18:47

- Une fois un type a eu le malheur d'écraser son chien en voiture. Un passant... enfin passant... bref, quelqu'un l'a vu et a relevé la plaque d'immatriculation. Matt a voulu venger son cabot et a apprit à qui appartenait la bagnole. Le type en question était pas chez lui, il bossait selon les dires. Matt s'en ai prit à sa femme et sa fille, il a fait venir le mec dans un terrain vague et là... Il a écrasé le mec avec sa voiture tellement de fois que la police a mit plusieurs jours avant de l'identifier. Sa femme est morte à l'hopital, quant à la fille... elle est handicapée à ce qui parait.

La gamine équarquilla les yeux et resta la bouche-bée. Mais... Y'avait pas de mots pour qualifier ça !

- Mais...C'est des conneries, pas vrai ? demanda--telle, cherchant à se rassurer. Stanley fit un non de la tête.

- Malheureusement non.

- Mais comment on peut laisser un type pareil en libetré !? C'est... Pourquoi les flics l'ont pas coffré ?

- Déjà, est-ce qu'il savent où il est ? , lacha Tonio.

- C'est pas ça l'problème, répliqua Stanley. S'ils se bougeaint un peu l'cul, ils le trouveraient sans aucune difficulté, il fait tellement parler d'lui, avec tout ses meutres... Mais c'est surtout qu'les keufs pissent de trouille rien qu'à l'idée de d'voir aller dans les quartiers sous l'contrôle des gangs.

-Ouais, c'est pas faux...

Après cela, Antonio partit s'occuper des autres blessés qu'il n'avait pas encore vu, laissant une Lyne pas rassurée du tout par ce qu'elle venait d'entendre avec Stanley, qui s'occupait toujours de ranger divers choses dans des caisses.

- Vous allez les foutres où, toutes vos caisses, demanda-t-elle finalment à l'homme. Parce que si vous vous barrez tous hors de la ville, ça va pas être simple à transporter, non ?

- Oh, t'inquiètes pas pour ça, répondit le gangster. Déjà, tout le monde s'casse pas d'la ville, et aussi... c'est pas la première fois qu'on évacue l'coin.

La gamine resta silencieuse une ou deux minutes avant de reposer une question :

- Mais comment j'rentre moi, si faut pas que j'traine dehors ? Surtout qu'à l'heure qu'il est, ils doivent être de sortis, les autres gangs. Y'a pas quelqu'un qui pourrait me r'conduire ou m'accompagner ? Juste au cas où...

Elle fixa Stanley avec des yeux suppliants et une tête de chien battu. Finalement, ce dernier répondit :

- Vois ça avec Dev, s'il est pas d'jà partit. Moi j'reste encore un peu pour aider les gars à ranger toutes les armes et autres.

Devan, mais il était où aussi Devan ? Voyant que la gamine le cherchait partout du regard sans le trouver, Stanley rajouta :

- Dans l'couloir.

Sans même le remercier, Lyne partit vers l'endroit indiqué. Elle y trouva le chef de gang.

- Devan, tu pars en bagnole, non ? Tu pourrais pas m'ramener ?

Elle espérait vraiment que ce soit le cas, l'idée de rentrer toute seule ne lui plaisant vraiment pas. Et puis à part Devan, elle connaissait pas grand monde... Y'avait qui ? Antonio, mais il allait sûrement rester un peu terminer ses soins. Stanley, elle le connaisait à peine, et il venait de lui dire qu'il restait pour le moment. Quant aux autres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur

Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Dim 29 Aoû - 19:26

Le jeune étudiante paraissait plus énervée que jamais, elle se retourna, s'éloignant de quelques pas. Nerveuse, elle passa une main dans ses cheveux comme si elle réfléchissait. Lui restait-il une chance de trouver grace à ses yeux ?
Finalement, elle lâcha.

- Un seul problème, un seul ! Et tu dégages illico de chez moi. Magne-toi. Parce que moi je m’en vais.

Un sourire reconnaissant éclaira le visage du tatoué. Il hocha de la tête.

- Je règles deux-trois choses et j'arrive.

De toute façon elle n'irait pas bien loin sans voiture.
Alors qu'il retournait vers la pièce où il avait laissé ses camarades, il croisa une Lyne un peu pâle. Visiblement le discourt de Stanley l'avait convaincu.

- Devan, tu pars en bagnole, non ? Tu pourrais pas m'ramener ?

L'homme posa une main sur l'épaule de la gamine, l'incitant à faire demi tour.

- J'vais demander à quelqu'un de te ramener. Mieux vaut pas qu'on nous voit ensemble en ce moment.

Et il n'avait également pas envie de se taper du chemin en plus. D'autre part la blonde n'apprécierait sûrement pas... Et ensuite s'il pouvait éviter qu'on le voit avec Trisha...

De retour dans la pièce, il alla vers Stan et lui demanda quelques munitions pour son flingue et celui récupéré sur le gars au grappin.

- Faudra brûler la bagnole de Trisha, vous pouvez vous en charger ? Et pensez à récupérer ce qu'il y a dans les voitures qui resteront là.

Il faisait allusion à celles de leurs compagnons morts ou trop blessés pour conduire.

Tout en parlant, Devan se défaussa de sa chemise tâchée de sang et abimée, il la jeta dans un coin de la pièce avant d'aller chercher un t-shirt noir déposé sur un fauteuil. Passant souvent ses nuits ici, il prévoyait des affaires de rechange, qu'il fourra dans un sac. Il prit également ques anti-douleurs pour la route.

Spoiler:
 

- Phil ? Tu peux ramener Lyne ?

L'homme acquiesça. Devan se pencha pour se mettre à la hauteur de la fillette.

- Fais attention à toi, ok ?

Puis, se relevant, il s'adressa à tous.

- Je vais vous laissez, sinon je vais me retrouver à la rue.

A ces paroles se voulant humoristiques, certains sourièrent. Ils saluèrent leur chef.

- Prends soin de toi, fit Stanley.

Le marginal opina du chef.

- Parle pour toi !

Sur ces mots, il leva la main, saluant ses compagnons.

- J'vous contacterais si je viens à bout du monstre !

Il sortit.

Dehors, il arriva aux côtés de la blonde.

- Je leur ai demandé de brûler ce qu'il reste de ta voiture, pour pas laisser de traces.

Le tatoué resta un instant à observer la carcasse argentée avant de se diriger vers l'arrière du batiment. Une voiture de sport noire customisée comme on pouvait en voir dans ces quartiers les attendait.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Devan ouvrit la porte à la demoiselle et s'installa lui-même au volant de l'auto. Il la démarra, le moteur rugit, les pneus crissèrent et l'engin partit à toute vitesse.
Bon... ne pas rouler comme un malade... ne pas se faire remarquer.

- Va falloir que tu me rappelles le chemin...


/////////////////////////////////////


Anti-douleur... anti-douleur... Tu parles !
Les dents serrées, Devan gara la voiture dans l'allée de la somptueuse demeure.
Bon, reprendre contenance au moins le temps de passer le hall et éventuellement les parents.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)

Messages : 223

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Dim 29 Aoû - 20:23

Aux aguets, Trisha fixait sans relâche l’horizon, appréhendant l’idée d’y voir apparaitre une série de Roberson miniatures. Heureusement, Devan ne trainait pas de trop et sa voix la tira bientôt de son état de torpeur.

- Je leur ai demandé de brûler ce qu'il reste de ta voiture, pour pas laisser de traces.

Elle acquiesça lentement -c’était le mieux à faire de toute manière. Il faudrait qu’elle s’achète sans trop tarder une nouvelle voiture du coup. Sans ça, elle était comme amputée d’une aile : privée de beaucoup trop de liberté. Le marginal s’éloigna. Elle lança un dernier regard à sa Jaguar avant de lui emboiter le pas.

Il les emmenait à l’arrière du bâtiment. Pensive et muette, la blonde le suivit sans rechigner et glissa une main dans ses cheveux. Mais lorsqu’elle se retrouva nez à nez avec là « voiture » du tatoué, elle s’immobilisa immédiatement, yeux écarquillés.

Et il espérait rester discret ?! C’était complètement impossible avec une bagnole pareille !

Customisée de partout, recouverte de peinture rouge et jaune franchement tape à l’œil, preuve d’un manque cruel de mauvais goût (selon elle en tous cas), ce n’était vraiment pas le genre d’engin qu’on croisait tous les jours. Et encore moins dans la banlieue riche de Chicago !

Alors là pour la discrétion, il marquait un point.

La demoiselle jura tout en grimpant à la place du passager. Elle s’installa, attacha sa ceinture et posa son sac sur ses genoux avec une mine agacée. Honnêtement, elle aurait préféré se retrouver au volant. Non seulement parce que blessé comme il était, Devan allait avoir du mal mais aussi parce que …

La tête de Trisha percuta brusquement le siège qui reposait derrière elle tandis que la voiture dévalait l’allée à toute vitesse.

Et parce qu’elle se doutait qu’il conduirait comme un malade !

- Regarde ton compteur !

Mais il avait déjà ralenti (heureusement). La demoiselle soupira et se laissa glisser sur le siège. Pas très confortable soit dit en passant …

- Va falloir que tu me rappelles le chemin...

Elle acquiesça.

C’était pas bien dur à trouver de toute manière.

***

Spoiler:
 

Une petite heure plus tard, la remarquable voiture du chef de gang passa la grille d’entrée et se parqua devant dans l’allée de la demeure des Hayes. La fille de la maison secoua la tête.

- On se parque surement pas ici.

Elle montra du doigt un garage et entreprit de fouiller son sac pour en dégoter la clé.

- Sans vouloir te vexer, ta voiture n’est pas du genre à passer inaperçue.

Elle appuya sur le bouton de commande et la porte automatique s’ouvrit. Le tatoué y emmena sa voiture, coupa le contact. Le regard de la fille glissa un moment sur lui. Elle grimaça, compatissante. Il n’avait franchement pas l’air bien.

- Suis-moi.

Elle sortit de la voiture puis du garage, traversa la vaste allée qui menait à l’entrée et se retourna une fois devant la porte.

- Attends ici.

Elle entra et fit le tour de la maison pour voir où demeuraient ses parents. Dans le salon apparemment. Bonne chose …

Trisha rejoignit l’homme et l’invita à la suivre jusqu’à sa chambre (sans oublier de l’aider pour grimper les escaliers).

- Assied-toi. déclara-t-elle en désignant son lit et en posant son sac et sa veste sur une chaise.

Là-dessus, elle pénétra dans la salle-de-bain adjacente et attrapa désinfectants, compresses et tout ce qui s’en suivait. Elle les jeta sur le lit et s’assit à côté de son invité. Elle désigna son sweat d’un signe de tête.

- Enlève ça.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur

Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Lun 30 Aoû - 10:07

- On se parque surement pas ici.

Manquait plus que ça... Bien sûr qu'il n'allait pas s'arrêter là ! Mais bon... Elle aurait pas pu non plus attendre une petite heure ?
Trisha balança une remarque sur le manque de discrétion de sa bagnole tout en ouvrant un garage avec porte automatique. Le marginal fit rentrer sa voiture puis coupa phares et moteur.
Là dessus il retint un soupir et sortit de l'engin.

Devan suivit la demoiselle en dehors du garage qui faisait bien la taille de sa piaule, jusqu'à l'entrée du mini chateau style... euh... quoi d'ailleur ? Versaille ?
Trisha lui demanda de l'attendre sur le perron, visiblement elle n'avait pas envie de le faire croiser ses parents comme ça. Devan s'exécuta et ne bougea pas d'un pouce, se contentant d'observer les lieux. Il était déja venu ici il y a longtemps... Mais s'était toujours arrêté au perron. Déja quand ils sortaient ensembles ils n'était jamais rentré alors là... il comprenait bien le mal qu'avait mademoiselle Hayes à l'accepter à l'heure actuelle. D'ailleur le problème était-il réellement le père ?

La tête blonde repassant la porte le sortit de ses réflexions. Elle l'invita à entrer et la suivre vers sa chambre sans passer par la case "parents" bien entendu. De toute façon ils apprendraient bien tôt ou tard qu'il était là, déja à cause de la voiture.
L'épreuve "escaliers" terminée, le tatoué commençait à avoir mal au crâne. La fièvre montait, il le sentait. Bah... il allait pouvoir se reposer... et pendant longtemps qui plus est !

Ils arrivèrent dans la chambre de la blonde. Là, Devan resta un instant estomaché. Oh putain...
Grande, lumineuse, décorée avec goût... ça n'avait rien à voir avec... non en même temps ce n'était pas comparable.

Trisha, quant à elle, continuait d'enchainer les ordres ne contenant guère plus de deux mots. Elle était froide, sévère et distante. Il avait l'impression d'avoir affaire à l'infirmière de son collège -dont il gardait un sale souvenir.
Suivant les directions, Devan s'assit sur le lit. Mouelleux, doux... encore une fois on voyait que les Hayes nageaient dans l'or.
Leur fille avait disparu dans une pièce adjacente -la salle de bain- pour revenir avec des pansements et autre qu'elle posa sur le lit. Là dessus elle lui demanda -encore en 2 mots- d'enlever son haut.
Le marginal haussa un sourcil mais obéit. Les pansements mis par Antonio commençaient à rougir, notamment ceux du ventre -quoi de plus normal ?

Devan laissa la demoiselle opérer. Il soupira, lâchant à mi-voix :

- On dirait que je vais avoir une deuxième dette envers toi...

Ses doigts attrapèrent une mêche blonde, jouèrent quelques instants avec avant de la laisser s'échapper.

- Tu sais... on aurait pu construire quelque chose de grand tout les deux... On a des âmes de meneurs.

Son regard fatigué glissa vers Trisha.
Oui, un gouffre énorme les séparait... Et c'est sûrement à cause de sa condition à lui qu'ils avaient rompu. Elle avait de l'argent, des moyens et n'avait qu'à demander pour tout obtenir (à quelques papas près) sur un plateau. Lui il était totalement autonome, l'argent il le volait et il avait quelques milliers de dollars d'armes pour lui permettre quelques folies. Bon il était loin d'avoir l'aisance de la mafia mais c'était déja bien !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)

Messages : 223

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Lun 30 Aoû - 12:15

L’homme s’exécuta sans trop tarder. Il se débarrassa de l’unique morceau de tissus qui séparait ses plaies de l’air chaud de la pièce. Aussitôt, la demoiselle se mit à la tâche. Dans un premier temps, elle défit habilement le pansement qu’avait posé l’ami de Devan sur son torse et le jeta dans la poubelle la plus proche. Non seulement la capacité d’absorption de la compresse était déjà épuisée, mais en plus de cela mieux valait appliquer des produits de bonne qualité. Elle revint à la salle-de-bain et mouilla un gant de toilette qu’elle passa sur la blessure histoire de la nettoyer un peu. Ceci étant fait, elle passa une bonne dose de désinfectant avant de disposer de nouvelles compresses stériles.

- On dirait que je vais avoir une deuxième dette envers toi ...

Elle se contenta d’acquiescer tout en déroulant un large bandage autour des pansements. Et pour une seconde dette, elle se promettait d’être fameuse …

Le tatoué attrapa une mèche de ses cheveux et l’entortilla autour de ses doigts. La jeune femme fronça imperceptiblement les sourcils mais ne releva pas la tête pour autant, continuant silencieusement sa besogne.

Au bout d’un temps, l’autre rendit leur liberté aux cheveux blonds.

- Tu sais... on aurait pu construire quelque chose de grand tout les deux... On a des âmes de meneurs.

Trisha, qui entreprenait de nouer le bandage, s’immobilisa soudainement. Elle sentit le regard du blessé glisser sur elle. Encore muette, elle acheva sa besogne un peu plus nerveusement que précédemment et, toujours sans lever la tête (esquive pour ne pas croiser son regard), elle recommença la même opération sur le bras éclopé.

L’affaire achevée, elle bondit sur ses pieds -un peu trop vivement d’ailleurs car sa blessure lança dans toute sa jambe. Elle grimaça et attrapa un pantalon et un dessus propres dans son dressing. Elle referma la porte et se tourna vers son invité. Pour la première fois depuis qu’il avait parlé, elle posa son regard sur lui.

- Si tu as froid, demande que je monte l’air co’.

Sur ces mots, elle balança ses vêtements de rechange sur le lit et s’enquit d’enlever le pantalon troué. Faudrait qu’elle veille à le jeter celui-là. Il valait mieux que ses parents ne tombent pas dessus. Elle jeta un bref regard sur sa veste et son débardeur. Pareil pour ceux-là d’ailleurs … Elle soupira.

Génial !

Sur le lit, elle désinfecta brièvement la plaie qui recouvrait le haut de sa jambe, rattrapa ses habits et ses produits puis se rua dans la salle-de-bain. En ce moment, elle n’attendait qu’une chose : se débarrasser de l’infecte odeur de cadavre qui semblait lui coller à la peau.

Vingt minutes s’écoulèrent avant que la blonde ne sorte enfin de la pièce adjacente, propre et changée. Avec un peu plus de couleurs aussi. Elle posa ses vieux vêtements avec le pantalon, se saisit du macintosh portable qui trainait sur son bureau et rejoignit son invité sur les draps de soie.

- Faudra que j’aille demander à ma mère de mettre des couverts en plus sur la table. A moins que tu ne veuilles pas manger ? Mais je pense pas que ce soit chose à faire avec le sang que tu as perdu. fit-elle en allumant son ordinateur.

Elle se connecta sur msn et se fit aussitôt interpeller par une Caitlyn hystérique qui entreprit de lui conter son extraordinaire journée de shopping à Beverly Hill, une Laura désespérée qui venait de se faire plaquer et une Jessica aux anges suite à son merveilleux week-end en France. Rien de plus efficace que ces trois là pour se vider la tête. C’est ainsi que seule le son des touches de son clavier résonna pendant cinq bonnes minutes.

- Tu ferais mieux d’oublier tout ce qu’il s’est passé il y a trois ans.

Elle releva les yeux vers Devan.

- Je n’ai plus rien à voir avec la Trisha que tu as connu.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur

Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Lun 30 Aoû - 13:04

A sa remarque, la blonde se raidit. Visiblement elle ne partageait pas son point de vue ou en tout cas elle ne le partageait plus. Elle continua sa besogne comme s'il n'avait rien dit mais ses gestes étaient plus hachés, mécaniques.
Durant plusieurs minutes, elle l'ignora royalement. Devan ne s'en offusqua pas... Elle avait de quoi lui en vouloir.

Sa tâche achevée, la demoiselle alla s'occuper d'elle. En disparaissant dans la salle de bain elle lui lança un regard tout ce qu'il y avait de plus neutre et une phrase on ne peut plus banale. Sur ces mots, elle disparut.

Le marginal se laissa basculer en arrière. Ses yeux fixèrent le plafond sans réellement le voir. Chienne de vie.
Les minutes passèrent en même temps que les images.
Trisha. Matt. Trisha. Lyne. Matt. Matt. Stanley. Rob'. Trisha. Matt. Matt. Matt...
A l'heure actuelle il ne voyait pas trop comment cette histoire allait se finir. Il ne pouvait qu'espérer...

Finalement, la blonde sortit de la salle de bain. Elle avait meilleure mine -en même temps c'était difficile de faire pire.
Elle attrappa un ordinateur portable et vint s'installer aux côtés du marginal. Devan se redressa.

- Faudra que j’aille demander à ma mère de mettre des couverts en plus sur la table. A moins que tu ne veuilles pas manger ? Mais je pense pas que ce soit chose à faire avec le sang que tu as perdu.

Nauséeux, le concerné fit non de la tête.

- Pas manger, juste boire, fit-il d'une voix rauque.

La tête lui tournait, il s'était relevé trop bruquement.

Alors que Trisha se mettait à discuter avec des amies comme si jamais rien ne s'était passé, il tourna la tête et observa la fenêtre et le ciel noir.
Et si jamais Matt le trouvait quand même ici ? Non. Impossible. A moins qu'il ne soit trahis...

- Tu ferais mieux d’oublier tout ce qu’il s’est passé il y a trois ans.

Le tatoué revint à la blonde, il haussa un sourcil.

- Je n’ai plus rien à voir avec la Trisha que tu as connu.

La demoiselle avait relevé la tête vers lui.

- Oublier ?

Il secoua doucement la tête. Inimaginable. Déja parce qu'il ne connaissait pas la recette pour effacer certains souvenirs mais également parce qu'il ne tenait pas à oublier.
Le regard du marginal se durcit. Il se relaissa tomber en arrière.

- Tu peux oublier toi ?

Si c'était aussi simple il y a beaucoup de choses qu'il s'empresserait d'oublier. Le seul infime soucis c'est que les autres gardaient souvenirs, eux. Ce n'était pas comme s'il effaçait de sa tête le meurtre de Tommy que Matt arrêterait de le courser.
La mâchoire serrée, le tatoué fixait le plafond blanc.

- Qu'est ce que tu me reproches, Trisha ? demanda-t-il au bout de quelques minutes de silence.

Il savait. Il se doutait de beaucoup de choses. De son mode de vie désastreux. De ses amis douteux. Du fait qu'il se batte, qu'il vole, braque, menace. Du fait qu'il soit un meurtrier.
Mais il voulait l'entendre dire.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)

Messages : 223

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Lun 30 Aoû - 15:06

- Oublier ? avait-il demandé.

Et bien oui : oublier. C’était effectivement le mot qu’elle avait employé.

Devan secoua doucement la tête et son regard se fit plus dur. Derechef, les yeux fuyants de l’étudiante se rivèrent sur l’écran de son pc. Elle ne l’avait pas quitté deux minutes que Caitlyn avait déjà enfilé une vingtaine de messages qu’elle entreprit de lire. Son hôte, lui, se laissa tomber en arrière.

- Tu peux oublier toi ?

Elle haussa les épaules.

Personne ne savait vraiment oublier, mais elle savait imiter la chose avec une perfection hors du commun. Après tout, il suffisait de se convaincre de sa propre indifférence. C’est ainsi qu’elle avait « effacé » de sa mémoire cette mauvaise passe de sa vie, l’assassina de Dane, toutes ces soirées de débauches et ces histoires saugrenues de fantastiques. Et c’est comme ça qu’elle « effacerait » ce qu’il s’était passé aujourd’hui.

Cependant, ça na demeurait rien de plus qu’un stratagème de protection. Une ruse contre elle-même en quelque sorte. Enfin, tant que ça restait efficace, elle ne voyait pas de raison de changer de tactique.

- O et g vu 1 de cé robe ajd !! Sérieu la prochéne foi ke jy vé jte prend ac jsuis sur ke toré soté desu.
- Ok, si tu veux. Pourquoi pas ?
- Nan mé je kroi ke timagine mm pa koi.
- En même temps je ne l’ai pas vue, je ne sais pas concevoir ce qui m’est inconnu …
- Oué c vré. Sinn ta fé koi twa ajd ??
- Rien de spécial.
- Té juste resté ché twa ???
- Ouais.
- A…
- J’étais crevée.
- Ok, cété kom mwa le w-e passé je té pa di !!!! O frenchement javé 1 de cé …


- Qu'est ce que tu me reproches, Trisha ? demanda finalement Devan, brisant le silence qui s’était installé.

L’étudiante releva la tête. Qu’il ne lui fasse pas croire qu’il n’en avait aucune idée.

Elle se contenta de le dévisager ainsi durant de longues secondes avant de répondre, désobligeante :

- De ne pas avoir changé toi aussi ?

Elle haussa les épaules et reporta son attention sur son portable. Ses doigts percutèrent plus franchement son clavier.

- … mal de crane koi ! Jé pa su sortir de ma chbre de tt la journé !
- ^^
- Tu a ossi mal a la tte ???
- Non.
- Ta koi alor ??
- Cait, on n’est pas obligé d’avoir quelque chose pour rester chez soi …
- Oué javou …
- J’y vais.
- Oki salu alor !!
- ouais bye.


La blonde referma son mac et le posa sur le sol. A nouveau, elle se tourna vers son invité, bras croisés.

- Tu fumes et tu bois plus que moi. Tu ne pratiques que des activités illégales. Tu vis comme un clochard (alors que t’aurais franchement eu les moyens de faire de belles études). Tu as un manque d’hygiène déplorable. Tu fréquentes des cinglés. Tu cherches la bagarre à chaque coin de rue. Tu menaces. Tu agresses. Tu voles. Tu trafiques. Tu arnaques. Tu joues avec la vie des gens. Tu tues. Et après ça, tu as encore le culot de me demander ce que je te reproche ? Avoue que c’est fort quand même !

Son regard se fit plus distant.

Elle se redressa et se mit à ranger nerveusement quelques objets qu’elle avait laissé trainer (dont son portable). Brusquement, elle s’arrêta et se tourna vers son interlocuteur, caustique mais toujours aussi calme.

- Non mais en fait tu as raison de poser la question : qu’est-ce qui peut bien me déranger outres tous ces détails ?

Elle haussa les sourcils et leva les mains au ciel, hautaine avant de continuer sa besogne. Maintenant, vider et ranger ce sac.

- J’sais pas moi. Peut-être que t’es pas capable de la fermer quand il le faut ? Peut-être que j’ai pas envie de retomber dans la même merde qu’autrefois ? Peut-être que j’en ai ras le bol de ton caractère de chien ? De ton immaturité ? Peut-être que je ne te trouve pas assez terre à terre ? Peut-être que j’aime pas nuire à mon image en société ? Peut-être que rien ne me prouve que comme pour tout je suis pas moi aussi un jeu pour toi ? Peut-être que je préfère lâcher pour ne pas être lâchée ?

Sac dans une main, parfum dans l’autre, Trisha marqua une courte pose et reprit plus fébrilement.

- Peut-être que j’ai eu ma dose de dangers pour toute une vie ?! Ma dose de situation saugrenue ? Peut-être que je me protège ? Peut-être que j’en ai marre des gens qui crèvent quand on est bien, alors peut-être que j’ai tout simplement plus envie de m’attacher ?

Nouvelle pose.

- En tous cas surement pas à quelqu’un qui est déjà mort.

Elle avait relevé la tête vers son hôte et son ton s’était fait malgré elle plus cinglant. Son visage, lui, s’était décomposé. Sous le surplus d’émotions emmagasiné depuis sa visite dans l’usine désaffectée, la jeune femme senti les larmes lui monter aux yeux. Si bien qu’elle détourna immédiatement le regard, haussant les épaules. Elle se mit à agencer quelques biens sur son bureau, dos au lit, comme s’il ne s’était rien passé.

- Ecoute, laisse tomber, ok ? Et fous-moi la paix avec ça. T’y trouveras jamais ton compte de toute manière ; je suis pas réputée pour ma fidélité. Et si t’es pas capable d’oublier tout seul, sers-toi une bonne dose d’opiacés et d’alcool, ils feront le travail à ta place.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur

Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Lun 30 Aoû - 18:41

La blonde resta un instant sans trop réagir. Juste une phrase, une seule, et elle retourna à sa conversation des plus ininteressante.
Néanmoins la question semblait l'avoir agacée. Elle se montrait plus dure avec son pauvre clavier. Bientôt, elle referma le portable.
Elle se tourna vers lui, le regard dur.

- Tu fumes et tu bois plus que moi. Tu ne pratiques que des activités illégales. Tu vis comme un clochard (alors que t’aurais franchement eu les moyens de faire de belles études). Tu as un manque d’hygiène déplorable. Tu fréquentes des cinglés. Tu cherches la bagarre à chaque coin de rue. Tu menaces. Tu agresses. Tu voles. Tu trafiques. Tu arnaques. Tu joues avec la vie des gens. Tu tues. Et après ça, tu as encore le culot de me demander ce que je te reproche ? Avoue que c’est fort quand même !

Devan écouta le jeune femme s'énerver, hausser le ton, se faire cinglante, hautaine, distante... Elle lui en fit voir mais là...

- En tous cas surement pas à quelqu’un qui est déjà mort.

Déja mort...? Le marginal fronça des sourcils, son regard se fit noir puis glacial.
Trisha, elle continua.

- Ecoute, laisse tomber, ok ? Et fous-moi la paix avec ça. T’y trouveras jamais ton compte de toute manière ; je suis pas réputée pour ma fidélité. Et si t’es pas capable d’oublier tout seul, sers-toi une bonne dose d’opiacés et d’alcool, ils feront le travail à ta place.

Et l'homme encaissa en silence. Intérieurement, il bouillait, se demandant bien ce qu'il pouvait trouver à cette fille et pourquoi il ne lui expliquerait pas son point de vue d'une manière un peu plus Devanesque.
Se concentrant sur sa respiration, le tatoué tenta de se calmer avant de répondre sinon il risquait d'être franchement désagréable et là elle pourrait vraiment parler de "caractère de chien" comme elle disait si bien.

Devan se redressa afin de s'asseoir, l'air de rien. Etrange comme la douleur s'amoidrissait lorsqu'on était en colère...

- Tu as raison... Je mène une vie clochard. Une chance que les pauvres aient des sous pour s'acheter des armes de qualité, tu ne crois pas ? Je fume plus que toi, c'est certain... Mais les clopes ne rendent pas cons, contrairement à l'alcool et là, je suis pas sûr que tu sois mieux que moi.

Son regard glissa sur la blonde qui lui tournait le dos, il se leva.

- Je fréquente des cinglés capables de fabriquer des bombes, de berner n'importe qui, de désactiver des circuits électriques. Elles font ça tes... copines ? A part le shooping, elles comptent faire quoi de leur vie ?
Alors oui, je tue. Je tue comme peuvent le faire les flics, les espions, les soldats ou les hommes politiques. J'ai une vie déplorable mais moi je suis libre.


Le ton se faisait plus dur, aggressif, comme l'avait fait la blonde auparavant.

- Et note que moi je ne me trimballe pas avec de la drogue sur moi, fit-il d'une voix plus calme.

Son regard se porta sur le côté. Il remit son sweat, se saisit de son sac et de son manteau.

- Mais puisque je suis déja mort comme tu l'as si bien fait remarquer, je pense que j'ai plus rien à foutre ici. Après tout, jvais pas mourir deux fois.

Devan se dirigea vers la sortie de la chambre. Une fois à la porte, il se retourna... hésita puis finalement l'ouvrit et en franchit le seuil.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)

Messages : 223

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Lun 30 Aoû - 19:46

Suite aux derniers mots de Trisha, un silence pensant s’installa dans la pièce. L’atmosphère s’était considérablement alourdie. Elle y avait été fort. Trop fort. Ses paroles étaient pour la plupart injustifiées et déplacées, elle en avait pleine conscience. Mais elle ne tenta pas de calmer le jeu pour autant, préférant focaliser son attention sur ses tâches aussi inutiles que réconfortantes.

Cependant, Devan n’était quant à lui pas d’avis à passer ça sous trappe. Si bien qu’il ne tarda à lancer sa défense.

- Tu as raison... Je mène une vie clochard.

La demoiselle ferma les yeux. Il avait posé une question, elle avait répondu. Surenchérir sur ce sujet épineux n’était vraiment pas une bonne idée. Elle soupira. Lui enchaina.

- Une chance que les pauvres aient des sous pour s'acheter des armes de qualité, tu ne crois pas ? Je fume plus que toi, c'est certain... Mais les clopes ne rendent pas cons, contrairement à l'alcool et là, je suis pas sûr que tu sois mieux que moi.

Suite aux fameuses lois de l’apesanteur, les crayons que retenaient tantôt la blonde percutèrent le bois de son bureau en pin, roulèrent sur sa surface puis tombèrent sur le plancher. La coupable posa ses deux mains sur le dossier de sa chaise et poussa un profond soupir.

Très bien. Elle allait devoir le laisser s’exprimer apparemment.

S’en suivirent insultes sur le compte de Caitlyn, Laura et Jessica (qu’elle ne prit même pas la peine de noter, de toute manière elle savait pertinemment que sur ce point il avait tout bon), reproche quant à son manque de liberté, quant à sa consommation de drogue et ...

- Mais puisque je suis déjà mort comme tu l'as si bien fait remarquer, je pense que j'ai plus rien à foutre ici. Après tout, jvais pas mourir deux fois.

La porte de la chambre grinça. Devan était sorti, l’étudiante en était persuadée. Elle l’avait vexé, et il y avait de quoi ! Les mains toujours collées sur son dossier, le regard vide rivé sur la fenêtre, la demoiselle ne bouge pas d’un poil.

Dans un premier temps du moins.

S’il partait, il serait tué, et cette idée suffit à convaincre la jeune femme de ravaler son orgueil. A son tour, elle passa le seuil de la porte et sa main se referma bientôt autour poignet de son hôte.

- Je m’exprime mal, pardonne-moi.

Sur ces mots, elle secoua doucement la tête et posa son poing fermé contre sa bouche. Elle ferma les yeux, le temps de reprendre son calme.

- C’était pas ce que je voulais dire. J’ai eu beaucoup d’ennuis ces derniers temps et tu n’as pas à en pâtir, c’est juste que ... Reste.

Elle rouvrit les yeux.

- S’il-te-plait, reste.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin / Ange Majeur

Messages : 472

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Gardien de l’Oerden
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Mar 31 Aoû - 19:01

Salope, chienne de vie et abrutis de Roberson !
Devan bouillait de rage, une rage contenue mais bien là.

Où est ce qu'il allait aller maintenant ? Chez Stan ? Trop prévisible... Chez Lyne ? Pas la peine d'espérer, son taré de frère le foutrait à la porte.
Déja, récupérer sa voiture.
Minute...
Comment est ce qu'il allait ouvrir la porte automatique sans passe ?
Ses sourcils se froncèrent.

Des doigts se refermèrent alors autour de son poignet. Il s'arrêta.

- Je m’exprime mal, pardonne-moi.

Comme elle l'avait fait auparavant, Devan ne daigna pas se retourner.
Un silence pesant suivit les mots de la blonde et ce n'était certainement pas le marginal qui allait le briser.

- C’était pas ce que je voulais dire.

Mais c'est ce qu'elle avait dit... Et elle le pensait. Elle lui avait bien montré l'énorme différence qu'il y avait entre eux. Devan commençait à l'accepter et la marquer à son tour.

- J’ai eu beaucoup d’ennuis ces derniers temps et tu n’as pas à en pâtir, c’est juste que ... Reste. S’il-te-plait, reste.

Un soupir où se mêlaient agacement et lassitude franchit les lèvres de l'homme. Ce n'était pas comme s'il avait le choix.
Il se dégagea le poignet d'un geste sec avant de s'éloigner de quelques pas. Là, il s'arrêta de nouveau.

- Y'a un truc que t'as pas bien compris on dirait...

Son regard passa sur les cadres photos hors de prix, les tableaux qui ornaient le couloirs... comme s'il ne les voyait pas. Comme s'ils n'existaient pas.

- Toi, si tu veux emmerder ton père ou pour toute autre raison, tu peux te transformer en ce que t'appelles "racaille" ou "clochard". Tu crois que moi je peux faire de même et me faire passer pour un riche ? Je pourrais y mettre toute la bonne volontée du monde, c'est pas possible.

Son poing se serra et vint se poser contre le mur face à lui. Son front s'y appuya.

- Tu crois que je pourrais avoir une vie normale de type rangé ? Quand bien même j'y arriverais, tu crois que les autres "oublieraient" ce que j'étais ? Que Matt abandonne l'idée de me descendre ? Que les flics me laissent en paix ? Que la justice et les gens effacent mes actes ?

Il serra un instant la mâchoire, contracta son poing autour de la sangle de son sac. Non, bien sûr que non. C'était tout bonnement impossible. Et si un jour Dieu lui pardonnait ses pêchés il savait bien que les hommes étaient terriblement moins magnanimes.

- Dis-toi bien que si je reste ici malgré le fait que tu me crois mort... c'est pouravoir une chance de rester en vie pour ceux auquels je tiens, lâcha-t-il finalement, âpre... ou amer ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-les-mondes.forum-actif.net
Humain(e)

Messages : 223

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   Mar 31 Aoû - 20:30

L’homme soupira avant de dégager son poignet de l’étreinte d’un geste qui ne dénotait pas la moindre trace de délicatesse. Le bras de Trisha retomba aussitôt contre sa taille. Elle fronça imperceptiblement les sourcils. Toujours silencieux, son hôte s’était avancé de quelques pas. Là, il s’arrêta.

Avait-il malgré tout fait le choix de ne pas rester ? Si tel était le cas, elle ne pourrait plus grand-chose pour lui. Mais au moins, elle aurait essayé.

- Y'a un truc que t'as pas bien compris on dirait...

La jeune femme pencha légèrement la tête sur le côté tandis que l’autre observait sans réellement les voir les diverses photographies qui ornaient les murs du couloir. Ah ouais, et quoi ?

Il s’expliqua. La demoiselle, elle, ne cilla pas. Elle savait pertinemment qu’il avait raison, et dans le fond, c’est ce qui était le plus navrant. Elle, elle abandonnait et le tour était joué. Lui … c’était déjà beaucoup plus compliqué. Possible (en partie seulement), avec une bonne dose d’argent notamment, mais compliqué malgré tout.

- Dis-toi bien que si je reste ici malgré le fait que tu me crois mort... c'est pour avoir une chance de rester en vie pour ceux auxquels je tiens.

Elle leva les yeux au ciel.

- Je t’ai dit que j’étais désolée et que ce n’est pas ce que j’avais voulu dire. siffla-t-elle.

Non. Pas de ça. L’étudiante prit une profonde inspiration. Elle n’avait jamais eu de problème pour garder son calme, alors elle le pouvait là aussi. Il fallait juste qu’elle se concentre sur autre chose et qu’elle passe outre. Rien de bien alambiqué en soi.

Vingt secondes s’écoulèrent.

Trisha s’avança derechef vers le tatoué.

- Le problème, n’est pas que je sois sure de ta mort proche et prochaine, Devan. Et encore moins que je la clame avant l’heure poussée par le désire de te voir bouffer de l’herbe par la racine. Je laisse ces espoirs là à ton Matt. Ce que je voulais dire c’est que c’est parce que tu aimes jouer avec la mort que je n’ose pas …

Elle s’appuya sur le rebord du bureau aux côtés duquel l’homme s’était arrêté, bras croisés. Elle le regarda un moment avant de continuer.

- Si je te méprisais vraiment, t’inquiète que je ne me serais même pas souvenue de ton nom où de l’adresse de ta piaule au bout de trois ans. Et je ne me ferais chier à m'explique, m'excuser et à essayer de te retenir.

Nouvelle pause.

- Tu sais, dans le fond, j’étais contente de te retrouver.

Elle fronça les sourcils.

- Même si j’en n'ai pas l’air, je te l’accorde. Mais tout ça c’est plus fort que moi, je commande pas. C’est comme si …

Comme si elle se sentait plus protégée en rejetant ceux qui se voulaient trop proches ?

Elle secoua la tête. C’était pas explicable ces choses là.

- Tu sais, j’en n’ai pas l’air comme ça mais tout ce qui est relations sérieuses, c’est pas mon domaine. Je suis pas douée pour tout ça, et je le serai surement jamais. T’as vraiment, vraiment rien à voir là dedans. Peut-être que si on n’avait pas rompu le tournant aurait été différent mais là …

Mais là les cartes avaient déjà été jouées et autant dire que le tirage n’avait pas été bon.

Haussement d’épaules.

- Ca n’a plus d’importance de toute façon.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Trisha Hayes le Sam 4 Sep - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Qui paie mes dettes m'enrichit.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui paie mes dettes m'enrichit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre les mondes :: Les Mondes :: Anteria :: ▌Chicago :: Banlieue :: ▌Quartiers pauvres-