AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Some flowers for my heart ashes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Some flowers for my heart ashes...   Jeu 1 Juil - 23:38

"I just came for a friend of mine " : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Les mains blanches tremblèrent, serrées, moites et froides sur le plastique d'emballage transparent.

Les yeux verts détaillaient ces lettres dorées, brillantes, tous deux en quête d'encouragement.

April serra les paupières et baissa la tête.

- Je l'ai fait pour Maman...Il n'y a pas de raison. souffla-t-elle, résolue.

Prenant une grande inspiration, elle s'abaissa au hauteur de l'épaisse dalle marbrée.

Son bras droit se tendit et déposa le bouquet de fleurs sur la pierre lisse scintillante de givre.

- Je...- elle déglutit péniblement - Je te...pardonne.

Ses sourcils se froncèrent sur ses yeux qui s'embuiaient. Sa voix se brisa.

- Et je te demande pardon, Papa...

Ramenant ses jambes contre elle, elle s'assit , silencieuse, sur le sol gelé.

Ces dernières lettres sur ses lèvres lui offraient soudain le goût de ce qu'elle aurait pu connaître, l'image brillante en caractères miroitants de tout ce qui aurait pu être. Avec un peu d'effort, elle pouvait même le voir poussant la porte chaque soir et l'embrassant sur le front comme faisait Lisa...

Dans une autre vie, Ray aurait pu être quelqu'un de bien.

Elle fixa encore les lettres incrustées et son regard tomba sur la photographie ovale et solennelle de Ray en costume bleu sombre.

Elle cala sa tête entre ses bras, menton posé sur ses genoux, laissant simplement ses iris verts émmerger, gorgés de larmes.

Elle finit par enfouir son front dans la forteresse de ses bras fins et laissa les sanglots agiter son échine, s'échapper de sa gorge comme d'un étau qu'on brise, et son coeur saigner à sa façon à travers ses yeux noyés.

- J'espère qu'il t'a entendu. fit alors une voix masculine derrière elle, tandis qu'une main vint se poser sur le cuir de sa veste, serrant son épaule.

April, qui n'avait soupçonné aucune présence à cette heure matinale, sursauta, saisie.

Elle se retourna violemment pour découvrir le visage de cet intru.

- Cole ?!

Celui-ci fit un geste avec les mains depuis son buste, ouvrant les bras vers l'extérieur, comme pour signifier " Lui-même".

- Qu'est-ce que tu fous là ?!!! lança-t-elle, immédiatement sur la défensive face à ce sale type qui la trouvait là où elle avait le moins envie de croiser un crétin dans son genre.

- Ton père n'a pas acheté le cimetière, non plus, à ce que je sache...répliqua Ethan en croisant les bras, pour montrer sa désapprobation de se faire ainsi aboyer dessus alors qu'il ne venait pas en ennemi pour une fois.

April comprit qu'elle avait tort et hocha doucement la tête.

- Oui, c'est vrai. Désolée...

Il haussa simplement les épaules et s'installa au sol lui aussi, étendant ses longues jambes devant lui, se calant sur ses mains , bras tendus en arrière, paumes à plat sur l'herbe verglacée.

- Pour te répondre, je venais sur la tombe de Dane. J'essaye de passer souvent. C'était mon meilleur pote quand même...Et je venais voir...quelqu'un d'autre aussi.

La jeune fille l'observa, perplexe et un peu perdue.
Il parassait tellement différent de ce type qui se pavanait dans toute la fac en racontant ses victoires sportives à qui voulait l'entendre !

- Ah...oui Cooper...

- Oui...Cooper. Mais ça n'est pas là où je reste le plus.

Elle rencontra son regard. Il semblait...si grave. C'était vraiment étrange venant d'Ethan Cole.

- Je ne te savais pas du genre à aller voir les gens sur leur tombe.

Il fronça les sourcils. Décidemment, O'Brien ne voyait pas plus loin que le bout de son nez quand elle voulait.

- Parce que pleurer les siens est réservé aux petites filles romantiques et mélancoliques au sortir de l'adolescence et encore en quête d'identité ?

April leva les yeux vers lui mais resta muette. Il marquait un point.

- On sait tous qui étaient tes parents. Comment tu vivais seule chez toi et combien tu semblais tenir à Do'Han. Tu crois que tu détiens le monopole des sentiments, O'Brien ? Et qu'on est tous que des machines ou des singes incapables de penser et de ressentir quoique ce soit d'autre que l'effet d'un rail de coke ou d'un demi de whisky ?

Elle ne répondit rien mais ses yeux fuirent vers le sol.
Il parlait avec un ton posé, presque caressant. Très rare pour lui. Elle n'aurait jamais cru entendre ça sortir de sa bouche.

- J'ai connu une fille, il y a deux ans. Lexie. Nom pas croyable, je sais. Unique en son genre. Comme elle.
Le genre de fille insondable, innacessible. Une brune très pâle aux yeux bleus. Incroyable. Un charisme et une folie à toute épreuve. J'en étais dingue. Fou amoureux.

Il ramena une jambe vers lui et appuya son bras tendu sur son genoux, laissant pendre un peu sa main tout en la bougeant de temps à autre en même temps qu'il parlait.

- Elle était captivante. Captivante mais complètement secouée. Dane aussi avait le béguin pour elle. On traînait souvent à trois. Elle était un peu...la tête pensante.
Elle trouvait les idées de conneries qu'on allait faire, nous ordonnait, on obéissait. C'était tellement con. Tellement marrant aussi.

Elle savait très bien qu'on l'aimait tous les deux. Elle en jouait à fond. Quand je refusais de faire un truc, elle allait d'office le demander à Dane qui acceptait forcément pour prouver qu'il était moins lâche et vice-versa pour créer une sorte de compétition entre nous. Ca l'amusait carrément.

On l'avait rencontrée parce qu'on était tous voisins. Elle avait 2 ans de plus que nous. Et ses parents l'avaient collée en internat parce qu'elle se faisait virer de tous les établissements où elle mettait les pieds. Elle nous racontait comment elle leur faisait tout voir là bas.
Une cinglée, je te dis.

Et puis Dane a rencontré Trisha, et s'est lassé de Lexie qu'il jugeait trop dingue. Alors on est sortis ensemble, elle et moi. Elle n'a plus arrêté de raconter que Dane se foutait de moi, qu'il m'écrasait devant les autres et que j'y voyais rien.
A partir de là, on a été quasiment ennemis. On se bousculait en se croisant dans les couloirs, on se foutait la honte l'un l'autre dès qu'on pouvait dans les vestiaires, bref le chaos total quoi.

Je suis resté avec elle alors que Dane convoitait Hayes.
T'imagine bien qu'une fille qui te défie de foutre le feu à une caisse de police n'était pas le genre sage questions soirées et tout ce qui va avec.

Alcools, drogues, sexe, j'ai tout appris avec elle. Je buvais ses paroles et je l'admirais autant que je la désirais. On a passé plusieurs mois ensemble, sept peut être huit...Au fond je savais qu'elle s'en foutait de moi, mais je voulais croire que quelque part, elle tenait à moi autant que je tenais à elle. Que j'étais pas juste...son ptit jouet...

Puis, elle a commencé à faire des rencontres vraiment graves. Elle traînait plus qu'avec des toxicos et des types complètement givrés. On continuait d'être à deux mais elle devenait vraiment flippante, à se faire des injections de coke de plus en plus souvent.
Ses parents l'ont compris et il l'ont foutue dehors et ont rayé son nom. Là, elle a commencé à squatter avec ses potes dégénérés. Mais l'argent qui lui restait est vite parti, elle s'est retrouvée fauchée, elle pouvait plus se payer ses conneries. Elle était vraiment en sale état, une fois où elle pouvait plus rien se payer, je l'ai même trouvée complètement shootée au détergent...Elle a perdu ses amis parce qu'elle voulait pas aller faire un casse chez ses parents pendant qu'ils étaient sortis pour pouvoir récupérer assez pour acheter leur came.
Elle a fini seule dans une chambre de 7 mètres carrés, dans un vieil immeuble pourri d'un quartier pourri de banlieue. Dane voulait plus en entendre parler.
Moi j'essayais toujours d'être là. Mais je dois dire que j'en avais ma claque de devoir toujours la relever parce qu'elle traînait au sol après avoir sniffé de conneries de poudre qu'elle avait acheté avec l'argent que je lui filais pour qu'elle ait de quoi bouffer.

Je passais la voir et je couchais avec elle par habitude, et un peu parce que j'avais pitié d'elle. Tu l'aurais vue, elle avait des cernes de malade et un putain de teint blafard à faire peur. Et puis j'avais commencé à avoir des vues sur Trisha moi aussi.

Un jour, je suis passé la voir. Je lui ai offert moi même un rail parce que j'en avais marre de l'entendre gémir comme une dépressive - qu'elle devait être au final vu tout ce qu'elle s'enfilait comme merde .
Tout ce que je voulais, c'était me la faire et me barrer en vitesse parce qu'elle devenait insupportable.
Je l'assumais plus du tout. Je racontais à Dane que je l'avais larguée et qu'elle avait disparu de la circulation.
J'aurais presque aimé que ça soit le cas. Mais j'avais l'impression que je lui devais quelque chose après tout ce qu'elle m'avait appris.
Au final, je crois que je lui en voulais aussi complètement de m'avoir entraîné dans ses conneries avec elle. Je lui aurais craché dessus si j'avais pu. J'en avais marre de sa gueule de junkie, elle avait plus rien de canon et de fascinant comme avant. Elle était devenue toute maigre et creusée. J'avais l'impression de faire l'amour à un os. Mais comme je savais que personne d'autre ne voulais plus d'elle, je revenais à chaque fois.

Et un jour, alors que je rentrais de vacances avec mes parents, j'ai appris que la femme de ménage l'avait retrouvée morte. Elle avait avalé des granulés de mort au rat, tout ce qu'elle pouvait se payer.

J'en ai encore honte mais je me suis senti...soulagé. Presque léger. Et puis je suis passé à la morgue - je croyais pas à cette histoire de suicide. Je disais que c'était une overdose et puis c'est tout.

Mais là le type de la morgue m'a expliqué...qu'elle était enceinte.

J'ai compris pourquoi elle avait fait ça....

Et j'ai tourné la page. Je la haïssais pour avoir été si conne, je la haïssais pour n'avoir rien dit, pour tout ce qu'elle était et qu'elle avait fait. Mais putain, enceinte, merde ! Et j'étais le seul à venir encore la voir...Savoir que t'as un gosse dans la tombe, ça, tu t'en remets difficilement. On les a enterré tous les deux, ici même.

Un jour, j'ai craqué et j'ai tout raconté à Dane. On a décidé que c'était une salope. Tu parles, c'était tellement plus simple de lui en vouloir !
Et que par définition, vous en étiez toutes. Et qu'on aurait plus jamais de scrupules à jouer avec vous comme elle avait joué avec nous pour qu'on finisse par la traîner au pied comme un boulet de plomb.

Il soupira.

April ne le quittait plus de yeux, bouche bée d'entendre Ethan parler ainsi.

- Et voilà comment on fait deux ptits cons accros au soirées, juste motivés à sauter les filles, à cabosser les nouveaux et à gueuler des conneries sur les terrains de sport.

La rousse baissa les yeux sur l'herbe, pensive.

Il haussa les épaules, il agissait en connaissance de causes, il le savait bien.

- Je crois qu'en fait, je serais, toi, c'est pas tellement à Ray O'Brien que j'irais demander pardon...

Elle leva à nouveau le regard.

Il se redressa doucement en se frottant ses paumes l'une contre l'autre pour chasser la sensation de l'herbe gelée sur sa peau.

- Allez, je te laisse. Trisha m'attend pour choisir une nouvelle chaîne hifi. Et on doit appeller les flics pour savoir s'ils n'ont toujours aucune trace de mon frangin....A plus, O'B.
Pense juste à ce que je viens te dire.

Il suivit le chemin pour rejoindre l'allée centrale qui menait à la sortie.

Elle fronça les sourcils, retournant ses paroles dans sa tête pour y trouver un sens, enfin un but au moins.

Finalement, avant qu'il ne s'engage dans l'alléede graviers, elle bondit sur ses pieds et courut à sa poursuite, puis, le voyant près des hautes grilles d'entrée, le héla :

- Hé ! Pourquoi tu me racontes tout ça, Ethan ?

Il se tourna vers elle, le regard un peu interrogateur. Un sourire triste flotta sur les lèvres.

- Parce que c'est exactement le genre de fille que t'étais partie pour devenir avec Do'Han, April.

Sur ce, il passa les larges portes de fer blanc forgé, laissant O'Brien aux yeux verts seule avec ces derniers mots.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Some flowers for my heart ashes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre les mondes :: Les Mondes :: Anteria :: ▌Chicago :: Centre ville :: ▌Coins populaires-