AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Où suis-je?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membre inactif

Messages : 90

Feuille de personnage
Orientation politique:
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Où suis-je?   Lun 12 Avr - 14:39

Voici la fiche de présentation faites copier coller merci

Gweën se rendit compte qu'elle n'avait aucun souci à se faire. Owen avait des idées à en revendre. Elle accepta son idée d'enlèvement.

En rentrant au château quelques heurs plus tard, il lui a fallu quand même du temps pour les transformer tout les deux en valet et en servante, elle commença à s'inquiéter. Mais qu'allait-elle trouver dans ces autres mondes dont le vampire faisait allusion. Elle espérait ne pas trop se faire remarquer ou encor ne servir à rien et décevoir l'homme qui lui a donné de nouvelles raisons de vivre et de nouveau but à atteindre. Elle qui commençait à s'ennuyer dans son château de pierre qui l'éloignait de ses origines elfiques. La Sylvaine se rendait bien compte qu'elle allait s'envoler encore plus loin de ses racines, mais sa curiosité et son désir de découvrir le monde lui permis de franchir se cap.

Enfin arrivée dans sa chambre. Owen pris les choses en mains, La jeune femme ( oui malgré son age, elle est jeune.) n'eu rien à faire. Il cassa le carreau, la prix sur son épaule et lui ordonna de crier.

Elle eu un moment d'hésitation mais elle cria quand mêle. C'était un cri perçant, un cri qui lui venait du fond du coeur. Ce cris représentait pour elle la coupure entre son ancienne vie et sa nouvelle vie qui allait commencer quand elle aurait fini. Elle cria tout le long de son voyage sur l’épaule de l’ancien inconnu. Quand enfin il s’arrêta elle se tut.

Quand Gweën ouvra les yeux elle eu un choc. Elle ne vit pas les petits maisons de son village, ni les gens qui composait son peuple.
Owen la déposa à terre. Elle regarda partout autour d’elle pour essayer de voir se qu’il était advenu de son monde. Mais elle ne reconnu rien.

Elle aperçu au coin de la rue, (du moins se qu’elle pensa être une rue car le sol était spécialement dur et d’une couleur sombre peu commune), deux personnes passer. L’elfe devina un homme et une femme. Mais ils étaient habillée d’une étrange manière. Les tissus ne ressemblaient à rien de ce qu’elle avait déjà porté au château ou dans sa tribu.
Elle était dans une rue remplie de hautes maisons collées les une aux autres. Elles étaient soit pierres rouges soit en pierres grises.

Gweën entendit un bruit étrange, une sorte de roulement, un bruit de fer, et soudain un démon passa devant elle à une allure folle. ( c’était simplement une voiture, mais Gweën n’en avait jamais entendu parler)

Elle savait que le monde dans lequel elle allait atterrie serai différant du sien, Mais l’elfe ne s’attendait pas à un tel changement.

Elle se retourna vers Owen avec un regard effrayé.

- Mais qu’était-ce donc que se monstre de fer? Va-t-il revenir et nous attaquer? Mais où sommes-nous? Je ne reconnaît rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire

Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Où suis-je?   Jeu 15 Avr - 10:48

En toute délicatesse, Owen reposa sa nouvelle collègue sur le macadam de l’une des sombres rues de Chicago. Celle par laquelle il était passé un peu plus tôt dans la matinée, avant de faire cette étrange rencontre. Pour sur, le décor n’avait rien de semblable avec Naudiz. Les vastes sentiers de terre étaient désormais bétons. Les chaleureux foyers et le majestueux château avaient pris la forme d’affreux bâtiments recouverts de crasses et de graffitis. Le paysage vert et lumineux était ici terne et gris, avec pour seule faune la race humaine. Sans parler de l’odeur. Adieu agréables essences de l’acacia et du chêne. De l’air frais, des fleurs en bourgeon et de l’eau pure. Bonjour puanteurs du pétrole, de la moisissure, du dioxyde de carbone ou de la pollution.

L’air étonné de l’elfe ne l’étonnait pas. Si elle cherchait un point de repère, elle n’en trouverait aucun. Mais l’heure n’était pas au bavardage. Aux vues de leurs ridicules accoutrements, il eut mieux valu qu’ils se dépêchent de rentrer afin de se retransformer, histoire de ne pas se retrouver en hôpital psychiatrique au bout de dix minutes dans la ville. Et deux piétons (que Gwëen dévisageait comme s’il eut s’agit d’animaux) avaient évidemment choisis ce moment pour traverser la ruelle.

- Essaye de te comporter avec un minimum de naturel.

Murmura le vampire à son attention. Enfin, naturelle … Qu’est-ce qui était naturel pour une native de Naudiz ? Mais la jeune fille ne semblait pas avoir ouï sa réflexion : son inspection des lieux consistait maintenant en l‘analyse des immeubles de briques, de béton et de verre.

Les deux passants dépassèrent les protagonistes avec un regard qui en disait long : mais qui sont ces deux énergumènes ? Et en cet instant, Owen remercia le ciel de ne pas avoir son visage réel. Au moins, nul ne le reconnaitrait.

Et c’est évidemment à cet instant qu’une voiture devait passer cette ruelle habituellement déserte. Effrayée, désemparée, horrifiée, épouvantée, terrorisée, alarmée, … Nul mot ne pouvait décrire l’expression désormais présente sur le visage de la touriste. On aurait dit qu’elle venait de recevoir une note comme quoi son compte en banque était passé au négatif. Lui apprendre les mœurs du pays sera décidemment long … Elle parla. Non : très long …

- Un voiture. C’est l’engin de transport, ici. A Anteria je veux dire. Je vous expliquerai quand on sera chez Stewart –un vieil ami. Il habite à côté et n’est pas là à cette heure-ci.

Sur ces mots, il empoigna la belle et la fit traverser quelques rues du pays, avant de descendre dans les tous-terrains. Là, il emprunta un vieil escalier de bois (chaque passant devait se demander comment il pouvait tenir debout), déboucha dans un taudis et ouvrit, à l’aide d’une clef, une porte rongée par l’humidité. Il fit entrer l’elfe et la succéda.

Les lieux étaient toujours aussi délabrés, puants et mal foutus. A quelques choses près, on aurait pu reconnaître une maison du peuple de Mahl.

- Bon … histoire que l’on puisse se rendre dans un endroit un peu plus …

Il regarda autour de lui.

- Potable. Vous nous rendez nos formes originales ? Commencez par vous. N’oubliez pas néanmoins de laisser rondes vos oreilles. Je me charge de vous trouver des vêtements qui seront moins dans l’ordre de l’anachronisme.

Sur ce, il se rendit dans la pièce d’à côté, ouvrit grand l’unique armoire et fouilla sans gêne son contenu. Au bout d’une dizaine de minutes il revint près de sa collègue, déposant sur la table un jeans et un t-shirt blanc. Puis il patienta afin qu’elle puisse se concentrer librement. Quand elle eut terminé la transformation de son corps, il prit la parole.

-Ceci devrait faire l’affaire. Du coton, et du jeans. Je ne pense pas que vous connaissez. Ce sont des matériaux courants ici. Comme vous l’avez sans doute constaté, il y a ici peu voir aucune ressemblance avec votre monde. Il faudra vous y accommoder. Vous avez faim ? Ou soif ? Avant de passer à ma métamorphose, vous devriez reprendre des forces.

Il se leva et mit à chauffer du thé qu’il posa sur la table accompagné de biscuits.

- Tenez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif

Messages : 90

Feuille de personnage
Orientation politique:
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Où suis-je?   Jeu 15 Avr - 21:11

- Un voiture. C’est l’engin de transport, ici. A Anteria je veux dire. Je vous expliquerai quand on sera chez Stewart –un vieil ami. Il habite à côté et n’est pas là à cette heure-ci.

Gweën suivit donc Owen. Sur le chemin elle rencontra encor d'autres personnes, toutes habillées dans le même style. Les dessins sur les murs semblaient se prolonger sur les murs d'autres maisons, du moins, elle supposait que s'en soit.
Le regard de l'elfe ne semblait pas savoir où se poser. Sur les gans, sur les habitations, ou encor sur cette route dure et non naturelle à coté de laquelle elle se déplaçait. Elle en avait oublié sont " aventure " avec la bête mécanique que ces hommes appelaient voiture quand tout à coup, une autre passa à coté d'elle. Elle fit un bond de trois mètre de haut. (Impossible certes, mais si elle le pouvait, elle l'aurait surement fait.)

En continuant de suivre le vampire elle lui posa des questions sur les gens de ce monde. Elle appris comme ça, que personne ici n'avaient de pouvoirs et que tous étaient humains. Owen la mit tout de même en garde sur le fait qu'ils n'étaient au courant de rien concernant la magie, les autres mondes et les autres espèces d'êtres vivants dans la galaxie.

- En résumé. Ce sont des ignorants.

Elle entra dans un endroit sombre, sal, avec une odeur qui vous arrache le nez. (Si elle avait connu le mot, elle aurait pensé à dépotoir.) Il y avait sur une table des restes de nourriture. Owen lui appris que c'était de la pizza, une nourriture courante dans ce monde.

La Sylvaine eu un mouvement de recule en apercevant des insectes morts un peu partout dans la pièce. Au château elle vivant dans la propreté la plus strict, et jamais une mauvaise odeur (sauf dans les rues) n'était venue la gêner.

- Vous nous rendez nos formes originales ? Commencez par vous. N’oubliez pas néanmoins de laisser rondes vos oreilles. Je me charge de vous trouver des vêtements qui seront moins dans l’ordre de l’anachronisme.

Sans rien rajouter, sous le choc de ses nouvelles découvertes elle obéi à cette demande.

Tellement concentrée dans sa tâche, elle n'avait pas remarqué le mouvement dans la pièce. Quand elle eu terminé, il lui donna un tas de tissu. Elle n'eut pas le temps de poser la moindre question qu'il lui avait déjà répondu.

-Ceci devrait faire l’affaire. Du coton, et du jeans. Je ne pense pas que vous connaissez. Ce sont des matériaux courants ici. Comme vous l’avez sans doute constaté, il y a ici peu voir aucune ressemblance avec votre monde. Il faudra vous y accommoder. Vous avez faim ? Ou soif ? Avant de passer à ma métamorphose, vous devriez reprendre des forces.

L'homme lui proposa du thé et des biscuits qu'elle accepta volontés.

- Oh oui, merci.

A peine eu-t-elle mordu dans le biscuit, elle regretta son geste. Le biscuit était aussi pourri que les murs qui l'entouraient. Ne voulant pas être mal polie elle termina le biscuit en buvant sa tasse de thé.

- Heum, merci, c'était très... heu... bien venu de votre part. Mais puis-je vous demander si il y a un endroit dans lequel je pourrais me changer... Seul.

Owen acquiesça et lui indiqua une porte du doigt en ajoutant qu'elle pouvait se laver.

Elle entra dans la pièce indiquée, c'est vêtement sous le bras, prête à se décrasser un bon coup.
Gweën fut une nouvelle fois frappée par l'étrangeté de l'endroit. Cela devait êtres la salle d'eau car il s'y trouvait un miroir et un récipient qui devait servir à y mettre de l'eau pour si laver. Mais il était collé au mur et au déçu de celui-ci, il y avait un tuyau en argent avec deux poignée sur les cotés.

La pièce ne possédait aucune fenêtre. L'elfe dut aller demander une bougie.
Elle vit le regard moqueur d'Owen se poser sur elle, se qui la fit rougir. Elle en avait mar de passer pour une inculte. Mais elle savait que ça allait arriver souvent.

Il lui montra les interrupteurs et lui expliqua le principesde l'électricité et tout se que l'on pouvait faire avec. Pendant ce temps, elle en profita pour le re méhamorphoser. Elle s'amusa à le faire parler sur la technologie (dans les très grandes lignes) pour pouvoir le retransformer sans qu'il ne s'en rende compte et sans qu'il ne la voit se fatiguer.

Quand elle eu fini de lui poser des questions (des quelles elle n'avait pas écouté les réponses,) elle retourna dans la salle d'eau.

Elle fut choquée en voyant qu'il lui avait donné un pantalon. Elle un dame, une elfe, n'allait tout de même pas se vêtir comme un homme. Cependant, elle se souvint d’avoir croisé plusieurs femmes vêtues ainsi. Elle enfila donc ces vêtements, qui s'avérèrent trop grand pour elle.

Elle voulu se rincer les mains et le visage mais elle ne trouva pas d'eau. Elle fouilla la pièce du regard pour en trouver, mais au lieu de se poser sur un seau d'eau ils tombèrent sur une cage en verre.

* Mais qu'es-ce donc que cet instrument de torture? Où suis-je? *

Gweën détourna vite les yeux de cette prison et ce dirigea vers le tuyau en argent. En y chipotant, un des poignées se mit à tourner et un jet d'eau sorti du bec argent. Surprise elle poussa un cri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire

Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Où suis-je?   Ven 16 Avr - 18:49

(La salle d’eau Laughing )

La petite femme avait l’air fort enthousiaste à l‘idée de déguster le thé et les biscuits. Elle devait s’en faire une fausse idée : après tout, ils étaient chez Stewart, pas dans un hôtel quatre étoiles. Constamment répugné par l’odeur de la nourriture humaine, Owen ne pouvait vraiment juger la qualité de ce qu’il offrait. Il ne pouvait que se fier à l’aspect. Tout avait l’air plus ou moins comestible. Il comprit néanmoins qu’il avait fait une erreur de jugement en observant la tête dégoutée du pauvre cobaye. Ah, apparemment ils n’étaient pas si frais que ça.

- Oh ! Excusez-moi ! Je ne savais pas qu’ils n’étaient plus bons. Vraiment, vraiment désolé. Bon, le thé en théorie ne périme pas, vous pouvez au moins boire celui-ci sans risque.

L’homme retira la soucoupe de friandises qu’il avait posé sur la table et s’empressa de la vider dans la poubelle. Vu l’odeur, il était temps que l’autre idiot la mette dehors, soit dit en passant.

- Ne mangez plus rien ici, je vous préparerai quelque chose qui ne risque pas de vous empoisonner quand on sera chez moi. Je ne tiens pas à avoir votre mort sur la conscience au bout de dix minutes seulement … Encore navré.

Il se rassit, et l’elfe lui demanda s’il y avait un endroit où elle pourrait se changer. « Seule », avait-elle précisé. Oui, évidemment. Pourquoi n’y avait-il pas pensé ? Il lui désigna la pièce dans laquelle il s’était servi en vêtements et expliqua :

- Quand vous entrez dans la pièce, c’est la porte à droite. Vous pouvez vous laver si vous le désirez. Ne vous gênez surtout pas, utilisez ce que vous voulez.

Sur ce, il la laissa filer. Ce qu’elle ne tarda à faire ... pour bientôt revenir. Et demander une bougie. Le vampire ne pu retenir un léger sourire amusé. Toute cette technologie devait vraiment être dépaysant pour la pauvre femme. Mais tellement plus pratique que celle du monde moyenâgeux de Naudiz.

- Il n’y a pas lieu de rougir, je comprends votre désarroi !

Au sens propre. Après tout, n’était-il pas natif de Mahl ? Il entra dans la salle de bain, suivie de Gwëen, et appuya sur un interrupteur.

- Magie … !

Déclara-t-il tout en « faisant apparaitre » la lumière.

- Ceci s’appelle un interrupteur. Lorsque tu l’actionnes (comme je viens de faire), il envoie un signal électrique qui suit tout un réseau de fils placés dans les murs. Arrivé à l’extrémité de l’ampoule que voici (il la désigna du doigt), les filaments rétrécissent et les charges se frottent entre elles, ce qui procure de la lumière. Avec une découverte comme l’électricité, on a appris à faire fonctionner avec autonomie un nombre incalculables d’objets. Et de lieux. Autrefois, dans notre monde, (HJ : je rappelle qu’Owen fait croire à tous qu’il est natif d’Anteria puisque Mahl doit rester cachée) et comme chez toi encore aujourd’hui, les hommes travaille artisanalement. Ici, nous avons les usines, composées de machines qui font presque tout à notre place. Coudre, aiguiser, trier, … Toutes ces petites taches ennuyantes.

Tandis qu’il parlait, la femme lui posait l’une ou l’autre question, s’intéressant au sujet. Puis elle se tut. Il fit de même, et il constata qu’elle lui avait rendu sa forme initiale. Combien de temps avaient-ils parlé ? Longtemps apparemment. Il la remercia et s’en alla pour (enfin) la laisser se changer.

Au bout de cinq petites minutes, un cri perçant le fit sursauter. L’eau du robinet (ou de la douche, il ne savait pas vraiment) coulait à flot. Owen se rendit, pour ne pas changer, à la salle de bain, et découvrit une Gwëen terrorisée au visage détrempé et l’eau chaude de l’évier ouverte à son maximum. Il s’empressa de la couper et d’attraper une serviette pour essuyer le visage de la naudizienne.

- J’aurais du penser à vous prévenir. Désolé. Attendez, je vais vous montrer.

Il sourit, rangea la serviette à sa place initiale et actionna doucement les pommeaux du robinet, faisant couler un mélange d’eau chaude et froide.

- Ceci est un évier. Les petites roulettes que tu vois actionnent un mécanisme qui permet de faire s’écouler de l’eau. Le bleu pour la froide et le rouge pour la chaude. Il ne faut pas trop les tourner sinon l’eau s’écoule trop fort et t’éclabousse, comme tu en as eu la démonstration. Derrière toi c’est une douche. Son fonctionnement est le même mais elle est en plus munie d’un pommeau de douche. Il permet de se laver tout le corps car son jet est assez semblable à celui d’une cascade. Enfin. Je pense que vous êtes assez propre pour le moment. Ne nous éternisons pas ici. On va chez moi.

Il jaugea sa nouvelle acolyte et enchaina.

- … et achetons au passage des vêtements qui sembleront plus à votre taille. Stewart n’est … ni très propre (il désigna des taches de gras), ni très maigre.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Il ordonna à Gwëen de le suivre et l’emmena jusqu’à une BMW noire aux vitres blindées.

- Protection contre le soleil.

Expliqua-t-il en montrant la couleur des vitres, avant d’ouvrir la portière de la place « passager ».

- Asseyez-vous, c’est confortable.

Lorsque ce fut fait, il fit de même.

- C’est donc la première fois que vous entrez dans une voiture …

Il sorti les clés de sa poche et mit le contact.

- Je ne vous explique rien. Profitez tout simplement, c’est génial.

Là-dessus, il appuya à fond sur l’accélérateur et la BM s’échappa à toute vitesse du petit parking. Ils s’arrêtèrent bientôt devant un magasin féminin.

- Restez là, je ne vais pas tarder.

En effet, la demoiselle n’était pas fort bien habillée et il avait pour habitude d’être vu avec les mieux accoutrées des femmes. Il entra dans l’échoppe et sortit sans trop tarder avec un paquet de robes de soirées dans les mains. Il les posa dans le coffre de sa voiture et se remit au volant.

- Si ce n’est pas la bonne taille, j’irai les changer mais ça devrait aller.

Au bout d’une vingtaine de minutes de route, l’elfe et le vampire débouchèrent dans les quartiers les plus chics de Chicago. Owen freina devant une grande grille, encoda quelques chiffres et parka définitivement son bien dans une allée souterraine. Il entraina Gwëen dans un immense hall d’entrée, dans un ascenseur, puis, finalement, dans son entre.

- Bienvenue chez moi.

Dit-il en posant les robes sur une table en pin du salon.

- Je vous fait visiter ?

Appartement d’Owen : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Salle de bain : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Chambre : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Salon : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Bureau : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Cuisine-salle à manger : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

NOTEZ QUE TOUTES LES FENETRES SONT FERMEE AVEC DES RIDEAUX. LA LUMINOSITE NE PROVIENT QUE DES LUMIERES.

Appartement de Stewart : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (quelque chose dans le genre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif

Messages : 90

Feuille de personnage
Orientation politique:
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Où suis-je?   Sam 17 Avr - 23:31

Le vampire accouru dans la pièce. Gweën était trempée, sous le choc, (et oui encore. Et à mon avis, ce n’est pas la dernière fois que ça arrive. ) les yeux fixés sur lui.

- Ceci est un évier. Les petites roulettes que tu vois actionnent un mécanisme qui permet de faire s’écouler de l’eau. Le bleu pour la froide et le rouge pour la chaude. Il ne faut pas trop les tourner sinon l’eau s’écoule trop fort et t’éclabousse, comme tu en as eu la démonstration. Derrière toi c’est une douche. Son fonctionnement est le même mais elle est en plus munie d’un pommeau de douche. Il permet de se laver tout le corps car son jet est assez semblable à celui d’une cascade. Enfin. Je pense que vous êtes assez propre pour le moment. Ne nous éternisons pas ici. On va chez moi.

Et voilà, encore son ignorance qui l’a met dans l’embarras. Cette expérience allait de mal en pis.

Après avoir fini de lui expliquer le fonctionnement de la machine, il la jugea des pieds à la tête.

- … et achetons au passage des vêtements qui sembleront plus à votre taille. Stewart n’est … ni très propre, ni très maigre.

- Oui, je crois que se serai utile. Je pourrai me les métamorphoser mais, je n'en ni la force, ni le courage pour le moment. Je n'arrive pas à me faire à se monde si étrange. De plus, je ne sais comment m'habiller. Vos accoutrement sont si étrange qu'ils me donnent des rougeurs rien que d'y penser.

L'elfe suivi donc Owen dans les escaliers. Elle savait qu'elle allait aller dans un sous-terrain qu'il appelait parking. C'est un lieu où les hommes rangent leur voiture. Elle allait enfin faire la rencontre d'une de ces bêtes mécaniques. Il lui avait dit tout à l'heur que c'était un moyen de transport. Elle se demandait comment l'homme arrivait, de un à monter dessus, de deux, à tenir sur cette surface lice et dure quand elle se déplaçait à toute vitesse, et de trois, comment on arrivait à les contrôle.

Arriver au sous-sol, elle ne remarqua qu'une seule " voiture " qui les attendait. Gweën s'en approchât doucement pour ne pas l'énerver ou lui faire peur.

Soudain la voiture fit un bruit et s'illumina. La Sylvaine fit un bon de trois mètres en arrière. Elle se tourna vers Owen. Il tenait un petit objet brillant qu'il avait tendu vers la voiture.
C'est à se moment là qu'elle comprit que la bête de métal n'était pas vivante, mais qu'elle était due à un inventeur.
* Un inventeur un peu fou, non beaucoup, que dis-je immensément fou! * Pensa-t-elle Certain auront peut-être reconnu la tirade du nez de Cyrano de Berjeraque un peu revisitée ^^)

Il restait tout de même la question du "montage". Et oui on monte un cheval, on monte un taureau,...)

Mais elle avait encor pensé trop vite. L'ex inconnu tira sur une poignée et ouvrit la machine. Dedans il s'y trouvait plusieurs sièges et une espèce de roue devant l'un d'eux.

- Asseyez-vous, c’est confortable.

Gweën obéit, elle s'assit curieuse de la sensation que cela allait lui procurer. Elle s'attendait à ce que cela soit dur, mais Owen n'avait pas mentit. Le siège était moelleux et il prenait parfaitement la forme de son Corp.
Il l'imita en s'asseyant derrière la roue.

- C’est donc la première fois que vous entrez dans une voiture … Je ne vous explique rien. Profitez tout simplement, c’est génial.

Elle appréhendait l'expérience. A la fois la peur et l'excitation la rongeait.

Il démarra enfin le véhicule. L'elfe non-expérimenté était accroché à son siège. "Génial" il avait dit. Non! Le mot qui convient mieux est " Suicidaire".

Il s'arrêta enfin.

- Restez là, je ne vais pas tarder.

Quand elle comprit qu'il allait redémarrer cet engin, la Sylvaine tomba évanouie.

Elle se réveilla seulement quand elle fut arrivée à destination, La demeure d'Owen.

Il la fit entrer et visiter son appartement (elle venait d'apprendre le mot). Il était dans les couleurs noire et blanche. Tous les rideaux étaient tirés. La lumière provenait essentiellement des lampes. Certains autres objets émettaient eux aussi de la lumière. Gweën préférait ne poser aucunes questions. Tout cela était déjà assez dur pour son cerveau, si elle a d’autres questions, elle les posera le lendemain.

Il lui montra la chambre où elle dormirai, la sienne. Elle ne lui servait à rien. Alors à quoi bon ne pas l’utiliser. Elle était décorée dans les mêmes tons que tout le reste de sa demeure, les rideaux étaient également tirés.

- Je vais me changer si cela ne vous dérange pas. En tous les cas, je vous remercie pour tout ce que vous avez fait, faites et ferai pour moi. Je vous en remercie. Si vous avez un service à me demander, je ne peux que répondre présente. Si vous voulez bien me laisser maintenant, je vous rejoins tout de suite.

Elle alla prendre le sac avec les robes et les étendit sur le lit. Elle essaya d'en choisir une mais elle ne connaissait pas les modes et les habitudes des humains de ce monde. Elle en choisi donc une au hasard.

Elle tomba sur une robe dos nu rouge qui tombait jusqu'à ses chevilles. Gweën voulu se contempler dans la miroir mais la lumière artificielle lui donnait mal à la tête. Elle alla ouvrir les rideaux pour mieux se voir. La robe virevoltait autour d'elle, la soie était si fine et légère qu'elle caressait sa peau.

Quand les rideaux furent ouvert, Gweën se senti oppressée. Tout ce blanc et se noir la rendait malade. Il fallait qu'elle fasse quelque chose. Elle ne pourrait jamais dormir dans une chambre sans couleur. Elle rendit alors les rideaux jaunes soleil et pour aller en accord elle changea les couleurs du lit, des coussins et des tapis dans différentes tintes d'oranges et de jaunes vifs. Quand tout fut enfin à son goût, elle se contempla dans le miroir. Elle ne savait dire si elle était jolie ou non.

Le seul moyen de le savoir... Demander.

De ce faite, elle alla retrouver Owen. Il était en train de lire quand elle lui demanda en tournant;

- Alors? Qu'en pensez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire

Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Où suis-je?   Dim 18 Avr - 10:43

(C’est un roc … c’est un cap … c’est un pic … que dis-je, c’est un pic ?! C’est une péninsule ! ^^)

Quand Owen, après être sorti du magasin, s’en alla rejoindre sa voiture, il constata que Gwëen s’était endormie. Un sourire amusé traversa son visage. Sans doute un trop plein d’émotions. C’est seulement lorsqu’ils arrivèrent à l’appartement qu’elle ouvrit les yeux.

La visite des lieux terminée, il lui suggéra de prendre sa chambre. Après tout, il n’utilisait jamais la pièce. Elle l‘en remercia, soulignant également ce qu’il « avait fait pour elle » aujourd’hui. Les choses à l’envers, en quelque sorte. Après tout, des deux, c’est plutôt elle qui lui serait d’un grand service. Le vampire ne faisait qu’en sorte de la garder à ses côtés (et en vie, optionnellement … une Gwëen mort ne servait plus à grand chose).

Elle le pria de sortir de sa chambre, ce qu'il fit. Tandis qu’il alla s’assoir sur l’un de ses fauteuils de cuir blanc, elle se saisit des robes qu’il avait soigneusement déposées sur la table d’appoint du salon. Quant à lui, il attrapa le bouquin qu’il avait commencé la veille. « Gagner, épargner et faire fructifier son argent », plus exactement.

- Alors ?
- Hm ?
-Qu'en pensez-vous ?

De quoi ? L’avocat redressa la tête, le regard un peu … perdu, dépaysé par ce long temps de lecture. Il plia le coin de l’une des pages et reposa le livre à sa place initiale. Puis seulement il se décida à tourner son regard vers l’elfe. Il avait acheté une dizaine de robes. De tout ce choix, c’est la rouge qu’elle avait sélectionnée. Les vaporeuses parcelles de tissus semblaient à peine se poser sur sa peau porcelaine et les quelques paillettes qui l’enjolivaient étincelaient sous les faisceaux lumineux. Le magenta du vêtement accentuait les traits de son visage et s’accordait harmonieusement avec son teint et ses cheveux. Aucun doute là-dessus : elle était jolie. Vraiment très jolie.

L’unique problème … la soie n’était peut-être pas adaptée à ce temps hivernal. Enfin, ce n’était pas bien important ils ne sortiraient sans doute plus de la journée : le soleil déversait déjà son encre d’or et d’argent dans les cieux.

- Sublime, vraiment.

Vêtue ainsi, un peu mieux coiffée, peut-être, il se ferait un réel plaisir de l’emmener en ville avec lui. De quoi rendre jaloux la plupart des hommes de la terre.

- Je suppose que vous avez faim. Je vais appeler le traiteur afin qu’il apporte de quoi vous nourrir.

Ce qu’il fit. Il lui fit découvrir le canard laqué à l’orange et le champagne. Tandis qu’elle mangeait et qu’ils discutaient, les heures s’écoulèrent et la nuit finit par tomber. Le vampire ouvrit grands les nombreux rideaux. Puis il entra dans ce qui était sa chambre. Il n’était néanmoins pas sur de la reconnaitre. Jaune citron, ocre, orange, … La pièce autrefois noire et blanche, sobre, était entièrement transformée en un chapiteau de cirque. Les femmes … quels horribles sacrifices il fallait faire pour els contenter ! Il était sur néanmoins que s’il n’était immortel, il serait mort d’une crise cardiaque. Ou mort tout court s’il était entré en pleine journée et que le soleil brillait : le rideau avait été laissé ouvert. Il expliqua à Gwëen que ce n’était pas une très bonne idée et lui proposa ensuite de dormir. Il lui apprit le fonctionnement de sa salle de bain, lui donna du dentifrice, une brosse à dents, du savon, … de vieux vêtements pour un pyjama également. Et tandis qu’elle dormirait, il irait chasser.



FIN DU SUJET (sauf si tu veux ajouter quelque chose^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif

feat. : Dans la tête de Wared bien sûr !!
Messages : 23

Feuille de personnage
Orientation politique:
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Où suis-je?   Jeu 22 Avr - 19:09

Je voulais juste dire que j'ai adoré le contraste... non pardon.. le TRES GROS contraste entre la "maison" ou "ruine" de ce Steewart et la "riche demeure" d'Owen..
Et aussi que j'ai tout simplement aimé le sujet, la découverte du nouveau monde et la manière de le découvrir, assez drôle je trouve.. Very Happy
Ca donne envie de rp avec vous ! ^ ^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur

feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Où suis-je?   Jeu 22 Avr - 19:15

c'est gentil Smile j'ai aussi hâte de rp avec toi^^

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon Mineur

Messages : 203

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Où suis-je?   Ven 23 Avr - 10:16

C'était extra, vraiment !!! Very Happy
Bien joué à vous deux et particulièrement à Gwëen pour ses réactions face à notre pauvre monde ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 223

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Où suis-je?   Ven 23 Avr - 10:53

clair elle a assuré ! (même si elle a transformé MA chambre en barbie land =.=)

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif

Messages : 90

Feuille de personnage
Orientation politique:
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Où suis-je?   Ven 23 Avr - 17:54

A merci. je suis touché par tout le monde ^^
lol
enfin moi aussi j'ai hate de rp avec un peu tout le monde ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Où suis-je?   Aujourd'hui à 22:19

Revenir en haut Aller en bas
 

Où suis-je?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre les mondes :: Les Mondes :: Anteria :: ▌Chicago :: Banlieue :: ▌Quartiers riches-