AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Encore une journée aux enfers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membre inactif
avatar
Messages : 90

Feuille de personnage
Orientation politique:
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Encore une journée aux enfers   Mer 24 Fév - 15:49

Gwêen venait de se réveiller dans cet immense chambre beaucoup trop grande pour elle. Elle n’arrivait toujours pas à se faire à tout ce luxe. Dans sa communauté tout était plus naturelle, plus vrai, plus pur. Pourtant elle devait si habituer, ça faisait deux ans qu’elle était reine et elle le serait sûrement longtemps. Deux ans et toujours rien. Il n’y avait aucun changement. Il restait encore une grande haine entre humains et sylvains. En se mariant avec le roi ( qu’elle aimait ), elle avait espéré apporter un changement sur ce point, cependant elle n’avait pas de grands espoirs. Dans les meurs des humains, les femmes n’avaient aucun pouvoirs. Toutefois, il arrivait au roi d’écouter l’avis de sa femme lors de décision importantes, et elle se considérait donc chanceuse d’être la trésorière du château.

En ouvrant ses rideaux, Gwëen fut éblouie par les rayons du soleil.


* Ah, c’est une belle journée pour aller chasser *pensa-t-elle.
Son mari avait un rendez-vous important, il ne se rendrait sûrement pas compte de son absence.

Elle se dirigea donc vers sa penderie pour s’habiller en conséquence. Gwëen alla prendre sa tenue de chasse cachée entre des tonnes de robes. Elle pris son arc et ses flèches qu’elle transforma en ombrelle pour na pas se faire remarquer. Elle pris aussi son poignard qui se trouvait sous son oreiller. Elle se couvrit ensuite d’une cape pour dissimuler son étrange accoutrement.

Fin prête, elle sortit du château en saluant au passage quelques servantes et demanda à sa servantes personnel de rester au château pour prévenir le roi qu’elle était sortie faire une promenade s’il demandait à la voir. C’était aussi un excellent moyen pour pouvoir s’échapper de cet enfer aux barreaux d’or et de pouvoir rester seul.

En arrivant à la lisière de la forêt, elle ôta sa cape et retransforma son ombrelle en arc. Elle était enfin prête à chasser et à sa détendre.

Elle entendit un bruit sur sa droite, c’était un son léger mais il ne venait pas d’un lapin c’était plus imposant. Elle s’enfonça plus profondément dans la forêt pour pouvoir attendre sa future proie. Ce n’était pas un problème car elle la connaissait comme sa poche. Elle aperçut enfin une forme derrière un buisson, c’était assez gros, ça devait être un serf ou un animal dans le genre.
Elle banda alors son arc et se tint prête à tirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Encore une journée aux enfers   Jeu 25 Fév - 19:03

Si vous vous appeliez Owen, où cacheriez-vous votre or ? Loin de ceux susceptibles de le dérober pardi ! Et oui, notre cher vampire, toujours aussi proche de ses sous. Non qu’il soit radin hm, mais en temps de crise, on ne sait jamais, tout ça tout ça. Enfin, ne nous égarons pas. Notre avare suceur de sang avait par conséquent pour étrange habitude de dissimuler ses biens dans un autre monde qu’Anteria. Un monde où les idéaux de monnaie avaient tout autre connotation et où la pièce n’était de tout manière pas similaire. Payer en euros un Irakien ne mènerait déjà pas bien loin, alors imaginez quelqu’un payer un elfe en dollars … Et oui, cet univers qu’il avait sélectionné n’était autre que Naudiz !

Il était tôt. Très tôt, même, puisqu’il faisait encore sombre. Vêtu d’une cape noire en cachemire, Owen traversait silencieusement les rues de Chicago. Sans un bruit, certes, mais pas sans vitesse non plus. Il ne tarda à s’arrêter net, le visage rivé vers les cieux. Enfin, c’est ce qu’aurait cru un simple passant ordinaire. Néanmoins, ceux doté de cette capacité (mettre à nu les passages) verraient également cette série d’étoiles d’or tourbillonnant au dessus de sa tête. Un large sourire traversa son visage. Il avait aujourd’hui quelques billets en réserve à camoufler.

Il sauta. Un bond presque ordinaire : il s’éleva à trois mètres du sol … puis disparu. Il n’y avait plus trace d’homme dans les rues endormies de Chicago.

L’aube était proche et les coqs entamaient leurs lourds chants matinaux. La Lune, accompagnée de quelques étoiles, brillait encore dans le ciel mais les paysans, déjà dans leurs champs, savaient que cela ne durerait plus bien longtemps. Les jardins du château étaient quant à eux silencieux. Loin des fermes et de leurs activités. Calmes et paisibles. Quelques rossignols faisaient joyeusement leur toilette dans la plus belle fontaine des lieux. C’est alors qu’une ombre dévastatrice masqua la clarté qu’offrait encore l’astre de la nuit. Dévastatrice, c’était le cas de le dire, puisque Livingston écrasa malencontreusement l’un des pauvres oiseaux.

- Désolée, petit.

Murmura-t-il, peu certain que le cadavre n’entende ses excuses.

Son argent n’était l’unique raison de ses allées et venues au pays Moyenâgeux. En effet, se nourrir dans Anteria même demeurait fort risqué : s’il était vu, ou si on le pourchassait ? Bref, l’idée ne lui plaisait pas. C’est donc à Naudiz qu’il trouvait son bonheur. Et les peuples se contentaient accusaient Lucifer ou les loups. Il était lavé de toutes crasses.

Ses pieds essuyés du sang de l’animal, il rejoignit la forêt en quelques bonds. Première étape, taire ses biens.

Tandis qu’il refermait adroitement son trou (on dit que l’argent n’a pas d’odeur, c’est pourtant grâce à celle-ci qu’il retrouvait ce qu’il dissimulait), une étrange odeur vint lui chatouiller les narines. Celui d’un sang si pur qu’il vous brûlerait la gorge à peine l’eûtes-vous goûté. Traitre cependant : son nectar était sans aucun doute le plus délicieux de la terre. Ce parfum, l’avocat l’eût reconnu entre mille.

- Une sylvaine sur le territoire des humains ?

Owen redressa la tête et regarda en face de lui. Et voilà que la Demoiselle pointait un arc en sa direction ! L’ordure, elle ne pouvait pas ouvrir les yeux ? Il était voyant, tout de même !

- Non !

Hurla-t-il. Mais trop tard. Elle avait tiré. D’un geste habile, le faussaire attrapa la flèche entre deux doigts.

Il s’avança à pas lents en direction de l’inconnue.

- Ceci vous appartient, je suppute.

Déclara-t-il tout en lui tendant la flèche.

- Tenez, je vous la rends. Je n’en aurais guère l'usage. Faites plus attention la prochaine fois, je ne tiens pas à perdre un œil ou une dent …

Le feuillage des arbres masquant les rayons du soleil maintenant bien présents, l’homme enleva sa capuche et découvrit son visage. Il esquissa un sourire dévastateur.

- Livingston Owen. A quelle sylvaine (il insista bien sur le mot) ai-je l’honneur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif
avatar
Messages : 90

Feuille de personnage
Orientation politique:
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Encore une journée aux enfers   Ven 26 Fév - 21:22

Après être sûr d’avoir bien sa cible en ligne de mire, elle lâcha sa flèche. Soudain, un cri de désespoir retentit.

- Nooooooonnnnnn !

L’ombre que Gwëen avait visé s’avança vers elle. En faite, il s’agissait d’un homme. Cette avait un regard bleu couleur ciel un beau jour d’été et des cheveux noirs de jais. Il avait un visage inoubliable, l’un de ces visages qui vous marque pour la vie. Et malgré son amour pour le roi (Pour Al The king ou de kind. (Ca sert d’être a coté de la personne à qui on adresse le Rp quand on écrit ^^), elle s’imagina dans ses bras le moitié du quart du tiers d’un cinquième …. de seconde. Tout d’un coup elle revint à la raison. (Un autre Rp pour Al : Elle se considéra alors comme une salope. Mais ce n’est pas grave car après tout, son homme aimait ça et le lui disait souvent le soir en guise de compliment.)
Il tenait sa flèche à la main. Mais comment avait-il fait pour l’attraper ?

- Ceci vous appartient, je suppute. Tenez, je vous la rends. Je n’en aurais guère l'usage. Faites plus attention la prochaine fois, je ne tiens pas à perdre un œil ou une dent … lui dit l’inconnu en lui rendant sa flèche. Gwêen la repris avec des yeux effarés.

- Livingston Owen. A quelle sylvaine (il insista bien sur le mot) ai-je l’honneur ?

Quand l’elfe entendit le mot Sylvaine, elle n’en cru pas ses oreilles, des oreilles peu commune pour une sylvaine soit dit en passant. Comment diable pouvait-il savoir qu’elle n’était pas humaine ? Quel homme étrange !

- Je me nomme Del Castello Gwëen, je suis la femme du roi Th. Par conséquent et en toute logique, je suis la reine des humaine. Alors je me demande se qui vous permet d’affirmer que je suis un elfe ? demanda poliment Gwëen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Encore une journée aux enfers   Sam 27 Fév - 15:29

- Comment ai-je pu affirmer que vous étiez une elfe ?

Owen haussa un sourcil et s’approcha à pas francs de la petite femme.

- Mais pardi, c’est voyant ! Quelle bête question.

Acheva-t-il tout en soulevant, confiant et engageant, un morceau de la chevelure brune.

- Vos oreilles sont particulièrement … … petites ?!

Le ton de sa voix avait brusquement baissé. Il lâcha délicatement la tignasse de la demoiselle, recula. Il porta une main devant sa bouche et cligna trois fois des yeux, surpris. Il avala calmement (du moins essaya) sa salive. Ouvrit la bouche. La referma (aucun son n’était sorti).

Oups …

Oui, c’était le cas de le dire.

Il murmura (plus pour lui-même que pour l’autre) :

- Diable, comment cela est-il possible ?

La tuer pour effacer les preuves : impossible. C’était trop risqué si elle était femme du roi.

Trouver une autre combine : impossible. Il paraitrait plus idiot qu’autre chose.

User de chantage ? Bingo !

En effet : elle était elfe, il le savait. Nul doute là-dessus. Ors, si elle avait par quelque moyen que ce soit modifié l’apparence de ses oreilles, c’est qu’elle ne voulait pas être reconnue. Elle serait tuée, de toute manière.

Du gâchis.

Changement de combine, donc.

Owen plongea son regard dans le blanc des yeux de la reine. Poli, mais séducteur malgré tout. Un léger sourire remplaça sa mine anxieuse.

Il pouvait s’enfuir aussi. L’idée était plaisante. Pourtant, avoir de bonnes relations (c'est-à-dire une relation de cause à effet) avec une personne aussi hautement placée était un avantage inconsidérable.

- Je crois, Madame Del Castello, que nous sommes tout deux dans une situation délicate.

Du bout de ses doigts glacés, il se saisit du menton de la femme et lui releva légèrement la tête. Il s’avança, puis lui susurra à l’oreille :

- Si je vous dénonce, vous serez tuée pour haute trahison et espionnage. Je suis certain que ce n’est pas ce que vous désirez. Je vous conseille par conséquent de ne pas vous attaquer à moi.

Il sourit et s’écarta derechef, bras croisés.

- Et bien Damoiselle, racontez-moi. Comment êtes-vous parvenue à masquer une particularité si conséquente ? Je parle de vos oreilles, cela va de soi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif
avatar
Messages : 90

Feuille de personnage
Orientation politique:
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Encore une journée aux enfers   Dim 14 Mar - 8:06

Owen s'approcha d'elle et lui souleva une mèche de cheveux.

- Mais pardi, c’est voyant ! Quelle bête question. Vos oreilles sont particulièrement … … petites ?!

- Des petites orreilles vous-dites ? j'en suis flatée merci. je suis énormment complexée avec celle-ci. Mais vous m'avez l'aire bizzard. qu'attendiez-vous de cet acte?

Mais que s'attendait-il a trouver? Des oreilles pointues surement. Et bien non. Heureusement que Gweën ne les avait pas retransformées comme elle en avait eu l'intention au part avant. Cet homme était très étrange. L'elfe n'arrivait pas à comprendre comment cet homme venu de Dieu sait où ( sur la planète Naudiz ) avait pu, seulement en la regardant un instant, savoir que c'était une Sylvaine.

- Je crois, Madame Del Castello, que nous sommes tout deux dans une situation délicate.

L'inconnu s'avança encor plus près, et doucement releva la tête de l'elfe; Gweën eut un mouvement vif pour se dégager mais elle ne su pas s'éloigner.

- Si je vous dénonce, vous serez tuée pour haute trahison et espionnage. Je suis certain que ce n’est pas ce que vous désirez. Je vous conseille par conséquent de ne pas vous attaquer à moi.
Et bien Damoiselle, racontez-moi. Comment êtes-vous parvenue à masquer une particularité si conséquente ? Je parle de vos oreilles, cela va de soi. Dit-i en s'écartant
.

Sous le choc la jeune femme ne su répondre tout de suite. Mais comment pouvait-il être si certain de savoir ce qu'elle était. Il avait raison certes, mais aucune preuve. Et ses menaces, sont-elle réelle? Comment pourrait-il le prouver devant le roi. Tant que ses oreilles sont de formes humaines elle ne risque rien. Mais il a l'air si sûr de lui. Il doit sans doute aussi avoir quelque chose à se reprocher. Et d'ailleurs... Que faisait-il à cette heure dans la forêt?

- D'accord, je me rends. Je suis bien sylvaine. Vous voulez savoir mon secret à propos de mes oreilles? Je pourrais vous dire que ma mère sylvaine a eu une relation sérieuse avec un humain. Et de ce faite, quand je suis née, je n'avait pas les oreilles de ma mère Et comme les deux peuples sont en guerre j'ai été abandonnée dans cette forêt puis été recueillie par des hommes. Je pourrais aussi vous dire que ma mère a eu un accident pendant sa grossesse, ce qui a entrainé des mals formations au niveau du fœtus. Je pourrais encore vous inventez des histoires mais je suis sur que vous ne coirez aucune d'entre elles. Je vous propose donc un marché.

Elle espérait qu'il accepte. Elle aurait peut-être un peu plus de pouvoir sur cet homme.

- Le marché est celui-ci, je vous explique comment j'ai réussit à transformer mes oreilles si vous me dites comment vous avez découvert ma race.
Alors, quand pensez-vous?


Dernière édition par Gwëen Del Castello le Sam 20 Mar - 19:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Encore une journée aux enfers   Sam 20 Mar - 19:28

Tandis que la femme, suite à ses aveux, déblatérait une série d’histoire plus saugrenues les unes que les autres, Owen s’écarta un peu d’elle et s’appuya sur l’arbre le plus proche, bras croisés. Il pencha légèrement la tête à gauche, septique. Qu’essayait-elle de lui faire comprendre ainsi ? Elle utilisait le conditionnel, ce n’était donc pas dans un but de persuasion. Certainement un marché.

A peine eut-il le temps de le penser qu’elle certifia son hypothèse. Offre et demande, comme toujours. Comment avait-il pu même en douter ? Les gens aujourd’hui ne jugeaient plus que par cela … lui le premier. Tendu, le vampire se redressa, les mâchoires crispées. Le cerveau actif, surtout. Peut-être une idée descendrait du ciel et lui donnerait l’inspiration d’un quelconque mensonge. Mais elle ne vint pas. A contrecœur, il murmura :

- J’accepte.

A contrecœur ? Tout était relatif. Les vampires n’étaient heureusement pas objet des plus grandes chasses ici. Les sylvains étaient bien plus beaux trophées. Et moins dangereux … Qui plus est, s’il voulait vendre la trahison de cette demoiselle au roi, avouer sa race demeurait la plus belle preuve qu’il soit.

Derechef, il s’approcha de la petite brune. Yeux dans les yeux, comme toujours.

L’air était chaud, le soleil étincelait et la température du sang des elfes demeurait plus élevée que la moyenne. Un contact inattendu avec sa peau serait plus désagréable encore qu’un seau d’eau glacée versé dans son cou : elle en aurait inévitablement le souffle coupé. La prévenir était la moindre des politesses mais il ne le fit pas. Tant pis, c’est elle qui avait demandé …

Lentement, il approcha ses mains du visage de la reine et finit par les y poser. En ce qui le concernait, le contact était agréable. Un peu chaud, rien de désagréable.

Il patienta un peu avant d’enchainer, histoire qu’elle comprenne bien ce qu’il avait voulu faire passer par ce geste.

- C’est parce que le parfum de votre sang est typique que je n’ai eu aucune difficulté à l’identifier. Il existe des milliers de créatures dans le monde, mais aucune ne dégage la même odeur. L’essence des sylvains est plus forte et est aussi dangereuse pour nous qu’enivrante. Vous êtes des créatures trop pures, un peu comme les licornes ou les nymphes. Si je goutais votre sang en trop forte quantité, j’en mourrais : nous n’avons l’accord que de nous servir de celui d’êtres impurs. Parce que c’est ce que nous sommes.

Il lui sourit.

- Par conséquent, vous ne risquez rien de plus avec moi qu’avec un autre. Néanmoins, je vous déconseille d’opter pour l’évasion. Je suis plus rapide, plus fort, immortel … et je possède surtout la capacité de vous faire mettre à mort par votre bien-aimé en moins de deux. A votre tour de combler le marché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif
avatar
Messages : 90

Feuille de personnage
Orientation politique:
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Encore une journée aux enfers   Sam 20 Mar - 20:18

Après avoir fini son discours, Gweên crut que l'ancien inconnu ne lui répondrait pas. Il fut long à répondre.
Elle fut donc surprise quand il accepta son marché.

Il s'avança lentement vers elle en tendant les mains vers son visage.
Mais qu'allait faire cet homme étrange? Voulait-il l'étrangler? Non son geste était trop lent, trop doux. L'elfe ne savait comment réagir. Devait-elle se laisser faire? Après tout elle était reine. Nul êtres vivants humain ou sylvain n'avait le droit de la toucher sous peine d'être arrêté pour être ensuite tué.

Elle se laissa tout de même faire, elle n'avait pas peur de lui.

Quand il posa finalement ses mains sur ses joues, elle fut pétrifiée par la sensation qu'elle ressentit. Les mains de l'homme étaient glacées...

Sous la force de cette révélation elle ne sût plus que penser. Elle n'avait jamais rencontré de vampire au cours de ces 518 années mais elle en avait entendu parler par plusieurs personnes. Il disait tous la même chose. Les vampires sont des êtres froids et envoutants par leu beauté. Il on un odora, une vue, une force... surdéveloppée;

Pendant une seconde elle fût effrayée. Elle eut envie de se dégager. Mais quelque chose l'en empêchât. Au plus profond de son être, elle sût qu'elle pouvait lui faire confiance elle.

Owen enleva enfin ses mains du doux visage chaud de la sylvaine. Il lui avait parlé mais elle n'avait rien entendu de ce qu'il avait dit. Gweên s'en voulu de se faire distraire par se simple geste.
L'homme semblait attendre quelque chose. C'est là qu'elle se souvint qu'ils avaient fait un marché et que c'était à son tour de parler.

- Bien un marché est un marché. Je vais vous dévoiler mon secret. Tout compte fait non, je ne vais pas vous le dire.

Le visage de son interlocuteur changea d'un coup.

- Je vais plutôt vous le montrer. Regardez.

Gweën souleva une mèche de cheveux et montra une des ses oreilles. Elle commençait à se déformer. Après quelques minutes elle avait la forme normale d'une oreille de sylvaine.

- Voilà, maintenant vous savez. Je sais modifier la forme de tous objets. Vivant ou non. Je ne devrai pas vous le dire mais bon, tant que j'y suis. J'ai un autre pouvoir. Je sais changer la composante des molécules.

En guise de démonstration, elle changea une feuille qui veanait de tomber aux pieds d'Owen en or. une feuille si fine et si fragile que l'on pouvait savoir, rien quand l'appercevant qu'elle valait une fortune. Pour ne laisser aucune trace, elle retransforma la feuille en sa matière originel.

- Quand dites-vous cher vampire. Je suis sûr que vous ne vous attendiez pas à cela.

L'elfe sourit en espérant avoir un peu quand même déstabilisé son interlocuteur dans cette forêt.


Dernière édition par Gwëen Del Castello le Sam 20 Mar - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Encore une journée aux enfers   Mar 23 Mar - 18:22

Owen observait silencieusement le visage pétrifié de la jeune elfe. Était-ce suite à ses paroles ou à l’impact de ses mains si froides ? Sans doute ne le saurait-il jamais. De toute manière, cela n’avait guère d’importance. Il avait parlé, elle avait écouté, il avait honoré le marché. C’était à son tour maintenant, et elle ne le tromperait pas : il le savait. Elle était longue à la détente, néanmoins. Qu’avait-elle derrière la tête ? Elle finit heureusement par briser le lourd silence qui s’installait dans la forêt (effrayant comme l’arrivée d’un seul être réduisait au silence tout un éco-système bien construit). Sa voix était mélodieuse mais quelque peu acariâtre, trahissant un caractère farouche bien masqué derrière ce visage d’ange.

La femme changeait d’avis ? Était-ce une blague ? Elle n’oserait tout de même pas s’opposer à lui ? A coup sur, il avait les devants. Ses traits se raffermirent, mais tandis qu’il s’apparaitrait à rouspéter, le belle repris la parole. Il croisa les bras, décontenancé.

Ah, le montrer ? Ca changeait tout. Désormais décontracté et confiant, il laissa ses bras aller et haussa un sourcil curieux, un petit sourire interloqué sur les lèvres. Quel était donc l’extraordinaire pouvoir que renfermait ce corps si frêle ?

La femme souleva l’une des mèches de ses chevaux, permettant ainsi à Owen de contempler ses oreilles. Il plissa les yeux, pas certain de ce qu’il était en train de voir.

- Pincez-moi, je rêve !

Se murmura-t-il pendant que le membre prenait sa forme originale. C’était époustouflant. Et ce qu’il verrait par la suite le serait plus encore …

Le vampire s’approcha de la demoiselle, ahuri. Il reluqua interminablement son oreille. De son côté, la petite brune lui expliquait la nature de cette capacité. Changer la particularité des molécules ? Pas mal ! Puis elle enchaîna et expliqua qu’elle pouvait également en modifier la composante. L’homme fronça les sourcils, pas certain de ce qu’il venait d’interpréter. A vrai dire, il n’avait jamais été ami avec la chimie …

Une feuille jaunie par l’automne se détacha du hêtre auquel elle était suspendue et virevolta à ses pieds. A peine eut-elle frôlé la terre qu’elle prit une teinte dorée, éclatante. Propre à … l’or ?!

Immédiatement, l’avocat se saisit du trésor et le contempla comme s’il eut s’agit du plus beau cadeau du ciel.

- Pas croyable !

Hébété, complètement abasourdi, il dévisagea la magicienne. Mais le poids de sa fortune se fit brusquement moins conséquent, et quand ses yeux se posèrent sur le végétal, il constata avec regret qu’elle l’avait retransformé. Alors, il le laissa s’envoler. Le végétal, ainsi que de nombreuses secondes de silence.

- Ce que j’en dis ?

Finit-il par articuler, les yeux pétillants de joie.

- Mais Madame, en plus d’être suave créature, vous êtes dotée du don le plus extraordinaire qu’ait pu distribuer Dieu (s’il existe) ! Ne vous rendez-vous donc pas compte de la chance qui est votre ? Venez avec moi, Gwëen ! Je vous ferai découvrir ce qu’aucun mari ne pourra jamais vous apporter : la Vie. La vraie ! L’Aventure avec un grand A ! Et le plaisir de la solidarité ... Votre pouvoir peut aider le monde, et le monde a besoin de vous ! C’est une opportunité que peu d’entre nous ont la chance de se voir offrir. Suivez-moi, Gwëen …

Il s’approcha de son interlocutrice et lui murmura au coin de l’oreille :

- Le monde dans lequel vous vivez n'est pas le seul sur cette planète. Je pourrais vous en faire découvrir d'autres. Les couleurs, les odeurs. les plaisirs et l'air de tous nos univers. Faites-moi confiance.

Il lui tendit la main.

- S'il-vous plait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif
avatar
Messages : 90

Feuille de personnage
Orientation politique:
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Encore une journée aux enfers   Mer 24 Mar - 20:20

Son interlocuteur resta sans voix pendant de longues secondes.

Gweën commença à s’inquiéter. Allait-il quand même la livrer au roi. De plus, il était maintenant en possession de plusieurs éléments qui pourrait la faire arrêter.

Quand il ouvra enfin la bouche elle n'en cru pas ses oreilles transformées. Il voulait l'emmener avec lui. Il parlait de l'aventure avec un grand A. C'était tentant, c'est vrai, mais elle avait un devoir pour son peuple sylvain et son mari. Gweën savait également qu'elle devrait partir un jour. Elle n'allait pas mourir de vieillesse comme le roi ou les humains. Mais elle espérait que ce soit plus tard, qu'elle aurait plus de temps pour aimer son mari, sa famille...

Il aborda le point de la solidarité. C'est sûr que ça encourage. Aider les autres c'est donner une partie de soit.
Elle hésitait encore. Ce que vit Owen. Il s'approcha plus près et lui dit :

- Le monde dans lequel vous vivez n'est pas le seul sur cette planète. Je pourrais vous en faire découvrir d'autres. Les couleurs, les odeurs. Les plaisirs et l'air de tous nos univers. Faites-moi confiance.

- Quoi? Dit Gweën sous le choc. Il y a d'autres mondes? Non je ne vous crois pas. Si d'autres mondes existaient je le saurais. Ca fait tout de même cinq siècles que je suis sur cette terre.

Elle regarda le vampire plus sérieusement et compris qu'il ne riait pas.

- Oh ! Et combien y a-t-il de mondes? Y a-t-il d'autres espèces vivantes? Les mondes sont-ils différents de celui-ci?

L'elfe ne s'arrêtait pas de poser des questions. Sa curiosité ne cessait de s'accroître. Plus les paroles sortaient de sa bouche, plus elle voulait répondre par l'affirmative. Mais il restait un problème.

- Oh je serrais ravie de venir avec vous. Je ne pensais pas accepter, mais vous m'avez convaincue. Mais il me reste un problème. Je ne peux dire au roi que je pars pour visiter d'autre monde. Il me prendrait pour une folle. Il faut que j'y retourne pour lui donner une explication. Avez-vous une idée pour moi? Où faut-il que je fuis sans prévenir personne?
Que puis-je faire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Encore une journée aux enfers   Jeu 25 Mar - 17:21

La demoiselle hésitait. Et pas qu’un peu. On lisait clairement l’indécision sur les traits de son visage. A vrai dire, ses airs demeuraient forts expressifs. Elle ne se gêna d’ailleurs pas pour s’offusquer lorsqu’il lui confia le secret des mondes parallèles. Aberrant mensonge, selon elle. Il ne lui répondait pas. Peut-être réfléchirait-elle alors …

Et c’est ce qu’elle fit. Du moins, il le supposait : tandis qu’il restait de marbre, elle le dévisageait si bien que l’on aurait pu croire qu’elle lisait les pages d’un livre ouvert.

Une lueur dont l’homme ne trouvait la nature illumina les yeux de l’elfe. Compréhension, sans doute. A moins que ce n’était un étrange mélange entre espoir et bonheur ?

Quoi qu’il en soit, elle extériorisait sa joie par une infinité de questions et un sourire conséquent. Il avait gagné, c’était certain. Satisfait, il découvrit ses dents blanches et prit un air réjoui. Il avait désormais en sa possession la mine d’or la plus merveilleuse.

Un problème demeurait néanmoins. Enfin, un problème qui n’en était pas un pour tous.

- Ne vous affolez pas avec cela, très chère.

Il réfléchit un instant puis enchaina d’un ton grave :

- Non, rien de tout ce que vous avez proposé … je vais mettre en scène votre enlèvement.

Owen n’était pas l’homme le plus intelligent qui soit. Il n’était pas de la race des probes et honnêtes non plus. Pourtant, il faisait preuve d’un talent certain lorsqu’il s’agissait de se procurer ce qu’il idolâtrait : l’argent. Sans doute était-ce sa muse.

- Ecoutez bien, ce ne sera pas compliqué …


ELLIPSE : QUELQUES HEURES PLUS TARD


L’avocat traversait calmement le château, vêtu comme un valet dans le corps nouveau que lui avait confectionné Gwëen. Elle l’accompagnait également, métamorphosée en servante. Ainsi, elle lui montrerait les lieux.

Les deux acolytes arrivèrent bientôt aux chambres du château. Ils entrèrent dans celle où devait être la femme du roi à cette heure-ci. Nul ne se rendrait compte de rien : c’était l’heure des réclamations.

Ils bloquèrent l’entrée avec une chaise et un bureau. L’homme regarda par la fenêtre. Un accès aux jardins : c’était parfait. Il brisa les carreaux de la fenêtre (oui je sais la chute des morceaux de verre serait douteuse mais bon ils ne sont pas si intelligents à l'époque on va dire ça hehe), défit le lit, déchira quelques couvertures et renversa de la paperasse.

- J’ai ce qu’il vous faut à Anteria. Ne prenez rien avec vous.

Sur ce, il attrapa l’elfe, la souleva et la mis en « sac à patate » sur l’une de ses épaules.

- Criez, maintenant. Que tous vous entende !

Ce qu’elle fit. Il commença sa course, sauta par la fenêtre, atterrit au jardin, rejoint la fontaine et s’élança dans les airs pour réapparaitre dans une vieille rue du pays des humains …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Encore une journée aux enfers   Ven 16 Avr - 16:51

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Encore une journée aux enfers   

Revenir en haut Aller en bas
 

Encore une journée aux enfers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre les mondes :: Les Mondes :: Naudiz :: ▌Forêts :: Forêts-