AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Orphelinat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ange Majeur

feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Orphelinat   Mar 23 Fév - 17:10

Toujours face contre terre (ou neige), Aladi ah se laissa glisser sur le côté. Elle resta ainsi immobile quelques secondes, histoire de reprendre ses esprits et de profiter à pleins poumons de sa liberté naissante. Un large sourire se dessina sur son visage. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pu respirer cet air là…

Las de fixer ainsi les cieux, l’Ange se redressa. Elle épousseta les doux flocons qui s’étaient agrippé à sa robe de soie puis écarta les mèches qui brouillaient sa vue. Ses yeux parcoururent le paysage qui s’offrait désormais à elle. Il n’y avait pas grand-chose à vrai dire. Du blanc à perte de vue. Pas un animal, ou même un végétal ne brisait cet océan nacré. La neige immortelle pour seule compagnie.

Un pied devant l’autre, l’être du ciel entama l’éternelle marche qui séparait le Tibet des Amériques. Elle ne ferait pas tout à pieds : la voie des airs demeurait amplement plus rapide. Néanmoins, c’est ainsi qu’elle fêterait sa nouvelle ascension. Si elle ne pouvait percevoir le froid et la chaleur, elle ressentait d’autant plus la douceur des flocons. Flocons qui, aux cieux, n’existaient pas.

Dans le dos de la demoiselle, deux ailes s’élevèrent haut vers le firmament. Aussi blanche que les montagnes qui l’entouraient, elles étaient en ces lieux à peine percevables. Et encore fallait-il qu’il y ait ici signe de vie avant de les apercevoir. Un battement, deux. Elle s’approcha de l’astre du jour. Sous la forme, pour les yeux d’autrui, d’un faucon gerfaut.

Les puissants muscles de l’oiseau lui permirent traverser Chine, Afghanistan, Iran, Irak, Turquie, Grèce, Italie, Espagne et Portugal. Sans compter les interminables étendues d’eau en quelques jours pour enfin arriver aux Amériques…

Une couverture de neige enveloppait la vaste ville de Chicago et le soleil bien dégagé aveuglait la majorité de ses habitants. Les rues étaient bondées et l’astre à son zénith. Sans doute était-il midi. A quelques secondes près. L’oiseau prit la forme d’un pigeon. Ainsi il passerait plus inaperçu. Il s’approcha du sol, vira dangereusement dans les nombreuses avenues pour à nouveau s’élever dans les airs et se poser sur un toit.

Maintenant, il fallait réfléchir à la stratégie qu’il se devrait d’adopter. Facile !

L’animal pénétra dans une sombre forêt implantée à proximité. Lorsqu’il fût certain que nul n’était présent, il prit soigneusement la forme d’une petite fillette aux boucles étincelantes. Habillée d’une robe abîmée, poupine, et une veste bien chaude sur le dos. Étape suivante : l’orphelinat.

Il n’avait pas été aisé à localiser, mais elle était enfin à ses pieds. L’Ange le fixa de toute sa hauteur. Elle semblait ainsi infiniment petite. Un innocent sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’elle se mit sur la pointe des orteils, histoire d’attraper la lourde sculpture de bronze qui faisait apparemment office de sonnette. Elle la laissa tomber trois fois dans un désagréable fracas. La porte s’ouvrit et dévoila le visage amical d’une dame âgée. La petite fit une révérence.

- Bonjour madame. Je suis Oleksienko Aladiah, ukrainienne de neuf ans. Cela fait quelques semaines que mon arrivée chez vous est prévue. Me voilà.

- Aladiah ! Entre !

Les humains… trop faciles à convaincre !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."


Dernière édition par Aladiah le Ven 2 Sep - 20:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Orphelinat   Mer 24 Fév - 15:26

April, assise sur le canapé du salon O'Brien soupira :

- Maman, si je récapitule : tu es entrain de me dire que tu as rencontré un type il y DEUX SEMAINES à Las Vegas, que tu l'as épousé à là bas, que tu es mortellement entichée de lui et que vous désirer ADOPTER ???

Lisa esquissa un sourire un peu gêné.

- Nous pas vraiment. C'est surtout lui en fait. Il a perdu sa femme et son fils dans un accident de voiture. Il veut un nouvel enfant mais ne peut pas en adopter s'il n'est pas en couple de façon déclarée. Donc, je l'ai épousé pour lui rendre service.

April baissa les paupières, d'un air las.

- " Pour lui rendre service "...A d'autres ! Je crois que depuis le temps j'ai compris que tu préférais être avec le premier crétin de la pire espèce que de te retrouver seule. Bon et il veut quoi ton gars à part une gosse et ton compte en banque ?

- Oh non, chérie ! Jake n'est pas comme ça ! Nos biens sont protégés à 100% par un contrat en béton et nous gardons deux comptes bancaires séparés.

- Jake ? Alors laisse moi deviner... il est...mmh... Australien cette fois ?

Lisa eut un nouveau sourire qui semblait dire " tu es très mignonne mais tu ne comprends rien, ma fille ".

- Non, il habite près de San Francisco.

- Ouh, un américain ? Lassée de la nourriture étrangère ?

- APRIL !

- D'accord, ça va...! Pourquoi tu me racontes tout ça ?

- Eh bien...Comment dire...j'ai pensé que te laisser ici seule après la mort de ton père n'était pas vraiment...Enfin j'aimerais vraiment essayer de former une famille unie ...cette fois.
-...Où est-ce que tu veux en venir...?

- Eh bien pour être honnête, j'avais dans l'idée que Jake, sa fille et moi venions vivre ici avec toi.

- QUOI ???!!!

April bondit du fauteuil.

- Lisa O'Brien, qu'on soit claire. Tu peux bien te fourrer tout les types que tu désires entre les jambes, ça te regarde. Mais sous le même toit que moi, et après la mort de ton très cher Ray qui plus est, et sous prétexte de me greffer une nouvelle "famille", je trouve ça légèrement gonflé !

- APRIL !!! Je te défens de me parler sur ce ton !

- Alors aide moi un peu et essaye de te rentrer dans le crâne que tu n'as rien d'une mère de famille et que cette nouvelles expérience que tu veux tenter est vouée à l'échec ! Sérieusement ! Tu t'imagines préparer le repas, faire le ménage et nous lire une histoire avant dormir ? Tu n'es même pas foutue de faire cuire des pâtes sans les transformer en bouillie, tu hurlerais rien qu'à l'idée de vider une poubelle et la seule chose que tu m'aies jamais lue est un mode d'emploi pour appliquer des faux-ongles !
Mais réveille-toi maman, réveille-toi sérieusement ! Même les animaux qui bouffent leurs petits ont plus d'instinct maternel que toi !

Lisa laissa tomber sa main sur le sofa, soufflée, la mine déconfite et pâle.

- Tu...tu as vraiment une image immonde de ta propre mère, April...

Elle leva vers sa fille des yeux de chiots humides.

- Crois tu que je ne regrette pas de pas avoir été là ? Penses-tu vraiment que je moque de l'enfant que j'ai portée et mise au monde ?

April souffla, l'air dur et le ton cinglant:

- Range tout de suite ton espèce de chantage affectif. Le jour où je suis sortie de ton ventre, je suis sortie de ta vie. Tu le sais aussi bien que moi.

Lisa se leva et plongea son regard clair dans celui de sa fille.

- Alors redonne-moi une chance. Je suis prête à être une bonne mère et à faire tout les efforts du monde. Les derniers évènements peuvent nous offrir cette vie qu'on a loupée.

- Tu l'as dit...

April soupira. Lisa l'imita.

- Très bien. Tu gagnes. Oui, j'ai été une mère atroce et oui, ton père et moi nous sommes comportés en égoïstes. Oui, je t'ai livrée à toi même. Oui, j'ai fait de lourdes erreur. Et non, je ne fais vraiment pas une bonne mère. Mais maintenant, je regrette. Je sens que je suis passée à côté de beaucoup de choses. A côté de toi, de ce qu'on aurait pu partager ensemble. Quand j'entends mes amies parler des week-ends en famille avec leurs enfants, ça me fait penser que moi aussi j'aurais dû faire ces choses là avec toi. Mais je l'ai pas fait et j'en suis navrée. Maintenant, je veux rattraper et réparer si possible, mes erreurs. Et...pour ça j'aimerais que tu m'aides April et qui tu me redonnes un peu de ta confiance et une nouvelle chance.

- ...

-...

-...

-...Si...si tu savais le temps que j'aurais attendu pour entendre un jour ces mots-là...Peut être qu'on peut essayer à nouveau, oui...


Là, tout sarcasme était loin. April se trouvait tout bonnement face à l'un de ses plus grands rêves. L'idée d'une famille. D'une vraie.

Elle avait compris au regard de Lisa qu'elle était sincère. Après tout, elle avait peut être mal jugé sa mère. Certaines personnes savaient changer quand elle le voulaient vraiment. Et c'était plus de l'envie, de la conviction qui brûlait dans les yeux bleus de la femme qui lui avait donné la vie.

Prise de compassion et assaillie par ses rêves si proches, elle vint s'asseoir auprès de sa mère.


- D'accord...D'accord je veux bien essayer.

Elle attrapa alors la main de Lisa :

- Mais je ne supporterais pas une nouvelle désillusion. Cette fois, je veux que tu sois sincère et sûre d'aller jusqu'au bout. Sinon, tu peux tout oublier tout de suite.

Lisa sourit, émue et secouée par les mots d'April.

- Je te le promets.

April inspira et se leva pour faire quelque pas et prendre sa veste.

Espérons que les promesses de Lisa valent mieux que celles de Ray...

Elle passa l'habit de cuir brun.

- Bon, et si tu me le présentais ton Jake adoré ?

/////////////////////////////////////

Il faisait un de ces froids ! April sautilla un peu sur place, bras serrés contre son corps comme un pigouin et se balançant de droite à gauche.

- Quand est-ce qu'ils ouvrent, je gèèèèle ! gémit-elle en sautillant de plus belle et en donnant des petits coups de bottes dans le mur en pierre de la façade enneigée de l'orphelinat.

Jake se mit à rire et Lisa secoua la tête en levant les yeux au ciel, le sourire aux lèvres elle aussi.
Bien que glaciale, c'était une belle journée qui s'annonçait.


- Tu vas voir April, tu vas apprécier Aladiah, ça fait plusieurs semaines que je viens la voir en attendant la confirmation de droit d'adoption.

April enfouit son visage du menton au nez dans son col roulé de laine et hocha plusieurs fois la tête en souriant.

Elle aimait bien Jake. Un brave type pour une fois.

Elle devait reconnaître qu'il n'avait rien des habituels amuses-gueules que trouvait sa mère et qu'elle commençait à se lier d'amitié avec lui.

Un gars sympa, une bonne gueule, un rire franc et un regard vif. Ingénieur en aéronautique de son état, grand passionné de bateaux et d'architecture, un peu bougon le matin avant son café et facilement inquiet pour ses proches. Un beau-père, puisqu'il avait épousé Lisa, très cool, capable de passer des heures à discuter politique, culture ou même série T.V avec vous.
Un peu le père qu'elle avait rêvé avoir. Mais arrivé un peu trop tard pour lui offrir l'enfance tant désirée.

April après quelques semaines passées avec sa mère et lui ne voyait plus d'inconvénient à ce qu'ils restent vivre à la maison, dans ces lieux où elle s'était habituées à errer seule.

Ça faisait drôle quand même de trouver le dimanche matin la table du petit déjeuner dressée, Lisa, main dans celle de Jake, des étoiles dans les yeux.

C'était beau à voir et April se sentait heureuse pour sa mère. Mais en même temps ce genre d'images lui rappelaient terriblement Mitzrael et c'était malgré tout assez douloureux.

- Ton écharpe est mise n'importe comment, pas étonnant que tu aies froid, Apple ! fit l'homme souriant en l’appelant par son surnom.

April laissa, un rien charmée par cette image familiale, Lisa replacer convenablement ladite écharpe et continua de piétiner.

Soudain, la lourde porte émit un bruit et s'ouvrit. Devant eux se tenait une femme d'un âge certain.
Elle avait un regard perçant et son large sourire creusait de marrantes petites fossettes près de ses yeux.

Elle inspirait plutôt confiance.

- Mr Rainford, Mrs O'Brien ! Bonjour ! Aladiah vous attend au salon !

Jake esquissa un grand sourire.

- Cette fois, nous sommes venus avec April.

La rousse leva la main à l'évocation de son nom en saluant de la tête.

- Merveilleux ! Entrez, entrez !

On quitta le vent hivernal pour un intérieur tiède. April jeta un coup d’œil en suivant la troupe ; de la vieille moquette, des papiers peints très kitsch d'après le style des années 50, un siège de cuir tanné devant un bureau de bois verni, encore un couloir tapissé de moquette et bientôt un petit salon meublé d'une vieille bibliothèque presque aussi large que le mur. Sur un fauteuil, sagement assise, une petite fille brune, un roman de Dickens usé dans les mains.

Jake s'abaissa pour se mettre à sa hauteur. Lisa, qu'un rien émouvait facilement surtout quand il s'agissait des hommes, prit la main de sa fille dans la sienne.

- Bonjour, Aladiah ! Alors prête ? Aujourd'hui est un grand jour, tu rentres avec nous ! Et regarde qui est là ! Je t'avais promis de te présenter ta soeur !

April serra à son tour la main de sa mère entre ses doigts. Ça faisait vraiment bizarre d'entendre le mot "sœur" mais elle avait dit oui à Jake pour qu'Aladiah l'appelle ainsi et qu'on la traite comme la fille de Jake et Lisa. Elle savait bien que ça faisait seulement un ou deux mois tout au plus mais elle avait un bon feeling avec Jake et puis c'était son rêve après tout, une famille normale...

ET une famille n'est pas une famille si les membres ne se reconnaissent pas en tant que tels entre eux, si ?

Jake fit signe à la jeune rousse. C'était marrant, elle avait l'impression qu'on lui disait d'approcher d'un animal féroce calmé par un dompteur.

April s'accroupit à son tour devant l'enfant.

- Salut Aladiah. Elle sourit. Alors on va vivre ensemble ! Si tu aimes lire, j'ai tout une bibliothèque dans mon bureau, ça te dirait de la voir ?

Une question : pourquoi se sentait-on toujours obligé de prendre un ton niais et chantant pour parler aux mômes ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur

feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Orphelinat   Jeu 25 Fév - 19:45

Tout s’était fait très vite. A peine était-elle arrivée qu’un homme avait prit sa bouille innocente en amour. Elle n’avait pas eu besoin d’user de sorts et de charmes pour qu’il se décide. Le tout s’était fait spontanément… et hâtivement ! Cela faisait aujourd’hui trois semaines, et elle n’en avait plus que pour quelques heures avant de décoller d’ici.

S’habituer au rythme de vie de l’orphelinat n’avait posé aucun problème majeur à l’Ange. Que du contraire : casser cette infâme monotonie prodiguait un agréable sentiment de liberté. Son adaptation sociale s’était également faite sans embroches. Pourtant, elle insupportait les gosses. Le comble, je confirme... Elle était l’unique enfant à ne jamais se plaindre du goût infecte de la nourriture (allez savoir pourquoi). L’unique à ne pas protester quand venait le temps d’être sérieux. L’unique à se concentrer sur tout forme d’apprentissage. Pour conclure, elle demeurait fort appréciée des sœurs.

La dernière fois qu’elle avait entrevu Jake, il lui avait annoncé qu’ils partiraient ensemble. Il lui présenterait sa femme, Lisa, et sa fille April. Puis ils partiraient vivre dans une splendide maison, au centre de Chicago.

En ce moment, la petite lisait un agréable roman de ce fameux auteur qu’était Charles Dickens. Elle le connaissait depuis peu, mais il fallait reconnaître qu’il avait un talent certain. Rien comparé à ces bouquins que pouvaient écrire les siens.

La porte s’ouvrit, des bruits de pas résonnèrent. Aladiah referma son livre et leva calmement la tête, un petit sourire aux lèvres. La première personne qu’elle remarqua était bien évidemment Jake : visage familier. Elle le suivit du regard, il se pencha devant elle.

- Bonjour, Aladiah ! Alors prête ? Aujourd'hui est un grand jour, tu rentres avec nous ! Et regarde qui est là ! Je t'avais promis de te présenter ta sœur !

L’Ange acquiesça, une mine timide sur la face, les yeux rivés vers le sol.

Quand elle releva la tête, que ses prunelles se posèrent droit dans ceux de la jeune rousse, il sembla que le temps s’était arrêté. Retenant une mine étonnée, Aladiah dévisagea sa sœur un temps qui lui sembla être éternité. Elle ?! Par Metatronche, que la chance lui souriait !

Mais pitié, qu’elle cesse de lui parler comme si elle avait cinq ans ! C’était d’un ridicule … Une insulte à son rang.

Elle découvrit le blanc de ses dents, radieuse, et serra la main de l’adolescente.

- Enchantée April. J’en serais ravie, je ne te le nie pas. Si tu as des écrits de Sartre, surtout. Cet homme a une réflexion exceptionnelle même si saugrenue sur la vie. Je trouve son profil psychologique très intéressant. (Et oui ! Aladiah sait parler correctement quand elle prend la peine !).

Elle porta ensuite son regard que celle qui prendrait la place de mère.

- Je suis également heureuse de te rencontrer, maman.

Comme elle était à l’arrière, elle ne pouvait lui serrer la main. Elle lui adresse néanmoins un signe respectueux de tête.

Elle se redressa et désigna du doigt une petite valise.

- Mes bagages sont déjà prêts. Dites-moi quand vous désirez partir. Je me rangerais à votre choix.

Elle alla ensuite jusqu’à Lisa pour tout de même lui serrer la main.

- Tu es une maman beaucoup plus jolie que toutes celles que j’aurais pu imaginer !

Qu’est-ce qu’il ne fallait pas faire pour plaire…

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Hé, fini de penser de réfléchir, de cogiter,
Un vrai lieutenant de l’armée n’a pas le droit de s’égarer.
On m’a parlé de patrie, de fierté, de mon sol,
D’un bon devoir accompli, et cet avion décolle.
Je suis sûr d'être un type bien, un véritable puritain, un patriote américain ;
L'Etat a fait de moi un homme, pas un pantin,
On m'a seulement appris à faire le bien."


Dernière édition par Aladiah le Ven 2 Sep - 20:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Orphelinat   Jeu 25 Fév - 20:21

Quel...étrange petit bout d'humaine...!

April resta bouche bée devant sa réplique à son invitation.

Une chose était sûre, cette gamine lui plaisait.

Elle la regarda saluer Lisa avec des manières franchement adultes pour une petite fille de son âge.

Apparement la fée maturité avait été généreuse sur son berceau...

Jake était tout sourire. Il adorait cette gosse, ça se voyait.

- Mes bagages sont déjà prêts. Dites-moi quand vous désirez partir. Je me rangerais à votre choix.

April se tourna vers Jake, sourcils froncés, yeux grands ouverts, avec un sourire, le tout dans un air surpris et presque affolé qui signifiait " mais c'est quoi cette gamine ?! "

- Tu es une maman beaucoup plus jolie que toutes celles que j’aurais pu imaginer !

Lisa sourit, passant un bras avec affection autour des épaules de l'enfant et l'invitant à la suivre vers le bureau où il allaient signer les papiers. April fit signe à Jake qu'elle se chargeait des bagages. Bien entendu, il fit la sourde oreille.

Laisser une fille porter les valises ! Franchement ! C'était pas vraiment son genre et le regard " bats les pattes ! " qu'il lança à la rouquine en se penchant pour les attraper, ne faisait que le confirmer.

Quelques graffitis d'encre plus tard, les portières du monospace blanc de Jake s'ouvrirent, on descendit et :

- Bon, eh bien, nous y voilà !

April se mordit la lèvre en voyant la gamine entre sa mère et son beau père découvrir le palais O'Brien.

Spoiler:
 

Avait-elle bien fait d'accepter qu'ils restent tous dans cette maison que des puissances inhumaines et osbcures connaissaient si bien ?

Pourquoi avait-elle soudainement l'impression de les mener en zone rouge ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur

feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Orphelinat   Ven 26 Fév - 19:55

Tout s’était déroulé rapidement. Les présentations terminées, les papiers signés et le trajet en voiture achevé, la petite famille s’extrait enfin des griffes de la monospace. Aladiah mit joyeusement pieds à terre. Puis seulement son regard se reporta sur la demeure.

Yeux grands ouverts, la mâchoire décrochée, elle resta un instant bouche bée sur une villa digne des plus beaux palais de Chine.

- Bon, eh bien, nous y voilà !

- Wahou ! Cette demeure est tout bonnement magnifique. Je n’aurais jamais cru y poser un jour les pieds.

De la chance, elle en avait ! Nul doute là-dessus ! Limite plus majestueux que la citadelle des Anges. Mais limite seulement. Il ne fallait pas exagérer.

A pas lents (elle n’était pas très haute en taille, il fallait du temps pour admirer une telle splendeur architecturale à son juste titre), elle se dirigea vers la porte d’entrée. Jake lui ouvrit la porte. Elle pénétra dans le hall et tourna sur elle-même.

- C’est encore plus beau de l’intérieur ! Les jardins sont toujours mon gracieux l’hiver venue.

Celui qui tenait désormais la place de père la desservi de sa veste et rangea celle-ci sur le porte-manteau.

La petite fille rejoint April et lui attrapa la main.

- Tu me fais visiter ?


Dernière édition par Aladiah le Ven 2 Sep - 20:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Orphelinat   Ven 26 Fév - 21:06

Aussitôt dit, aussitôt fait. April montra à Aladiah l'entière maisonnée.
Enfin tout sauf une pièce...

Après la visite, elle revint devant la porte de cette pièce qu'elle poussa doucement.

- Et là...

Le panneau de bois blanc s'écarta pour laisser voir une immense chambre d'enfant décoré et fournie de partout par des jouets, des livres, des énormes poufs moelleux, le tout dans une atmosphère très chaleureuse aux allures de cocon.

- ...ta chambre ! Elle te plaît ?

April entraîna la gamine dans la grande pièce feutrée.

- J'ai hâte de pouvoir me rappeller de tout les moments qu'on passera ensemble. Si tu veux je pourrais t'apprendre l'escalade ! fit elle avec un sourire.

Son regard se tourna vers la fenêtre d'où filtraient de grands rayons de soleil. Il avait cessé de neiger un instant. Elle observa les vitres.

Un carreau qui éclate...si facilement...Des griffes rouges et ce sourire sadique...Elle sentait qu'avec l'arrivée d'Aladiah, ces images la hanteraient désormais plus que jamais...

Et "Dane"...Il savait si bien ruiner sa vie...Est-ce qu'une gamine de 9 ans l'arrêterait ? Pas le genre.

Franchement inquiète, April souffla quelque chose qu'elle regretta dans la minute même :

- Si...si jamais tu vois quelque chose.... d'anormal, Iil ne faudra surtout pas en parler à Jake et Maman. Il faudra que tu me le dises à moi, et à moi seule. Est-ce que tu me le promets ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Majeur

feat. : Eva Green
Je suis : Aladiah
J'ai fait : Rp ?
Messages : 637

Feuille de personnage
Orientation politique: Svoboda
Classe&Métier: Soldat, cavalerie lourde
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Orphelinat   Sam 27 Fév - 15:01

C’est donc accompagnée de la petite rousse qu’Aladiah fit le tour de la luxueuse villa des O’Brien. La bibliothèque était effectivement bien remplie. Les décorations simples mais magnifiques. L’endroit avait tout pout plaire.

La dernière pièce dans laquelle pénétrèrent les deux demoiselles fût évidemment la nouvelle chambre de l’Ange.

- ...ta chambre ! Elle te plaît ?

Les yeux dévorés par l’émerveillement, cette dernière observa le tout, bouche bée. Elle déposa le livre qu’elle avait encore entre les mains sur un bureau.

Tons blancs et bleus (ses favoris), rideaux et draps de soie. Douce odeur d’un encens floral. Rose et tulipe, peut-être. Livres de toutes sortes, quelques bricoles et vue imprenable sur le jardin. Tableaux et miroir.

- Elle est incroyablement belle, merci !

Déclara la petite fille, sautant au cou de sa sœur.

- J'ai hâte de pouvoir me rappeler de tous les moments qu'on passera ensemble. Si tu veux je pourrais t'apprendre l'escalade !

Elle avait sourit, Aladiah le lui rendit. Et c’est dans une expression enthousiaste qu’elle s’empressa de répondre.

- Ce serait un réel honneur ! J’en serais ravie.

Impressionnée, celle venue du ciel se tourna vers une magnifique peinture de Caravage. Pour sur, cet homme avait beaucoup de talent.

Elle s’était apprêtée à le faire remarquer. Néanmoins, lorsqu’elle se retourna, c’est avec un visage anxieux, rivé sur la fenêtre, qu’elle retrouva l’étudiante.

La petite fronça les sourcils. Pencha la tête à droite dans une expression de questionnement.

Elle n’eut pas besoin de poser de questions : la réponse vint d’elle-même.

- Si...si jamais tu vois quelque chose.... d'anormal, Il ne faudra surtout pas en parler à Jake et Maman. Il faudra que tu me le dises à moi, et à moi seule. Est-ce que tu me le promets ?

Un petit sourire se dessina sur la face de la créature des lumières. Elle haussa un sourcil.

- Rassure-toi, April. Je ne pense pas être de ces enfants effrayés par les démons de la nuit.

Double sens, assurément. S’il s’agissait bel et bien de la fille qui s’était retrouvée confrontée aux trois idiots (ainsi qu’au déchu), elle situait bien l’allusion que faisait la jeune adulte.

- Un monstre n’oserait s’en prendre à une enfant. Si l’on excepte les pédophiles, mais je doute un jour en voir un grimper si haut afin de se dénicher une proie.

Elle sourit et prit à nouveau sa sœur dans ses bras.

-Il ne faut surtout pas que tu t’inquiètes pour moi. Tu as certainement déjà assez de soucis à te faire pour toi.


Dernière édition par Aladiah le Ven 30 Juil - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Orphelinat   Dim 28 Fév - 12:40

- Rassure-toi, April. Je ne pense pas être de ces enfants effrayés par les démons de la nuit.
- Un monstre n’oserait s’en prendre à une enfant. Si l’on excepte les pédophiles, mais je doute un jour en voir un grimper si haut afin de se dénicher une proie.

La jeune O'Brien laissa, muette, la gamine la câliner.

-Il ne faut surtout pas que tu t’inquiètes pour moi. Tu as certainement déjà assez de soucis à te faire pour toi.

- April ? Tu peux me dire où tu as rangé ma chemise bleue ? C'est toi qui a trié le linge, non ?

April se leva un peu comme une automate.

Elle avait bugué à partir du mot démon. Son coeur s'était emballée et elle avait été vraiment déroutée par ces paroles. Devait-elle voir là une simple coïncidence ?

* C'est pas vrai, April ! Tu deviens parano ! "Démons" est un mot très courant après tout...*

Pas forcément convaincue elle-même, elle posa une main distraite sur celle d'Aladiah et se dirigea vers la sortie.

Mais avant de rejoindre le grand couloir et le dressing de sa mère, elle se retourna vers sa nouvelle petite soeur, un rien livide.

- Ces mots-là non plus, il ne faut pas les dire. S'il-te-plaît, Aladiah. Ne les prononce plus.

Hochant la tête pour souligner son ton grave, elle referma la porte de bois peint et tenta de chasser l'image de Zephiro escaladant la façade pour monter à la fenêtre de la gamine pendant la nuit.

Après tout, c'était un démon, le mal incarné. Et une gosse à laquelle elle tenait, il était bienc capable de trouver ça très amusant...

Elle frissonna puis s'enfonça dans le dressing pour noyer ses pensées lugubres parmi les trentaines de chemisiers bleus de sa mère. Maintenant, l'affaire était de trouver le bon...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Orphelinat   

Revenir en haut Aller en bas
 

Orphelinat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre les mondes :: Les Mondes :: Anteria :: ▌Chicago :: Banlieue :: ▌Quartiers riches-