AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 When we see the truth...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: When we see the truth...   Mer 6 Jan - 22:08

Il était environ minuit et quart.
April rentrait de la fac où elle avait bossé de nuit. Depuis peu, depuis qu'elle avait quitté Kyle en fait, elle vivait dans une suite d'hôtel que sa mère avait absolument tenu à lui louer. Hors de question qu'une O'Brien dorme chaque soir dans un motel.


Une suite située juste à côté de celle de sa mère en réalité. Sa mère et son crétin d'amant slavo-italien.

Elle devait passer dire à sa mère qu'elle avait eu Sophie au téléphone, l'ex-assistante et accesoirement maîtresse de son père , et qu'elle lui avait dit que tout se passait bien hormis les tonnes de paperasse à remplir - Ray étant décédé, on avait promu cette femme à sa place.

April la connaissait un peu, c'était elle qui, étant en congé maternité lors de la naissance de la fille unique des O'Brien, s'était occupée de l'élever et de l'instruire.
Une fille plutôt bien, Sophie.
April ne comprendrait juste jamais comment elle avait pu être attirée par son père au point de devenir sa maîtresse pendant 5 ans...


Enfin bon, ça, c'était ses parents que ça regardait.

Elle poussa la porte du salon de la suite qu'occupait Lisa et Pavlov.

A peine entrée dans la pièce blanche, feutrée et circulaire, elle entendit des murmures, des rires, des bruits de succion, des petits couinements assez dérangeants provenants du canapé...

- Oh pitié, c'est pas vrai ! Vous avez pas une chambre et un lit pour ça ?! râla-t-elle, détournant la tête en voyant des jambes soulevées et croisées autour d'un dos masculin.

Vision d'horreur quand il s'agit de ses parents...

- April ?!!!

- Bah oui, triple nouille, qui veux tu que ça soit ?! lâcha April en haussant les épaules presque avec détachement et l'air froissé tout en notant que - tiens tiens - il n'y avait eu aucun accent italien stupide dans la voix de l'homme...

Elle le vit bondir du canapé en attrapant un plaid pour se cacher derrière.

- Désolé, April. Je peux tout expliquer...

La rousse haussa un sourcil. Il était tout pâle.

- C'est bon, ne fais pas non plus comme si j'avais 5 ans ! Des hommes nus j'en ai vu plus que tu as de doigts, c'est pas comme si j'allais en crever...

Bon, maman, je me demandais où tu avais fichu les formulaires de dépôt de marque, Sophie en a besoin pour une affaire, j'ai pas trop compris quoi...


Soudain, elle se tut.

Ca ne fut pas sa mère qui passa la tête par dessus le dossier du canapé mais une brune maquillée comme un camion volé.

Elle ne dit plus rien. Mais regarda juste Pavlov.

Puis, d'un pas égal, elle se rendit dans le dressing à côté de la salle de bains, attrapa un gros sac cuirassé de et le traîna dans le salon devant l'infidèle et sa poule de luxe.

- Voilà ta valise. Je te laisse 20 minutes pour tout empaqueter et dégager toi et ta pouffe, loin de ma mère et d'ici.

Quel lâche ! Il s'éxécuta sans broncher, se rhabillant et parcourant toute la suite pour regrouper ses affaires.

Pendant ce temps, April secoua la tête et alla fouiller dans les malles de sa mère pour retrouver le papier qu'elle cherchait.

Tous les mêmes. Pourquoi sa mère était-elle assez stupide pour toujours se laisser embobiner par des m'as-tu-vu du genre ?

Dans le canapé, la brune,qui avait remis ses sous vêtments, restait assise avec une mine incompréhensive.

- Bettina n'a pas compris. Elle ne parle aucune langue universelle.

April haussa à nouveau un sourcil. Preuve que ce type était un véritable légume : il n'existe qu'une langue universelle sur Terre et il s'agit de l'anglais.

- Je suis sûre que si, fit la jeune rousse en attrapant une liasse de dollars et en la tendant à la fameuse Bettina qui cette fois l'attrapa, enfila ses vêtements et fila sans demander son reste.

Pavlov qui avait du croire qu'elle l'attendrait afficha une mine un peu déconfite.

- Triste monde où l'on peut tout acheter avec quelques feuilles de papier imprimé. lâcha April, caustique.

Elle alla ouvrir la porte d'entrée du hall de la suite.

- Fiche le camp, maintenant.

Elle referma la porte derrière lui et alla s'asseoir dans le canapé pour se prendre la tête dans les mains et réfléchir. A comment expliquer tout ça à sa mère sans lui briser le coeur. Car elle s'était bel et bien entichée de cet homme là.

Elle l'appela et apprit qu'elle était encore au salon spa en bas.

Elle attendit plusieurs minutes
que sa mère revienne.

Pimpante et rayonnante, Lisa finit par pousser les grandes portes blanches plusieurs sacs de produits de beautés à la main.

April sentit son coeur se serrer...C'est parti pour le massacre...

- Avril chériiie ? Qu'est-ce que tu fais là ? Et où est Pavlov ?

- ... Maman, il faut que je te parle.

///////////////////////////////////////////////////////

Une, deux, trois boîte de mouchoirs compta mentalement April alors que Lisa se mouchait bruyamment à côté d'elle.

- Il avait l'air tellement gentil et drôle...!!!

April se mordit la lèvre pour s'empêcher de répliquer qu'il avait surtout depuis le début l'air mielleux et faux-jeton, et ressera son bras autour des épaule de sa mère.

- Tu as de la chance, toi, tu es tellement exigente et réaliste que l'homme que tu aimes ne peut qu'être quelqu'un de vrai et de sincère.

Le regard vert coula vers le sol et la droite. Elle fit un bruit entre un soupir et un rire moqueur.

- Va dire ça à Mitzrael...souffla-t-elle sans que Lisa puisse l'entendre.

Elle se retourna en sentant sa mère bouger. Elle s'essuyait les yeux avec une mine résignée.

- Bon, oublions cet idiot, tu veux ?

April afficha un léger sourire et hocha la tête.
Un peu qu'elle voulait !


- Pour une fois que l'on est que toi et moi, autant en profiter, non ?

Nouveau sourire. Nouvel hochement de tête.

- Que dirais-tu de louer un film ? Je n'ai qu'à demander à la réception. Une soirée entre mère et fille ça pourrait être bien !

- Ben...Si tu veux...

- A moins que tu préfères qu'on discute ? Raconte moi tes histoires de coeurs ! La petite Hayes m'a dit la dernière fois que je l'ai vue que tu étais avec un certain Do'Han ? Un beau jeune homme blond absolument charmant selon ce qu'elle m'a décrit...!

- ... Je vais demander s'ils ont Massacre à la Tronçonneuse. J'ai toujours rêvé de le voir.

Elle roula des yeux devant l'air effrayé de Lisa.

- Ou alors on peut louer Love actually...

- Merveilleuse idée !

Visiblement, Lisa n'avait pas plus envie de parler qu'elle...

Elle alla passer commande auprès de la réception pendant qu'April commençait à trouver peu à peu une certaine utilité à ces cordes dorées qui pendaient des lourdes barres de rideaux.

Un détail la gêna. L'imposant et capiteux parfum de Lisa s'étant éloignée avec sa propriétaire, l'air prenait une senteur pure, une odeur de linge propre, un peu florale avec un léger fond de tabac fraîchement coupé.

L'odeur de Mitzrael.

April laissa ballotter sa tête sur l'accoudoir du sofa.

- Sors de ma tête, foutu déchu...grommella-t-elle en silence.

Pour se changer les idées, elle alluma le poste de télévision. Enfin, l'affreux, le monstrueux écran plasma qui prenait les trois quarts du mur du salon.

" Je ne peux l'avoir inventée puisque je ne le savais pas encore hier s.."

Zappe.

" Il n'a jamais livré cette information "

Zappe.

" On comptait faire une biopsie avant le déjeuner "

Zappe.

" Une toute nouvelle tendance qui veut que l'on porte.."

Zappe.

" Etant donné que "

Zappe.

" Americaaan liiiiife just an american dreaaaam ".

Zappe. - Ces fabriques télévisées de casseroles en série aux heures de grande écoute ! -

" Une fois encore il a du... "

Zappe.

" là qu'il erre depuis quelques temps à la recherche de ses maîtres."

Zappe.

" Angel by Thierry Mugler..."

ZAPPE.

Tout à coup, la tête de Kyle, souriant sur une photo, en T-shirt à manche longues, s'afficha en grand sur l'écran.

"...Deltignant aurait disparu depuis deux semaines. La police a retrouvé des traces de sang sur le lieu qu'on présume être celui de l'affrontement... "

Elle n'entendit pas bien la suite, sonnée.

Puis, à l'écran, une photo de la maison de Kyle.

" C'est là que l'adolescent vit avec sa famille dans un quartier excentré de Chicago ".

Hein ??? QUOI ?!

C'était quoi cette histoire ????!!!!

Comme un automate, April se dirigea vers le bureau où elle alluma un pc pour se connecter sur Google et taper les mots "Kyle Deltignant".

Des dizaines de lignes portant le nom de Kyle s'affichèrent. Elle cliqua un peu partout, paniquée.

Des articles sur sa disparition, des avis de recherches, des appels à témoins...

NON NON NON NON !!!!

April se rua sur sa veste dans l'entrée pour attraper son téléphone dans sa poche.

Contacts, Deltignant Kyle.

Kyle n'ayant pas de portable, elle tomba sur le fixe des Deltignants.

- Oui ?! fit la voix affaiblie mais très alerte de Hannah.

- C'est moi...April...Je..je viens de voir les infos...

- ...

- Il a vraiment disparu ? - question idiote et inutile, bien sûr qu'il avait disparu, Mme Deltignant n'allait pas lui dire " non non c'était juste une blague " ! Mais question ayant pour seul but de la rassurer. Parce qu'il fallait bien dire quelque chose...

- Nous avons essayé de t'appeller mais nous n'avions que ton ancien numéro...Tu ne saurais pas où il a pu aller toi ?

- Je...Je n'en sais rien..Désolée...Mais qu'est-ce qu'il s'est passé ?

- Nous l'ignorons ! fit la voix désepérée et morte d'inquiétude de Hannah. Il est sorti et nous ne l'avons plus revu...!!!

- D'accord...Il n'est peut être pas bien loin...

* Et quoi ? Il s'est perdu en route ? Lui qui connaît la ville comme sa poche...? *

Ecoutez, Hannah...Si je peux faire quoique ce soit pour aider...

- Merci April...Oui, nous prévenir dès que tu as des nouvelles...Nous avons tout de suite été voir près de ces garçons de ta fac qui l'avaient battu, la police y a fait une perquisition mais nous n'avons rien trouvé...! Nous avons juste ces maudites traces de sang...Oh mon DIue, Mon Kyle, mon petit garçon ! Je n'ose même pas imaginer ce qui a pu lui arriver !!! On entend tellement de choses aujourd'hui !!!!

- Du calme Hannah. Kyle est un garçon intelligent et très débrouillard. Il est sûrement entrain de chercher à rentrer.

* Alors pourquoi ta gorge se noue ainsi, April ? *

- Ce sang qu'on a retrouvé est bien le sien, il lui est forcément arrivé quelque chose ! Et si avant de se faire attaquer, était parti ? S'il n'était pas suffisament heureux ?!!! S'il avait préféré partir pour vivre seul comme son frère ?! Nous ne savons même plus quoi penser ou croire !

- Non, vous et moi connaissons assez bien Kyle pour savoir qu'il ne vous ferait jamais ça. Il est heureux avec vous, il n'a jamais arrêté de l'être. Nous n'avons plus qu'à laisser la police faire son travail et le ramener sain et sauf à la maison, enfin chez vous, je veux dire...
Courage Hannah. Quoi qu'il lui soit arrivé, je suis sûre qu'il saura s'en sortir. Il sait toujours quoi faire.


- Oui...Oui tu as raison. Nous ne devons pas désespérer. Tout ira bien et il rentrera fêter Noël ici comme toujours.

- C'est ça. Dites vous ça et faites lui confiance.

- Je dois te laisser...Un autre appel...Aurevoir April, merci à toi.

- Aurevoir Hannah et courage à vous tous.

En éteignant le combiné, elle se sentit vide. Vide et morte.

Une sonnerie dans l'entrée.

- Le Dvd que vous avez demandé.

- Ha ! Avril, le film est arrivé ! Tu as allumé le lecteur ?

- Maman. Pas ce soir, le film. Je rentre.

En voyant la mine diaphane et livide d'April, Lisa ne protesta pas.

- Ca va all...

- A plus tard. coupa April en sortant, sa veste à la main.

/////////////////////////////////////

La maison était vidée de partout depuis les investigations sur le meutre de Ray. Mais l'étage était accessible.
Elle grimpa les escaliers, deuxième palier, poussa la porte de sa chambre et entra d’un pas aveugle. Referma le battant. Le geste mécanique et le regard absent.

Elle se débarassa de tout ce qu’elle avait sur le dos. Tout détruire pour mieux refaire.

Elle commença par saisir en tas toutes les affaires éparpillées qu’elle venait de quitter puis les mena sans embage dans le grand bac de linge de la buanderie.

Elle fonça ensuite sur les T-shirts, jeans, pulls et tennis qui traînaient dans ses armoires, les happa pour les enfourner sans émotion dans un large carton qu’elle baillonait abruptement d’un solide scotch de déménagement.

Elle recommença ce violent rituel jusqu’à vider complètement placards, commodes, étagères, bureau et table de nuit.

Elle tracta ensuite les cartons au grenier où elle les enferma sous clé, les condamnant à l’exil total.

Revenue à son étage, elle entra dans le dressing, s’empara d’un cutter et en déploya la brillante lame…

Le bruit du métal creuva le carton et l’arme blanche s’acharna sur l’emballage avec une application presque horrifiante quand on connaissait la jeune rousse.

C’est ainsi que les bottes et escarpins à talons remplacèrent les tennis et les ballerines, les tuniques, chemisiers et hauts de grandes marques évincèrent les simples polos passe-partout.

Les jeans, quant à eux, s’étaient parés de strass, clous esthétiques, graphismes et coupes tendance. Les pulls avaient troqué leur épaisseur pratique pour des matières souples et onéreuses aux formes cintrées. Les tiroirs vides de la commode s’étaient remplis de bijoux, écharpes, sacs et pochettes de soirée créateurs et de lingerie fin, élégante ou osée qu’April aurait d’ordinaire réduit en cendre plutôt que de les porter.

Elle commença par attraper un ensemble de sous-vêtements satinés comme ceux qui bondaient le dressing de Trisha Hayes. Puis passa un jean étriqué et décoré de strass exubérants qui indiquait sur le poches arrières les mots, ô combien intellingents et recherchés, « so sexy ».

Belle image pour un bouleversement total sans transition.

Elle enfila avec ce pantalon, un T-shirt effrontément décolté, d’un rouge vif aux manches pourvues de rubans de soie.

A cela, elle ajouta une haute paire de bottes fines en cuir brun. Elle ceignit sa taille d’une ceinture du même ton, truffée d’anneaux et de clous dorés, qu’elle fit glisser à la manière de Trisha et ses amies, plus bas encore que le bas du dos, pour souligner de façon aguicheuse la courbe de ses formes.

Elle marcha ensuite vers sa coiffure. La vue de son visage habituel dans cette nouvelle tenue si peu elle-même la frappa comme un boulet de canon.

Vite, gommer cette figure là. Vite redessiner. Et détruire toute trace d’April O’Brien.

Elle se composa avec adresse un masque complet, fonçant et fardantn sa peau blanche, maquillant ses cils et ses yeux d’un épais trait lisse et noir qui ne laissait plus voir que le vert émeraude de ses iris.

Colorant ses lèvres d’un voile nacré et brillant, elle se regarda dans le miroir. Pourtant parée à la perfection, elle ne se sentait, paradoxalement, pas belle. La beauté pour elle était synonume de naturel…bien plus naturel…

April, la vraie April, avait bel et bien disparu.

Sans aucune pitié pour elle-même, elle alluma une bougie, attrapa dans un trousseau une aiguille pointue, la passa quelques secondes dans la flamme puis l’enfonça rapidement dans les lobes pleins de ses oreilles, s’interdisant la moindre plainte, visage crispé et statuaire, durant l’opération.

C’était là une punition encore bien légère pour ce qu’elle méritait.

Elle glissa ensuite dans les orifices désinfectés les passants de lourdes boucles en or, larges créoles plates agrémentées de pampilles du même métal précieux, accrochaà ses poignets les bracelets les plus clinquants qu’elle puisse trouver dans ses nouvelles affaires, entoura son cou à présent bruni par le fond de teint d’une chaîne d’or et de pierres semi-précieuses.

Elle releva ses cheveux en une coiffure lâche, savamment décoiffée et particulièrement en vogue puis passa une nouvelle veste de cuir brun assorti à celui de la ceinture et des bottes.


Voilà. Débrassée d’ « April », elle n’avait plus qu’à devenir « O’Brien ».

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par April le Jeu 21 Jan - 15:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu

feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Jeu 14 Jan - 17:19

Les yeux vairons identiffièrent le décore. D'une chambre allurée d'hôtel, April venait de transporter Mitzrael dans la maison O'Brien. Sans tenter de poser un regard sur la silouhette rousse, il glissa sa main derrière son cou. Avec cette humaine, soit il passait ses nuits dans un endroit chic, soit dans une forêt luxuriante. Un contraste impressionnant mais il fallait avouer que cette contradiction perpétuelle allait bien avec la jeune fille. Elle ne savait jamais ce qu'elle voulait. Il pressa un peu plus ses doigts contre sa nuque d'un air excédé avant de s'esquiver vers l'étage en dessous.

Se préparant à hanter toute une soirée cette maison déjà peuplée de fantômes muets ... il alluma une cigarette.

L'immortel ne se soucia pas de Dane (siiiiiii >3). Celui-ci grimpa furtivement les escaliers. Le roi s'approchait de la reine

////////////////////////////////////////////////////////////////////

"Jolie tenue"

Le bourreau appuya son épaule contre l'encadrement de la chambre, les bras croisés.

"Elle met bien en valeur tes..."

Il haussa les sourcils, la lèvre inférieur coincée entre ses dents. Ses yeux d'un gris foudroyant remontèrent le visage de la mortelle pour se confronter au regard vert. L'âme souleva son menton, un sourire suffisant gravé sous son nez.

"Tu n'es pas ravis de me voir hum ? Too bad."

D'un mouvement du bassin, il se détacha du mur. Le dessin de son corps changea brutalement. Ses oreilles s'allongèrent. Ses cheveux se teintèrent d'un rouge ocre. Quant à ses iris, ils s'incendièrent dans une couleur de braise.

Ainsi, Zephiro fit le premier pas vers la dame rousse.

"Mais pour toi..."

Le seconde enjambée fut franchie par Kyle.

"Je peux être..."

Finalement ce fut Mitzrael qui se dressa juste devant la ligne de mire de l'humaine.

"N'importe qui."

Un esquisse costique étirra ses fines lèvres. L'imitateur avança sa main vers la joue rosée de l'humaine. Il frôla la peau tendrement fragile, évolua vers l'oreille avec de soudainement reculer vers la machoire. Sa paume s'insinua sous le menton. D'une pression délicatte, il lui redraissa la tête.

Rien à redire. Elle était vraiment délicieuse. On en croquerait bien un morceau.

Il se pencha alors vers visage si charmeur du fruit défendu. Se pencha encore. Jusqu'à ce que ses lèvres immortelles caressèrent la bouche impecablement découpé de la demoiselle.

"Mais toi, qui as-tu envie d'être ?"

Il laissa son souffle hardant envahire la dame rousse. Lui et les paroles nébuleuses qu'il transportait. L'âme crayonna un nouveau sourire tendit qu'il pencha sa tête de l'autre côté, lèvres toujours contre leurs doublures fruitées.

"Trop mortelle pour l'immortalité et trop inhumaine pour l'humanité. You're a monster infact."

[L'illusion n'est qu'une image. Donc quand tu touches quelque chose qui est propre à Mitzrael (cravate, cheveux) tu passes à travers :p. Aussi là croit moi ça peut être une suite de petits messages ^^. Aaaaah ça va être funny]

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Between light and darkness

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Jeu 14 Jan - 22:20

April s'apprêtait à sortir, traversant sa grande chambre pour rejoindre la porte quand une forme s'imposa dans l'encadrement.

- " Jolie tenue".

Elle s'arrêta net, surprise, et étudia le visage du nouvel arrrivant. Appuyé nonchalament, ce sourire narquois flottant sur les lèvres...

* "Cooper"...ça faisait trop longtemps, j'imagine...*

Elle plissa les yeux. La dernière fois qu'elle avait eu affaire à lui...

Non. Non , elle ne devait pas penser comme ça. Elle était la fille de Lisa et Ray, jeune fille riche, estimée dans la haute société et indépendante.

Rien d'autre.

- "Elle met bien en valeur tes... "- mine salace -

April roula des yeux, exaspérée. Elle croisa bientôt le regard gris de Dane et ses pupilles au centre de ses iris verts le fusillèrent.

- "Tu n'es pas ravie de me voir hum? Too bad".

Les hanches de l'importun se mouvèrent pour le remettre droit et il commença à glisser vers elle.

-" Mais pour toi..."

April ne dit plus rien. Ce n'était plus les deux traces fines et sèches qui prononçaient ces mots mais les lèvres charnues et sensuelles de Zephiro.

-" Je peux être..."

Il posa le pied à terre. Les mèches incarnat de Zephiro se raccourcir subitement en touffes blondes courtes en bataille.

* Kyle...!* s'étrangla April, encore sous le choc de la nouvelle de sa disparition.

Elle recula, effrayée, alors que l'être changeait encore de forme pour revêtir à la perfection celle du déchu qui lui manquait tant.

- " N'importe qui ."

Chassez le Mitzrael, il revient au galop...

Dommage que ça ne soit là qu'une vulgaire imitation.

La jeune rousse tressaillit. Revoir tout à coup ce visage pâle, ces mèches si claires et soyeuses, cette silhouette si particulière, et ce regard, ce regard si incroyable...

Elle se noya dans le clair-obscur, envoûtée.

Oui, il était une illusion. Une illusion merveilleuse, et à laquelle elle avait soudain envie de croire.

Qui a dit "inconsciente " ?

Sentant la main de l'"immortel" parcourir doucement, traïtreusement son visage, elle ferma les yeux un instant.

Elle les rouvrait quand elle vit le visage parfait de l'hétérocrome se rapprocher dangereusement du sien.

On aimerait se sentir aussi bien devant tous les dangers.
April, elle, était entièrement sous le charme.

Ses yeux verts se clorent à nouveau et elle sentit avec délice les lèvres de "Mitzrael" toucher les siennes.

Elle laissa ses paupières frémir sous ce contact quasi-anésthésiant.

- " Mais toi, qui as-tu envie d'être ? "

Choc cérébral. O'Brien, debout, nom de Dieu ! Réveille-toi, tout ça n'est qu'artifice...Arrête de rêver.

Les rêves pour nous autres humains, ne doivent rester que des rêves...

Ses lèvres collées aux siennes laissaient ses mots couler avec son souffle tiède, - non ça n'était définitivement pas Mitrzrael - comme un poison chaud entre celle de la mortelle.

"Trop mortelle pour l'immortalité et trop inhumaine pour l'humanité. You're a monster infact."

Pardon ?

April sentit ces dernières paroles comme une décharge électrique.

Celui-là, il commençait à la gonfler !

Rends-moi mon déchu et retourne donc croupir en enfer.

Il voulait jouer ? D'accord. On allait jouer. Après tout, April était enfermée dans les cartons du grenier à triple dose de scotch de déménagement.

Il n'y avait plus qu'à laisser le côté si joyeusement familial s'exprimer...

Laisse parler le Ray qui est en toi. (XD)

Elle ouvrit les yeux et fixa " Mitzrael" qui lui faisait face.

- And proud to be so. fit-elle avec un rictus moqueur.

Elle bouillait en elle même. Ce fils de pute - oui, elle était en colère - commençait sérieusement à lui taper sur le système.

Mais elle resta face à l'imposteur :

- Cooper en Mitzrael...Je me demande si tu embrasses toujours comme une pelleteuse...!

Avant qu'il ait pu répondre, elle fondit sur ses lèvres et les attrapa avec morgue pour l'embrasser façon O'Brien, calquée sur la grande déesse Trisha Hayes, maîtresse du genre. Ou comment vous lécher la glotte avec des mouvements lascifs.

Ses lèvres n'étaient pas fraîches et douces comme celles du déchu.

Le mode " objet" était assez marrant au final...

Son téléphone portable tactile dernier cri vibra dans sa poche.
Elle interrompit le roulage de pelle professionnel pour s'écarter et lire le message. Trisha. Une fête bientôt ? Chez Ethan Cole...intéressant. Ca marche.

Elle glissa à nouveau l'appareil dans la poche de son jean moulant.

- T'étais plus doué quand t'étais bourré. Too bad, indeed.

Elle ignorait si April aurait dit tout ça mais elle était seulement O'Brien et comptait bien tenir ce nouveau rôle jusqu'au bout. De tout façon, elle était mal. Alors autant s'amuser avant de se prendre un mur !

Elle caressa le visage, les mè....ah bon d'accord pas de mèches, elles passaient à travers sa main.

- Marrant ce truc du " je peux être tout ce que tu désire". Cooper m'a dit exactement la même chose y a pas très longtemps. Unfortunately, je n'ai envie de voir personne. A moins que tu saches te transformer en gin tonic ou en shoot de vodka, bien sûr.

Elle se détacha de lui et s'avança vers son armoire.

- Mais si tu insistes...Je faisais un peu de tri...

Attrapant une écharpe qu'elle avait l'habitude de porter en tant qu'April sur un dossier de chaise, elle s'avança vers lui pour la pendre autour de son cou, derrière sa nuque.

- Et j'aurais besoin d'un porte manteau.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par April le Mar 29 Juin - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu

feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Dim 17 Jan - 18:16

"And proud to be so."

Sourire caustique. L'immotel baissa son menton tout en hochant la tête, un esquisse satisfait peint sur sa bouche. Play the bad girl if you want, je sais très bien que mes mots ont transpercé ta chair little mortal.

Mais April aux yeux verts ne s'arrêta pas là. Loin de là.

"Cooper en Mitzrael...Je me demande si tu embrasses toujours comme une pelleteuse...!"

Les fins sourcils blonds s'arquèrent. Effet de la surprise. Et quelle surprise: l'humaine venait de fondre sur ses lèvres!

Alors c'était donc ça O'Brien aux yeux verts ? Le fruit défendu auquel Mitzrael n'avait pas trouvé la force de résister. La dame rousse, le seule lien entre les mortels et les immortels... Oh crape!

D'un côté, le décédé comprenait le déchu: elle embrassait délicieusement bien! Croquer pour aspirer son nectare n'était pas si désagréable.

Un petit cri dérangeant interompit cet échange d'amour artificiel. April se détacha du "provisoirement-vairon". Elle sortit de la poche de son pantalon serré l'un de ces engins technologique ennuyeux propres aux humains. Elle tapotta sur les touches. Un éclaire de satisfaction réveilla son regard éteind. Le non-mort allait lui prendre l'appreil. "Allait" seulement. Elle le rangea aussitôt en proclamant:

"T'étais plus doué quand t'étais bourré. Too bad, indeed."

...

Elle se foutait vraiment de sa gueule. L'inconciente petite bad girl.

"Marrant ce truc du " je peux être tout ce que tu désire". Cooper m'a dit exactement la même chose y a pas très longtemps. Unfortunately, je n'ai envie de voir personne. A moins que tu saches te transformer en gin tonic ou en shoot de vodka, bien sûr."

Wath ? Vodka ? Gin Tonic ? Ah oui...Sans doute la deuxième substance qui rend les anteriens si pathétiques après la cigarette: l'alcool.

Décidément, cette O'Brien était pire qu'un boulet ! Comment Mitzrael faisait-il pour savoir encore voller avec ça accroché à sa cheville ?

"Mais si tu insistes...Je faisais un peu de tri..."

Elle enroula une écharpe autour du cou de l'immortel. Les doigts de celui-ci se compressèrent contre la paumes de ses mains.

"Et j'aurais besoin d'un porte manteau."

Hochement de la tête.

"Thank you"

Tout se passa très vite. Il souleva son bras sur le côté. D'un mouvement circulaire et sec, il le rabattit sur la jeune fille. Elle alla s'étaler contre le mur. Comme une mouche grillée s'écrasant contre une vitre cachée.

La main de l'âme se plaqua contre le papier peint dans un bruit sourd, juste à côté de la chevelure de feu. Le visage empreinté du blond s'avança vers celui de la dame rousse.

"Il va faloir que tu apprenes les règles du game. Don't play with me, tu es d'office perdante."

L'image iréelle du déchu grésilla. Soudainement saturée de ligne -comme dans un bug informatique-, l'immortel reprit sa forme initiale: Dane Cooper.

Il crayonna en dessous de son nez un sourire railleur.

"Ne soit pas fâchée, si je te voulais vraiment du mal, j'aurais pris la forme de Deltignant. Si je suis ici, c'est pour te juger"

Il tendit son index, rangeant ses autres doigts. Il le plaça sur le front coloré de la mortelle.

"Car tu as pèché. Oui, tu as commis le crime impardonnable de la gourmandise."

Ses yeux gris luisait d'une lueur mauvaise métallique tendit qu'un nouveau sourire déforma son visage.

"L'imortalité. Tu ne pouvais pas t'en séparer. Tu devais la sentire près de toi. La toucher, l'observer, la goûter. Mitzrael, tu ne resentais pour lui qu'un désire égoïste isn't it ? Tu voulais garder. Garder tout et uniquement pour toi. Tu t'es bien foutu de sa gueule hein ? Après l'avoir empoisonné tu savais bien qu'il ne pouvais plus te laisser seule."

Il écarta ses bras sur le côté d'un air fataliste.

"Tu peux lui dire merci, sans lui tu serais sans doute morte dans la journée de notre première rencontre. Ah comment fais-tu pour pouvoir encore te regarder dans la glace ?"

Il modela entre ses mains d'une agilité diabolique un miroir. Tourné vers April, il reflettait pourtant le visage de Ray O'Brien. Derrière lui, l'hétérocrome pointa son revolver sur l'homme d'affaire. Détonation. Le réflecteur se brisa dans un chant crystalin.

Le bourreau se recula, un ricanement sordide résonnant dans sa bouche. Il redraissa son bras devant lui, désignant April.

"Tu les dupes tous. Pitt et son larbin te servent à retrouver Mitzrael. Mitzrael te sert à ne pas t'ennuyer. Vive Anteria et le peuple qui la domine."

Il sautilla sur place.

"Rha rha GO TEAM."

Ses mains s'esquivèrent vers le dos de sa nuque.

"Enfin tout celà n'a plus d'importance maintenant que ton ange est mort."

Sa paume tendue s'intalla devant sa bouche grande ouverte. On l'entendait presque dire "Oups"

"Don't worry j'ai le moyen de te repentire. Mais pour ça il faut m'écouter."

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Between light and darkness

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Dim 17 Jan - 20:21

"Thank you"

??? Thank....Quoi ??? !!! Avant d'avoir su même s'interroger, elle se retrouva projetée au mur.
Le choc la foudroya violemment.

Salaud. On ne perd pas les bonnes habitudes, hein !

Il fonça vers elle et appuya la main sur la paroi de béton décorée. Coincée.

"Il va faloir que tu apprenes les règles du game. Don't play with me, tu es d'office perdante."

Mitzrael sembla à court de batterie et laissa place à Cooper. Et à son tendre sourire narquois.
Oh, comme tu m'as manqué.

"Ne soit pas fâchée, si je te voulais vraiment du mal, j'aurais pris la forme de Deltignant. Si je suis ici, c'est pour te juger"

Elle sentit ses entrailles se tordre à l'évocation du nom de son ami.

Connard.

Connard, connard, connard, connard.

Et maintenant, il lui foutait son sale doigt entre les yeux.

Enfoiré.

"Car tu as pèché. Oui, tu as commis le crime impardonnable de la gourmandise."

"L'imortalité. Tu ne pouvais pas t'en séparer. Tu devais la sentire près de toi. La toucher, l'observer, la goûter. Mitzrael, tu ne resentais pour lui qu'un désire égoïste isn't it ? Tu voulais garder. Garder tout et uniquement pour toi. Tu t'es bien foutu de sa gueule hein ? Après l'avoir empoisonné tu savais bien qu'il ne pouvais plus te laisser seule."

"Tu peux lui dire merci, sans lui tu serais sans doute morte dans la journée de notre première rencontre. Ah comment fais-tu pour pouvoir encore te regarder dans la glace ?"

April se fit fort de garder une mine moqueuse d'O'Brien mais au fond d'elle même, elle prennait tous ces mots comme des coups dans le ventre.
Soudain " Dane " façonna un miroir de puis rien et le lui colla sous le nez.

April eut un hoquet. C'était son père qu'elle y voyait.

Abruti, tu veux me blesser alors ? Désolée, un autre a fait le coup avant toi. Actually, Sacrément mieux que toi.
Cette façon ridicule et kitsch de parler...Ce type la dégoûtait en tout.

Et derrière Ray...Mitzrael... qui tirait. Ah alors elle avait vu juste ?

"Tu les dupes tous. Pitt et son larbin te servent à retrouver Mitzrael. Mitzrael te sert à ne pas t'ennuyer. Vive Anteria et le peuple qui la domine."

"Rha rha GO TEAM."

Espèce de crétin heureux, va.

Il n'avait juste rien compris à rien.

La " gourmandise" elle en avait fait preuve et bien même mais pas avec le déchu. Avec Zephiro. Ca, elle devait bien le reconnaître.

Mais Mitzrael...elle se retint de lui dire que même manchot-cul-de-jatte, aveugle et brûlé au 3e degré, elle l'aimerait encore. Au début il l'avait intriguée et fascinée mais à présent elle avait dépassé tout ça et elle en était au stade où s'il revenait la voir en lui disant qu'il était condamné à n'être rien de plus qu'un humain, elle lui sauterait au cou en lui disant qu'elle ne voulait que lui et que les reste pouvait bien aller se faire foutre.

Quant à Anauel et Botaro, elle les respectait énormément et NON elle ne les utilisait pas.

Botaro...Botaro, elle l'admirait, était un fichu barroudeur grincheux, cassant et moqueur mais vif comme l'éclair et plus futé que n'importe quel titulaire d'un doctorat. Botaro était l'acide, la ruse et l'american way of life appliquée à Indiana Jones, mais la version d'Indiana qui se nourrirait à la bière et au tubes du King, un concentré de "tais-toi je parle, et si je me tais, fais honneur à mon silence" et d'arsenic.
Diablement attachant donc...

Anauel, lui, c'était plus compliqué - enfin si l'on peut être plus compliqué que Botaro - elle l'avait d'abord haït puis avait compris son erreur. Il était altruiste et posé, le genre à vous donner une nouvelle chance mais une seule, à vous ne pas trahir sa confiance.
Et elle s'était juré de ne plus le faire. Elle s'était attachée aussi au sqatteur de british. Il était la raison et la patience. Un sacré modèle pour une fille impulsive et passionnée.

Elle ne se servait pas d'eux, Pelleteuse faisait totalement fausse route. Anauel, lui, savait qu'elle ne mentait pas. Il lisait dans les âmes et les âmes ne savent mentir...

"Enfin tout celà n'a plus d'importance maintenant que ton ange est mort."

Tout masque O'Brien fondit instantanément. Et elle eut un regard incrédule et profondément peiné rien qu'à cette pensée.
Son...Mort ? Mitrael...? MORT....???

Ca ne pouvait être vrai. Il mentait. Il mentait comme un serpent et l'engluait dans son venin. C'était tout simplement IMPOSSIBLE.

Mitzrael ne mourrait pas. Il ne pouvait pas mourir.

"Don't worry j'ai le moyen de te repentire. Mais pour ça il faut m'écouter."

Elle leva les yeux. Le masque revint. Il devait tenir. Elle ne faisait pas ça pour elle.

- Alors je n'ai plus aucune raison de te parler.

Elle le poussa fermement des paumes et se détacha de lui et du mur. Elle croisa son regard gris.

- Quoi ? Je ne vais pas pleurer non plus ! Seul les mômes pleurent d'avoir perdu leur confiserie.

J'ai toujours Zephiro.

Elle plia et rangea son écharpe comme si de rien n'était.
Tiens ton rôle O'Brien. Il ne doit pas entendre combien tu hurles à l'intérieur de cette tête rousse.

Elle se retourna.

- Ca veut dire, " fous le camp", Cooper !

Oui, elle allait trop loin, oui, elle savait qu'elle en prendrait plein la figure. Mais là, elle n'était pas d'humeur et à côté de ça, si elle ne disait rien, elle prendrait quand même.

Alors autant mordre la patte qui vous griffe, non ?

Et puis, son barratin, Mitzrael l'immortel mort et blablabla...A d'autres !


Elle s'arrêta, soupira - Mais que lui voulait-il, merde, cette ordure de première ? - et posa l'écharpe pliée avec soin.

Elle pivota sur ses pieds.

- Ok, j'écoute. Sers moi donc ton beau discours. Je suis tout ouïe. fit-elle, en roulant des yeux vers le plafond et en glissant ses mains dans ses poches arrière, paumes sur ses fesses, comme elle avait si souvent vu Trisha et ses amies le faire.

- Oh, et...By the way, je ne crois que ce que je vois. 'Hope you don't mind...!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu

feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Dim 24 Jan - 13:24

"Alors je n'ai plus aucune raison de te parler."

D'un jeu de mains violant, April repoussa son bourreau. Dane hocha la tête, ses yeux métaliques plissés. Etait-elle sourde ? Ou simplement idiote ?

Crazy était le mot parfait.

"Quoi ? Je ne vais pas pleurer non plus ! Seul les mômes pleurent d'avoir perdu leur confiserie. J'ai toujours Zephiro."

Ses sourcils s'arcèrent tendit qu'il ouvrit sa bouche pour laisser passer un interminable "Oh" muet. La bad girl dans toute sa splendeur...Elle se croyait donc dans un film ?

"Ca veut dire, " fous le camp", Cooper !"

Mais celui-ci se contenta de croiser les bras, un air à la fois désolé et satisfait gravé sur les traits de son visage détestable. Il la contempla, elle et ses jolies formes accentuées par sa tenue serrée, ranger son écharpe. Tient il n'était plus son porte-manteau ? Alors de quel type d'objet pouvait-il être pour elle ? Ahah c'était funy de s'imaginer en "pelteuse". Enfin, le genre de pelteuse qui laisse des trous béans dans les poitrines. Vider et ne plus rien laisser...Quelle égoïste cette pelle géante!

La mortelle se retourna face à l'âme ricanante.

"Ok, j'écoute. Sers moi donc ton beau discours. Je suis tout ouïe."

Elle glissa ses mains dans ses poches arrières, paume contre les fesses. Un calcule gestuel interessant vu que la somme était égale à "Oh Oui Prend Moi My Love Because I'm A Sexy Bitch"

"Oh, et...By the way, je ne crois que ce que je vois. 'Hope you don't mind...!"

"Ah...Well" chuchota-t-il en façonnant un nouveau mirroire d'une danse souple des mains.

"So let's see the truth yeah!"

La glace reflaita Mitzrael. Une ombre aux cheveux rouges s'était glissée derrière lui. L'ange ne l'avait pas vu, lui et ses yeux reptiliens incandéçants. Les os du poitraille craquèrent lugubrement quand la lame de ténèbre le transperça par l'arrière. Le blond serra les dents. Un liquide opaque acide s'écoulait de le long de ses lèvres. Zephiro esquissa un sourire malsaint.

L'image se brouilla sur cette fin avant de disparaître...Pour laisser place à un Dane triomphant. Oui, car sur ce point final, c'était LUI qui avait gagné.

"Oh et quand tu veux jouer de la comédie, tente de garder le personnage jusqu'au bout parce que ... by the way...qu'est ce que cette "O'Brien" en aurait à foutre de se repentire ?"

Il se frotta énergiquement les mains. Comme un homme d'affaire sur le point de signer un contrat fructueux.

"Anyway les âmes ne mentent jamais. Tu étais démasquée avant même d'entrer sur l'échequier."

Il fixait April. Ses yeux de fer se révulsèrent tendit qu'il persa sa barrière mentale. Il la brisa ses murs en miette pour être sur qu'elle entende ce qu'il avait à lui dire.

Enfin, à lui ordonner.

"Mitzrael est mort et grâce à ça il a put renjoindre le chemin de la paix. Maintenant il ne souffre plus. Il ne souffre plus à cause de toi. Tu te dois de libèrer les autres à leur tour. Tue les. Tue les tous tranquillement, sans qu'ils s'en rendent compte. Etouffe les durant leur sommeil, empoisonne les, poignarde les dans leur dos. Qu'il ne reste plus personne qui souffre à cause de ton égoïsme. Mais surtout!"

D'un mouvement sec, il l'attrappa par le menton.

"Ne touche Pitt. C'est moi qui dois m'en charger."

Il était trop important pour la suite de son plan. Un élément capitale. Il laissa tomber ses doigts, frolant la peau moite de la dame rousse.

"Fais ça et ils seront libre. Et si jamais tu te réveilles: fais le pour pour moi et je te montrerais où est Deltignant."

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Between light and darkness

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Mer 27 Jan - 14:17

April observa la forme mouvante se stabiliser dans les mains de Dane. Qu’est-ce qu’il cherchait encore à…

...

Les mains glissèrent hors des poches pour venir pendre le long des cuisses cintrées dans le jean.

...

???!!!!

Les yeux grands ouverts, la bouche bée, la mine horrifiée, elle regardait dans le miroir Mitzrael transpercé par la lame noire cet immonde Zephiro.

Non. Non ça ne pouvait pas être possible !!! Mais pourtant cela semblait – elle avala péniblement sa salive – si vrai…

Le bruit atroce des os brisés, l’image de l’ange déchu crachant des flots de l’épais fluide rouge sombre, l’immortel qui luttait tout en s’étranglant, gorge noyée de son propre sang…April porta ses deux mains à sa bouche presque inconsciemment, baillonnant sa peur, à présent livide.

L’objet brillant disparut entre les doigts vicieux de Cooper. Elle ne dit plus un mot. Les sinistres bris d’os et le visage sanglant de son déchu résonnaient encore dans sa tête et s’affichait toujours devant ses yeux bouleversés.

"Oh et quand tu veux jouer de la comédie, tente de garder le personnage jusqu'au bout parce que ... by the way...qu'est ce que cette "O'Brien" en aurait à foutre de se repentire ?"

"Anyway les âmes ne mentent jamais. Tu étais démasquée avant même d'entrer sur l'échequier."

Ses mains quittèrent ses lèvres mais elle ne bougea pas plus, toujours sous le choc.

Touché.

Il la fixait, son éternel rictus mauvais imprimer à la commissure de sa bouche carnivore. Les iris verts s’esquivèrent vers la droite. Fuir son regard…

"Mitzrael est mort et grâce à ça il a put renjoindre le chemin de la paix. Maintenant il ne souffre plus. Il ne souffre plus à cause de toi. Tu te dois de libèrer les autres à leur tour. Tue les. Tue les tous tranquillement, sans qu'ils s'en rendent compte. Etouffe les durant leur sommeil, empoisonne les, poignarde les dans leur dos. Qu'il ne reste plus personne qui souffre à cause de ton égoïsme. »

Touché.

Be carefull little A., quand on joue à Ray il y a des mots qu’il ne vaut mieux plus craindre…

« Mais surtout!" »

Elle sentit les doigts de cet être méprisable lui capturer le menton pour river son regard dans le sien et s’assurer de la clarté de son message.

"Ne touche Pitt. C'est moi qui dois m'en charger."

Dane la lâcha et elle recula instinctivement d’un pas.


"Fais ça et ils seront libre. Et si jamais tu te réveilles: fais le pour pour moi et je te montrerais où est Deltignant."

Coulé.

Elle sentit ce dernier nom, celui de son ami, de son frère la déchirer au plus profond d’elle-même.

Si elle restait une seconde de plus, elle finirait en lambeaux avant même avoir eu le temps de comprendre.

Elle recula encore en secouant doucement, encore secouée, la tête de gauche à droite dans un signe négatif.

Non, il ne pouvait être mort. Non elle ne les tuerait pas. Non il ne lui montrerais jamais. NON ELLE NE LE CROYAIT PAS.

- Ca suffit ! Ferme-là !!!

Son dos heurta la poignée de la porte et elle se retourna pour l’ouvrir et reculer toujours en sortant dans le couloir.

- Je ne veux plus JAMAIS RIEN entendre de tes mensonges !!!

Elle détala alors vers la gauche, traversa le large palier tapissé de moquette framboise et se précipita dans les escaliers qu’elle descendit quatre à quatre – foutus talons qui la ralentissaient ! – passant rapidement le palier de l’étage de Ray et Lisa, elle s’enfonça dans la vrille carrée feutrées de bleu et, une fois au rez de chaussé, fonça sans attendre vers la porte.

Elle devait sortir. Sortir et trouver Anauel. Lui saurait quoi faire. Elle-même n’en avait aucune idée.

Elle saisit la poignée de la porte d’entrée entre ses mains.

Oh non. Pauvre idiote !

Elle avait laissé la clé dans la poche de son ancien jean qui dormait confortablement sur sa chaise de bureau en haut, dans sa chambre.

Désespérée, elle la poussa plusieurs fois pour la forcer, des fois que...

* Ouvre toi ! Ouvre-toi, bordel !!! *

Mais la serrure égoïste n’émit qu’un cliquetis indifférent. April abattit son poing rageur sur le traître pan de bois.

Elle se retourna et se prit la tête entre les mains. Elle savait que l’Autre n’était pas loin.

Elle lâcha son crâne tambourinant et s’avança vers la cage d’escalier où elle savait qu’il l’entendrait très bien du 3ème.

- La dernière fois que je t’ai cru, je me suis retrouvée à l’abattre avec son propre flingue !!! Si c’est vrai que Mitzrael a été assassiné, cette fois, je VEUX que tu me montres son CORPS MORT pour en être CERTAINE !!!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu

feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Lun 15 Fév - 16:57

C'était étrange comme situation. La bad girl fuyait la réalité falsifiée à reculons. Plus April reculait, plus son bourreau avait l'impression de perdre le contrôle de son esprit. Et plus il le perdait, plus son sourire carnassier s'estompait.

"Ca suffit ! Ferme-là !!!"


Cliquetis d'une clinche s'abaissant sèchement. La silhouette de l'humaine s'effaça derrière la porte menant au couloir.

"Je ne veux plus JAMAIS RIEN entendre de tes mensonges !!!"

Quel naïve. Elle pensait pouvoir échapper au maître du jeu ? Son échec n'en serait que plus délicieux.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le roulement de tambours des pieds dévalant les escaliers perça le silence irréel du salon O'Brien.
Les yeux vairons se détachèrent du ciel filtré par la fenêtre pour fondre sur le côté. Un feu follet roux s'envolait à toute vitesse vers de sortie.

April...

Mitzrael retint un soupire blasé...surtout quand la demoiselle s'acharna sur la porte -qui était décidée à ne pas saider. Normal quand on est fermé à double tour.-. Il pouvait en tirrer la conclusion suivante: elle n'avait pas changée.


//////////////////////////////////////////////////////////////////////

Fruit défendu peut-etre, mais pommée avant tout.

Dane se tenait au centre du cadran de la cage d'escalier (ouai, le voila centre d'interret d'une planche de bois. xD) Il croisa les bras et souleva le menton, prenant la pause de parfait tyran.

Little girl se résigna enfin à accepter le fait que forcer une porte fermée quand on a un poids plume était plus que inutile...voir futile. Elle se risqua à s'avancer vers lui.


/////////////////////////////////////////////////////////////////////

"La dernière fois que je t’ai cru, je me suis retrouvée à l’abattre avec son propre flingue !!!"

Soutirré de son rêve asseré de mensonges, le déchu cligna des yeux.

"Si c’est vrai que Mitzrael a été assassiné, cette fois, je VEUX que tu me montres son CORPS MORT pour en être CERTAINE !!"

Quelque chose n'allait pas. Ce qu'il entendait ne concordait plus avec les pensés qui voguaient dans sa tête. Il avait l'impression de se perdre dans ce genre de forêt où le loup se cache sous une pelotte de laine, dévorant en silence la vérité.


/////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le reflet de Cooper grésilla. En un flash, son sourire détestable s'afficha juste en face d'April, en bas des marches.

"Bouh! Yeah I'm sooo scary"
chatonna-t-il.

Ses doigts s'enroulèrent fermemant autour de la gorge de la si mortelle little girl. Il la tenait. Son sourire rapace s'accentua avec la blancheur de ses dents. Il la tenait. Son bras se souleva. Lentement, les talons aiguillis quittèrent le sol. Entre ses mains, il la tenait.

Soudain, ses pupilles grises s'écarquillèrent. Une vague de sensations le figea. La sensation de la présence d'un certain ange. Sa bouche se déforma en une grimace fermée. La little shit. Il piocha une nouvelle carte.

"Ce n'est pas vraiment le discours que tu tenais à l'étage suppérieur. C'est tout de même toi qui affirmait qu'il te restait tout de même Zephiro isn't it ? So cruel."

L'esquisse de satisfaction sur son visage augmenta en un "Oh!" prononcé.

"I've got it. Tu veux surtout t'assurer que cette fois, il est bel et bien mort. So nice. Mais ne t'inquiète pas je confirme, cette fois il ne t'ennuira plus. Tu vas pouvoir continuer ta paisible petite vie pleine de magie"


Ainsi rassuré qu'il tenait April, mais également Mitzrael, il traina son jouet humain dans la pièce. Il plaqua avec une douceur effrayante la joue à croquer de la dame rousse contre la vitre glacée d'une fenêtre.


"Loin de moi l'envie de te donner l'envie d'être opressée" minauda-t-il "but il me semble que tu es belle et bien piègée. La sincèrité..."

Son indèxe désigna l'exterrieur.

"T'es interdite. Malgrès tout tes pittoyables petits efforts tu ne pourra jamais l'atteindre car tu es et tu resteras un monstre enfermé entre les murs d'acier de l'interrieur O'Brien."

Ses sourcils s'arquèrent. Satisfaction quand tu nous tiens.


"Ne serait-ce que pour une clé vers ce pauvre Kyle: obéis."

Il glissa une petite forme froide entre les mains de l'humaine.

"J'utuliserais ça pour t'appeler le moment venu."

Il tapotta la paume de la demoiselle., abandonnant entre ses doigts le cygne en argent.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Between light and darkness

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Lun 22 Fév - 20:15

April recula, horrifiée et méchamment surprise quand Dane se matérialisa d'un coup devant elle.
Elle retint un cri saisi.

Bouh! Yeah I'm sooo scary"

Elle n'eut pas le temps, ni le réflexe de réagir en voyant l'Autre emprisonner sa gorge comme un aigle enserre sa proie.
Elle ouvrit des yeux exhorbités quand il la souleva du sol.
Là c'était clair, le jeu tournait en véritable cauchemard.

"Ce n'est pas vraiment le discours que tu tenais à l'étage suppérieur. C'est tout de même toi qui affirmait qu'il te restait tout de même Zephiro isn't it ? So cruel."

April ne pouvait pas répondre, trop occupée à se concentrer sur ses mains qui tentaient désespérement et vainement de détacher les doigts Cooperiens de son cou étouffé.
Elle commençait à manquer d'air et ses muscles de la mâchoire et de la nuque lui lançaient.

"I've got it. Tu veux surtout t'assurer que cette fois, il est bel et bien mort. So nice. Mais ne t'inquiète pas je confirme, cette fois il ne t'ennuira plus. Tu vas pouvoir continuer ta paisible petite vie pleine de magie"

Saloperie d'enfoiré !
Plus il parlait, non, il SIFFLAIT, plus elle le haïssait viscéralement.
Mensonges, mensonges, mensonges, mensonges !

Elle aurait aimé crier au menteur et lui montrer sa véritable façon de penser mais elle était trop affairée à tenter de survivre à la pression broyante de ses mains caleuses autour de sa gorge.

Respiration haché, elle essayait par tous les moyens de hisser plus haut la tête, en prenant appui sur les doigts épais qui l'étranglaient avec un rictus infâme.

Alors qu'il la baladait dans le salon, elle jetait ses jambes autour d'elle contre tout ce qu'elle croisait pour chercher une façon de s'éjecter de cette emprise destructrice mais elle ne parvint qu'à jeter à terre la dernière table de verre qu'il restait de l'ancienne décoration des lieux.

Celle-ci bascula, la privant de tout aide, pour finir sa sieste sur le flanc, confortablement calée sur le tapis persan angora devant le canapé.

Et puisque le verre semblait jouer en terrain neurtre, ce fut l'épaisse baie vitrée donnant avec vue sur terrasse qui accueillit la joue de la rousse.

"Loin de moi l'envie de te donner l'envie d'être opressée"
"but il me semble que tu es belle et bien piègée. La sincèrité..."

Oui, bel et bien. Tu dis "piégée" je pense " foutue"...
La vie est injuste quand même, elle aurait aimé revoir encore une fois le regard fascinant de Mitzrael planer sur son visage mortel.

"T'es interdite. Malgrès tout tes pittoyables petits efforts tu ne pourra jamais l'atteindre car tu es et tu resteras un monstre enfermé entre les murs d'acier de l'interrieur O'Brien."

Hélas, une fois n'est pas coutume, il n'avait pas vraiment tort...Le froid cruel et jaloux qui lui mordait la joue, pour venger sa chère vitre sauvagement dérangée dans sa torpeur hivernale, ne faisait qu'en témoigner.

"Ne serait-ce que pour une clé vers ce pauvre Kyle: obéis."

Le salaud, il savait où viser. Très précisément même. Ces derniers mots la percutèrent de plein fouet.

Kyle...

*Non, non, NON April ! Kyle n'aurait jamais voulu, pour rien au monde il aurait accepté même l'idée qu'on puisse blesser qui que ce soit pour le retrouver.*

Elle le savait. Il aurait préféré mourir seul et perdu que de se savoir sain et sauf grâce à ce genre d'actes.

Ne jamais céder à un tel chantage. Encourager ce genre de terrorisme mental était la dernière chose à faire.

Ca, April en était parfaitement certaine.

"J'utuliserais ça pour t'appeler le moment venu."

A présent décollée de la vitre, elle ouvrit la bouche, interloquée et baissa les yeux sur sa main en sentant un objet froid entrer en contact avec sa paume.

Le cygne en argent.

Elle resta muette, incapable de prononcer un mot.

Ce presse-papier...Avec tous les objets qu'elle n'avait pas su détruire et que contennait cette pièce...il lui passait le cygne.

Il y avait un problème. Quelque chose qui ne collait pas.

Trop de coïncidences...Il savait trop de choses. La surveillait-il ? Comment diable - après tout, on en était plutôt proches - pouvait-il connaître tout ça ?

Elle se repassa en quelques secondes les paroles échangées plus tôt, dans sa chambre.

Ses yeux fixaient toujours l'objet en argent massif.

quand tu veux jouer de la comédie, tente de garder le personnage jusqu'au bout

Anyway les âmes ne mentent jamais. Tu étais démasquée avant même d'entrer sur l'échequier."



????

Minute. Est-ce que ça n'était pas mot pour mot ce qu'elle avait pensé, à peu de choses près ?

"Anauel lit dans les âmes et les âmes ne savent mentir..."

Nom de...

Les iris verts se levèrent à la rencontre du regard narquois, comprenant soudain.

Cet enfoiré lisait dans les pensées !!!

C'est pas vrai mais quand aurait-elle droit au télékinésiste aussi ?

Vite, vite, fuir son regard. Ca ne changeait peut être pas grand chose mais au moins, ça la protégeait de ces pupilles vicieuses. Et puis ça n'était jamais bon de fixer les yeux d'un ennemi télépathe - si elle ne se plantait pas sur tout la ligne.

* Bloque tes pensées. Ne pense à rien. Bloque tes pensées. Ne pense à rien. Bloque tes pensés. Ne pense à rien...*

Sa main se referma sur le volatile métallique.

- Quelqu'un à qui j'ai réellement tenu m'a dit un jour quelque chose de très sensé sur cet objet...

Alors, tandis qu'elle s'efforçait de faire le vide total dans sa tête, elle serra le cygne dans son poing, et, le plus rapidement et le plus violemment possible, elle abbatit de toutes ses forces le presse papier d'argent lissé et ouvré sur le haut de la tempe de son bourreau.

Elle regarda d'un air un peu vide, dur et paradoxalement tremblante comme une feuille, le corps imposant s'effondrer au sol comme un vulgaire mannequin de paille, dans un bruit de tissus froissé et de choc sourd contre la moquette pastel.

- " On pourrait presque tuer quelqu'un avec ça." lâcha-t-elle, citant au mot près le déchu, en lançant un regard méprisant et furieux à Dane étendu, inconscient.

Elle fit tourner la lourde forme d'argent moulée dans sa main.

Alors Mitzrael était bien mort...Zephiro l'avait tué.

Elle sentit sa gorge s'enflammer comme si l'on y coulait du béton encore brûlant.

Son coeur serré, ses tripes à la rigidité cadavérique, sa tête sonnée refusaient de lâcher le cri qu'elle aurait voulu pousser.

Pas de larme non plus. Juste...le vide. Un immense, large, profond, infini et énorme vide.

La pelleteuse avait bien fait son boulot. Le trou béant de sa poitrine poussait pour elle ce hurlement silencieux qui dévorait ses entrailles.

Elle peinait à respirer et sa gorge se nouait, douloureuse alors que ses poumons se soulevaient à un rythme de plus en plus inquiétant, emballant sa respiration.

Elle comprima plus fort encore le pesant oiseau entre ses doigts et contre sa paume.

Alors que ses pas la menaient sans trop savoir comment vers l'arcade de bois qui menait au couloir, elle fit brusquement volte face et envoya avec une puissance pleine de rage et de douleur le cygne d'argent fondre sur la baie vitrée et se fracasser en plein coeur le triple vitrage sécurisé anti-effraction, dessinant autour de son point d'impact une large toile de fêlures et de craquelures de verre avant de glisser et de tomber sur le sol dans un bruit sourd feutré.

Sans se retourner, elle monta dans sa chambre.

Se barrer. A tout prix.

Elle ouvrit sans douceur la porte d'un placard pour y dénicher un grand sac de voyage jamais utilisé. Elle y enfourna le plus rapidement possible toutes ses affaires vidant sa nouvelle garde robe et sa coiffeuse, se battit un instant avec la fermeture éclair capricieuse puis passa sa veste de cuir neuve, attrapa ses clés dans son jean qu'elle jeta violemment dans une poubelle, hissa la bretelle du sac sur son épaule et fonça à travers étages et escalier pour gagner l'entrée où elle se vengea, laissant la clé violer quasiment la serrure ennemie puis la museler à nouveau une fois dehors et se jeta vers sa voiture, y balança son sac et démarra.

Rien à foutre de ce que ferait l'Autre seul chez elle. Elle devait dégager au plus vite.

Les pneus crissèrent et elle fila à toute allure vers le centre de Chicago encore actif à cette heure tardive.

Direction l'hôtel de sa mère.

////////////////////////////////////////

Lisa se tenait devant son miroir, affairée à se maquiller.

Méthode infaillible selon elle pour ne pas rester abattue :

S'étaler le maximum de mascara et s'interdire de pleurer pour ne pas ruiner son make up.

Pour l'instant ça marchait plutôt bien.

La sonnerie de sa suite retentit. Elle se dirigea d'un pas cliquetant vers l'entrée pour ouvrir et tomber sur une April à la fois pâle comme la mort et rouge comme une écrevisse.

- Lance "Love Actually", je te rejoins dans une minute. ordonna l'étudiante d'un ton sans appel, en la bousculant presque pour rejoindre une des chambres avec vue libre de la suite, sac calé sur son épaule.

Lisa fixa ses vêtements et son regard s'illumina.
Un jean de marque, un haut adorable, des bottes par-faites et ce port de reine si fier ! Sa fille après tout n'était peut être pas une cause si perdue qu'elle l'avait cru...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu

feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Dim 28 Fév - 18:29

Les iris écorces s'éveillèrent. Allongé sur le sol, jamais le revenant ne s'était sentit aussi mort. D'une pression sur ses mains, il se redressa. Une mince douleur prenait sa source d'une déchirure sur le côté du crâne. Sa paume glissa sur sa tampe. Un liquide chaud dévorra ses doigts. Ses épais sourcils se froncèrent.

Du sang.

Il referma lentement sa main sur tout ce rouge qui colorait sa peau d'une peinture de guerre. Car oui, la guerre était déclarée.
Il projetta sa jambe en avant. Le bureau bascula. Il percuta le sol dans un rugissement accablé. Quel sentiment destructeur, la défaite.

Dane fixa le cygne en argent s'envelopper lentement d'une pluie de feuilles volantes. Il l'attrappa. Le compressa. L'étrangla.

Il devait se presser. Il avait un train direction Miami à prendre.


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le révolver dansa autour de l'index de Mitzrael. Celui-ci saisit l'objet par le manche. Il renlança l'arme qui effectua un nouveau mouvement rotatif. Il répèta son jeu de doigts à l'infini, inlassable. La porte d'entrée claqua. L'immortel ne prit pas la peine de se décoler du fauteuil.

Ce serait trop d'honneur pour un simple serpent.

Il devina Cooper droit, dans l'encadrement de l'entrée du salon. Un silence assourdissant prit possession de la pièce. L'arme célèste poussa un cri métallique. Le blond l'avait chargée.

"Et bien reptile, on dirait que le fruit impardonnable est plus acide que tu ne le pensais. Ta langue aurait-elle fondue à son contacte ?"

D'un mouvement calme, il souleva son arme. Le canon fixait de son unique oeil noir la tête du bourreau.

"Les mensonges que tu sifflais à mes oreilles me manquent presque."

L'humain hocha la tête. Un sourire malsaint dont lui seul avant le secret pris possession de ses lèvres.

"Oh yes. Elle a fondue dans cette bouche si parfumée. Elle embrasse plutôt bien, this little girl. Je te comprend tellement."

Ce fut le tour de Mitzrael d'étirrer un rictus de complaisance.

"Désolée mais tes mots ont encore la tonalité d'un mensonge."

"Si tu possèdais encore tes pouvoirs, tu saurais que je ne ments pas. Tu as fondé toutes tes espérances sur une pittoyable catin."

"Ca c'est toi qui le dit."

L'ange se poussa sur ses pieds.
Dane releva son menton. Perdre une seconde partie n'était pas dans ses intentions. Ses pupilles s'enfermèrent dans un océan de fer. Immediatement, le vairon se détourna de ces yeux poignardants


"Tu le nies encore ? Elle s'interressait à toi juste pour son plaisir personnel. Elle pense te connaître mais elle ne sait rien. Elle est au courant pour les morts qui tombent à tes pieds, mais sait-elle pourquoi ? Elle est au courant que tu es déchu mais sait-elle pourquoi ? Elle est au courant pour Nectos, mais sait-elle pourquoi ? Non. Elle ne sait rien et elle ne cherche pas à savoir. Elle valse entre le Bien et le Mal juste pour son amusement égoïste. Tu as posé un rôle trop important sur ses épaules. Erreur regretable. Erreur à réparer."

"Je sais que tu n'es pas Anauel."

Le rictus infernal du non-mort se dissipa. Mitzrael osa accrocher le regard impreigné de magie. Il continua son offencive.

"Tu n'es pas Anauel. Alors qui es-tu ?"

Le boureau observa sa propre main.

"Ce que je suis ?"

Le feu qui consummait l'interrieur de sa gorge échauffait ses mots. Ses doigts se refermèrent brusquement contre sa paume ferme.

"It's realy a sally question" siffla-t-il.

"Je suis comme toi. Nathaniel, un Ecclipsiste. Ange tombé. But it's not all."

Il chercha un contacte choquant avec les iris hétérocromes.

"
Il y a une 50 aine d'années. J'étais là."

Le révolver retomba lentement, accompagnant la chute du bras d'un déchu interdit.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

[Je ne sais pas quand c'est situé ... à toi de voir =) peut être après chez Cole ?]

Université de Chicago. Ces mots résonnaient comme les portes d'une prison. Le dénomé Nathaniel esquissa un nouveau sourire assuré.

La comparaison était acceptable: une véritable cage d'humains dont il était le fervant visiteur.

La créature qui l'interressait devrait être facile à repérer -Une flamme parmis toutes ces ombres, ça sautait aux yeux ! -

Oh la cloche sonnait! April O'Brien ne devrait pas tarder à montrer ses beaux yeux verts...Surtout avec cette forme de Kyle Deltignant qu'il avait empreintée.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Between light and darkness

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Dim 7 Mar - 12:54

- Bien, pour la semaine prochaine, vous étudierez les pages 4 à 10 de la nouvelle et relèverez les différentes expressions de langage que vous classerez selon leur sens.

- M'sieur, j'ai pas compris l'extrait de la page 5 ! La vieille fait quoi après avoir enterré le corps ?

- Page 5...alors, oui, bon, on va reprendre ensemble ce passage.

* Et blablabla...Pff quand est-ce qu'on sort ? *

April cala son poing fermé sous sa joue, les doigts de sa main gauche droite jouant nerveusement avec le stylo de plastique qu'il tenait, le faisant cliqueter sur la page blanche de son cours.
Son pied tapait, impatient et ennuyé, à répétition dans les fixations du siège de bois vide devant elle.

- " Das ist nicht dein Bier ", mot à mot : " ce n'est pas ta bière " comprennez " ce ne sont pas tes oignons "...

* Pas mes oignons. Tu l'as dit ! *

Le stylo jouait à la bascule, prenant de la vitesse entre ses doigts alors que le regard vert fuyait à travers les grands baies vitrées vers le parc enneigé de l'univesité.

En somme, elle avait un peu l'impression d'être revenue pile au point de départ. Mais si elle
s'ennuyait à mourir en cours, elle savait qu'en rentrant, elle trouverait chez elle une mère, une figure quasiment paternelle et même une petite soeur.

Elle avait, en quelques sorte, fait de gros écarts pour mieux se rediriger et se poser un peu. Comme un créneau en voiture qu'on aurait raté et qu'il fallait recommencer pour rééquilibré sa position.

Maintenant, elle était bien. Enfin si on oubliait ce remplaçant de leur prof d'allemand qui rendrait cette langue encore plus lourde et hachée qu'elle ne l'était déjà...

- Vous saisissez mieux maintenant ?

- Oui, oui ! Mais j'ai toujours pas compris pourquoi elle l'a tué...

Dans un de ses gestes impulsifs habituels quasi comparables à des spasmes, April s'applatit sur le bureau et laissa tomber sa tête sur son plumier. ( :p pratique le synonyme belge xD )

* Pitié...*

Et c'était reparti pour une enfilades d'explications chiantes. C'était pas dur, quand même ! La vieille tuait son mari parce qu'elle l'avait surpris avec la bonne puis elle l'enterrait sous les rosiers que l'homme passait son temps à chérir.

Lasse, elle baîlla et croisa les bras pour installer sa tête sur la partie molle de l'avant bras droit, visage tourné vers la fenêtre, à contempler les flocons qui dansaient et tombaient en pluie brillante sur les branches d'arbres.

Sonnerie. Elle bénit le ciel.

Vite, elle fourra son carnet de notes et sa trousse en vrac dans son sac, passa la bandouillère sur son épaule, attrapa son trieur dans ses bras et go, go ! Elle fonça vers l'extérieur, histoire de fuir cette tourbière d'ennui mortel.

Vite retrouver la Lexus argent et décoller de là.

Mais une silhouette pas loin du parking se fit de plus en plus nette.

- K...Kyle ????

C'était lui, c'était bien lui, mains dans les poches, sweat noir à capuche sur le dos, qui jouait avec ses pieds, l'air calme et impatient à la fois.

Les mains envoyèrent balader illico le trieur de plastique et s'envoler les quelques feuilles qui y traînaient alors que la flammèche rousse courait droit sur le blond.


Elle se jeta dans ses bras et le serra de toute ses forces, yeux fermés.

- J'arrive pas à le croire ! T'étais où ? On te croyait tous mort ou envoyé en europe de l'est dans un réseau glauque, bon sang ce que j'ai eu peur !!!

Elle l'étreignit à nouveau, les yeux à deux doigts de pleurer de soulagement.

Soudain, une de ses mains traversa ses cheveux blonds en épis.

Hein ?

Elle repassa la main. Elle repassa à nouveau à travers.

Oh non ce n'était pas...Purée mais il allait la lâcher, à la fin ?!

- C'est pas vrai !!! aboya-t-elle, en repoussant brutalement le faux Kyle.

Cette fois, il dépassait les bornes. Sans réfléchir et en rage, - là il avait réussi, il l'avait franchement blessée- elle attrapa la bride de son sac et lui envoya la sacoche
le plus fort qu'elle puisse dans la figure.

C'était gratuit et en rien diplomate, d'accord. Malgré tout...bon sang ce que ça faisait du bien !

-Mais qu'est-ce que j'en ai MARRE DE TOI !!! !!!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu

feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Dim 14 Mar - 21:23

"C'est pas vrai !"

Douce haine dans ce timbre si mélodieux. Apparamant, leur dernière "conversation" n'avait pas endormie sa...

Une douleur mordante attaqua soudainement la joue du non-mort. Sous le choc, sa tête pivotta sèchement sur le côté. L'image corporelle de Kyle sembla se déchirrer en lambeau, libérant Le corps de Dane Cooper caché à l'interrieur. Ses yeux marrons se figèrent dans un étonnement crispé. Il passa sa main réparatrisse contre sa peau meurtrie.

Décidément, April avait du cran: elle venait de lui balancer son sac dans la figure. AVec tout l'amour noir d'un O'brien.

"Mais qu'est-ce que j'en ai MARRE DE TOI !"

"Je ne suis pas venu pour les élcaires de ton tempérament et, contrairement à ce que tu penses little girl, je ne suis pas ici non plus pour jouer à la poupée. Je suis ici pour Mitzrael."

"Dane ?"

L'âme sursauta légèrement au son de cet appel indésiré. Une adolscante s'était immobilisée, le regard arrêté sur lui. Les pupilles de l'immortel s'armèrent d'une couleur métallique. Il s'enveloppa dans la couverture charnel d'un étudiant aux traits grossiers...mais recemblant de près au dénommé Cooper.

L'inconnue ne les embarassa pas plus longtemps: elle s'éloigna en se grattant le haut du crâne, incertaine de ce qu'elle avait vue.

L'imagination des humains étaient si malléable. Déformer la réalité devenait un jeu récréatif pour enfant.

Nathaniel soupira. Un soupire entre soulagé et blasé. Il en revint à l'humaine qui l'interaissait.

"Maintenant tu comprends le sens de mes transformations."

Il croisa les bras, la paume de ses mains enveloppant ses biceps.

"Croire que tu me fais assés confiance que pour m'écouter attentivement serait absurde, c'est pourquoi je vais parler bien fort pour être sur que tu reçois le message."

Il se pencha lentement en avant.

"Je-ne-suis-pas-ici-pour-te-faire-du-mal" articula-t-il.

"J'ai trouvé un moyen pour ramener Mitzrael à la vie. Mais pour celà j'ai besoin de ton aide."

Il baissa la tête, observant modestement la dame rousse par le dessous.

"Crois moi, je désire vraiment le retour de ton ange. J'en ai besoin, comme tu en as besoin et ce sera la seul chance pour toi de le revoir."

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Between light and darkness

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Sam 20 Mar - 0:21

"Je ne suis pas venu pour les élcaires de ton tempérament et, contrairement à ce que tu penses little girl, je ne suis pas ici non plus pour jouer à la poupée. Je suis ici pour Mitzrael."

"Dane ?"

April tourna la tête, l'air peu amène, fâchée d'être interrompue par cette gourde qui croyait retrouver son prince pas charmant du tout. Vive Dane Cooper.

Enfin...ça lui laissait le temps de réfléchir aux derniers mots du...du quoi d'ailleurs ?
Excellente question.

"Je ne suis pas venu pour les élcaires de ton tempérament et, contrairement à ce que tu penses little girl, je ne suis pas ici non plus pour jouer à la poupée. Je suis ici pour Mitzrael."


Et voilà que le serpent jurait qu'il ne mordait pas ! Dur à croire quand on sent encore l'email de ses dents dans les jambes...

Pour Mitzrael ? Ce déchu avait vraiment des fréquentations géniales décidement !

Elle l'observa un moment faire son numéro du parfait illusioniste.

Et un serpent capable de se transformer en fauve qui plus est...enfin si tant est qu'on puisse réellement considérer Cooper en tant que tel ...

"Maintenant tu comprends le sens de mes transformations."


Première nouvelle !

"Croire que tu me fais assés confiance que pour m'écouter attentivement serait absurde, c'est pourquoi je vais parler bien fort pour être sur que tu reçois le message."

Ca sentait le souffre à plein nez. Elle ne le sentait pas mais alors pas du tout.

"Je-ne-suis-pas-ici-pour-te-faire-du-mal"

Il parlait comme à une demeurée. Très bienvenue comme tactique d'approche quand on connaissait April...

Plus loin, des cris retentirent. Des hommes en costumes bleus foncés accoururent et filèrent le long de l'allée vers un autre bout du parc. Des flics.
Une énième bagarre musclée. Certains étudiants ignoraient profondément le sens du mot "civilisés".

En soupirant, elle s'abaissa pour ramasser ses feuilles de cours éparses au sol et fourrer le tout dans son sac.

Elle passait à côté de Nate pour aller rejoindre sa voiture sur le parking avec un air à la " cause toujours tu m'intéresses ! ". Soudain, elle s'arrêta net en entendant ces mots :

"J'ai trouvé un moyen pour ramener Mitzrael à la vie. Mais pour celà j'ai besoin de ton aide."

Elle se sentit bouillir. Il savait vraiment bien viser, l'enflure. Elle avait rarement autant haït quelqu'un.

"Crois moi, je désire vraiment le retour de ton ange. J'en ai besoin, comme tu en as besoin et ce sera la seul chance pour toi de le revoir."

C'en était trop. Guidée et submergée par cette impulsivité qui la gouvernait si souvent, April se rua sur le faux Dane et le poussa violement, dos contre l'un des troncs d'arbre quelque pas derière eux.

Ce mouvement brusque et rapide lui valut un regard sévère et intrigué d'un des policiers qui passait au pas de course et ralentit soudain.

Merde. Bien joué April ! Sors aussi un couteau pendant que tu y es !

Bon, trouver une parade, vite...Elle approcha vite sa tête de celle de son bourreau, collant son front au sien et attrapant son visage dans ses mains froides.

L'agent de l'ordre tomba pile dans le panneau et pris comme elle l'avait escompté pour un élan amoureux cet vive altercation.

Front toujours contre celui de "Dane", la rousse vrilla son regard vert dévoré de colère et , elle devait bien l'avouer, de douleur, dans les iris de l'autre.

Elle gardait les dents serrées et une moue méprisante en le fixant, si près, droit dans le yeux.
La police pas loin, elle ne devait surtout pas se faire entendre. Aussi, elle cracha sur un ton haineux mais le plus bas possible, avec le souffle :

- M'as-tu bien regardée ?! Je n'ai ni yeux rouges, ni ailes, ni griffes ! Je ne change pas de forme et ne lis pas dans les pensées ! Hu-maine ! Tu comprends ça ?! Le "monstre" comme tu dis ne t'as pas attendu. Il est mort avec Mitzrael et son souvenir. J'ai choisi maintenant.

Sa haine se calma...Qu'aurait voulu Mitzrael ? Elle n'était pas sûre de savoir...

- Quant à le faire revivre...
Ni ange, ni humain, condamné à errer indéfiniment entre deux sans jamais pouvoir être ni tout à fait l'un, ni tout à fait l'autre...A survivre à ceux qu'on aime, pour les regarder partir les uns après les autres au fil des ans.

Qui voudrait d'une telle existence ? Comparé à ça , même les bras de l'enfer paraîtraient accueillants...!

Elle recula et replongea à nouveau son regard dans celui de "Dane".

- Il est tranquille maintenant.

Mitzrael désirait cette mort.

Qui que vous soyez, si vous avez un quelconque intérêt pour lui, laissez-lui au moins ça.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu

feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Dim 11 Avr - 18:10

Le choc rampa tout le long du dos du non-mort lorsque April repoussa celui-ci. Elle le plaqua fermement contre l'arbre qui les bordaient sous son feuillage exclusif.

Le sourire carnacier refit une apparition prévisible.

"Tu devrais apprendre le sens du mot "civilisé" you know"

Le rire mesquin s'estompa dans la gorge de l'immortel quand la dame rousse approcha son visage du sien.
Oh la ... ! Elle osait le réduire à l'état de jouait personnel !

Heureusement, elle pencha légerment la tête, déposant son front si chaud contre le sien.

Ce contacte, pourtant pudique, lui hota tout esquice cynique. Ce n'était pas amusant et surtout pas prévu au programme. Il la repoussa calmement d'un index solide, le visage peint dans une grimace de dégoût.

La little girl lui lança un regard submergé par la haine. Il étirra à nouveau ses lèvres. Voir autant d'interret à son égard dans un seul regard le réjouissait -même si cet interret était plutôt négatif-. Ces iris qui ne pouvaient plus se détacher de ses yeux métaliques tant le sentiment envers lui était puissant et attractif... quelle victoire !

"M'as-tu bien regardée ?!" grogna l'humaine. "Je n'ai ni yeux rouges, ni ailes, ni griffes ! Je ne change pas de forme et ne lis pas dans les pensées ! Hu-maine ! Tu comprends ça ?! Le "monstre" comme tu dis ne t'as pas attendu. Il est mort avec Mitzrael et son souvenir. J'ai choisi maintenant."

Le menton de Nathaniel se baissa tendit que ses yeux se réduisirent en une simple fente méprisable. Oh mais elle n'aura besoin n'y de griffes ni d'aile pour accomplire ce qu'il lui réservait.

"Quant à le faire revivre...
Ni ange, ni humain, condamné à errer indéfiniment entre deux sans jamais pouvoir être ni tout à fait l'un, ni tout à fait l'autre...A survivre à ceux qu'on aime, pour les regarder partir les uns après les autres au fil des ans.
Qui voudrait d'une telle existence ? Comparé à ça , même les bras de l'enfer paraîtraient accueillants...!"

Les pupilles du non-mort de contractèrent.

"Il est tranquille maintenant. Mitzrael désirait cette mort. Qui que vous soyez, si vous avez un quelconque intérêt pour lui, laissez-lui au moins ça."

"Dis-moi..."

Il gliça un premier pas devant lui.

"Que sais-tu exactement de la mort, ridicule petite humaine ?"

Le second pas dévia sa trajectoire sur le côté.

"A part toute ces futilités que vos coutumes et croyances injectent dans vos pensés, absolument rien ! Trust me little girl, le symbole de tristesse mais en même temps de libération est bien loin de l'atroce réalité."

Il écarta les bras en déposant le troisième pas derrière la mortelle.

"Tu crois que parce que tu fais partie du petit pourcentage sur Anteria pouvant se venter d'avoir croiser la route du fantastique tout le savoir te tombe entre les doigts ? Ah!"

En quelques enjambées, il recula. Comme le fauve recule pour prendre son élant.

"Je me demande qu'elle sera la réaction de Mitzrael quand il saura quel rôle pitoyable tu lui accordes dans cette histoire. De même quand il apprendra que tu as refusé de l'arracher à temps des griffes de Nectos pour qu'il puisse continuer la noble quète qui lui a été confiée"

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Between light and darkness

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Mer 14 Avr - 19:36

"Dis-moi..."

De son pas félin et reptilien à la fois, le bourreau avançait vers elle.

"Que sais-tu exactement de la mort, ridicule petite humaine ?"

Deuxième pas glissant vers l'extérieur. L'humaine plissa les yeux et se tendit mais laissa "Cooper" continuer sur sa lancée.
"A part toute ces futilités que vos coutumes et croyances injectent dans vos pensés, absolument rien ! Trust me little girl, le symbole de tristesse mais en même temps de libération est bien loin de l'atroce réalité."

Toujours aussi théâtral...Elle poussa un soupir nerveux et excédé quand il la contourna.

"Tu crois que parce que tu fais partie du petit pourcentage sur Anteria pouvant se venter d'avoir croiser la route du fantastique tout le savoir te tombe entre les doigts ? Ah!"

Le voir faire marche arrière comme ça, d'un air si sûr et si narquois, lui donnait à la fois envie de se jeter, toutes griffes dehors, et un irrépressible sentation de frisson dans le dos.
Il savait parfaitement ce qu'il faisait. Et c'était, en un sens, aussi rageant que stressant.

Elle avait l'impression de voir l'araignée sur sa toile, prête à se ruer sur le premier moucheron qui frôlerait son oeuvre filandreuse.
Et moucheron, elle l'était face à cet...homme...être....chose qui savait lire ses pensées sans efforts...!

"L'atroce réalité ".... Elle chassa rapidement de son esprit avec un froncement de sourcil et un cligement de paupières douloureux l'image de Mitzrael ligoté à un mur et torturé par des créatures infernales.

"Je me demande qu'elle sera la réaction de Mitzrael quand il saura quel rôle pitoyable tu lui accordes dans cette histoire. De même quand il apprendra que tu as refusé de l'arracher à temps des griffes de Nectos pour qu'il puisse continuer la noble quète qui lui a été confiée"

Cette fois, April se raidit brusquement.

Avant qu'elle ne pense à l'autre qui pouvait tout voir, les souvenirs défilèrent dans sa tête comme des flashs de vidéos :

"Permet moi de te demander de m'affirmer que tu me conduiras au près Maître le moment voulu."

"J'ai un service à vous demander. Vous n'allez certainement pas le comprendre...Provisoirement. C'est un service assez étrange, mais il a une grande importance pour vous et pour Mitzrael."

"Savez-vous qui est Nectos ?"

"Monsieur Do'Han à un objectif. Vous n'en avez peut-être pas encore conscience. Il souhaiterait rencontrer Nectos pour -hésitation- discuter avec lui.
Il est capitale que vous l'en empècher.

Méffiez-vous de lui, de ses mensonges et de ses abscences trop longues."

"Il veut livrer des âmes à ce Nectos"

"Et si c'était nécessaire ? Si l'humanité avait besoin de ça ?"

"Peut être que les projets de Mitzrael rétabliraient l'équilibre que nous avons tous si conscieusement détruit. Peut être que tout cela, au fond, est utile."

"Méfie toi des mensonges."

Tous ces passages qui lui sautaient à nouveau en pleine face...Elle venait de prendre les derniers mots de "Cooper" comme un coup de pied dans le ventre.

Soufflée, elle tourna subitement la tête vers lui, menton au dessus de son épaule.

Son regard vert rencontra les iris sournois de cette abomination ambulante qui semblait prête à tout pour pouvoir brandir fièrement les miettes d'elle après son passage à tabac.

Futur ? Pourquoi parlait-il au futur ? Mitzrael était mort. Il n'y aurait aucun futur.

Minute ! Il avait dit qu'il savait comment le faire revenir de parmi les morts...Mais pourquoi aurait-il besoin d'une simple humaine pour ses plans alors ?
Et à quoi bon se poser toutes ses questions...

Elle aimait Mitzrael, oui, mais elle savait à présent qu'il n'avait fait que lui mentir même s'il s'était pris à son propre jeu au final selon ce qu'en disait Anauel...Enfin, quoiqu'il arrive, rien ne serait plus comme avant.

Alors à quoi bon se soucier de ce qu'il pourrait penser. Elle aussi aurait son lot de chose à lui reprocher. Ils seraient peut être même quittes, qui sait ?

Somme toute, elle perdait son temps.

Elle soupira, mais plus que d'ordinaire encore, d'un soupir las qui trahissait bien la pression de toutes ses pensées bouillonnantes.

- Ajoute-donc ça à la liste des questions qui ne trouveront jamais de réponse, puisque Mitzrael est mort !

Elle reprit son sac qui traînait un peu plus loin et la cala la bandoullière sur son épaule.

- Maintenant, pousse-toi, j'ai d'autre chats à fouetter !

Elle dépassa l'autre d'un pas décidé.

Bien sûr, elle continuait de penser à toute ces paroles échangées.

Alors on pouvait le faire revenir...Il fallait qu'elle parle à Anauel. Depuis combien temps ne l'avait-elle pas vu ? Et s'il savait lui aussi pour le crime immonde de ce salaud de Zephiro ?
Ou qui était ce foux dangereux qui lui collait au basques depuis des mois ?

C'était complètement dingue, contradictoire, insensé même ! Il la balançait dans le mur, il jouait avec ses nerfs sans arrêt, et maintenant il allait quasiment jusqu'à lui assurer qu'il venait en paix et voulait le bonheur de Mitzrael ! A d'autres ! Même Botaro en sirène aurait été plus crédible !
(huh désolée pour l'image x3 )

Il n'avait pourtant pas l'air très touché en lui montrant, bien détaillée, la mort épouvantable du déchu !

D'ailleurs...

Sans prévenir, elle fit volte-face :

- D'ailleurs juste une question ! Si tu tiens tant à lui que tu veux bien le dire, pourquoi tu l'as laissé mourir comme un chien et comment ça se fait que tu t'éclates ensuite à me montrer la scène dans les moindres détails ?!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu

feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Jeu 15 Avr - 2:17

"Maintenant, pousse-toi, j'ai d'autre chats à fouetter !"

Le sourire de Nathaniel s'élargit. Quant à lui il avait les informations dont il avait besoin

Ses yeux ferreux suivirent la jeune fille alors qu'elle passait à côté de lui d'une démarche de guerrière couroussée. Mais, malgrès les armures de chimères qu'elle avait l'impression de transporter, transpercer l'âme de quelqu'un lui était rarement aussi facile.

Mais il n'aurait jamais préféré entendre ce que ces pensées murmuraient.

Sa grimace d'illaritée se gomma peut à peut. Ses doigts se contractèrent contre sa paume. Anauël, soon of b...

"D'ailleurs juste une question ! Si tu tiens tant à lui que tu veux bien le dire, pourquoi tu l'as laissé mourir comme un chien et comment ça se fait que tu t'éclates ensuite à me montrer la scène dans les moindres détails ?!"

Nouveau sourire.
Il s'avança vers elle, Ses yeux de fer, son arme la plus mortelle, scintillants à en devenir menaçant.

"Qui serait assés cruel au point de laisser mourire un ami ? Anauël ? Peut-être..."

Il haussa les épaules en étouffant un rire ironique.

"Je n'ai fait que te montrer ce qui s'était passé. Ma façon ne te convient pas ? Soit, je ne suis pas là pour te mentire en cherchant à te séduire."

Il s'arrêta juste devant elle. Ses bras se croisèrent contre son poitrail.

"Ca va être dur. De savoir que Mitzrael sera en vie -car ce moyen de le réanimer, je le trouverais- mais que les seules pensées qu'il aura à ton égart ne seront présentes que dans l'espoire de t'oublier. Et lentement, comme tout les mortels, tu vas t'effacer de ce monde sans laisser aucune trasse."

Il déposa quelque chose de froid dans les mains d'April: le cygne en argent.

"Et le pire, c'est que tu sais que la cause pour laquelle se bat ton ange est juste ! Aucune escuse..."

Sa main s'esquiva rapidement dans sa poche.

"Au fait. Si j'étais toi, je ne dirais rien à Anauël ou a son larbin."

Il sortit deux choses de la prison de tissus: un téléphone et une photo de famille. De la famille actuelle d'April, plus précisément.

"Après c'est à toi de choisir." chantonna-t-il tout en tappotant un numéro sur son portable.

Il tendit l'appareil à la dame rousse. Il insista du regard face à Sa méfiance évidente.

"Méfie toi des mensonges"

"Hallo ?" C'était la voix d'Anauël.

Un ricannement sinistre prit possetion de la gorge de Nathaniel. D'un geste souple, il ballaya l'air avec son bras de gauche à droite, faisant danser le clicher sous le rythme inquiètant du mouvement répétitif.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Between light and darkness

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Jeu 15 Avr - 11:36

"Qui serait assés cruel au point de laisser mourire un ami ? Anauël ? Peut-être..."

"Je n'ai fait que te montrer ce qui s'était passé. Ma façon ne te convient pas ? Soit, je ne suis pas là pour te mentire en cherchant à te séduire."

April dut admettre qu'en même temps s'il savait qu'il pouvait faire revenir le déchu, il n'avait pas à être si affecté que ça par sa mort...

"Ca va être dur. De savoir que Mitzrael sera en vie -car ce moyen de le réanimer, je le trouverais- mais que les seules pensées qu'il aura à ton égart ne seront présentes que dans l'espoire de t'oublier. Et lentement, comme tout les mortels, tu vas t'effacer de ce monde sans laisser aucune trasse."

Elle riva ses yeux dans ce regard gris à la fois captivant et glaçant. Elle avait l'impression qu'il possédait une liste détaillée et très nette de ses points les plus faibles...Il savait parfaitement évoquer ce qu'elle ne voulait surtout pas entendre et avec les mots qui la remuaient le plus.

"Et le pire, c'est que tu sais que la cause pour laquelle se bat ton ange est juste ! Aucune escuse..."

Mais d'où est-ce-qu'il tenait ça ???

* Ah...oui. Les pensées...c'est vrai.* se dit-elle, un air exaspéré imprimé sur le visage.

Il allait franchement devoir faire attention à ça...

"Au fait. Si j'étais toi, je ne dirais rien à Anauël ou a son larbin."

Elle le vit fouiller dans ses affaires pour en sortir deux objets. Dans la confusion, elle ne vit pas bienc ce que c'était, ses pupilles humaines vrillées sur le sourire frondeur un peu canin.

"Après c'est à toi de choisir."

Un téléphone. Portable plus précisemment.

April l'observa comme s'il avait été un flaçon de nitroglycérine.

Tout objet dans les mains de ce cinglé devenait une potentielle arme de destruction massive.

Sa nouvelle mine électronique s'approcha d'elle, portée par le bras assuré et le regard si jubilant qu'il en devenait quasiment vicieux.

"Méfie toi des mensonges"

Mais de toutes les armes, c'était les mots qu'il maniait le mieux.

"Hallo ?"

Elle ne mit pas plus de deux secondes à reconnaître la voix.

Oh l'enflure ! Pas Anauël...Tous sauf Anauël...!!!

Elle leva les yeux vers le bourreau, cette hyène dont le rire ouvrait déjà la symphonie du triomphe.

Enfin pour lui...Car son coeur a elle venait de cesser de battre en apercevant sur le papier glacé d'une photo neuve, les visages souriants d'une femme blond vénitien dans la fleur de l'âge, d'un homme brun à la mâchoire développée et d'une petite fille aux longues mèches noires et au regard sage. Lisa O'Brien. Jake Hawkins. Aladiah Hawkins.

Il agitait déjà joyeusement son immonde trophée comme le drapeau de la victoire sous ses yeux d'humaine si...impuissants.

April, vaincue, baissa la tête comme si son seul regard pesait plus lourd qu'une chape de plomb.

Elle ferma les yeux et déglutit péniblement.

" Anauël...? " feignit-elle, un étonnement factice modulant sa voix blanche.

" Oh excuse, moi ! Je ne voulais pas te déranger, j'ai du me tromper de numéro. "

Le pire, c'est qu'elle était crédible...

Elle leva les yeux vers l'autre en face comme pour lui demander : " Content...?"

" A..plus tard. Je suis désolée." fit-elle avant de raccrocher.

Cette dernière phrase qui aurait pu être prise pour une simple excuse polie présentée pour le dérangement, portait pourtant bien plus.
Désolée, elle l'était. Abattue même. Par ce qu'elle s'apprêtait à accepter de faire.

Elle prit une profonde inspiration pour se redresser un peu tout en pensant :

* Pour eux tous...et pour Mitzrael.*

Cette fois, son regard avait beau être dur, elle l'offrait au vainqueur en signe de rédition.

- " April O'Brien, je suis un ami de Mitzrael, je veux qu'il revienne, je sais comment faire et j'ai besoin de ton aide " , ça aurait été si dur que ça ?

Elle soupira.

*Aller, puisqu'il faut...allons donc nous jeter dans la geule du loup ! * s'encouragea-t-elle amèrement avant de lui tendre en retour le téléphone éteint.

- Alors...Si tu m'expliquais ce que tu attends de moi exactement ? fit-elle défaite, avec un pauvre sourire triste et résigné.

Dans sa bouche, sa langue avait pris la consistance du papier mâché, ses bras le poids du chiffon, son front l'apparence de la cire...Elle sentait presque naître les fils au dessus de cette tête qui ne lui appartenait déjà plus...

* Après tout...on paye tous un jour...*

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu

feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Mer 21 Avr - 19:51

" A..plus tard. Je suis désolée."

La fine langue presque fourchue adula les lèvres du non-mort avec une réjouissance évidente.
Et dire que les festivités de cette victoire aisée ne faisaient que commencer !

Après l'abdication de l'hardeur de la jeune humaine, son regard résigné à se baissé sous la puissance de la soumission fut un délicieux cadeau.

" " April O'Brien, je suis un ami de Mitzrael, je veux qu'il revienne, je sais comment faire et j'ai besoin de ton aide " , ça aurait été si dur que ça ?"

Ca aurait surtout été d'une facilité chagrinante.

Elle lui tendit le téléphone, l'esquisse d'un sourire triste crayonné sur son visage.

"Alors...Si tu m'expliquais ce que tu attends de moi exactement ?"

S'il avait sut plus tôt que la douleur rendait les humains aussi polis, il se serait jetté dans les bras acceuillants du chantage avec moins de pensés hésitantes ! Ce brouillon de sentiments qu'April lui présentait ne l'enchantait guère. Etait-ce de la pitié qui étirrait ses lèvres féminines ?

Rien que la vue de cette perspective lui donnait envie de gommer le moindre de ses traits.

L'exaspérer lui semblait être une bonne solution.

"Tu sais, little girl, je ne connais pas le numéro d'Anauël"

Il claqua des doigts. Les contoures du portable furent soufflés par la réalité. Il plaqua bruyament ses paumes l'une contre l'autre, comme pour s'aplaudire lui même.

"Mitzraël serait si fier de toi ! C'est tellement bien d'être une hors-la-loie"

Il mignarda la photo d'un regard synthétique d'acteur, l'embrassa précieusement avant de la glisser dans sa poche.

"Garde le cygne en argent. Il te sera utile pour me retrouver le moment venu. C'est tout ce que tu sauras, pas la peine de m'assomer de questions."

Sourire.

"Bonne journée"

Il s'éloigna d'un pas léger, porté par la douce victoire.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Between light and darkness

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)

Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: When we see the truth...   Jeu 22 Avr - 22:29

"Tu sais, little girl, je ne connais pas le numéro d'Anauël"

"Mitzraël serait si fier de toi ! C'est tellement bien d'être une hors-la-loie"

"Garde le cygne en argent. Il te sera utile pour me retrouver le moment venu. C'est tout ce que tu sauras, pas la peine de m'assomer de questions."

"Bonne journée"

...

Salaud. Salaud. Salaud. Salaud. SALAUD. Il la tenait parfaitement entre ses griffes, ses maudites griffes de hyène maléfique et tout ça pour...pour strictement RIEN !
Elle resta un moment, soufflée, écoeurée, abrutie et complètement secouée.

Ce fils de...savait bien faire son sale boulot apparemment.

April le regarda filer sans rien ajouter. Qu'aurait-elle eu à dire ? De toute façon, il aurait bien été capable de se boucher les oreilles en sifflant et en chantonnant sur un ton infantile " je n'enteeeends rien du tooouut ! ".

Elle s'assit sur un banc pour retrouver ses esprits, mains tellement crispées sous la rage que ses dernière révélations lui causaient que ses ongles, pourtant pas fort longs, entamaient presque la chair blanche de ses paumes.

Elle déploya toute l'énergeie possible pour se calmer. Réagir violemment, elle savait si bien faire...Mais ça aurait été la dernière chose à faire vu la menace qui planait sur les êtres qu'elle aimait.

Au bout d'un moment, elle soupira.

Bon, il allait falloir rentrer. Que ferait -elle une fois à la maison ? Arriverait-elle seulement à croiser leurs regards à tous. Les avait-elle réellement sauvés...? Elle pouvait s'attendre à tout avec ce malade.

Elle s'en voulut soudain ne pas l'avoir suivi et ne pas su demander plus de certitudes et de promesses...

Mais au fond, que vallait sa parole ? Elle ne connaissait même pas son nom...!

Sa famille risquait peut être toujours au final !

L'image de "Cooper" arrivé avant lui chez eux et s'en prenant à sa famille lui traversa alors l'esprit.
Epouvantée rien qu'à l'idée, elle se leva d'un bond, courut comme une dératée vers la voiture, s'attirant un regard interrogateur de deux types qui discutaient un peu plus loin sur le parking et démarra en quatrième vitesse pour foncer à plein régime sur Melvill Street à Oak Park.

Arrivée sur place, elle sauta du véhicule, claqua la portière en geste paniqué, se précipita à l'entrée, du jongler un moment avec la clé qui menaçait de quitter ses mains tremblantes, s'énerva sur le verrou sans arriver à y entrer. Merde ! Mauvaise clé ! Vite, vite l'autre !!!

* Ouvre, ouvre, ouvre, ouvre , OUVRE !!! *

Le métal brillant de la bonne clé cliquetait bruyamment au abords de la serrure sans nom plus parvenir à se glisser dedans, les mains moites tressautant quasiment, affollées.

Voooossshhhh.

La porte s'ouvrit avalant une grande bouffée d'air de l'extérieur.

- April ? fit la voix étonnée de Jake. Tout va bien ?

Le souffle court, April le regarda, clé dans les mains collantes, toute pâle et les yeux fixes.

Elle ressemblait à ces lapins qui restent immobiles en plein milieu de la route, éblouis par vos phares alors que vous leur arrivez dessus avec vos quatre pneus thermogomme ultra résistants.

- J..Ja..Jake ? bredouilla-t-elle, perdue.

- Tu t'attendais à quelqu'un d'autre...?

April comprit qu'elle avait autant stressé pour rien.

Tout allait bien. Elle était un peu stupide quand même...Enfin, avec l'autre, on était jamais trop sûrs !

- Heu, non, personne. C'est rien. T'inquiète.

- Pas malade au moins ? Tu es blanche comme un linge...

- Non, non...Journée chargée...J'étais...j'étais pressée de rentrer. Besoin de repos.

Jake acquiesça doucement l'air de dire " je n'en crois pas un mot mais on va faire comme si".

- ...Lisa a préparé un chili ! Il parait que c'est ton plat préféré.

April resta un instant un peu bête. C'était un truc de dingues, en réalité.
Il y a vingt minutes elle parlait avec un mystificateur de première pour repêcher l'âme perdue d'un ange déchu trépassé, et maintenant, on lui causait de...chili con carne.

Drôle de vie quand même...

- Ha ! Génial ! fit-elle, feignant l'enthousiasme, la peur encore au ventre, fort consciente que ça sonnait extrêment faux vu la pellicule humide qui collait ses mèches à son front.

- Va te détendre .On t'appellera quand ça sera prêt. lui proposa-t-il, d'un ton posé qui se voulait rassurant.

April ne répondit rien mais lui adressa un regard bourré de reconnaissance qui valait bien tous les "merci" du monde.

Elle détala et s'engouffra sans demander son reste dans la cage d'escalier.

Lisa sortit de la cuisine, le regard interrogateur. Elle devait avoir entendu la conversation depuis les plans de travail.

Jake haussa les épaules et esquissa un sourire.

Sacrée April ! Elle savait vraiment se montrer parfois franchement étrange et déroutante ! Enfin, elle restait une bonne gamine malgré tout...

La femme lui rendit son sourire tendre, remettant une mèche de cheveux bruns derrière l'oreille de son aimé qui attrapa doucement sa main féminine encore si belle et douce pour la porter à ses lèvres en la tenant précieusement.

- Quand même...Un jour, j'espère arriver à la comprendre...soupira Lisa.

Dans sa chambre, April, nerveuse, et en pleine réflexion faisait les cents pas en secouant la tête.

Pas sûr qu'elle parvienne à dormir avant longtemps...


(voilà ^^ rep, Mitzou, on continue le post là où on se fait un autre sujet ailleurs, à toi de voir :p ! )

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: When we see the truth...   Aujourd'hui à 22:15

Revenir en haut Aller en bas
 

When we see the truth...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre les mondes :: Les Mondes :: Anteria :: ▌Chicago :: Banlieue :: ▌Quartiers riches-