AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une personne au comportement particulier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ange Déchu
avatar
feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Ven 18 Déc - 17:10

"Allez vas-y !"

La bouteille en verre claqua contre le bois de la table basse. Botaro joigna ses mains contre son genou. Les doigts enboittés les un dans les autres, le regard vert virré sur le petit écran, il était 15h05 alors que le chapeuté s'adonnait au plaisir unique du catch ... comme chaques après-midi.

Le chien gronda avant de jetter un aboiment contre la télévision.


"T'as bien raison."

Il happa la bière posée devant lui, annonça que la jeunesse ne savait plus se défendre avant d'absorber une gorgée démesurée du nectare impure.

Soudain, un son indésirable: le portable de Dane sonnait. Le chant stridant tailla au maillet une expression irascible sur le visage du chasseur. Maudite princesse O'Brien!


"Heureusement que je l'ai débranché" maugréa-t-il en appuyant sur le téléphone vert.

"Vous-êtes bien sur la boîte à pardon de Botaro. Préparez vous à laissez vos escuses pour me dérangez durant mon temps de détente après le bip sonore. BIP!"

"Très chère April, je te vois là en bien bonne compagnie."

Les sourcils foncés de Botaro se frisèrent vers ses yeux.
La voix à l'autre bout du file était à la fois sifflante et caverneuse, claire et obscure, envoutante et révulsante.


"Qu'est-ce-qu'il veut le reptile du sous-sol ?"

Seul un mutisme inquiètant lui laissa une vague réponse.

"Hey répond!"

Silence. Le traqueur serra les dents. "Diableresse" Téléphone rouge.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le portable vibra dans la poche d'Anauel. Pitt s'éclipsa à l'écart à grand pas. L'âme décrocha rapidement quand il décripta le nom "Botaro" écrit en pixel sur son engin.

"Qu'est-ce-qu'il se passe?"

"April a téléphoné sur le portable de Dane et est apparamant en mauvaise compagnie."

L'immortel se stoppa net. Il déglutina, mélangeant sa nervausité à sa salive.

"Où est-elle ?"
"D'après ce que j'ai entendu elle est avec un démon."
"Botaro, où est-elle ?"
Aucune réponse. Anauel perdit pied.
"JE T'AVAIS..." il se ratrappa par un raclement de gorge "Je t'avais dit de ne pas le débrancher!"
"Vu la discretion du procésus d'analyse des coordonnées ça n'aurait rien changé. Le reptil aurait simplement changé de trou. Elle était avec toi en cours ?"
Anauel se dirigea vers le grand bâtiment albe.
"Oui, cours de langue mais je ne l'ai plus vue par la suite."
"Tu fais quoi là ?"
"Je vais voir à l'interrieur"
Il projetta sur le côté les portes battentes de l'entrée.
"Alors ?"
"Une seconde tu permets! Tout le monde est rentré en classe."
"Elle avait cours de quoi ensuite ?"

L'adolescant se jetta brusquement sur le côté.
"Hey Rambo, montre que tu sais aussi forcer sur le muscle qui te sert de cerveau..."

"Laisse tomber, je l'ai trouvée."

Intercallé entre le mur et les casiers, il se pencha en avant. Ses yeux bleus discernèrent la silouhette rousse accompagnée de ... écarquillement.

"Le proffesseur de langue!"

Soudain, un vent d'une chaleur mordante le froça à rabattre sa tête dans sa cachette. Il perçut le cri des ampoules grésillantes avant qu'elles n'exploses.

"Botaro..." murmura-t-il nerveusement. "C'est un mageur"
"Chouette et où se déroule la soirée dansante ?"
"Le bâtiment blanc, la classe du fond."
"Inutile de me demander de me dépècher" Le traqueur racrocha

Anauel se glissa, tel un fantôme flannant au dessus du sol, jusqu'à la grande porte en chêne au fond du couloir. Le dos vouté, les enjambées souples et maîtrisées, il entama ce qui lui restait de la distance à la magnière d'un voleur sur le point de se faire repérer.

Les murs filtraient les chuchottements d'une conversation. Dieu merci aucun claquement ou autre son laissant supposer une lutte. Il savait ce qui lui restait à faire.

D'un coup sec, il rammena son sac sur son épaule. Il se réduisit à Pitt Denver quand il repoussa la porte. Mais, une fois à l'interrieur, il s'attendait aux pires horreurs sauf à ça.

Il se pétriffia sur place. Sa main se contracta sur la brettelle de son cartable. Ses yeux marins perforrèrent une April O'Brien, lovée dans les bras d'un démon, tel une flèche recouverte d'une essence d'aminosité palpable.

Après ce qui avait été dit l'autre soir, comment pouvait...comment osait-elle ?

Il pivota sur lui-même. D'une démarche automatisée, il s'apprettait à rebrousser chemin.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Between light and darkness

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Ven 18 Déc - 20:03

April, confortablement callée entre les bras du démon sentit soudain une nouvelle interférence.

Comme si une fréquence en annulait une autre...étrange. Très étrange.

Ses oreilles sifflaient. Elle comprit qu'Anauel avait répondu à l'appel.

La silhouette râblée et chauve qui poussa la porte d'entrée de l'amphithéâtre le confirma.

April croisa alors un regard noir. Non, le mot est trop faible. Assasin serait plus juste.

Elle put lire dans les prunelles de l'anglais un profond dégoût.

Quoi ? Mais non ! Il ne comprenait rien !!!

En ayant ces dernières pensées, elle comprit que sa présence atténuait l'emprise de Zephiro sur elle. Les auras contradictoires assaillaient en même temps l'humaine.

Elle sentit son coeur comme une chape de béton armé tomber dans sa poitrine quand l'immortel fit volte-face et reprit la direction de la porte.

Mais elle ne pouvait rien faire. L'aura du démon était encore trop forte si près de lui.

Ses pensées étaient libres mais ses mouvements étaient encore bridés par l'esprit démoniaque qui l'envoûtaient et elle restait fixée à lui contre son gré.

Comme prisonnière de son propre corps.

Peut être pouvait elle encore parler...

- Non...! fit-elle d'une voix étranglée. Pitt, ne me laisse pas ! - elle savait que prononcer le mot d'Anauel aurait sûrement été la pire idée qu'elle puisse avoir, face à Zephiro et à l'autre psychopathe, c'était comme lui coller un panneau " Je suis un ange, frappez pas trop fort, svp " entre les mains.

" Je t'en prie...! "

Elle restait aggripée à Zephiro, possédée par son pouvoir démoniaque mais ses yeux, ses yeux verts, ses yeux limpides et francs, eux, disaient toute sa honte et son désarroi.

En cet instant, elle maudissait toutes les forces qui avaient fait de l'humain un être si faible et le simple pantin des existences supérieures.

* Anauel, je vous en prie...*

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon Mineur
avatar
Messages : 203

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Ven 18 Déc - 22:39

Zephiro n'eut même pas besoin de prononcer un seul mot que l'humaine vint de nouveau se lover dans ses bras, cherchant le creux de son épaule pour y poser sa tête. Il la laissa faire. April prit ses bras, s'enferma totalement de sa propre initiative, tantôt affrontant folement le regard d'Azrael, tantôt l'embrassant.

" Eloigne-le. Dis-lui de nous laisser. Eloigne-le, il perd son temps, c'est à toi que j'appartiens..." sussura-t-elle.

Un infime sourire se dessina sur les lèvres du démon. Une fois de plus, il la tenait. Il savait que ce n'était pas éternel et c'était bien là sa plus grande distraction, voir les hauts et les bas, puis la chute vertigineuse de l'humaine.

" Mlle O'Brien, j'espère que vous comprenez ce que j'attend de vous...Je ne cherche nullement à vous arracher de l'emprise de Zephiro, en tout cas si je le fais ce ne sera pas de la même manière !!"

Allons bon... Pas de la même manière ? De laquelle alors ? Il haussa légèrement d'un sourcil. A la fois étonné et amusé. Il ne se prenait pas our n'importe qui celui là... Ce dernier se tourna d'ailleur vers lui.

"Zephiro, je suis totalement étranger à ce monde de cafard, mais pour mon ""travail" j'ai besoin d'en connaitre bien plus que ce que l'on sait dans le Monde d'en Dessous, or vous avez l'air d'être...bien ancré dans ce monde pourriez-vous m'informer ?"

Un sourire moqueur se dessina sur les lèvres du Démon rouge. Il voulait qu'il lui serve d'informateur ? Pour quelle raison le ferait-il ? Il y avait énormement de chose à dire sur Anteria et les humains qui y vivent, il allait perdre son temps pour la satisfaction d'un autre et celà sans contrepartie. Non merci.

"Ce qu'on apprend dans le Monde d'en Dessous ne dépend que de ce qu'on veut bien y apprendre" répondit Zephiro avec le regard brillant d'arrogance.

Oui, il ne tenait pas à aider ce Majeur outre mesure. Pas tant qu'il ne lui aurait pas donné de raison suffisante pour en tout cas.
Soudain, la petite humaine remua légèrement. Sa tête était tournée vers la porte qui se refermait. De faibles mots s'échappèrent de ses lèvres.

- Non...! Pitt, ne me laisse pas ! Je t'en prie !

Zephiro haussa d'un sourcil. Deux choix s'offraient à lui mais il savait déjà ce qu'il allait faire. S'il s'écartait trop d'April, celle-ci redeviendrait autonome... donc...
Un sourire mauvais déchira le visage du Démon. Il lâcha l'humain et en un instant fut à la porte.
De l'autre côté se tenait un jeune homme au crâne rasé.

Un humain ? Il les avait vu, c'était certain. Cependant, il ne semblait nullement effrayé. Pourtant Zephiro n'avait pas un physique très typique... De toute façon, il n'allait pas s'en aller ainsi.

"Bonjour Pitt !" lança le Démon

Ses yeux incarnats étincellaient. Son sourire se fit carnassier. Il attrappa l'avant bras de l'homme et le ramena vers lui avec brutalité.

"Tu ne voulais tout de même pas... sêcher un cours ?" demanda-t-il d'une voix mielleuse.

Et April restait à présent seule avec Azrael. Dans un sens, ça ne lui plaisait qu'à moitié. D'un autre, cet Azrael pouvait tout aussi bien la laisser -au risque qu'elle s'enfuit- pour venir lui aussi voir de quoi il retournait.
Et l'avantage que Zephiro avait, c'était qu'il savait où vivait April...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif
avatar
feat. : mmmh sur l'île de la vérité xP
Messages : 87

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Assassin
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Sam 19 Déc - 14:47

"Ce qu'on apprend dans le Monde d'en Dessous ne dépend que de ce qu'on veut bien y apprendre"


Comment vouloir se faire tuer par un majeur en une leçon, voilà ce que Zephiro tentait de faire, mais heureusement quelques évènements extérieurs vinrent tiré Azraël de son envie de découper le mineur en fine lamelle.


Effectivement la jeune O'Brien semblait essayer de communiquer avec le monde éxtérieur, était elle enfin sortie de l'emprise du mineur ? Non bien évidement, elle n'arrivait toujours pas à se mouvoir correctement mais elle arrivait tout de même à parler.


- Non...! Pitt, ne me laisse pas ! Je t'en prie !


Certes c'était un niveau basique de langue mais elle y arrivait tout de même, Azraël reprit son sérieux et se retourna car la porte de l'auditoire venait à nouveau de s'ouvrir et de se refermer, un jeune humain avait passé la tête et était sortis. Ce fut au tour de Zephiro de sortir en courant, laissant Azraël et April seul, un sourire carnassier apparut sur les lèvres du Majeur, il était temps de faire sortir la jeune femme de l'emprise du mineur. Azraël répugnait ce qu'il allait faire, mais il le fit, la situation devenant vraiment trop banale(HJ: oui sûr juste deux démons, Anauel et une humaine dans la même pièce c'est très banal mdr)


Aussi Azraël s'avança vers O'Brien, leva sa main et gifla l'humaine lui ouvrant en même temps la commissure des lèvres, la douleur était le meilleur moyen de la sortir de l'emprise de Zephiro.


Azraël sentit le long de son échine une sensation de dégout, il avait touché une humaine c'était vraiment répugnant mais il n'avait pas eu le choix.



*Il faut faire des sacrifices pour s'amuser* pensa-t'il.


Azraël ne laissa pas à la jeune femme le temps de reprendre ses esprits pour lui parler.


"Mlle O'Brien, je vois que vous avez des relation assez houleuse, ne me remerciez pas de vous avoir sortis de son emprise, ca ne part surement pas d'un bon fond, bon maintenant assez parlez dites moi tout ce que vous savez ou sinon je vous promet que cette journée sera la pire de votre misérable existence qui à cette allure ne durera pas longtemps."


Azraël avait parlez d'une voix si calme qu'elle en devenait inquiétante. Et il espérait que la jeune humaine en comprenait le sens, car il n'avait pas l'envie fugace de lagifler continuellement, le contact avec la peau était déjà si désagréable qu'il n'avait pas envie d'en répéter l'expérience, la prochaine fois la jeune humaine aurait droit à une boule de feu qui ne la laisserait pas intacte.


C'est à ce moment là qu'Azraël remarqua que sa peau ivoire était tacheter par un liquide rouge et visqueux, du sang humain, celui de April sans aucun doutes, Azraël sortit un tissus de sa poche, se frotta les mains dessus et après le détruisit, à la place du tissus il y avait maintenant un peu de cendre et un dégagement de fumée. C'était un signe clair à l'adresse de la jeune humaine.


HJ: Mouahahahahahaha April, Azraël ne t'a pas oublié. Mitzou, ne te crois pas sortie d'affaire xP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu
avatar
feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Sam 19 Déc - 17:02

"Non...!"

La porte s'ouvrit.

"Pitt, ne me laisse pas ! Je t'en prie !"

Elle claqua contre le chambranle en bois.
Action stupide et irréfléchie quand on y pense: laisser April entre les mains de deux démons. Que celà ne tienne, qu'elle aille au diable elle et ses faiblesses révulsantes!


"Bonjour Pitt !"

Les pupilles noirs se réduisirent en une simple fente en même temps que l'adolescant se retourna. Une main armée de griffes se referma sur son poignet. Elle le tirra vers des yeux vermeils embrasés par une sombre flamme démonaique. L'anglais cacha ses yeux océans derrière ses paupières, effaçant le sourire glaçant de la créature pour se concentrer. -le tout avec une pointe de dégout histoire de jouer la commédie-

"Tu ne voulais tout de même pas... sêcher un cours ?"

"Tu te trompes sur mes intentions"

Il ouvrit son regard. Les vagues de ses iris océans s'abatirrent contre le feu de son assayant tendit que l'âme d'Anauel glissa dans son nouveau corps. La carcasse vide de Pitt s'éffondra sur le sol.

///////////////////////////////////////////////////////////////////

La porte qui séparait le secret de cette scène s'ouvrit. Zephiro (huhu ça fait zarb) entra effleura le sol de l'amphithéatre, trennant derrière lui le corps sans vie de l'anglais.

"Bon"

Il lacha le cadavre. Celui-ci percutta le sol dans un grondement sourd.

"Où en êtions-nous ?"

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Between light and darkness

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon Mineur
avatar
Messages : 203

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier:
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Sam 19 Déc - 19:19

(oO ne pense pas que ça va se passer comme ça Mitzoooouuu !!! [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Zephi opposera pitétre un pitite résistance par la suite, je vais pas te laisser de dépatouiller ainsi, crois moi héhé... gare à tes plumes !!)


Le garçon ferma les yeux avec clame. C'était frustrant et amusant à la fois. Zephiro se demandait bien ce que ce gamin avait en tête.
Puis, il rouvrit les yeux et fixa ceux sanglants du Démon. Une sensation désagréable s'empara de lui. Il savait ce que c'était : une âme s'emparait de son corps.
Le Démon se glaça. Comment ça se pouvait ? Il essaya de résister, formant des barrages de son esprits mais rien n'y fit. Pourtant il n'était pas faible, il n'était pas humain alors, comment ? L'esprit pouvait voir tout ce qu'il pensait, c'était dérangeant.
Une seule explication vint à son esprit, il s'agissait d'une âme puissante, celle d'un mage extrèmement fort, ou alors d'un Démon Majeur... voir un Ange Majeur.
Comment avait-il pu échapper si longtemps au Dévoreur ? Il avait certes entendu parler d'âmes d'Anges ayant échappé à Nectos mais elles n'erraient pas ainsi en territoire ennemis !

Le Démon vit l'adolescent s'effondrer. Techniquement il aurait du reprendre conscience et le contrôle de son corps. L'emprise avait due être puissante et durer un certain temps pour qu'il en tombe ainsi.

Une nouvelle vague s'acharna dans son esprit, le bloquant littéralement. Cette aura, cette sensation d'étouffement et de brûlure... Aucun doute, il s'agissait d'un Ange, et un Majeur au moins.
Mais qu'est ce qu'il foutait là ??

Avec impuissance, il se vit ramasser le corps du jeune humain et retourner vers l'amphithéatre.
Dans un premier temps, Zephiro continua de lutter intérieurement, afin de rendre la tâche plus ardue à l'âme.

"Bon"

Intérieurement, il grinça des dents.

"Où en êtions-nous ?"

Le corps de l'humain percuta le sol d'un bruit mat. Etait-il mort ? Le démon se posait bien la question.

Par les yeux contrôlés par l'âme, il vit April, le visage griffé par Azrael. Il haussa un sourcil (intérieurement toujours ^^). Il en avait profité le bougre...
Le mineur se calma et resta un spectateur pour le moins interessé de la scène. C'était assez amusant mine de rien, il assistait là à une sorte de pièce de théatre où il jouait sans vraiment y être. Drôle d'expérience...

*Méfie-toi de lui, il est costaud et un peu barge sur les bords...* fit-il à l'adresse de son geôlier.

Même s'il ne contrôlait pas son corps, il préférait encore le garder en un seul morceau.


[Note : ils peuvent communiquer par la pensée mais Zeph ne peut pas vraiment intervenir physiquement... sauf si ton perso se retrouve trop destabilisé par une attaque ou quelque chose du genre [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Sam 2 Jan - 16:02

April sentit le monde s'écrouler autour d'elle quand Pitt claqua la porte sans même se retourner. Il la laissait. Finie. Elle était finie.

Zephiro suivit bientôt l'anglais dans le couloir. A présent, il n'y avait plus qu'Azraël et elle-même. Retour à la case départ : " Tu es cuite".

La peur la plus dure et la plus puissante l'assaillit de nouveau.

Elle leva les yeux en tremblant vers le démon qui s'était si habilement fait passer pour un professeur. Son sourire sadique déclencha en elle de violents frissons, ce genre de frissons qui vous longe la colonne vertébrale comme les pattes velues d'une araignée.

Soudain, elle vit la main de son bourreau filer et s'abattre violemment sur sa joue qu'elle marqua d'une estafilade rougeoyante.

La plaie brûlée par la chaleur du démon, la tête secouée, April resta sonnée. Elle tituba, morte de peur devant ce monstre.

"Mlle O'Brien, je vois que vous avez des relation assez houleuse, ne me remerciez pas de vous avoir sortis de son emprise, ca ne part surement pas d'un bon fond, bon maintenant assez parlez dites moi tout ce que vous savez ou sinon je vous promet que cette journée sera la pire de votre misérable existence qui à cette allure ne durera pas longtemps."

Lui dire ? Mais lui dire quoi, qu'elle avait appelé un démon et depuis ce jour ne savait s'en défaire, qu'elle aimait un ange déchu mystérieusement disparu, qu'elle avait par là rencontré un autre immortel étrange et un chasseur qui n'avait sûrement pas la lumière à tous les étages ?

De toute façon, revers à la médaille et malédiction de son propre jeu pour Azraël, elle ne pouvait pas parler. L'angoisse la plus vile et la plus froide l'avait saisie à la gorge et l'étouffait, comme un étau glacé qui ne cessait de se refermer sur elle.
Souris dans les mains du chat, coincée entre ses griffes accérées, elle ne pouvait sortir un son. Il la terrorisait.

Alors qu'elle allait tenter l'effort d'articuler un mot, la porte s'ouvrit sur Zephiro, traînant... le corps de Pitt.

Le visage clair aux mèches rousses se décomposa et le regard vert s'affola, paniqué.

Non. Pas ça. Pas lui. NON ! Anauel...


Elle baillonna sa bouche pour s'empêcher de crier et tomba à genoux, abattue.

Mais il y avait cette sentation étrange, anormale...Elle n'était pas attirée par le démon aux longs cheveux rouges.

Il n'avait pour ainsi dire, aucun effet sur elle. Très étrange...

Et tout à coup, elle comprit que la présence d'Azraël la perturbait moins. Elle regagnait peu à peu son calme et les battements de son coeur humain se faisaient plus réguliers.


Comme si...Comme s'il était toujours là. Comme si "Pitt" n'était pas complètement...

Elle se tourna dans la direction du corps qui gisait au sol.

Mais ce n'était pas de là qu'émanait cette fréquence apaisante.
Elle tenta de se concentrer pour trouver son point de fuite.

Elle tomba sur le regard rubis luisant de Zephiro.

Se pourrait-il que...? Après tout, il avait bien possédé Pitt et ce vieux concierge...

Alors pourquoi pas un démon ? D'autant plus que Zephiro, tout compte fait, n'était pas franchement le plus puissant du lot...

Elle fondit son regard vert dans les yeux rouges translucides.

Cette vue acheva de calmer sa peur, comme elle l'avait pressenti.

Et si elle avait tort... Se livrer à Zephiro valait toujours mieux que de rester dans les griffes de ce dégénéré de "prof".

Prof qui ne semblait pas avoir remarqué encore la faible signature énergétique de son compatriote infernal...

Elle eut alors une idée.
A ce seuil là, il y avait 1 chance sur 10 qu'elle ait raison.

Elle profita de la brèche que dessinait l'aura supposée d'Anauel dans les fréquences qui l'influençaient pour se détacher d'Azraël, se relever et s'avancer face à "Zephiro".

Son regard vert se mêla aux félines iris. Elle ne pouvait pas se tromper...Ca devait être lui, Anauel.

Enfin, ça valait mieux et pour être honnête, elle l'espérait fortement.

Elle s'approcha encore, doucement, comme elle l'aurait fait avec le démon en temps normal.

Si elle se plantait, au moins, elle aurait quitté l'autre malade.

Elle se retrouva bientôt tout près "Zephiro", alors qu'elle s'approchait encore, ses lèvres passèrent près d'une des oreilles pointues et murmura d'une voix assez peu assurée, si basse qu'Azraël n'aurait pu l'entendre :

" Entrez, dans mon jeu..."

Alors, elle l'enlaça doucement de ses bras et appuya son front dans le creux de son épaule.

Bien mal lui en prit, car elle comprit alors, trop tard, que Zephiro, bien qu'irrepérable, restait toujours présent.

Il l'appelait à lui, ses sens d'humaine se mirent à bouillonner.

Merde. Merde. Merde. Merde. MERDE !

" Oh non...pitié..non..."

Il la tenait à nouveau.

L'aura présumée d'Anauel ne savait plus brouiller cette aura là. Elle n'était plus maître d'elle même.

Pire, la fréquence de l'immortel brouillant celle du démon, elle était parfaitement consciente.

Et ne connaissait que trop bien la suite...

Elle tenta de reculer, mâchoires serrées mais en vain.
Elle essaya de s'accrocher à lui, agrippée à ses épaules, ses doigts se resserrant sur lui pour l'empêcher de se tourner davantage vers lui.
Elle luttait sans relâche mais rien n'y fit.
Elle était l'insignifiant morceau de feraille et il était l'aimant tout-puissant.

La mort dans l'âme, elle se sentit magnétisée vers lui, sa tête rousse quitta l'épaule pour glisser vers le visage marmoréen.

Foutue nature humaine, si faible et méprisable.

Elle en aurait pleuré.

Comme si ses yeux suivaient ses pensées, ils s'embuèrent, à la fois perdus, horrifiés, résignés et dégoûtés d'eux même.

Ses lèvres tremblaient et son visage portait tout son aversion et sa répugnance pour elle-même.

" Dé..désolée..." souffla-t-elle d'une voix blanche et brisée, son regard émeraude portant tout son désarroi dans celui de l'immortel avant que ses lèvres humaines ne viennent rejoindre dans un frôlement écoeuré les lèvres démoniaques pour s'y mâler et l'embrasser avec ferveur, ses mains saisissant son visage parfait alors des larmes de
hontes roulaient, silencieuses, sur ses joues tristement humaines.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Dim 3 Jan - 20:16

Nuages hauts dans le ciel en guise de masque pour le soleil. Fraiche odeur du printemps dans les allées de la ville. Douce harmonie des voix et du vent qui s'élèvent. Brume fraiche qui rafraichit les genoux. Bruit de pas qui résonne dans les rues. Owen Livingston secoua fièrement sa tignasse noire, tel le lion qui franchit la limite de son territoire. Il huma à plein nez l'air pur qui s'offrait à ses narines, semblant ainsi être le plus heureux des hommes. Puis, il s'arrêta.

Tout en étirant les muscles de ses bras, il observa le large bâtiment qui s'offrait à lui. Bâtiment aux côté duquel il ne pouvait qu'être comparé à un grain de poussière dans l'univers : l'université.

Certainement vous demandez-vous ce que pouvait bien faire cet homme-là dans ces eaux faites d'hommes et de femmes inaccomplis, et vous auriez bien raison. Il n'était ni étudiant, ni professeur. Il n'était là pour diriger l'école et encore moins pour nettoyer ses sols. Pourtant ...

Le regard pétillant, il contemplait chacun et chacune des étudiants. Pétillant, ou avide de savoir. Certaines femelles lui accordaien0t un sourire des plus attirants, et il ne se faisait prier pour le leur rendre. D'autres restaient de marbre, et il ne cherchait à les faire réagir. Il n'était pas ici pour chasser ou batifoler. Ce serait de la folie : il était aux vues de tous.

Non, s'il était ici, c'était dans un but précis de dénicher quelques papiers : une étudiante lui avait promis belle fortune. Le faussaire n'avait certes pas pour habitude d'agir de ses propres mains, néanmoins ses hommes étaient sur une autre affaire et il devait remettre cette paperasse sous peu. Il détestait faire le sale boulot, mais on ne pouvait refuser un porte monnaie bien rempli.

Livingston semblait avoir la vingtaine, quoi de plus normal pour un homme dans une université ? cet avantage lui permettait aisément de se fondre dans la masse. Tout décontracté, il se rendit aux salles dédiées à l'étude des langues romanes.

Retrouver des documents au sujet d'un professeur aux allures d'un être qui pouvait ressembler à tout ... sauf à un professeur lui avait dit la fille. Un type beau et laid à la foi, pas fort sympathique, qui se faisait appelé X (désolée les amis, le nom des cibles est confidentiel). Une chose à faire : se rendre à la salle des archives.

Le vampire traversa l'un et l'autre couloir, aux aguets mais à allure modérée. Et il ne tarda à dénicher ce qu'il attendait : la porte. Il cernait l'une ou l'autre voix de l'autre côté de celle-ci et fronça les sourcils. Cette porte ne devait-elle en théorie être close ? Et pourquoi s'y balader en heure de pause ?

Soit, aucune importance, il n'avait pas besoin de s'acquitter de telles informations : tant qu'il avait ce qu'il voulait. Sans aucun tact, il tourna la poignet de la porte, sifflotant, et franchit l'unique pas qui le séparait des Enfers.

Dans un premier temps, il ignora totalement ceux qui peuplaient le local (il fallait avouer qu'il manquait d'expérience dans la catégorie "cambriolage"). Il se rendit aux casiers contenant en toute logique les dossiers des nouveaux arrivants et attrapa celui du nouvel instituteur de français. Trop facile, son physique rendait plausible la possibilité qu'il soit instituteur ou même inspecteur.

Il lut quelques phrases, toujours sifflotant, et se dirigea vers la sortie. Sans oublier de saluer au passage les deux hommes aux allures anormales, la filles aux airs décomposés et le jeunot écroulé au sol. Il referma la porte derrière lui.

...

Le jeunot écroulé au sol ? Il cessa de siffler et se retourna brusquement, et aperçu dans un recoin le directeur de l'établissement qui choisissait évidement CE moment pour montrer le bout de son nez. Immédiatement, Owen rouvrit la porte (pour sauver sa peau comme pour avoir le coeur net) et dévisagea son peuple. Un type était bel et bien inanimé au beau milieu de la pièce. Il écarquilla les yeux : malheur à lui, il était témoin d'un meurtre ! Sa mâchoire se décrocha, et il eu la bêtise de prendre une grande bouffée d'air frais.

Ses muscles se contractèrent immédiatement. Une humaine. Et une humaine au parfum particulièrement étouffant. Pas forcément plus délicieux qu'un autre, il en avait d'ailleurs senti de plus délectables. Pourtant, une odeur puissante et de laquelle il était difficile de se détacher. La créature de la nuit grimaça avant de se rendre compte que ce n'était l'unique détail anormal ... elle était dans ces lieux l'unique mortelle.

L'avocat haussa les sourcils. Ils étaient pourtant à Anteria, que faisaient ces créatures ici ? Il se mordit dument la lèvre, inutile de chercher concentration avec l'envie grandissante qui envahissait son esprit : la fille. Il lui jeta un coup d'oeil furtif. Son nom. Il lui fallait au moins son nom. Juste un nom.

L'intelligence comme le bon sens lui auraient ordonnés de disparaitre dans les couloirs sans demander son reste. Nonobstant, trois choses l'en empêchaient :

-Imaginez-vous au beau milieu d'un ardent désert, la soif vous déchirant l'échine. Devant vous, une superbe fontaine. Remplie. Même si l'eau n'a l'air particulièrement bonne, elle vous obsède. Et elle est à portée de main. Qu'auriez-vous fait ?

-Owen avait aperçu le directeur lorsqu'il c'était apprêté à sortir. Et si cet emmerdeur était encore là ? Quelle excuse pourrait-il lui donner ? "Oh je sors de la salle des archives parce que j'y ai perdu ma carte d'identité !" ... pas très convainquant !

-Le vampire était potentiellement témoin d'un meurtre. S'il ne se rangeait immédiatement du côté du meurtrier, celui-ci risquait de le pourchasser. N'étant pas humain (il douta qu'il ne s'agisse de la fille), il ne pouvait avoir une idée sur l'étendue de ses connaissances au sujet des vampires et du procédé pour les tuer.

Pour conclure le tout ... il restait. Ainsi il préservait vie, réputation et désir.

"Qu... qu'est-ce que ... ? Je suis certain que nous pouvons trouver un accord !"

Marmonna-t-il, enroulant les documents qui étaient toujours en sa possession.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif
avatar
feat. : mmmh sur l'île de la vérité xP
Messages : 87

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Assassin
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Mer 6 Jan - 19:32

Azraël observait de ses yeux maudits la jeune O'Brien, il attendait une réponse et il espérait bien évidement en recevoir une car il sentait que son système nerveux commençait à être submergé par cette excès de rencontre avec des individus des plus pathétiques, d'abord une humaine, il ne fallait pas chercher plus loin car c'était la pire chose au monde que d'être humain, deuxièmement, un démon des castes inférieurs qui décident de mettre son grain dans ses affaires, qu'il avait avec la jeune humaine et pour finir être interrompu par quoi, un vil adolescent qui s'amuse à repartir, mais un détail avait frappé Azraël, Zephiro était sortis, courir après l'adolescents comme si il le connaissait, Azraël devrait se montrer prudent, cet être était inférieur, mais c'était tout de même un démon.


Une fois de plus Azraël posa son regard sur l'humaine et c'est là qu'il comprit que son exaspération allait aller en grandissant, car la jeune O'Brien essayait une fois de plus de communiquer avec le monde extérieur mais elle avait l'air d'être sous l'emprise de quelqu'un ou plutôt de quelque chose, car ce n'était pas l'emprise d'Azraël car il se refusait à l'idée de charmé un tel être, mais bien l'emprise de la peur, ce sentiment tout bonnement inconnu d'Azraël mais qui taillait la vie de nombreuses races tels les humains.


Azraël insista du regard et la jeune humaine tenta de répondre, mais ils furent coupé, la porte venait de s'ouvrir. Zephiro entra, trainant derrière lui l'adolescent.


*Tant mieux* pensa Azraël.


Il ne chercha pas plus loin, il n'essaya pas d'analyser cet interférence dans l'aura de Zephiro, mais les évènements qui allaient suivre lui permettrait de comprendre, car pour une fois la jeune humaine allait lui "apporter" quelque chose. Effectivement, April s'écroula à terre, l'air désemparé. Azraël la regarda un sourire aux lèvres, mais l'humaine se relava alors l'air déterminée, comme se persuadant de quelque chose qui lui permette de se mouvoir, Azraël ne chercha point à le retenir.


La mortel s'avança vers le démon, lui susurra quelque chose à l'oreil,


*Surement des mots doux* ricana intérieurement Azraël.


Et c'est alors qu'il le vit, ce léger grésillement autour de Zephiro, comme une interférence, mais celle-ci était particulière, Azraëm ne voyait pas ce que c'était. Mais il préférait suivre son flair, il se montrerait prudent, très prudent qui sait ce qui s'était emparé de Zephiro. Mais l'humaine se trouva alors surprise, et une fois de plus déposa ses lèvres sur celle du Mineur. Azraël avait une preuve supplémentaire que l'erreur est humaine et non démon.


Le Majeur avait prit une décision, cet aura inconnue devait disparaitre, aussi Azraël hériga des barrières mentales pour se protéger contre une agression non physique mais psychologique, où du moins se défendre et gagner du temps. Le démon décida donc de détruire le Mineur de le renvoyer à l'Ether, mais cette journée avait l'air d'avoir décidé que rien ne se passerait comme il le voulait.


Effectivement, un nouveau personnage décida d'intervenir à ce moment là, un jeune homme, encore un, mais celui-ci avait l'air de savoir ce qu'il cherchait, la preuve, il ouvrit un casier, y prit de la paperasse et repassa devant le groupe sans même faire attention, c'était d'autant mieux, cet homme venait de se sauver la vie.


Aussi Azraël se retourna vers Zephiro et l'humaine, prêt à parler, mais la porte de l'auditoire s'ouvrit à nouveau, Azraël sentit tout les muscles de son corps se contracter sous l'énervement, il se retourna vivement et regarda l'inconnu qui était passé quelques secondes plus tôt, celui-ci lâcha:



"Qu... qu'est-ce que ... ? Je suis certain que nous pouvons trouver un accord !"


Azraël se raidit une nouvelle fois, il se raidit tellement que ses muscles faillirent jaillir de son corps,aussi, Azraël sous le coup de l'énervement fit apparaitre un feu destructeur, et d'un geste de la main l'expulsa vers l'inconnu, une détonation se fit ressentir, Azraël resta impassible face au "tremblement de terre" qui apparut sous le coup du feu destructeur. Une fumée épaisse avait envahit la pièce, la fumée redescendit, dévoilant un auditoire complètement calciné, les gradins éventrés par le souffle et Azraël debout au milieu de tout cela, le pantalon légèrement froissé, il ne restait qu'un pan de mur entier, celui derrière lui. Les individus dans la salle avait l'air en vie, l'inconnu n'était pas touché mais ce n'était pas le but d'Azraël, c'était seulement d'évacuer sa colère. Aussi, reprenant son calme olympien Azraël répondit:


"Non monsieur je ne pense pas qu'il y aie un quelconque accord à trouver, vous en avez eu un avant gout"


Azraël dévoilà son sourire carnassier, maintenant qu'il avait évacué un peu de sa colère, il était prêt à affronter les évènements.


(HJ: le feu destructeur n'a tuer ni blessé personne, il a juste roussi les vêtements et vous êtes tombé ou non comme vous voulez, comme ça le feu destructeur qu' a fait apparaitre Azraël n'est pas trop puissant car il n'a fait qu' abimer l'auditoire ^^ voilà xD et encore désoler de mon retard à cette réponse T-T j'ai honte)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Déchu
avatar
feat. : Quelque part à mendier de l'amour !
Messages : 974

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Sous le joug de Nectos
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Mar 12 Jan - 21:21

La réaction fut rapide. Automatiquement, le brasvse souleva. La main gauche d'Anauel, droite comme un panneau STOP, se dressa face aux lèvres incontrôlables d'April. Le patriarche sursauta légèrement. Il venait de commettre une faute grâve de comédien: s'éloigner du personnage. Emprintant les yeux reptiliens incandescants, il les fit glisser vers le dénommé Azraël. Celui-ci le fixait, le regard nettement submergé par le soupçon. Proie d'une contraction nerveuse, ses épaules se levèrent.

Se resaisir...vite.

Sa main s'esquiva dans le dos de la jeune humaine. Avec une pointe de retenue, il la serra contre lui. Ses pupilles s'explosèrent tendit qu'il prit le risque de percer l'esprit du mageur. Tentative vaine: le démon avait pris soin de bloquer ses portes mentales.

L'acteur était démasqué.

Ses doigts s'enfoncèrent involontairement dans l'épaule de la dame rousse. Il chuchota dans ses pensées de faire exactement ce qu'il disait.

C'est à la fin de cet échange que la porte s'ouvrit.

Un homme entra. Traversa calmement la salle. S'approcha d'un burreau. Ouvrit un tirroir. Le referma. En ouvrit un autre. Sortit un document d'un air triomphale. Se retourna pour, enfin, se diriger vers la sortie en sifflotant.

Anauel cligna plusieurs fois des yeux. C'était lui où ...

L'inconnu les salua dans signe de la main avant de disparaître derrière la porte.

Non ce n'était pas lui. Cet homme était stupidement -et surtout incompréhansiblement- inconcient ! Les humains sont tout de même des créatures étonnantes. Une cité pourrait être en flamme, l'homme en costume serait le premier à se plaindre de la circulation indésirable.

En parlant de la cravate, on en voit le bout: l'insouciant s'enferma dans la pièce.


"Qu... qu'est-ce que ... ?"

Béguailla-t-il dans un premier temps.

"Je suis certain que nous pouvons trouver un accord !"

L'âme haussa un sourcil -plus fasciné que perplèxe: cet homme était formidable-

Mais quelque chose le ramena brutalement au danger présent.

Une chaleur suffocante s'infiltra dans l'atmosphère. La chaleur du feu desctructeur. Les bras d'Anauel encerclèrent la tête rousse. Il étouffa le regard vert dans ses vêtements, le protègeant du spectacle dévastateur qui les entouraient.

Le vétérant profita de l'occasion.

Il tendit sa main, allongeant ses doigts vers ces flammes corrompues. Il puisa dans l'énergie interne du démon. Nouvelle explosion. La fummée opaque prit d'assaut l'amphithéatre mais surtout: elle camoufflait les actions d'Anauel. Il happa le poignet d'April. D'un coup sec, il la repoussa vers l'inconnu.

"Voilà l'accord: mettez la à l'abris."

Il enferma ses pupilles derrières ses paupières. Quand il les libèra, son regard était devenu vert. De Zephiro, il avait pris l'apparance d'O'Brien.

"Non monsieur je ne pense pas qu'il y aie un quelconque accord à trouver, vous en avez eu un avant gout"

Quand les cendres se dissipèrent, il ne restait plus que la dame rousse et l'étrange proffesseur dans la sale. L'âme prit un faux air affolé. D'un bond, il improvisa une fuite vers les couloirs.

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Between light and darkness

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Lun 18 Jan - 20:00

Alors que les lèvres du démon la brûlaient plus que jamais, l’humaine sentit Anauel reculer et rompre tout contact.

Elle le laissa se détacher avec soulagement. Elle laissa tomber son regard au sol pour ne plus le relever de là.

Elle entendait vaguement des voix, ou une seule, elle ne savait pas bien, autour d’elle. Ca lui importait peu.

Etait-ce la main de l’âme qui avait possédé Pitt qu’elle sentait dans son dos ? Elle avait envie de mourir. De disparaître. De ne plus jamais exister, là, maintenant.
(Laïa ! Sors de ce corps XD - Nannnn, Ap' est plus sérieuse xD )

Soudain, le bruit puissant d’une explosion. Une chaleur mordante sur la surface de sa peau comme lorsqu’on s’approche trop près d’un feu de cheminée.

Les bras nus et démoniaques d’Anauel entourèrent son visage pâle et le gardèrent contre lui. Il voulait sûrement la protéger…

April se sentait à la fois bien, apaisée contre ce corps chaud et puissament dévorée par le désir ardent d’en obtenir plus.

Non ! Cette fois, elle lutterait davantage.

Elle s’accrocha de ses deux mains, bras repliés contre son buste, à une lanière de cuir qui sanglait l’épaule du démon.

La fumée de cette explosion dessina un lourd écran opaque autour d’elle et d’Anauel.

Elle plissa les paupières pour tenter d’y discerner la forme qui se tenait non loin.

Un homme, grand et brun. Tout ce qu’elle pouvait voir, ce brouillard toxique lui piquait les yeux.

Tout à coup, Anauel la prit par le bras et la confia à l’homme :

« Voilà l’accord : mettez-la à l’abri. »

April en toussant, gorge étouffée par ces vapeurs cendreuses, les yeux rouges et humides d’être ainsi agressés par la fumée et la chaleur, tourna la tête vers Anauel.

Dans son regard, on pouvait lire, clairs comme l’eau de roche, les mots « faites attention à vous ».

Puis elle revint à l’homme qui était à présent responsable d’elle.

( AZRAEL ! MESSAGE SPECIAL POUR TOI : OWEN VOUDRAIT REPONDRE EN PREMIER ( il a un plan je crois <.< ) !!! )

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Lun 18 Jan - 20:46

Sans un mot, Owen dévisageait l'animal farouche debout en face de lui. Il vit son pâle visage virer au rouge, ses traits sereins se métamorphoser en furie. Les pupilles du fou se rétractèrent et un feu violent envahit la petite salle. Tout, à l'exception des êtres faits d'âme et de chaire, s'embrasait. Chaises renversées, dossiers consumés, vitres noircies, meubles en morceau, ... Dossiers consumés ? Irrésolu, le regard du diplomate glissa sur ses mains. Autrefois, elles enserraient un papier qui lui aurait assuré argent et renommée. A sa place, quelques cendres qui s'envolaient. Il écarquilla les yeux et murmura d'une petite voix :

"Ma fortune !"

Perdu, désemparé, l'avocat lança un regard où s'entremêlaient accusation et misère au pauvre fou, coupable de cette perte. Ce regard que vous aurait lancé votre chien si, par malheur, vous l'aviez laissé jeûner avant de vous éclipser. Terme autrement connu sous le nom de"regard de chien battu".

Il n'eut le temps d'en faire d'avantage. Brusquement, on lui avait lancé quelque chose entre les mains. Il y jeta un coup d'oeil pour découvrir avec joie qu'il possédait désormais le délice de jeune fille. Un large sourire traversa son visage. Qu'il la sauve, l'emmène au loin ? Aussitôt dit, aussitôt fait (surtout q'il y avait récompense à la clé). Il adressa un clin d'oeil à "redman", attrapa la demoiselle par le bras (tout en faisant bien attention à n'avoir de contact direct avec sa peau) et commença sa course folle dans les couloirs de l'université. Son nouvel associé avait tourné à gauche, il tourna à droite.

Sans doute vous demandez-vous l'origine de la naïveté d'Owen, de son manque de méfiance. L'homme était ainsi né. Son désir de prestige lui avait appris à obéir aveuglément. Son constant égoïsme rendait ses actes et ses dires presque risibles. Il vivait pour lui et les autres ne décoraient les lieux que pour garantir son identité : seul, un humain ne vaut rien. C'est parce qu'il est entouré qu'il y a matière de jugement. L'autre demeurait en effet modèle de comparaison. Pourquoi ne s'était-il, étonné des flammes dévastatrices ? Parce qu'il avait déjà constaté que l'auteur n'était humain. Le brasier avait eu pour seul effet d'en énumérer la race : démon. Que faisait-il à Chicago ? Owen n'en avait aucune idée, et quand bien même serait-il curieux, il ne s'en mêlerait pas.

A vrai dire, la fille ne courait pas bien vite. Le vampire craignait de malencontreusement lui arracher le bras. Indécis, il hésitait à la porter : deux détails le retenaient. Premièrement, s'il prenait une inspiration accidentelle, le parfum de cette corne luxuriante l'enivrerait et il ne pourrait alors lui promettre longue vie, ce qui était synonyme de mots douloureux ; "pas de récompense". Deuxièmement, cause plus capitale encore, il risquait d'être mal perçu par les étudiants avoisinants le campus. Un robuste portant une chaste demoiselle, c'était bon pour les gueux. Il ne pouvait se le permettre : elle suivrait.

Au loin, le vampire pouvait encore entendre le boucan des jeunes adultes. Un son bien plus fort le couvrait néanmoins en partie : la chaussée. A quelques pas de là, une porsche décapotable. Le métal blanc étincelait malgré le manque de soleil. Linvingston ouvrit la portière passager et pria sa protégée de s'y installer. Adroitement, il grimpa à la place du conducteur, prit le volant entre ses mains et brancha le contact.

"Accrochez-vous !" chantonna-t-il.

Sur ces mots, il appuya sur l'accélérateur et vira étroitement à gauche. La voiture déboula, les pneus émirent un cri strident. L'automobiliste ne cessa de dépasser dangereusement (la plaque n'était pas la sienne, il ne risquait rien), et se rua aussi vite que possible sur l'autoroute.

"Ne vous inquiétez pas ma p'tite dame, avec moi, ce malade ne vous retrouvera pas."

Au bout d'une heure et demi de route, musique à fond et vent plein la figure, Owen quitta l'autoroute. Il prit une série de petits et sinueux chemins, tous plus sombres les uns que les autres. Peu à peu, le paysage se délabrait. Immeubles neufs et scintillants devenus à la limite du bidonville, odeur fraiche et agréable désormais ... fort désagréable. Inutile de vous préciser que nos deux tourtereaux s'enfonçaient dans la banlieue.

"Lieu difficile d'accès et facile d'y semer quelqu'un."

L'homme pénétra dans un souterrain avec sa bagnole, l'arrêta, ouvrit la portière de la demoiselle et la pria de sortir.

"Allez, suivez-moi."

Il l'attrapa une nouvelle fois par le bras et courut rejoindre un vieux bâtiment (il n'avait nulle envie d'être reconnu). Adroitement, il se saisit de son trousseaux de clé et ouvrit une porte. La seule, peut-être, qui tenait encore debout. Ils débouchèrent dans un hall, puis dans un salon-cuisine-salle à manger.

"Jordan, c'est Livingston. Passage occasionnel, mission de dernière minute."

Un homme au teint cireux passa simplement sa tête à travers une porte. Il adressa un signe de tête aux jeunes gens et disparu derechef.

"Je vous rassure, je ne vis pas ici. Je n'y passe qu'occasionellement." fit-il remarquer avant que le moindre doute ne s'impose à la jeune fille. "Alors, désirez-vous quelque chose à boire ? A manger ? Je crois également que vous changer ne serait pas inutile. Vous trouverez de quoi dans cette pièce-ci." termina-t-il en désignant un encadrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Mar 19 Jan - 22:08

Lancée à toute vitesse à travers les couloirs, April donnait toute la force de ses jambes humaines en rapides foulées, poussant autant qu'elle le pouvait de ses semelles contre le sol pour se donner de l'élan et suivre la distance. L'homme lui tenait le bras. Et il courait sacrément vite !

De couloirs en escaliers, il parvirent bientôt au parking de bitume noir duquel se détachait, rutilante, une porsche neuve.
Elle ne fit pas prier pour s'engouffrer dans l'habitacle, sur le siècle passager.

L'inconnu chargé de sa protection démarra et fila vers la ville.

"Accrochez-vous !"

Oui, et quand on dit " filer ", c'était bien l'image. Il fonçait comme un malade à travers les rangées de Hummers et d'autos typiquement américaines. Et la route s'échappait rapidement sous la gomme sombre de ses quatres pneus.

"Ne vous inquiétez pas ma p'tite dame, avec moi, ce malade ne vous retrouvera pas."

Il alluma l'autoradio. April, bien qu'inquiète pour Anauel resté sur place, appuya la tête avec un petit sourire sur la vitre de sa portière.
Les étendues vertes, planes et humides au dehors s'étalaient en lignes vagues et fuyantes, balafrées par cette large autoroute d'alsphate qu'ils suivaient, escortée de larges panneaux criards et exubérants.

Elle se tourna vers son hôte. Il ne disait rien, concentré sur sa route. Quoique non, un tantinet trop désinvolte pour ça.
Qui pouvait-il bien être ? Bon, elle ferait confiance à Anauel comme promis. Après tout, ça n'était pas elle qui lisait les âmes...
Sa fenêtre conducteur grand ouverte, le vent le décoiffait et soufflait son air gelé de novembre.
Mais cela semblait pour lui, une simple brise estivale. Il ne paraissait pas ressentir ce froid pénétrant.
April haussa les épaules - certaines personnes ont vraiment le thermostat déréglé - et enfouit un peu plus ses mains dans ses longues manches et son visage dans le col de son pull en frissonnant.

Bientôt, la porsche s'écarta de la veine passante pour gagner une sortie.

L'incessant bourdonment du rush routier s'éloignant au fil de la route, un silence presque lugubre tomba peu à peu.
D'autant plus sinistre que la luminosité avait baissé et qu'ils s'enfonçaient à présent dans un dédale de virages étroits, semblant serpenter entre des masses bétonneuses obscures et informes qui se resserraient à chaque méandre.

Qu'elle haïssait la ville...

"Lieu difficile d'accès et facile d'y semer quelqu'un."

Elle se retourna vers la gauche où l'homme tournait pour rejoindre un souterrain.
Deux minutes plus tard, il y étaient garés et l'inconnu la sommait de le suivre.

Ils détalèrent tous deux vers une habitation qui aurait presque pu sembler désaffecté.
April regarda, un peu absente, l'homme déverrouiller l'entrée.- à vrai dire ses pensées étaient en totalité tournées vers l'âme qu'elle respectait tant et qui était à cette heure face à ce cinglé de "prof".


"Jordan, c'est Livingston. Passage occasionnel, mission de dernière minute."

Le temps de sortir de ses pensées soucieuses, la jeune rousse vit la forme d'une tête quitter l'entrebaîllement d'une porte.

"Je vous rassure, je ne vis pas ici. Je n'y passe qu'occasionellement."
"Alors, désirez-vous quelque chose à boire ? A manger ? Je crois également que vous changer ne serait pas inutile. Vous trouverez de quoi dans cette pièce-ci."

Il montrait une autre porte.

April sembla attérir.

- ...Oh..Je...Euh...oui.

Elle hocha la tête, un rien mécaniquement, et s'avança vers la pièce.

Avant d'y entrer, elle se tourna vers l'homme qui l'avait menée ici.

- Euh...au fait...je m'appelle April...Et..Et vous êtes...?


( Voilà, Azrael, tu peux poster XD )

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif
avatar
feat. : mmmh sur l'île de la vérité xP
Messages : 87

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Assassin
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Mer 20 Jan - 20:28

Il était prêt à affronter les évènements, certes mais pas ceux-là, le but de son feu destructeur avait été de faire peur à la bande de cinglés qu'il avait "rencontré", ils avaient eut peur, mais pas comme il l'espérait.


Effectivement Azraël attendit que le nuage de poussière soulevé par le souffle ardent se soit amoindri, une fois cela fait, le démon n'eut juste le temps que de voir une mèche rousse s'enfuir hors de la salle de cours.


Ni une ni deux, le Majeur se lança a sa poursuite remarquant en même temps que tous avait disparut de l'auditoire.


Azraël dérappa dans le couloir et de son regard perçant il put apercevoir au bout de celui-ci deux chevelures de feu partir de deux côtés différents, l'une accompagnée de l'humain rentré dans l'auditoire quelques minutes plus tôt, l'autre non.


Le cerveau perfide d'Azraël décoda facilement cette "anomalie", premièrement, il y avait deux humains et le reste étaient des êtres-surnaturels, bilan qui n'avait pas été laborieux à comprendre.


Deuxièmement l'humaine était celle accompagnée, car ses adversaires avait montré durant toute leur conversation une envie de protéger O'Brien, c'était cela qui avait donné envie à Azraël de faire souffrir l'humaine, mais on lui avait coupé l'herbe sous les pieds, ainsi l'envie de jouer avec April avait disparue en même temps.


Mais il comptait bien récupérer cette joie enivrante qu'il avait ressentis quelques secondes auparavant, ce sentiment de plaisir qu'il avait de voir un être souffrir sous son emprise.


Azraël observa le fond du couloir, il ferma les yeux lorsqu'il les rouvrit, le démon avait face a lui, le mur plaqué bois, sous ses pieds la moquette du couloir. A sa gauche, plongé dans les ténèbres il devait s'y trouver la fausse April, tant pis pour "elle".


Poussant un cris rageur qui se répercuta sur les mur capitonné, Azraël s'élanca dans le couloir de droite, en laissant derrière lui les méandres obscures de l'université qui avait assez souffert pour cette journée.


Azraël la sentit, cette légère brise contenant l'odeur de l'humaine, il était sur le bon chemin, quelle ne fut pas sa surprise quand il arriva sur le bord d'une chaussée où de nombreuses voitures défilaient à des allures plus ou moins identiques.


Azraël chercha l'humaine, ses yeux roulant dans ses orbites ne pouvant accepter la perte de la trace des deux humains. La panique prit d'assaut tout l'être d'Azraël, il paniquait, quel fait étrange pour un démon, de plus qu'il ne savait pas pourquoi, surement parce que cette O'Brien cachait quelque chose qui ne lui plaisait pas.


C'est à ce moment là qu'un monsieur portant une vieille veste rappiécée, un pantalon tout abimée, une barbe de quelques jours déjà et surtout des cheveux gris délavés et puant la fumée de cigarettes, s'approcha d'Azraël en lui disant:



Vus m'avez l'ai ben soucieux m'ptit, c'te cet homme et la p'tite dame qu'vous on pris vot' voiture ? Une porsche blanche c'est ça ? J'l'ais est vu partir en trombe cte gaillard et sa copine, la j'nesse j'vous jure !


Azraël observa le vieil homme d'un air d'incompréhension, son patois était vraiment incompréhensible, ces humains ils étaient vraiment étranges. Mais lorsque l'homme lui dit qu'il avait vu les voleurs,Azraël comprit.


Repoussant violemment le SDF de sorte qu'il ne voie pas les évènements qui allaient suivre, Azraël se téléporta au sommet d'un immeuble d'où il pouvait distinguer les deux bouts de la voies rapides, c'est là qu'il l'a vit, une voiture étincelant sous la faible clarté qui zigzaguaient entre les rangées plus disciplinées des voitures américaine.


Sans nul doute ça devait être sa proie. Son instinct d'assassin se réveillant, Azraël déplia ses longues ailes couleurs Onyx et poussa pour s'élever dans les airs gardant bien en vue le coupé sport.


Rapidement la tache blanche qu'était la voiture se détacha du flot continu de l'autoroute, la laissant isoler, s'enfonçant peu à peu dans les ruelles sombres et étroites de la banlieues de Chicago.


IL arriva un moment où la voiture fut dans un espace suffisament large pour qu'Azraël pique dessus, détruise la capote et enlève O'Brien, aussi ses larges ailes vinrent se rabattre sur son corps, laissant Azraël défier seul les lois de la pesanteur. Le vent fouettait son visage, il sentait l'humidité collé ses vêtement contre lui, mais ce qu'il ressentait c'était surtout l'accélération qui s'appliquai sur lui.


Il était proche, tout proches d'atteindre la voiture, dégringolant comme un rocher et allant écraser une pomme solitaire au bas de la falaise.Mais alors qu'il se trouvait au niveau du second étages des immeubles HLM, la voiture s'engouffra dans une ruelle sur la droite.Azraël n'eut le temps que déployer ses ailes qui le ralentirent suffisament pour qu'il ne se brise pas les os sur les pavés de la route.Aussi, il attendit l'impact qui se fit rapidement sentir, il roula et se projeta en l'air, il recommença l'opération une fois de plus, avant de pouvoir s'arrêter.Ses ailes onyx se remettant à leur place.



*Foutue journée* Pensa le démon.


Mais en tant qu' assassin ça lui arrivait tout le temps, aussi, il se tourna et se mit en marche, trop fatigué pour utiliser son pouvoir, en se dirigeant vers la ruelles qui était cinq-cents mètres plus loin.


Durant les 500 mètres, Azraël eut le temps de réfléchir à son métier. Une constatation avait émergé dans l'esprit d'Azraël, ça faisait longtemps qu'il n'avait plus réfléchit en fonction de ce qui était bien ou non pour Nectos et son maitre Ganondorf, ca l'inquiétait un peu il devait l'avouer, mais il préférait mettre cette réflexion à plus tard et plutôt se concentrer sur les évènements qui allaient
suivre.


Dernière édition par Azraël le Dim 31 Jan - 9:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Mer 27 Jan - 20:52

Les bras levés haut vers le ciel, Owen s'étira de tout son long. Il s'assit adroitement sur une chaise qu'il avait auparavant menée à lui à l'aide de l'un de ses pieds. Il se laissa tomber dessus et étendit ses jambes. Décidément, pas bien bavarde la petiote ... Le vampire tendit l'oreille : oh ... elle ouvrait la bouche ! Miracle ? Non, simple politesse : il lui avait posé une question, elle répondait. Hm, du progrès en vue ? Était-ce une once de curiosité qui l'incitait à demander un nom ? Owen ferma à moitié les yeux, aucune importance : qu'elle ne se taise. Qu'elle parle, dise tout et n'importe quoi. La moindre idiotie, la moindre futilité. Mais qu'elle parle.

La jeune fille avait une voix particulièrement agréable. Cristalline mais pas fluette, le timbre doux et romanesque. Imprégné, il en était certain, du moindre de ses sentiments. Un peu aigu, peut-être, pourtant cela faisait son charme. Lentement, Livingston tourna la tête et adressa un éclatant sourire à son interlocutrice.

"April ? Quel prénom délicieux."

Délicieux ? L'hybride ne savait pas lui même s'il y avait dans cette réponse impulsive une connotation symbolique. Même le mot symbolique tenait ici un rôle étrange : il était rare de le voir désigner un sens propre. Soit, il fallait sortir de ces rêveries.

Donner son véritable prénom ? Il n'en était pas question. Il ne pouvait se le permettre. Il ne connaissait rien d'April et de ses pratiques. Moins encore de ses fréquentations. Il ne savait de quoi était fait son esprit, ors elle se trouvait dans l'unique endroit où Owen ne voulait pas être reconnu en tant que l'un des meilleurs avocats de Chicago : son repère de faussaire. Elle ne pouvait pas savoir, impossible.

"Quant à moi, je m'appelle Livingston Oli..."

"Hey, Owen ! J'me demandais ! T'as bien reçu le chèque de la vieille Brown ?"

Connard ! Idiot ! Écervelé ! Incapable ! Abruti ! Escamoté, abasourdi, médusé par la connerie de celui qui osait se prétendre acolyte, l'avocat resta un instant inerte. Trop tranquillement pour être naturel, il se retourna et dévisagea le petit gros qui ne laissait passer que son visage par l'encadrement. Si ces yeux avaient été mitraillette, il serait mort avant même d'avoir compris ce qui lui arrivait. Le regard du contrebandier en disait long et l'on pouvait aisément y lire maintes insultes accompagnées de cette simple phrase : quand on a rien dans la tête, on la ferme !

"Oui, Stewart. J'ai bien reçu le chèque de la vieille Brown. Chose que je t'ai précisée cet après-midi. Si tu voulais bien nous laisser avec Mademoiselle maintenant. Merci Stewart."

"Euh ... oui ... bien sur ..."

"Au revoir Stewart."

Il était confus. Sans doute avait-il cerné son erreur. Sans attendre, il entra derechef dans sa pièce et prit même soin de ferme la porte : chose qu'il n'avait faite auparavant. Owen inspira un bon coup et retrouva immédiatement son sourire. Il se tourna vers la belle.

"Je disais donc: je me prénomme Livingston Owen. Excusez ce vieux bougre de Stewart, il n'est pas très poli et a pour mauvaise habitude de m'interrompre en pleine conversation. Chose que j'abhorre particulièrement. Mais je ne peux me résoudre à lui en vouloir : je lui dois ce lieu sure et discret."

Il fallait bien tenter de rattraper le coup. L'homme se leva élégamment et mis de l'eau à chauffer.

"Je vous prépare du thé : je suppose que vous aimez cela."

Il prit ensuite la rousse par les épaules, ouvrit la porte et la mena à l'intérieure.

"Je vais tout de même vous donner ce dont vous devriez avoir besoin. Il ne faudrait pas que vous ne sachiez que prendre."

Il ouvrit une vieille armoire en chaine et en sorti un pull, un t-shirt et un pantalon. Masculin, mais vu les circonstances il n'y voyait pas d'importance. Quelque soit l'animal qui en voulait à la petite, il restait plausible qu'il ait bon flaire. Son odeur mêlée à celle de son collègue troublerait les pistes en cas de besoin.

"Je vous attends dans la pièce d'à côté, April."

Chantonna-t-il, tout heureux. Le prénom, il l'avait. Restait le nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Ven 29 Jan - 18:52

"April ? Quel prénom délicieux."

Elle fronça un peu les sourcils. Ben, à vrai dire, elle n’avait pas vraiment choisi. Mais, oui, elle devait avouer qu’elle aimait son prénom.

Vu la mentalité de Ray et Lisa, elle était heureuse d’avoir échappé aux Shanon, Vanessa, Chelsea, Ether et autres atrocités typiques de son très cher pays…

"Quant à moi, je m'appelle Livingston Oli..."


"Hey, Owen ! J'me demandais ! T'as bien reçu le chèque de la vieille Brown ?"

Tiens, on l’interrompait. L’homme avait un nez un peu écrasé. Comme Pitt. Pauvre Pitt, qui sait ce qui avait bien pu lui arriver…

*Allez arrête d’y penser, April.*

Elle revint à l’échange des deux hommes. Ow. La mine de ce type séduisant qui l’avait conduite ici ne disait rien qui vaille…Pourquoi lui rappellait-il tant les collègues de Ray… ?

"Oui, Stewart. J'ai bien reçu le chèque de la vieille Brown. Chose que je t'ai précisée cet après-midi. Si tu voulais bien nous laisser avec Mademoiselle maintenant. Merci Stewart."

"Euh ... oui ... bien sur ..."

"Au revoir Stewart."

Mais l’inconnu balaya sa colère furtive d’un sourire étincelant. April ne fit aucun commentaire. Ce que planquait ce gars-là ne la regardait pas et elle n’irait sûrement pas fureter. A moins de vouloir ajouter un paragraphe à la liste de mystères et de questions qui meublaient depuis peu son existence…


"Je disais donc: je me prénomme Livingston Owen. Excusez ce vieux bougre de Stewart, il n'est pas très poli et a pour mauvaise habitude de m'interrompre en pleine conversation. Chose que j'abhorre particulièrement. Mais je peux me résoudre à lui en vouloir : je lui dois ce lieu sure et discret."

Ah. Bah, comme il voulait. Elle n’avait, en réalité, rien à ajouter.


"Je vous prépare du thé : je suppose que vous aimez cela."

Elle leva les yeux vers Owen – puisque ce c’était son nom –, gardant le silence. Elle le laissa faire quand il la mena dans la pièce. Elle n’aimait pas la façon dont il lui tenait les épaules, posté derrière elle pour la conduire joyeusement. Il n’avait pas, comme Anauel, gagné sa confiance…Mais elle se tut, après tout, il semblait plutôt sympathique comme gars. Il lui rappellait un peu Kyle, sauf que l'acrobate se serait distraitement gratté le haut du crâne et serait rentrer fourrer tout ce qui pouvait traîner sous son lit.

Sacré Kyle ! Il lui manquait beaucoup ces derniers jours. Mais avec tout ce qui semblait décidé à tourner autour d'elle, pas question de l'approcher pour l'instant.

"Je vais tout de même vous donner ce dont vous devriez avoir besoin. Il ne faudrait pas que vous ne sachiez que prendre."

Elle le regarda étaler ses futurs vêtements sur le lit aux couvertures aux teintes un peu surannées et au tissus un rien usé, mais propre et fait avec soin.

"Je vous attends dans la pièce d'à côté, April."

Au moins, il semblait heureux…Elle hocha simplement la tête.


En fait c’était parfait. Tout ce dont elle avait besoin c’était d’une bonne douche chaude.

Elle ferma la porte derrière lui avec, quand même, un petit sourire un peu fade à son adresse, pour qu’il comprenne qu’elle lui était reconnaissante malgré son silence pesant.

Elle passa dans la salle de bains, accolée à la chambrette. Pas de quoi casser trois pattes à un canard. Une salle de bain, quoi.

Une douche un peu étroite, des toilettes dans un coin, un miroir fixé au mur , une tablette de pvc bon marché, en haut d’un petit lavabo en émail en peu fêlé.

Le tout éclairé par la lumière blanche et un peu crue d’un vieux néon grésillant au dessus du miroir.

Elle trouva un shampoing et un gel douche premier prix dans la cabine de douche. Bon, ça suffirait.

Elle ouvrit les vannes du robinet d’eau froide et s’en aspergea un peu le visage.

La lueur froide accentuait la pâleur de sa peau de rouquine et ces fichues cernes sous ses yeux verts. Elle s’appuya un peu du plat de ses mains au lavabo pour observer les fins sillons rouges laissés par la griffe de ce cinglé.

Encore un…

Elle soupira et laissa tomber sa tête contre le miroir, front contre celui de son reflet.

- Pathétique. dit-elle, d’un timbre atone et las, comme si ce mot seul suffisait à tout qualifier.

Elle soupira à nouveau en secouant la tête, et ôta ses vêtements.

La jeune rousse dans la glace portait de jolis sous-vêtements – tiens, pour une fois… Un soutien gorge bleu à motifs qui portait esthétiquement sa poitrine blanche en corbeille. Elle baissa les yeux sur la pièce de dentelle et de broderies pervenche. Marrant. Le même motif que la lingerie noire qu’elle portait lors de cette fameuse soirée…

Elle revoyait son regard verron gêné et son visage empourpré à sa vue dans la chambre de Trisha. Se rappellait, lui, étendu souriant à côté d’elle-même en proie à un fou rire idiot, elle entendait à nouveau sa respiration grisée à son oreille et le bruit lointain d’une batterie synthétique.

Elle recoiffa d’une main les mèches rousses éparses qui lui agaçaient la joue et les ramena en arrière sur son crâne.

Tout était ancré, si lourdement ancré, dans sa tête morose. Encore la sentation de sentir ses mains caresser la peau claire de son dos, de sentir ses yeux singuliers chercher encore les siens…

Ses doigts se posèrent sur sa lèvre inférieure et y glissèrent un instant. Elle était un peu sèche et trop pleine vers le centre. Comme d’habitude.

Elle lança un regard incertain à l’April du miroir.

Etait-ce ces lèvres là que son déchu avait frôlées ? Qu’il avait si précieusement embrassées ?

Elle eut un léger rire amer et l’envie subite de les arracher.

Comme tout le reste d’elle-même, elles n’avaient pas un centime de pureté.

Elle se passa à nouveau un peu d’eau sur le visage et se débarassa de reste de tissus qu’elle portait pour s’engouffrer sous le jet brûlant de la douche.

L’eau rougissant sa peau la détendit. Comme toujours.

//////////////////////////////////

Les pieds humides laissaient des traces éphémères sur les lattes du vieux parquet. April se dirigea vers le lit.

Elle termina de se sècher avec une serviette éponge un format un peu court et peu pratique– elle qui était habituée aux grands draps de bain moelleux...

Elle passa les vêtements masculins. Elle n’avait l’air de rien là dedans. Enfin, elle s’en foutait. Elle pensait à Mitzrael qu’elle avait perdu sans trop savoir pourquoi, enfin, juste les grandes lignes. Mais quand on tient à quelqu’un connaître les grandes lignes n’est jamais suffisant.

Et à Anauel qui était aux prises avec deux démons. Espérons que Botaro soit venu en renfort…

Et ce maudit baiser qu’elle lui avait imposé…Oserait-elle seulement croiser à nouveau son regard ?

Elle attrapa dans la poche de son ancien jean un élastique et releva ses cheveux en chignon vite-fait au dessus de sa tête.

Elle remis ses chausettes et tennis puis ouvrit la porte de la cuisine pour rejoindre Owen et son thé qui l’attendaient.

Bon elle se sentait déjà un peu mieux. Une infusion chaleureuse dans l’estomac et elle serait d’attaque.

Elle tira une chaise par le dossier et s’installa devant la table. Sa tasse était prête et fumante. D’un geste hésitant, elle la prit par de vers elle.

Elle leva les yeux vers l’homme avec un léger et furtif étirement des lèvres. Le sourire confus d’une April paumée.

- Alors, vous….


* Non, pense à Zephiro. Il t’a eu comme ça.
Oh arrête April, Anauel lui fait confiance, ça devrait te suffire, non ? *

Elle attrapa le sucrier à côté d’elle et en versa une cuillère dans sa tasse. Non pas assez. Deux cuillères...Non, trois…

- …Vous êtes…

* Non. Rappelle-toi Mitzrael, « méfie toi des mensonges »…Et qu’est-ce qui te dis qu’Anauel lui-même ne triche pas ? Après tout, pauvre humaine, tu ne vois rien, tu ne comprends rien. Et te voilà à suivre comme un mouton…Comme un idiot, comme un humain de mouton.

STOP.

April, ça suffit. Tu as beau douter, ces gens là t’aident. Anauel est venu à ton secours, Botaro a accepté de laisser sa bière et son canapé pour te mettre un peu de plomb dans le crâne et cet homme là t’aide à son tour.

Bon sang, la confiance en l’individu ça te dit quelque chose ?! *

Elle sembla se réveiller un peu en réalisant que sa tasse contenait quasiment deux quarts de sucre en poudre -depuis tout à l’heure elle n’avait cessé de plonger distraitement le couvert métallique dans le sucrier et d’en verser machinalement le contenu dans son thé.

Elle plongea, embarrassée, sa main dans ses cheveux près de son oreille avec un sourire qui tirait plutôt sur la grimace.

- Euh...Je…Je suis pas vraiment douée pour tout ça…enfin …faire la conversation, je veux dire…

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par April le Dim 31 Jan - 1:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Ven 29 Jan - 21:02

Owen profita de cet instant de solitude pour s'expliquer avec le petit gros. Il ouvrit grand la porte qui les séparait et s'appuya contre le chambranle, bras croisé et les yeux rivés sur le plafond.

"Décidément Stewart, tu es la preuve vivante que les catholiques se trompent lorsqu'ils clament : Dieu a créé les hommes de manière à ce qu'ils soient égaux."

Le vieux sursauta et releva brusquement la tête. Maladroitement, il ajusta les lunettes qui avaient glissées de son museau.

"Faudrait peut-être que tu penses à te payer un nouveau cerveau, celui-ci semble obsolète ... tes lunettes aussi, soit dit en passant."

"J'y pense chaque fois que je me prends un râteau Owen. Malheureusement, ce n'est jamais à proximité d'un supermarché et une fois le drame passé, mes neurones effacent l'information."

"Alors drague les vendeuses."

"Elles tirent toujours la gueule."

L'avocat sourit, amusé.

"Tu as de la chance que cette fille me semble être une personne de confiance."

"Elle est canon en tout cas ta meuf."

"Certes mais elle s'appelle : on ne touche pas !" ajouta-t-il avec un clin d'oeil.

"Tu me dis ça à chaque fois. C'est du gâchis tu sais : tu ne peux même pas en profiter comme il se doit, de tes prises. Moi, je pourrais au moins les amener au septième ciel sans leur promettre de belles blessures en retour."

"Cesse donc ton charabia, celle-là me rapporte de la monnaie. Elle n'est pas là pour servir de repas."

"Ah, ça change tout ..."

"Comme tu dis." Regard en direction du tas de paperasse étalé sur le bureau de Stewart. "Allez l'ami, je te laisse. Tu as à faire."

Conclut l'anglais. Il adressa un dernier clin d'oeil à son collègue et referma la porte. Aux devants de la table, il versa le thé dans une cafetière, la posa sur la table et l'accompagna d'un sucrier. Il se saisit également d'une tasse et d'une boîte de sablés avant de s'affaler sur le dossier de l'une des chaises en bois. Une chose était certaine : elles étaient loin de valoir celles de sa demeure.

Le vampire ferma les yeux et écouta. Il discerna les pas de la jeune fille. Sans doute était-elle dans la salle de bain : ils résonnaient comme si elle frôlait le carrelage. Il la plaignit intérieurement de devoir se doucher dans une douche qu'avait utilisée le vieux Stewart (même si cela n'arrivait pas souvent). L'état devait certainement laisser à désirer. Quand au choix des shampooings ...

Il entendit ses vêtements glisser et s'étaler au sol (rien de pervers là dessus ma Pripril, ce n'est ni Mitzou, ni Zephi, ni Stewart), suivie du puissant jet de l'eau. Elle avait parlé, aussi. Mais il n'avait pas bien cerné où elle voulait en venir. Bientôt, elle eu terminé : elle s'approchait. Son minois ne tarda à apparaître derrière la porte ouverte à l'instant. L'homme lui adressa un sourire éclatant et d'un bref acquiescement l'invita à s'assoir. Elle se saisit de sa tasse et du sucre et commença à ... "parler".

Enfin, parler, le mot était grand. Elle ne parvenait à aligner plus de deux mots l'un à la suite de l'autre. Et ce n'était pas le plus inquiétant car, proportionnellement à la quantité de boisson, la quantité de sucre dans sa tasse devenait inquiétante. Enfin, peut-être cela faisait-il partie des nouveaux mœurs ? Après tout, l'évolution de l'humanité avait un saugrenu avancement.

La tête qu'elle tirait maintenant mit fin à ses hypothèses : la demoiselle était tout bonnement timide. Le vampire lui adressa un sourire auquel on ne pouvait résister, se leva, se saisit de sa tasse et en remplit une nouvelle. Adroitement, il l'a plaça devant son invité et gagna derechef sa place.

"Cela s'acquiert avec le temps et l'expérience, ne vous inquiétez pas. Vous n'avez pas à être gênée, et encore moins intimidée par ma présence."

Il hésita à lui demander ce qu'il s'était en réalité passé un peu plus tôt, mais il se tu. Elle était encore bouleversée et revenir avec ça ne lui semblait pas être une bonne idée. Ce qui l'intriguait surtout (mais ne dépassait pas la pure curiosité) était le fait qu'une humaine soit au centre d'un conflit surnaturel. Comment diable pouvait-elle avoir ouï la vérité sur les races qui peuplaient le monde ? Il ne laissa néanmoins rien paraitre. Il se saisit d'une cuillère et se contenta de la faire tourner entre ses doigts, sans abandonner son éternel sourire.

"Alors, April, puisque vous me dites n'être une experte en conversation, je vais vous répondre qu'il n'est jamais trop tard pour apprendre. Parlez-moi de vous (et inutile de me dire que vous ne savez quoi conter : dites tout ce qui vous passe par la tête)."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Sam 30 Jan - 0:23

Elle hocha la tête avec un petit sourire pour le remercier de la seconde rasade du liquide chaud et parfumé.

Cela s'acquiert avec le temps et l'expérience, ne vous inquiétez pas. Vous n'avez pas à être gênée, et encore moins intimidée par ma présence."


"Alor, April, puisque vous me dites n'être une experte en conversation, je vais vous répondre qu'il n'est jamais trop tard pour apprendre. Parlez-moi de vous (et inutile de me dire que vous ne savez quoi conter : dites tout ce qui vous passe par la tête)."

Elle le regarda, perplexe. Ce qui lui passait par la tête ? Dur à raconter...

" Ben, y a pas grand chose à en dire. Je suis née à Chicago, j'y ai grandi, et maintenant j'étudie les langues à l'université..."

Un résumé très rapide - et, en vérité, peu fidèle de son existence.
Elle avait volontairement omis la partie Ray et Lisa ainsi que tout le fantastique.
Elle ne saurait jamais tout déballer comme ça.

Oui, les derniers évènement l'avaient sacrément calmée.

En revanche, qu'il demande et elle répondrait franchement.

Anauel était, elle l'avait décidé, l'une des personnes qu'elle admirait et respectait le plus dans sa vie, avec Botaro et Kyle - Mitzrael, elle lui faisait confiance et l'aimait mais traîner quelqu'un de force à une beuverie de Trisha n'était pas exactement sa définition du respect. C'était par jeu mais elle aimait parfois l'enquiquiner celui-là. Il faut dire que lui même ne s'en privait pas non plus.

Et l'ex-occupant de Pitt attendait d'elle une conduite raisonnable.
Raisonnable, donc, elle serait.

" Ah et j'aime beaucoup le thé aussi..." fit-elle avec un sourire déjà plus chaleureux, plutôt encourageant pour son interlocuteur.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif
avatar
feat. : mmmh sur l'île de la vérité xP
Messages : 87

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Assassin
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Sam 30 Jan - 19:49

Au bout de quelques minutes, Azraël arriva enfin à la ruelle, cétait un chemin comme il y en avait bien d'autres dans Chicago, sombre,froide et lugubre, il serait d'autant plus facile de faire paniquer la jeune humaine et son nouvel acolyte.


Aussi, Azraël s'enfonça dans les profondeurs obscurs de la ruelle, il n'y avait aucun bruit, seulement le froissement de ses vêtements, le démon marchait obstinément vers l'humaine et celle-ci devrait bientôt trembler de peur si elle voulait garder la vie saine et sauve.


Au bout d'un bon quart d'heure de recherches à travers les étroites et sinueuses ruelles, Azraël retrouva la voiture, elle était la déposée sans attention particulière, le peu de lumières venait se fragmenter à sa surface, cette voiture sentait O'Brien et sont acolyte, Azraël n'éait plus loin.


A cet endroit de la ville, les bâtiments étaient délabré, la plupart des portes défoncées, laissant paraître de vieux meubles écrasé à terre et qui n'existaient plus que grâce aux pans bois qui leur donnait une forme travaillée.Ce quartier avait du être luxueux durant un temps, mais dans ce domaine, les tendances s'inversaient vite. Azraël observa longuement ces blocs de bétons entassés les-uns sur les autres, c'est alors qu'Azraël le vit, cet homme qui vivait dans cet endroit, Azraël le voyait à travers une large fenêtre, discrètement le démon s'en approcha, tout concordait, la voiture et la seule "maison" habitable, sa victime devait se trouver là..


Aussi, Azraël s'empara d'un bout de métal fin et poli qui trainait à terre et le fit coulisser dans l'embrasure du simple vitrage. L'homme puait la sueur, en fait toute la pièce sentait cette odeur acre que dégageait la plupart de ces stupides humains. Azraël fronca le nez et pénétra silencieusement dans la pièce refermant rapidement la fenêtre, que l'homme ne remarque pas que de l'oxygène avait tenté de pénétrer dans son antre.



"Ah, ça change tout ..."

"Comme tu dis.Allez l'ami, je te laisse. Tu as à faire."


Azraël s'arrêta, et sourit, il les avait retrouvé, ses jouets préférés. Il comptait bien les faire souffrir pour avoir tenter de lui échapper. Mais d'abord se débarrasser du petit gros. Le tuer ne serait pas utile, l'assommer et lui administrer un somnifère serait amplement suffisant et puis qui sait l'humain lui serait peut être utile.


Azraël dès le moment ou l'anglais ferma la porte, se précipita sur l'autre humain et lui assena un coup de pied dans la nuque. Le petit gros eut un hoquet de surprise avant de s'écrouler dans les bras d'Azraël qui le déposa délicatement à terre. L'homme n'était pas trop lourd, mais qu'est ce qu'il était encombrant.


Le démon laissant sa victime au sol s'approcha de la porte, devait il agir maintenant ou attendre que une meilleur occasion se présente ? Il réfléchit et décida d'opter pour la deuxième solution, qui sait ce qu'il pourrait apprendre en écoutant ses deux compères ?


Justement la rousse fit son apparition dans la salle d'a coté, Azraël l'entendit fouler le sol, et s'asseyant sur une chaise surement en face de l'homme maniéré. Durant un temps qui parut au Majeur interminablement long, la jeune O'Brien tenta de parler, elle balbutia puis se ravisa avant de finir par annoncer platement



- Euh...Je…Je suis pas vraiment doué pour tout ça…enfin …faire la conversation, je veux dire…


Ça Azraël l'avait remarqué, il avait tout de même eut de grosse difficultés a sortit la jeune April de l'emprise de Zephiro et s'était bien connu que les timide était influençable, enfin pour la plupart.


-Cela s'acquiert avec le temps et l'expérience, ne vous inquiétez pas. Vous n'avez pas à être gênée, et encore moins intimidée par ma présence."


"Alors, April, puisque vous me dites n'être une experte en conversation, je vais vous répondre qu'il n'est jamais trop tard pour apprendre. Parlez-moi de vous (et inutile de me dire que vous ne savez quoi conter : dites tout ce qui vous passe par la tête)."


Azraël resta interloqué un moment, cet individu avait l'air d'être un fin manipulateur, et il savait parler aux femmes, qu'espérait il donc d'O'Brien, cela avait il un lien avec ce que le petit gros avait dit ?


En parlant du petit gros, celui-ci commençait à gémir, mince, il allait se réveiller, Azraël avait oublié de l'endormir. Aussi Azraël se retira de son post d'écoute et sortit une de ses dagues empoisonnées, il ferait avec ce qu'il avait ayant fait bruler son sac, avec son feu destructeur. Aussi, il entailla profondément la cheville du petit-gros, le venin paralysant s'emparant eu a peu du corps de l'humain, Azraël s'il en avait eu les moyens ne l'aurait qu'endormis, ici l'humain même si il se réveillait ne saurait pas bouger avant plusieurs heures, ce venin de scorpions d'Arda était vraiment extraordinaire. Azraël devrait justement pensé à aller en rechercher. Mais le venin ne s'arrêterait pas là, après la paralysie, l'homme aurai l'impression que tout allait bien et a peine quelques secondes il serait mort d'un arrêt cardiaque définitif, et si on arrivait à le sauver de son arrêt cardiaque, le temps ou il serait paralysé, son sang lui continuerai de circuler véhiculant des déchets, détruisant peu à peu tout les organes. Mais le pires c'était qu'il n'y avait pas de remèdes, enfin pas sur ce monde.


Ainsi, le petit gros serait mort dans environ huit heures. Mais pendant ce temps là il aurait déjà l'air d'un macchabée.Ayant finis sa petit opération, ayant frotté sa lame sur toute la coupure pour faire rentrer la dose mortelle de venin( a noté qu'a faible dose vous n'avez qu'une paralysie des muscles directement touché par le venin) Azraël rangea sa dague dans le fourreau et se remit à écouter le couple de l'autre côté de la porte.



" Ah et j'aime beaucoup le thé aussi..."


Pour en arriver là, Azraël n'avait pas du rater grand chose. Donc Azraël s'installa le dos au mur et écouta,récupérant rapidement de son erreur de vol. Cette journée était loin d'être finie, mais même si elle avait eut son lot d'emmerde il s'amusait en fin de compte.

(HJ: voilà,j'ai essayer d'appliquer vos conseils vous trouvez ça mieux ? Perso je trouve qu'il est en fait bien plus sympa ainsi Smile mais si c'est pas assez dites le moi =D )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
avatar
Messages : 227

Feuille de personnage
Orientation politique: Aucune
Classe&Métier: Avocat
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Dim 31 Jan - 0:05

Parade inutile, futile, ridicule. Elle n'avait strictement servi à rien : peu de phrases mais surtout pas de nom. Mais il l'aurait, c'était une évidence. Il sourit quand elle lui dit aimer le thé. Encore heureux, quelle figure aurait-il eu si elle n'avait pas apprécie ? ... En fait celle d'un mauvais hôte, tout simplement.

Owen s'était apprêté à répliquer, nonobstant sa bouche ne produit aucun son. Promptement, il s'immobilisa, sourcils froncés. Son regard ne cherchait ni celui de la femme, ni celui d'un objet en particulier. Il fixait le vide, à la recherche sans doute d'intériorité. Pourtant, une lueur d'inquiétude y était très certainement lisible. Il prit une grande inspiration, calmement, l'oreille aux aguets. Paranoïa ? Réalité ? Il s'agissait là d'une bonne question. L'odeur de la transpiration de son collègue était si forte que la piste demeurait facilement brouiller. Sans parler de l'enivrant de sa compagne. Puissant, agréable, dur à oublier. Prenant et magnétique.

"Le compte en banque de ce bougre de Jack ! J'ai oublié de lui donner !"

Déclara subitement l'avocat. Un moyen comme l'autre de balancer une excuse pour avoir la conscience tranquille. Il se redressa et se dirigea vers la vieille porte en bois. A la volée, il l'ouvrit.

"Au fait Stewart ... !"

Souffle coupé.

Son compagnon était écroulé au sol. Pas mort, il entendait son souffle. Mais certainement pas conscient. Il regarda à gauche, à droite. Rien. En face ...

"AAAHHHHH !! Le fou !"

A peine ses yeux s'étaient-ils posés sur le visage du psychopathe (terme correcte, il ne lui manquait plus que les yeux révulsés) que le vampire prit ses jambes à son cou. Il claqua la porte, se retourna, se saisit comme plus tôt du poignet d'April (renversant au passage sa tasse de thé).

"Par tout les diables de l'Enfer, mais ce n'est pas possible !"

En moins de temps qu'il ne faut pour dire "ouf", il franchit la porte d'entrée (suivi de la petite rousse) et dévala les escaliers.

"Même pas le droit de faire une pause thé tranquille ! Il vous a implanté un radar dans le crane celui-là ?"

[J'ai préferé arrêter là pour Anauël, maintenant si vous voulez que je continue prévenez ^^
Sinon, super Azra =3 Juste pour la voiture : c'est celle d'Owen il n'oserait jamais voler quelqu'un il a trop peur pour sa réput ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif
avatar
feat. : mmmh sur l'île de la vérité xP
Messages : 87

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Assassin
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Dim 31 Jan - 9:20

HJ: Owen, j'ai editer le post avec la voiture, je pensais qu'Owen l'avais simplement piquée xD désolé, donc voilà j'ai transformé et le riche monsieur est devenu un pauvre bonhomme ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Dim 31 Jan - 12:56

Hé dites, les gens...Moi j'ai quand même envie de voir ce que projette Azou hiiii !!! Le bloquez pas trop hein :p ( suis pas maso nan >< juste curieeeuuuzzzzz )

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif
avatar
feat. : mmmh sur l'île de la vérité xP
Messages : 87

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Assassin
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Dim 31 Jan - 18:19

HJ:...Moi, préparer quelque chose ? Ah bon ! Comment oses-tu croire ça de moi (suis-je convaincant ? hé hé )

MAis sinon Ap' tu proposais quelque chose ? mp ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain(e)
avatar
Messages : 941

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Anges
Classe&Métier: Etudiante
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Dim 31 Jan - 19:55

Nop, en fait j'ai vu avec Zeph et ça serait pas possible >.<

Pas grave :p

....Attrape moi si tu peux ! [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre inactif
avatar
feat. : mmmh sur l'île de la vérité xP
Messages : 87

Feuille de personnage
Orientation politique: Pro-Démons
Classe&Métier: Assassin
Arme(s) / Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   Ven 12 Fév - 17:47

Azraël s'était a peine assis que son regard tomba sur l'homme qu'il avait assomé quelques minutes plus tôt, non rectification m'homme qu'il venait de condamner et qui en ce moment le regardait de ses yeux exorbités. Azraël lui sourit, c'était un fait étrange, il était là a regarder une victime et Azraël avait l'impression qu'il savait que s'en était finis pour lui, ainsi il n'y avait aucune animosité entre le démon et l'humain. Comme si c'était des connaissances qui se voyaient mourir de vieillesses. Mais ce sentiment disparut rapidement car l'esprit d'Azraël interpreta les évènements d'une toute autre manière, de nombreuses questions se poussaient à son esprit, est-ce que tout les humains vivaient leur mort ainsi ? Si c'était le cas Azraël se ferait un plaisir de les tuer. Mais peut être que l'homme était persuadé qu'il allait allé dans un autre monde, si c'est ce qu'il croyait il se trompait. Profitant de l'ambiance paisible, le démon ferma les yeux.


Mais comme dans tout ce qu'il s'était passé durant cette journée, un bruit se fit entendre de l'autre côté de la porte. C'était l'homme qui parlait de sa voix posé et clair.


"Le compte en banque de ce bougre de Jack ! J'ai oublié de lui donner !"


L'homme s'approchait de la porte, sa voix allait vite changer lorsqu'il verrait qui était dans la pièce.


La porte s'ouvrit brusquement et l'Anglais lança:


"Au fait Stewart ... !"


Et il s'arrêté pétrifié avant de pousser une gueulante traitant Azraël de fou. Le démon se promit de régler cette image avec le jeune homme dans les plus brefs délais, après tout le fou dans le tas c'était bien lui, quelle idée de rentrer dans la pièce.


Mais Azraël s'arrêta là se lançant à la poursuite du jeune et homme et surtout de l'envoutante April qui était tout de même l'objet de sa "quête". L'homme se plaignit de la présence d'Azraël durant toute la course à travers l'escalier.


Une fois arrivé à la porte d'entrée, Azraël se jeta à l'extérieur bousculant quelqu'un et il ne savait pas si c'était April l'homme ou bien quelqu'un d'autre, tout ce qu'il sut était qu'il déploya ses ailes et se tourna vers April et l'humain, il décocha un regard enjoleur à la jeune femme, car pour Azraël April n'était plus tellement une humaine mais elle était plutôt descendue au grade d'objet de collection, l'objet de sa convoitise du moment.


Quand au jeune homme, Azraël le regarda avec indifférence et lui dit:



" Que souhaiteriez-vous en échange de la fille ? "


Après tout Azraël n'était pas obligé de tuer l'humain maintenant il pouvait attendre encore un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une personne au comportement particulier   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une personne au comportement particulier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre les mondes :: Les Mondes :: Anteria :: ▌Chicago :: Banlieue :: ▌Quartiers pauvres-